Ébola : La dimension économique de l’épidémie

L’épidémie d’Ébola perturbe les activités économiques à travers les pays d’Afrique de l’Ouest et affecte également le reste du continent.

Alors que plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, ont du mal à contenir l’épidémie d’Ébola, d’autres nations ont imposé des mesures pour tenter de prévenir la propagation d’un virus dont les conséquences sont manifestes pour certains pays fragilisés.

Le Cameroun qui n’a aucun cas signalé, a toutefois ordonné la fermeture de toutes ses frontières avec le Nigeria qui est son principal partenaire commercial.
Lire la suite

Conjoncture. Elie Cohen : « 2015 sera une année de crise politique »

La croissance est en panne. Que faire ? Suite de notre série d’entretiens avec des économistes. Aujourd’hui, Élie Cohen, pour qui le gouvernement prend un risque en ne respectant pas ses engagements européens.

Recueilli par Marc PENNEC.

 

Croissance qui stagne, chômage persistant… Pourquoi notre économie patine-t-elle ?

Il y a un an, on tablait sur une reprise économique mondiale pour nous entraîner. Or le premier trimestre a été calamiteux aux États-Unis où la croissance en 2014 n’excédera pas 2 %. Même tendance dans les pays émergents et au Japon. Dans la zone euro, la bonne dynamique allemande marque un certain essoufflement. Enfin, il y a les problèmes propres à la France : effondrement de la construction immobilière, faiblesse des investissements des ménages et de la demande globale, manque d’incitation des entreprises à investir.

Lire la suite

États-Unis : 5 ans après, les Américains souffrent encore de la crise

Cinq ans après l’éclatement de la crise financière, les deux tiers des Américains se ressentent encore de ses conséquences. Plus d’un sur cinq ont reporté une décision de vie importante.

“Famille d’ouvriers agricoles itinérants. Sept enfants sans nourriture. Mère âgée de 32 ans [il s'agit de la fameuse Florence Thompson]. Père natif de Californie. Nipomo, Californie” – Photo de Dorothea Lange, 1936 (Librairie du Congrès, Washington DC)

C’est une bien intéressante étude que vient de publier la Federal Reserve sur la situation financière, et surtout le ressenti financier, des Américains. Le sondage, mené par la société GfK auprès de 4.100 personnes en septembre et en octobre 2013, soit cinq ans après le début de la crise financière, démontre la force de l’impact de la Grande Récession de 2008-2009.

Plus d’un tiers des Américains (34 %) déclarent ainsi que leur niveau de vie est moins élevé qu’en 2008. Un autre tiers (34 %) indique que leur niveau de vie est le même. Il n’en reste que 30 % pour dire que leurs revenus ont progressé.

Lire la suite

Grèce : La privatisation du littoral est en marche

La Grèce n’est pas encore sortie de la crise : après les cures d’austérité violentes, le gouvernement grec est toujours à la recherche de ressources pour éponger la dette. Et son littoral risque d’en pâtir.

La privatisation de la côte grecque, l’une des rares de Méditerranée jusqu’alors relativement préservée du bétonnage, est en effet bien en marche.

Ils ont choisi de ne plus travailler

Un jour, ils se sont dit : “C’est fini, j’arrête ! Le métro, le boulot et la vie qui va avec. ils ont tout quitté pour se réinventer“. Ni retraités ni chômeurs, sont-ils vraiment plus heureux qu’avant? Quels obstacles ont-ils rencontrés, à quoi ont-ils dû renoncer? Ils racontent.

Décider de ne plus travailler, alors que règnent le chômage, la peur de perdre son poste, la course à la recherche d’emploi ? Pour nombre d’entre nous, ce serait impensable. Certains, pourtant, ont fait ce choix.

Ils n’ont pas pris cette décision sur un coup de tête ni par dégoût de leur métier, mais pour adopter un autre mode de vie, se consacrer à d’autres activités parfois plus prenantes : élever des enfants, pratiquer un art, construire une maison, vivre autrement, hors du système…

Combien sont-ils? Allez savoir! Ils se retrouvent classés, dans les statistiques françaises, parmi les quatre millions six cent mille « inactifs en âge de travailler » – femmes au foyer en grande majorité. Ni étudiants, ni retraités, ni chômeurs, ils sont définis comme « ne travaillant pas et ne cherchant pas de travail (In De moins en moins d’inactifs entre la fin des études et l’âge de la retraite, Insee première, décembre 2002) ».

Lire la suite

Gaz : l’Europe peut se dégager de l’étau russe

La Russie joue un rôle de premier plan sur le marché mondial du gaz. Mais en privilégiant l’union et en diversifiant ses approvisionnements, l’Europe peut réduire sa dépendance au gaz russe.

La montée des tensions entre l’Union européenne et la Russie sur fond de conflit ukrainien va immanquablement avoir des répercussions dans l’énergie. Moscou ne peut pas rester sans réagir aux sanctions économiques prises fin juillet par Bruxelles à l’encontre d’intérêts russes, visant à un étouffement financier.

La Russie a déjà commencé en s’attaquant aux exportations agro-alimentaires européennes.

Mais l’énergie, dans ce bras de fer, est le véritable talon d’Achille de l’Europe compte tenu de sa dépendance aux hydrocarbures russes. Notamment pour le gaz. En outre, le temps  travaille pour Moscou dans la mesure où, les réserves de la Mer du Nord s’épuisant (elles ne représentent que le dixième des réserves russes), l’Europe va se trouver de plus en plus à la merci de ses fournisseurs d’énergie, Russie en tête.

Raison de plus pour envisager sans tergiverser des solutions alternatives, car elles existent.

L’Europe aux abois
Lire la suite

Détention record de cash par les entreprises françaises : un symptôme supplémentaire d’une crise de la demande

Malgré la crise, les entreprises françaises disposent d’une trésorerie enviable qu’elles n’investissent pourtant pas. Et préférer s’asseoir sur ses liquidités témoigne d’une crise des carnets de commande.

C’est le grand paradoxe “apparent” de la crise ; les entreprises n’ont jamais détenu autant de liquidités. Ainsi, selon Moody’s, les entreprises américaines détenaient 1,64 trillion de dollars américains à la fin de l’année 2013, en cash. Soit une hausse de 12% par rapport à l’année antérieure.

Lire la suite

Mes vacances en camping-car

Partir à l’aventure, sans avoir rien planifié. Partir sans souci d’hébergement ni contrainte horaire. Rester une heure, une journée, un mois dans un lieu parfois… loin de tout. Au gré de son humeur ! Voilà l’attrait des vacances en camping-car.

En France, 250.000 familles voyagent l’été de cette manière. Avec un sentiment de liberté mais en conservant ses repères puisque l’on emmène avec soi sa douche, ses bibelots, ses casseroles! En période de crise, cela semble un bon compromis pour partir à moindre frais.

Le camping-car est-il aussi économique qu’il le paraît ? Peut-on se poser n’importe où ? Et à qui s’adresser pour faire l’acquisition de cette « maison roulante » dont le prix varie entre 30.000 et … 400.000 euros ?

Non pas LE mais LES pics pétroliers

Quand on parle du pic pétrolier, on fait référence au déclin de la production globale, comptée en nombre de barils. C’est une mauvaise manière, ou du moins une façon grossière, de “compter” qui masque bien des problèmes. Nous n’avons pas UN mais DES pic pétroliers.

Le pic des exportations / importations : pour un pays exportateur les soucis commencent bien avant qu’il n’atteigne son pic “local” car sa consommation interne grandi. Quand il exporte moins, sa rente diminue et la vie se complique. Le pic des importations est similaire mais pour un pays qui importe: même si les exportations globalement augmentent, si un pays voisin paye plus que vous, vos importations peuvent diminuer.

C’est le cas notamment pour l’occident qui importe de moins en moins car le surplus qui reste part en Asie. Donc même si en volume le pétrole augmente, il en reste moins pour nous de toute manière. Notez que pour l’instant on s’en accommode relativement bien.

Le pic pétrolier “local”. Que le reste du monde continue de produire ou pas, si votre pays à passé son pic pétrolier ça a des conséquences. Surtout quand ce pays est les USA. Leur propre pic (1971) à changé la géopolitique mondiale et les a obligé à se mêler des plus des plus des affaires des autres. Autre exemple l’Égypte qui a passé son pic pétrolier, n’exporte plus, et sombre dans le chaos car ils n’ont plus de ressources pour nourrir leur peuple.

Lire la suite

Chine : Le risque subprime

Il est désormais largement admis que la crise financière mondiale récente était en réalité une crise des bilans. De longues périodes de taux d’intérêt négatifs ont encouragé un financement insoutenable d’achats d’actifs et des prêts hypothécaires à haut risque ont affaibli les bilans nationaux. Lorsque la liquidité sur les principaux marchés interbancaires s’est asséchée, les fragilités ont été exposées – avec des conséquences dévastatrices.

Aujourd’hui, l’expansion rapide des bilans des institutions financières chinoises – qui ont augmenté de 92% entre 2007 et 2011, parallèlement à la croissance de 78% du PIB nominal – fait naître des prédictions d’une prochaine crise des subprimes chinoise. De telles prévisions sont-elles fondées ?

La première chose à faire pour évaluer la vulnérabilité financière de la Chine est de distinguer entre crise de solvabilité, qui peut se produire lorsque les entreprises n’ont pas un capital suffisant pour résister à un effondrement des prix des actifs, et crise de liquidité.

Pendant la crise financière asiatique des années 1990, certains pays ont connu des crises de change, au cours desquelles les dévaluations et les taux d’intérêt réels élevés ont décapitalisé les banques et les entreprises, en raison de l’absence de réserves suffisantes pour rembourser les dettes en devises.

Lire la suite

Portugal : Le bon sens du “Marché anti-gaspi”

Le Portugal, frappé par la crise, doit faire face un plan d’austérité qui plonge la classe moyenne dans la pauvreté. Dans ce contexte difficile, de jeunes Portugais ont décidé de lutter contre un certain gaspillage alimentaire. Leur objectif: valoriser les fruits et légumes invendables sur le marché traditionnel en raison de leurs défauts visuels.

Pour lutter contre l’austérité et la baisse du niveau de vie de nombreux portugais, de nouvelles idées émergent sur le marché des fruits et légumes. Des pommes à la couleur jaune, des tomates à la forme irrégulière ou encore des épinards qui fleurissent. Une partie importante de la production alimentaire passe à la trappe, considérée comme invendable par la grande distribution.

Les légumes et fruits moches sont rachetés par la coopérative. [RTS] Les légumes et fruits moches sont rachetés par la coopérative. [RTS] Au Portugal, cela représente 89 millions de tonnes de produits perdus chaque année. Un gaspillage qui passe mal en temps de crise, alors que le nombre de personnes ne mangeant pas à leur faim ne cesse d’augmenter. La “Coopérative fruits moches” de Lisbonne récupère et revalorise cette part de la production. Elle travaille avec 40 producteurs de la région.

Les fruits et légumes mis à l’index sont achetés et revendus par paniers à des prix très concurrentiels, de 30 à 40% moins cher que dans la grande distribution. A Lisbonne, on compte déjà 420 adhérents. Et la liste d’attente s’allonge.

Autre démarche: le potager “virtuel”!

D’autres ont opté pour le potager familial. C’est l’idée d’un agriculteur qui propose à ses clients de décider la composition leur potager directement sur le web. L’internaute choisit la surface qu’il souhaite et remplit les zones quadrillées de son petit jardin avec les produits qu’il souhaite. Un jardinier s’occupe ensuite de planter et d’entretenir les fruits et légumes que l’internaute vient chercher une fois la récolte faite.

Russie : Poutine riposte aux sanctions en interdisant les importations agroalimentaires (Màj vidéo)

Addendum : Ukraine, la Russie va boycotter les légumes européens

Le président russe cible pendant un an les pays occidentaux qui ont décidé des sanctions contre la Russie. Il laisse entendre qu’il pourrait revenir sur cette mesure s’ils assouplissaient leur position. Au risque d’instaurer un équilibre de la terreur économique.

Menaces, sanctions puis représailles, le tout dans un contexte de tension entre l’Union européenne et les États-Unis d’une part et la Russie de l’autre. La situation n’est pas sans rappeler la guerre froide et Vladimir Poutine est décidé à instaurer un équilibre de la terreur économique.

Le président russe a ordonné mercredi d’«interdire ou de limiter pendant un an» les importations de produits agroalimentaires en provenance des pays ayant adopté des sanctions économiques contre la Russie, a annoncé le Kremlin dans un communiqué.

Lire la suite

L’Allemagne renonce à un gros projet militaire avec la Russie

Berlin a bloqué un projet d’équipement militaire du groupe de défense Rheinmetall en Russie. Ceci dans le contexte de la crise entre Moscou et Kiev.

Le gouvernement allemand a bloqué un projet d’équipement militaire du groupe de défense Rheinmetall en Russie, a annoncé le ministère de l’Economie lundi, alors que Berlin espère toujours que les Européens interdisent de manière rétroactive les livraisons d’armement à Moscou.

Le ministre de l’Economie Sigmar Gabriel a confirmé lundi lors d’un voyage de presse avoir retiré son autorisation à ce projet de camp d’entraînement entièrement équipé pour former les troupes russes.

Lire la suite

Marx Reloaded

Les turbulences économiques et financières qui secouent la planète depuis trois ans n’en finissent pas de relancer la controverse entre contestataires de tout poil et adeptes du capitalisme. A Berlin, un spectacle vient plutôt apporter de l’eau au moulin des premiers. Il a pour thème Marx et fait un tabac.

L’inventeur de la lutte des classes écouterait sans doute avec intérêt l’intellectuel Peter Sloterdijk souligner la pertinence de certains aspects de sa pensée, tandis que le penseur slovène Slavoj Zizek la réactualise.

La pièce met aussi en scène un banquier allemand qui fait son mea culpa, un tenant du libéralisme qui critique les ingérences de l’État, une philosophe britannique en pleine analyse du Manifeste du Parti communiste et un théoricien des médias qui encense la thèse de Marx sur le «fétichisme de la marchandise».

Choc pétrolier : Cruel sera le réveil (Rediff.)

En rassemblant des images d’archives, des documents de la NASA et des extraits de films, le réalisateur Ray McCormack et le journaliste Basil Gelpke prévoyaient déjà, en 2006, la crise du pétrole dans laquelle nous sommes entrés en 2008.

Suisse : La France veut-elle se renflouer avec les banques helvètes ?

Le monde de la finance suisse est en émoi : l’UBS, une des grandes banques suisses, vient d’être mise en examen en France pour « blanchiment aggravé et fraude fiscale », et condamnée à payer une caution de 1,1 milliard d’euros, qui augure de l’importance de la condamnation finale qu’elle encourt. Dans les milieux d’affaires et politiques helvètes, on évoque une « affaire d’État », et on soupçonne la France se « s’attaquer à la Suisse pour renflouer » le pays.

Le Parquet de Paris reproche à UBS d’avoir démarché illégalement des Français fortunés résidant en France, et de les avoir incités à placer leur argent en Suisse entre 2004 et 2012. La banque aurait créé un système de double comptabilité pour dissimuler les transferts  de capitaux de la France vers la Suisse.

D’après le journal suisse Le Temps, une caution d’un montant aussi exorbitant suggère que la France va infliger une amende à la banque comparable à celles que les États-Unis ont récemment réclamées à des établissements bancaires.

Selon Le Temps, la Cheffe suisse du Département Fédéral des Finances, Éveline Widmer-Schlumpf, a tenté d’intercéder auprès du ministre français des Finances, Michel Sapin, pour négocier une « solution raisonnable ». Mais Sapin aurait refusé de négocier. « On ne solde pas la fraude », aurait indiqué son ministère.

Lire la suite

La banque centrale russe frappe fort face aux nouvelles sanctions occidentales

La banque centrale russe a frappé fort vendredi pour éviter une nouvelle fuite des investisseurs face au durcissement des sanctions occidentales contre Moscou, avec une hausse drastique de taux qui risque de fragiliser davantage son économie.

Le siège de la Banque de Russie, à Moscou

A la surprise générale, la Banque de Russie a décidé lors de sa réunion mensuelle de politique monétaire de relever son taux directeur à 8%, contre 7,5% depuis avril. Elle s’est dite prête à aller plus loin “si les risques pesant sur l’inflation persistent“.

Il s’agit de la troisième fois qu’elle resserre le robinet du crédit depuis mars, sur fond de crise dans l’est de l’Ukraine, où les forces gouvernementales affrontent des rebelles prorusses, et de sanctions occidentales croissantes.

Lire la suite

Habiter chez son patron, une tendance face à la crise du logement

Pas moins de 400.000 recrutements seraient abandonnés chaque année à cause de la crise du logement subie de plein fouet par les travailleurs. Les entreprises tentent d’y remédier à leur manière.

Carte postale des années 1920

Difficile de recruter quelqu’un qui a des problèmes de logement… Pour lutter contre ce phénomène, de plus en plus de patrons se décident à proposer une solution d’hébergement à leurs employés.

Lire la suite

Voyages en train et en avion : Les secrets des billets sur Internet

Certains s’y prennent à la dernière minute, d’autres plusieurs mois à l’avance. Billets d’avion ou tickets de train, une majorité de Français réservent désormais sur Internet. Crise oblige, au moment de partir en vacances, chacun choisit le meilleur prix.

Mais d’un site à l’autre, les tarifs peuvent varier du simple au double, parfois même d’une minute à l’autre. Enquête sur les rails et dans le ciel : pour un même trajet nous avons constaté 26 tarifs différents.

Des fluctuations orchestrées par les spécialistes du “Yield management”. Une stratégie commerciale inventée dans les années 80 par les compagnies aériennes américaines. Le but: optimiser la gestion des places pour en tirer le meilleur profit.

Depuis 2003, la SNCF a adopté cette pratique. Faut-il se décider très tôt pour trouver les meilleures offres? Comment faire de bonnes affaires sans tomber dans les pièges des billets en ligne?

Certaines agences de voyage n’incluent pas les frais de dossier ou de carte bancaire, pour afficher de meilleurs tarifs. D’autres sont aux abonnés absents en cas de problème. Quels sont les recours des consommateurs en cas de litige?