Pollution et puberté précoce

La féminisation précoce des petites filles impose un lourd suivi médical. À Montpellier, Emma consulte le professeur Sultan, pionné dans le suivi des maladies environnementales dues aux perturbateurs endocriniens.

Chaque année, près de 1.200 petites filles en France reçoivent un traitement anti-hormonal pour freiner une puberté précoce aux conséquences parfois lourdes, comme l’arrêt de la croissance, des risques accrus de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Pour les deux tiers de ces petites patientes, le professeur Sultan a identifié une cause environnementale: pesticides, plastiques, hydrocarbures, détergents ou cosmétiques. Emma a, elle, la chance d’être bien prise en charge par l’hôpital et choyée par ses parents. Elle continue de jouer avec insouciance comme une petite fille de son âge.

Les rois de l’escargot

Si les Français restent les plus importants consommateurs d’escargots au monde, avec plus de 30.000 tonnes produites chaque année, le commerce de ce mollusque s’est lentement mais sûrement développé, mondialisé et décliné en de multiples produits dérivés.

Difficile d’imaginer que certains s’en servent pour estomper leurs rides ou le consomment dans des mets pour le moins surprenants, véritables produits de luxe que l’on retrouve sur les tables des plus grands restaurants.

Ce documentaire part à travers le monde, à la rencontre des passionnés d’escargots: ceux qui les consomment, ceux qui les élèvent et ceux qui imaginent de nouveaux débouchés.

Xenius : L’olive, de l’arbre à la table

Sous forme d’huile ou en bocaux, l’olive est présente dans presque tous les foyers européens. A l’origine, elle est issue du bassin méditerranéen. Mais sa réputation ne se cantonne pas au domaine alimentaire.

Les participants des olympiades antiques étaient convaincus de la puissance de l’olive. Aujourd’hui encore, certains prétendent qu’elle assure la longévité.

Depuis quand l’homme utilise-t-il l’olive ? Pourquoi n’est-elle pas comestible quand elle vient tout juste d’être cueillie ? Qu’est-ce qui différencie les olives noires des olives vertes ? En Provence, les présentateurs de « X:enius » Dörthe Eickelberg et Pierre Girard aident un producteur à récolter ses olives.

Arte – Allemagne (30/05/2015)

Chine : La peau de condamnés à mort utilisée par l’industrie cosmétique

Une société cosmétique chinoise utilise la peau prélevée sur les corps des condamnés à mort exécutés pour fabriquer des produits de beauté vendus en Europe.” En 2005, The Guardian livrait une enquête stupéfiante en matière d’industrie cosmétique.

Œuvre d’art de l’artiste italien Francesco

Cette enquête lève le voile sur des pratiques qualifiées de “traditionnelles” par des employés de la compagnie chinoise qu’il a interrogés. Il s’agit de récupérer du collagène, une protéine fibreuse que l’on trouve en abondance dans la peau, les os et les tendons, couramment utilisée en chirurgie esthétique pour gonfler les lèvres et réduire les rides.

En Chine, il est d’usage de récolter “la peau des condamnés exécutés et les fœtus avortés, rachetés par des sociétés de ‘biotechnologie’ situées dans la province septentrionnale de Heilongjiang“. Les produits sont exportés vers l’Europe via Hong Kong.

En Europe, le marché de l’industrie cosmétique et de la chirurgie plastique, toutes deux consommatrices de collagène, n’est pas ou peu réglementé. Le fait est que ces produits se trouvent dans une sorte de “zone grise” légale: ils ne sont soumis ni aux réglementations concernant les médicaments, ni à ceux concernant les produits de beauté, c’est-à-dire uniquement des substances appliquées à la surface de la peau et non en injections.
Lire la suite

Edelweiss et lutte des classes

Inventé par des aristocrates, l’art de gravir les montagnes demeura réservé aux classes aisées jusqu’à l’irruption de l’escalade sportive, dans les années 1980. Aux temps héroïques, les alpinistes cherchaient en premier lieu à se distinguer de la masse. Leur sensibilité à la beauté des cimes et à une nature grandiose allait de pair avec leur dédain pour les rustres vivant dans ces contrées reculées.

Les découvertes scientifiques ne suscitent pas toujours l’enthousiasme. Quand des chercheurs annoncent la mise au point d’une molécule ou d’un hybride dotés de vertus miraculeuses, ils se heurtent fréquemment au scepticisme de l’opinion publique, prompte à s’inquiéter des conséquences écologiques, sanitaires ou sociales de ces innovations.

Personne, au sein de la communauté scientifique, ne s’attendait pourtant à la tempête d’indignation qui a accueilli la grande trouvaille du centre de recherches suisse Agroscope Changins-Wädenswil (ACW). En 2006, les agronomes d’ACW annoncent avoir réussi à cultiver une souche commercialement exploitable de l’edelweiss, baptisée « Helvetia ».

L’industrie cosmétique convoite déjà la petite fleur sauvage des Alpes pour ses propriétés anti-inflammatoires, réelles ou imaginaires. La version domestiquée pourrait, selon les scientifiques, galvaniser le marché et fournir une source appréciable de revenus aux paysans de la montagne comme à la Suisse tout entière.

Lire la suite

Crèmes anti-âge : Coup de jeune ou coup de bluff ?

En France, une femme sur deux utilise quotidiennement une crème de jour et quinze millions d’entre elles utilisent une crème de beauté anti-âge. Le marché de ce type de produits cosmétiques, qui cible aujourd’hui les femmes comme les hommes, représente dix milliards d’euros par an.

Concurrentiel et secret, ce secteur commercial ne cesse d’évoluer. Ce documentaire plonge le téléspectateur au cœur des préoccupations de consommateurs soucieux de préserver l’image de la jeunesse, et pousse également les portes d’une industrie prospère, qui tient pourtant à garder ses formules et ses stratégies bien cachées.

Planète Alu

Les différentes propriétés physiques de l’aluminium – malléable, léger, inoxydable – en font un métal fascinant, précieux dans le secteur de l’architecture. Mais son utilisation dans les emballages, en chimie alimentaire, dans les produits de cosmétique et dans la pharmacopée posent de plus en plus de problèmes.

Des études approfondies ont prouvé que l’aluminium, ses composants, ses sels ou ses dérivés favorisaient l’apparition du cancer du sein, de diverses allergies, d’infections auto-immunes voire de la maladie d’Alzheimer.

Réalisé par Bert Ehgartner (Arte – 12 mars 2013)

Revoir : Aluminium, notre poison quotidien

Substances cancérigènes dans 400 produits pharmaceutiques et cosmétiques !

Selon le journal “Le Monde”, ce ne sont pas moins de 400 produits pharmaceutiques, dont le dentifrice, qui contiendraient des parabènes (Parahydroxybenzoate de méthyle (E218) ou Parahydroxybenzoate de propyle (E216) dans la recherche par composant).

Ces conservateurs pourraient avoir des effets cancérigènes ainsi qu’une incidence sur la fertilité masculine.

Cette révélation pourrait bien semer la zizanie dans l’industrie pharmaceutique. Le Monde a dévoilé lundi la liste de 400 médicaments qui contiendraient des parabènes. Ce composé chimique, de la famille des parahydroxybenzoates, est un conservateur utilisé dans les médicaments ; la toxicité et les effets cancérigènes de ce composé font l’objet de débats scientifiques et l’Assemblée nationale en a voté l’interdiction le 3 mai.

Dentifrices, sirops contre la toux, antibiotiques… Ces conservateurs seraient présents dans de nombreux médicaments très courants.

Parmi les produits listés par Le Monde, on trouve de nombreux cosmétiques pour bébés, des crèmes comme la Biafine, des sirops contre la toux (Drill, Humex), des dentifrices (Fluocaril), des pansements gastriques (Maalox, Gaviscon), des traitements des troubles du transit intestinal (Motilium) ou des nausées et vomissements (Primpéran)… Dans la ligne de mire se trouve aussi des antibiotiques, comme le Zinnat, ou des médicament contre la douleur et la fièvre (en particulier les formes génériques d’ibuprofène et de paracétamol).

Lire la suite

Le marché des cosmétiques halal fait son trou en France

Très lucratif en Asie mais dédaigné dans une grande partie du monde musulman, le marché des cosmétiques halal commence à s’implanter en France.

Des produits de beauté certifiés sans alcool, ni extraits d’animaux, à destination des femmes musulmanes. Depuis plusieurs années, ce marché de niche se développe en France. Plusieurs entreprises en ont fait leur marque de fabrique et vendent leurs produits essentiellement sur internet.

Selon le cabinet de conseil Ecofin, le marché halal en général pèse 5,5 milliards d’euros en 2011 en France, dont 1 milliard pour le secteur de la restauration.Dans le monde, il représente, selon le même institut, 455 milliards d’euros.

Si le marché halal ne cesse de progresser, celui des cosmétiques halal, qui se caractérise par des composants bannis par la charia (loi islamique), fait office de niche.Selon une étude d’une université malaisienne, les cosmétiques halal génèreraient un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros dans le monde. Un chiffre assez faible, qui s’explique par la méfiance d’une partie du monde musulman à l’égard de ce genre de produits. [...]

Les cosmétiques halal, nouvelle tendance en France ?

[...]

La Tribune.fr