L’ETEC, l’escadrille qui n’est jamais à sec

L’Etec, vous connaissez ? L’escadron de transport, d’entraînement et de calibration est l’unité militaire chargée du transport aérien du président de la République, des membres du gouvernement et des invités prestigieux de la France. Pour avoir l’honneur de convoyer ces hauts dignitaires, les quelque 180 pilotes, stewards et hôtesses de l’Etec passent des sélections drastiques.

Par Julia Pascual et Leila Minano

De Kaboul à Saint-Pétersbourg, des Bahamas au fin fond de la Laponie, ils peuvent décoller, sur un coup de fil, vers une réunion de crise, un sommet international ou le lieu de villégiature de leurs éminents passagers.

On l’imagine aisément :

l’équipage de cette flotte ultraselect – une dizaine d’appareils de haut standing, dignes de la meilleure aviation d’affaires – se doit d’être un exemple de professionnalisme.

Or, selon nos informations, c’est tout l’inverse qui se passe.

Lire la suite

Début de panique chez les “élites” ?

Dans le contexte de menace terroriste majeure à laquelle la France est confrontée depuis mercredi, la gestion de la protection des personnalités est devenue extrêmement délicate. Au cabinet du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, on se refuse à livrer des noms. «C’est une question de sécurité et nous n’exposerons pas la vie des personnes», déclare au Figaro un conseiller du ministre.

Le sujet est d’autant plus sensible que

«des dizaines de demandes ont afflué à Beauvau en 24 heures, de la part de personnalités se sentant en danger»,

confie un haut fonctionnaire de police. Au point que le ministère a dû organiser une réunion pour faire un «tri», selon des critères draconiens.

Les bénéficiaires d’une équipe de gardes du corps préfèrent ne pas trop ébruiter la chose.

Et ceux qui se sont vu refuser cette «faveur» peuvent nourrir une certaine frustration.

Lire la suite

“Grand Lyon la métropole” ou les tontons flingueurs du Rhône

Le 1er janvier 2015, la communauté urbaine de l’agglomération va remplacer le département du Rhône sur son territoire. Une première en France, qui supprimera une couche du millefeuille administratif. Mais, des finances aux calculs politiques, l’opération a aussi sa face cachée.

Par Michel Feltin-Palas

Gérard Collomb et Michel Mercier sont tombés d’accord pour se partager le département du Rhône.

A première vue, le croisement de la rue Jean-Moulin et du chemin de Crépieux, à Caluire-et-Cuire, a tous les aspects d’un rond-point ordinaire. Un bête et honnête giratoire permettant aux automobilistes de se croiser sans danger, comme il en existe des milliers à travers la France. Grave erreur: sous son allure débonnaire, ce rond-point est en fait un pervers, un sadique, un retors. Pourquoi? Parce que la rue Jean-Moulin appartient à la communauté urbaine de Lyon alors que le chemin de Crépieux dépend du département du Rhône.

Lire la suite

Surtaxe sur les résidences secondaires : la liste complète des 1.150 villes concernées

Les communes situées en « zones tendues » pourront majorer la taxe d’habitation de 20% sur les résidences secondaires. Votre ville est-elle concernée ?

Comme indiqué par Les Echos début novembre, le projet de loi de Finances rectificative pour 2014, présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres , introduit une hausse de 20% de la taxe d’habitation dans les zones tendues, telles que Paris, sur les logements meublés qui ne sont pas une résidence principale.

Cette majoration est proposée « dans les zones tendues et pour les collectivités qui le souhaitent » et son produit, estimé à 150 millions d’euros, sera versé au budget des communes, indique le ministère des Finances.

La liste des communes dépendant des « zones tendues » a été définie par décret . Cette liste précise également le champ d’application de la taxe annuelle sur les logements vacants.

Voici donc cette liste complète, selon les agglomérations :

Lire la suite

L’Autriche minée par ses banques

La crise non réglée de la banque en faillite Hypo Alpe Adria et les évènements ukrainiens pèsent sur le secteur bancaire autrichien qui représente près de trois fois le PIB du pays.

Le siège de Hypo Alpe Adria, à Klagenfurt am Wörthersee, en Autriche

L’Autriche tremble. Le secteur bancaire de la république alpine, qui pèse près de 3 fois son PIB, semble en effet vaciller. Le premier domino du château de cartes viennois, c’est la banque Hypo Alpe Adria (HAA) qui occupe ces derniers jours la une des médias autrichiens et l’emploi du temps des politiques locaux.

Lire la suite

François Hollande : Le désastre annoncé des fausses prévisions économiques

Voici une chronique de BFM TV qui fait froid dans le dos. Emmanuel Lechypre nous dresse un portrait inquiétant concernant la réalité des chiffres de l’économie française.

François Hollande ne serait pas seulement nul en géographie, notre cher président est également un véritable cancre en économie. Après avoir parlé de Macédonie au lieu de Macédoine, le chef de l’état est maintenant ciblé par les spécialistes économiques.

Lire la suite

Foot : La faillite du Mans FC, une mauvaise nouvelle pour le contribuable ?

En début de semaine, la FFF a décidé d’exclure le club du Mans FC du championnat de CFA2 en raison de sa situation financière. Le club repartira au mieux en Division d’Honneur la saison prochaine. Il s’agit d’une mauvaise nouvelle pour Vinci, qui compte mettre à contribution les collectivités.

Le club du Mans FC a terminé le dernier exercice avec un déficit de 14,4 millions d’euros. En raison de sa dix-huitième place finale, aucun repreneur n’a souhaité sauver le club manceau de la déroute. Rétrogradé sportivement en National, la DNCG a décidé de reléguer le club en CFA2.

En fin de semaine dernière, la FFF a étudié les comptes du club pour connaitre l’ampleur du problème. A la suite de cet audit, elle a décidé d’exclure le club du championnat de CFA2. Le Mans FC pourra au mieux repartir en Division d’Honneur.

Lire la suite

La bombe de la dette vient de grossir

Traduction par notre lecteur Boreas d’un article de Max Keiser, paru le 18 mars 2013 sur le site Russia Today.

Le montant mondial de la dette dépasse l’ensemble des dépôts bancaires dans le monde, et la situation financière actuelle à Chypre est l’inévitable prochaine phase : la confiscation.

Debt%20bomb.jpg

Toute prétention à une « titrisation » de la croissance par les banquiers centraux ou la finance mondiale en conditionnant et reconditionnant la dette, en hypothéquant et ré-hypothéquant la dette, en régulant et en re-régulant la dette, est désormais révolue.

Depuis le début de la reprise du marché obligataire dans les années 1980 (oui, c’est si vieux que ça), les banques centrales et la finance mondiale – le FMI, l’UE et la BCE, pour n’en nommer que quelques-uns – et leurs frères de Wall Street et de la City de Londres ont fait face à chaque crise par une augmentation de la dette et une extension de la maturité de la dette.

Le résultat a été – en 2007 – la plus haute montagne de dette au bilan et hors bilan dans l’histoire : une dette astronomique de 220.000 milliards (si l’on inclut toutes les dettes publiques, privées et contingentes des programmes de prestations non financés) dans l’économie américaine seule, avec ses 14.000 milliards de dollars de PIB. Le volume des dérivés mondiaux de la dette se situe maintenant à plus de 1.000.000 de milliards de dollars, surfant sur un PIB mondial d’environ 60.000 milliards de dollars.

Mais à partir de 2007, puis devenant spectaculairement apparente en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers, la capacité des contribuables du monde entier à payer les intérêts ou le principal de la dette a heurté un mur de briques.

Lire la suite

Des mensonges payés comptant

Complices, les banques et les politiques sont responsables du désastre bancaire en Espagne. Et ce sont les citoyens vont devoir en assumer les conséquences, accuse le directeur du quotidien portugais Jornal de Negócios.

Le désastre du secteur bancaire espagnol est une honte d’Etat. A cause de l’édification d’un mythe. A cause de la complicité entre public et privé dans ce qui est un délit. A cause des bénéfices engrangés par certains, sans commune mesure avec les préjudices à venir pour d’autres. A cause des dénégations. A cause de la contagion. A cause du mensonge. Tout le monde ment. Tout le monde ment aux mêmes : aux contribuab… pardon, au peuple.

Nous avons aujourd’hui le droit de parler de ce qui se passe chez les autres. Puisque c’est nous qui allons payer l’hypothèque de leur maison. Nous, les “Européens”. Quelle différence y a-t-il, au fond, entre la Grèce, qui a menti sur ses comptes publics, et les banques espagnoles, qui ont menti sur leurs bilans ? (…)

Qu’on sorte du petit jeu de la culpabilité !”, déclarait Bob Diamond, le président de la banque Barclays, il y a un an et demi. Quand nous disons que le secteur bancaire a pris la politique en otage, c’est bien de ce jeu là dont nous parlons : des républiques de débiteurs et des monarchies de créanciers. Des financiers qui savent tout et qui embobinent des politiciens qui ne savent rien. Et des uns qui ont la suprême audace de traiter les autres, qui paient pour leurs erreurs, d’analphabètes de la finance. Oui, ceux qui ont fait exploser les budgets futurs, et qui, drapés dans l’austérité, provoquent faillites et chômage, sont aussi ceux qui accusent le peuple d’ignorance financière. Bravo.

Lire la suite de l’article.

Avenir de l’euro : le Financial Times a-t-il raison ?

Par Philippe Milliau, membre du bureau exécutif du Bloc identitaire

Depuis des mois, le Financial Times, principal journal financier mondial, celui qui donne le ton pour les opérateurs du monde de la finance, pronostique la crise de l’euro, puis « la possible fin de l’euro ». A supposer que cela soit vrai, est-ce souhaitable ? Assurément pas.

Lire la suite

Emprunts européens : le grand chassé-croisé

Le regard du responsable des emprunts européens chez BNP Paribas AM.

Supervisant l’investissement obligataire du plus gros fonds institutionnel de la zone euro – 106 milliards d’euros lui sont confiés –, Patrick Barbe décrypte qui sont ces «financiers» auxquels font face les pays européens.

Le Temps : Les responsables européens ont conspué les «spéculations» à l’origine de la crise les affectant depuis un an…

Patrick Barbe : En réalité, la spéculation sur les emprunts des Etats européens – celle des « hedge funds » – est aujour­d’hui limitée. Pour une raison simple : la liquidité sur ces marchés s’est totalement asséchée. Il est cependant vrai que ce sont les flux financiers sur ces obligations – tout autant que l’inquiétude sur la situation financière de chaque pays – qui font maintenant la loi sur les taux d’intérêt de ces Etats. Depuis un an, on a en effet assisté à un véritable basculement de l’équi­libre entre les détenteurs de ces titres.

– Au profit de qui a eu lieu ce mouvement de balancier ?

Lire la suite

Monnaie, recherche désespérement souverain sérieux

Par Jean-Claude Werrebrouck

Les images du bateau, et des passagers clandestins, évoquées dans « l’euro : sursaut ou implosion » se voulaient révélatrices de la réalité de la monnaie unique. Les passagers clandestins étaient les Etats eux-mêmes, et des Etats – puisque passagers clandestins – peu soucieux d’une stratégie de coopération.

Le bateau était lui-même le symbole de la monnaie, et une monnaie sans autre pilote qu’un fonctionnaire indépendant, voire en état d’apesanteur, et surtout dépourvu de gouvernail : la banque centrale est en effet indépendante et son rôle n’est que de maintenir le navire à flot, et ce, sans même lui assigner une direction.

Jadis, le pilote était l’Etat lui-même, et les passagers avaient le statut d’usagers d’un service monétaire largement soumis au caprice du prince. Bref la monnaie avait un maître, et il est vrai, souvent autoritaire, et peu scrupuleux, appelé souverain.

En sorte qu’il était exact que « battre monnaie était un attribut de la souveraineté ». Et souvent avec la violence du souverain : seigneuriage, dilution, assignats, « banqueroute des deux-tiers », inflation, etc. (cf. : « la crise : scénario pour 2010 »)

Le fonctionnement des marchés politiques en Europe, et leur histoire, devait pourtant aboutir à une « grande transformation » à la Polanyi : puisque « l’extériorité » qui tient les hommes ensemble peut devenir le marché, lequel rend faussement et magiquement obsolète l’Etat, alors il est possible d’engendrer une monnaie sans Etat et donc sans souverain : l’Euro était né.

Lire la suite

L’Irlande capitule pour sauver ses banques… et les banques de l’Union

Qui, des États ou des créanciers, doit payer la note de la dette ? A cette question centrale dans le feuilleton sans fin de la banqueroute européenne, on a donc la réponse : ce sont les contribuables qu’on saignera, et les banques qu’on sauvera. Comme aux États-Unis. En l’occurrence, il s’agit des banques irlandaises, que Dublin avait déjà gratifié d’une aide de 50 milliards d’euros, mais aussi – et surtout – des plus grandes banques de l’Union européenne… très exposées en Irlande, de même qu’en Grèce et dans tous les pays dits « périphériques » (voir ce tableau).

Recherchés pour cause de trahison économique

Après s’être fait prier pour sauver les apparences, le gouvernement irlandais a donc capitulé sans conditions. Provoquant l’ire de tout un pays. De toute façon il n’avait pas le choix, c’était ça ou provoquer la faillite de l’euro et de l’Union, nous a expliqué le président du Conseil de l’Europe Hermann van Rompuy.

Et puis que pèse la souveraineté d’un petit pays comme l’Irlande face au monstre idéologique et politique qu’est l’Europe de Bruxelles, qui plus est appuyée par le FMI ? Pas grand chose : il n’y a qu’à voir comment on l’a fait voter une deuxième fois sur un traité constitutionnel européen qu’elle avait pourtant rejeté par référendum…

Je laisse le mot de la fin à Jean Quatremer, fédéraliste convaincu bien connu des cercles européens : « Cette aide européenne sera donc bien une aide aux banques irlandaises. Ce qui pose un vrai problème moral : est-ce aux citoyens européens de voler au secours d’un gouvernement totalement responsable de la faillite de son secteur bancaire et qui a fait le choix de le sauver quoi qu’il en coûte ? Certes, il s’agit d’un prêt, mais tant qu’il ne sera pas remboursé, il y aura un risque pour l’ensemble des contribuables de la zone euro.

Ne pas faire payer les banques et leurs actionnaires, en restructurant la dette bancaire irlandaise, est pour le moins choquant, quel que soit le risque systémique. Offrir aux marchés (et donc notamment aux banques de l’Union) les bretelles ET la ceinture qu’ils exigent, c’est leur offrir une victoire en rase campagne. Et c’est signer la capitulation du politique ».

Olivier Demeulenaere

(Merci à Boum)

Qui a endetté la France ?

Addendum du 20/10/2010 à cet article paru le 09/10/2010

Dans la version intégrale de son intervention, lisible ici, Jean-Yves Le Gallou a bel et bien évoqué la loi de 1973 :

Reconnaissons qu’il y a un autre service rendu à l’oligarchie qui remonte, lui, à 1973. Et il s’agit cette fois de l’oligarchie bancaire : en 1973, la Banque de France s’est vu interdire de prendre en pension des emprunts d’Etat : ainsi fut créé un revenu supplémentaire et sans risques pour les banques qui créent la monnaie qu’elles prêtent à l’Etat ; prêt qu’elles facturent 2% à 3% l’an, ce qui contribue ainsi à augmenter le profit des banques en creusant le déficit de l’Etat, à hauteur de 40 milliards d’euros par an de charge des intérêts.

(Merci à Boreas)

——————————————————

Note de Fortune : dans la mesure où le texte qui suit n’évoque pas la loi du 3 janvier 1973, ni l’article 104 du Traité de Maastricht transposé dans la loi française du 4 août 1993, qui, pourtant, nous paraissent constituer une source fondamentale (même si elle n’est certes pas la seule) de l’endettement public, nous renvoyons, en complément, à ces articles :

- La dette publique une affaire rentable

- La dette publique française

- De Socrate à nos jours, la ploutocratie toujours…

——————————————————

Par Jean-Yves Le Gallou

Qui a endetté la France ?

La réponse est simple : la dynastie des Endettors qui gouverne la France depuis 1981.

La dynastie des Endettors arrive au pouvoir en 1981 : elle ne l’a pas quitté depuis.

Lorsque François Mitterrand, Endettor-Ier, arrive au pouvoir, la dette de la France est de moins de 300 milliards (en équivalent euros actuels) ; il la porte à 650 milliards. Jacques Chirac, Endettor-II, double lui aussi la dette qui atteint à son départ de l’Elysée près de 1.200 milliards. Endettor-III, Nicolas Sarkozy, va faire encore mieux : en trois ans seulement il porte la dette à 1.600 milliards. Tous les premiers ministres successifs ont pris activement part à cette politique.

Tous ces hommes ont eu une logique courtermiste. Leur horizon s’est souvent borné à la prochaine élection : « Plaire aujourd’hui… et facturer le plus tard possible », telle a été leur devise.

La logique clientéliste des Endettors-Distributors

Lire la suite

Quand les contribuables refinancent les bad banks…

Alors que les stress tests des banques européennes n’ont pas fait bondir la bourse, l’annonce d’un assouplissement de la régulation par le comité de Bâle a été, lui, efficace pour les banques. Seraient-elles en si mauvaise position pour qu’un assouplissement réglementaire ait plus d’impact auprès des spéculateurs que les « stress tests » ? D’autant que ces derniers temps, les banques, qui sont encore plus endettées que la France, rapatrient leurs actifs pourris, histoire de faire payer leurs erreurs par les contribuables.

Lundi 26  juillet, le cours en bourse de diverses banques européennes a grimpé de quelques points. Les stress test n’avaient pas eu cet effet, peut-être parce qu’ils ne valaient rien. Là, c’est du sérieux. Alors qu’au G20, on nous a répété qu’on allait faire confiance au comité de Bâle1] pour réguler les banques, notamment en exigeant qu’elles augmentent leurs fonds propres, c’est-à-dire la masse d’argent qu’elles doivent avoir dans leurs coffres pour garantir l’ensemble des prêts et des encours. Actuellement, le taux de fonds propres est fixé à 8%.

Quand une banque vous prête 100€, elle ne les a pas. Elle en a au maximum 8% (et encore, elles parviennent à faire beaucoup moins avec quelques manipulations comptables issues des derniers « assouplissements » réglementaires), ce qui ne l’empêche pas d’empocher les 100€ que vous lui rendez ainsi que les intérêts, tout en mettant votre dette à son actif. Ce système est formidable.

Surtout que c’est pareil avec les États depuis le traité européen que nous avons refusé, et en France depuis que Pompidou, ex ponte de la banque Rothschild, a fait passer une loi interdisant à la Banque centrale de prêter au Trésor, c’est-à-dire à l’État. Du coup, les États aussi sont obligés d’emprunter sur « les Marchés ».

Bref, alors qu’il était question de demander plus de fonds propres aux banques, le comité de Bâle vient de les rassurer, en déclarant qu’il allait « assouplir » ses exigences. Qui restent, à l’heure actuelle, très hypothétiques.

Lire la suite

Banques US : vers un gigantesque «foreclosure-gate» ?

N.B. : à travers notre ligne éditoriale dédiée à la réinformation, nous n’avons jamais fait la promotion des pseudo-solutions marxistes. De même, cet article est certes signé du président de l’Institut Hayek, également affilié à l’Institut Turgot, mais vous noterez qu’il n’y figure quasiment aucune publicité pour les soi-disant remèdes proposés par lesdits Instituts. La rédaction de Fortune

Par Vincent Bénard

Les derniers développements juridiques de la crise financière atteignent les sommets de la quatrième dimension de l’incompétence, la négligence, la bêtise, et maintenant, de la fraude la plus inimaginable. Entre rire et consternation, je vais tenter de vous narrer les aventures de Dupond et Dupont au pays des milliards.

Taux des procédures de saisie immobilière aux USA en août 2010. Couleur la plus foncée : saisie d'une maison sur 54. Couleur la plus claire : saisie d'une maison sur 66,263. Source : Realty Trac (cliquez sur la carte pour l'agrandir)

Des gros couacs dans les procédures de saisie-liquidation ?

Lire la suite

Le prodigieux magot des autoroutes

Plusieurs articles sur ce sujet, dans ce dossier.

La Cour des Comptes, dans son rapport du 04 février 2009 (p. 202, note 91), relevait que la privatisation du réseau autoroutier français, en 2005, avait entraîné une perte de près de 10 milliards d’euros pour l’Etat.

Dans son rapport du 06 février 2008, elle décrivait les tarifs des péages comme opaques et excessifs.

Le tout, alors que les coûts de construction du réseau sont amortis depuis longtemps, et dans un contexte de diminution des budgets d’entretien et de sécurité. Grandes gagnantes : les sociétés privées concessionnaires. Grands perdants : les contribuables et usagers.

(dessin de Deligne)

Lire la suite

Pour sortir de la crise: l’État national renforcé

Par Reinhard Koradi

Ces dernières années, le nombre de personnes sans travail rémunéré a augmenté de façon dramatique. Le fondateur du WEF (World Economic Forum) Klaus Schwab, met en garde contre une crise financière et économique qui pourrait être suivie d’une crise sociale. Des pressentiments semblables sont exprimés – bien qu’encore sous le couvert – par des représentants de gouvernements.

Il se peut que les citoyens doivent être préparés doucement au fait que suite à l’aide rigoureuse de quelques milliards de dollars à des entreprises privées, les caisses de l’État sont vides. Après la dilapidation généreuse des biens populaires et d’immenses dettes accumulées, l’argent manque maintenant pour éviter ou atténuer la catastrophe sociale.

Il est extrêmement inquiétant que ces razzias sur l’argent des contribuables des États souverains aient été initiées pour la plupart par des organisations transnationales (G7 et G20) et aient servi en premier lieu et uniquement de dopage du libre-échange des capitaux, mais pas de l’économie nationale réelle des pays respectifs.

La voie pour sortir de la crise financière et économique est celle de l’État national renforcé. Celui qui soupçonne tout de suite derrière cette exigence un nationalisme caché, du protectionnisme ou bien une isolation du monde extérieur, se ferme à la réalité des crises actuelles et nie le droit à l’autoprotection.

Et comme si ce n’était pas encore assez d’impertinences, les responsables mondiaux – les incendiaires et les profiteurs – de la crise financière devraient encore développer une solution globale pour un nouvel ordre économique et financier qui devrait nous sortir de la crise. Lire la suite

Les raisons du naufrage économique, selon Jean-Marie Le Pen

Vidéo du discours prononcé par Jean-Marie Le Pen, à l’issue du Conseil National du Front National, à Nanterre, le 2 mai 2010 :

http://www.dailymotion.com/video/xd62k4

Voici le texte de ce discours, en ce qui concerne ses parties consacrées plus particulièrement à l’économie :

La situation des travailleurs français :

En ce lendemain de la fête du travail, notre projet de révolution patriotique s’adresse principalement à ceux laissés au bord de la route, abandonnés au chômage par près de 40 ans de politique anarcho-libérale qui établit pour seul aiguillon le profit immédiat, quelles qu’en soient les conséquences humaines, sociales, familiales, ou environnementales.

Dans notre pays, ce sont 5 millions de chômeurs qui sont victimes des conséquences de 4 décennies de politique économique et sociale suicidaire.

Et nous ne pouvons pas compter ceux qui, sachant pertinemment qu’ils ne trouveront pas de travail, n’en cherchent même plus. Que dire des chômeurs de longue durée, qui seront plus d’un million cette année et pour qui le gouvernement n’a d’autre solution que de jeter quelques millions d’euros supplémentaires, à la grande satisfaction des syndicats, devenus les premiers collabos d’un système capitaliste dévoyé.

Lire la suite

L’Union Européenne devrait-elle subventionner la sécurité d’Israël ?

L’intégration d’Israël dans le programme européen de recherche lié à la sécurité ébranle les engagements d’impartialité de l’UE au Moyen-Orient.

Depuis que la Communauté Européenne a commencé à financer la recherche en 1984, autant les montants des fonds que la variété des sujets proposés ont considérablement augmenté (le dernier programme-cadre FP7 a un budget de 53 milliards d’euros sur sept ans). Il en va de même de la participation de chercheurs extra-européens à des projets accomplis en collaboration.

Per capita, aucun pays non-membre de l’Union Européenne n’a autant bénéficié des largesses de l’UE qu’Israël. En effet, selon la Commission Européenne, l’UE est maintenant deuxième à la Fondation des Sciences d’Israël en tant que source de fonds de recherche pour les associations académiques et les entreprises publiques israéliennes.

De plus en plus, en Israël, ce fonds aboutit dans le secteur déjà en pleine expansion de la sécurité. Les revenus israéliens tirés des exportations de produits liés au contre-terrorisme atteignent maintenant, selon le gouvernement israélien, un milliard de dollars par an.

Depuis qu’Israël a été intégré dans la « zone de recherche européenne », la Commission a conclu des douzaines de contrats lucratifs pour le plus grand plaisir d’Israël Aerospace Industries (une entreprise publique de fabrication de drones), de Motorola Israel (producteur de « barrières virtuelles » autour des colonies israéliennes) et d’Elbit Systems (l’une des plus grandes firmes privées de technologie militaire en Israël, qui prend en charge, autour de Jérusalem, des segments du « mur de séparation » construit entre les communautés juives et palestiniennes, pour reprendre le terme des Nations Unies).

Quelques 58 projets de recherche liés à la sécurité de l’UE sont maintenant financés par les 1,4 milliards d’euros de la composante recherche-sécurité du FP7. Des compagnies et institutions israéliennes participent à 12 d’entre eux. Parmi ceux-ci, elles en dirigent et coordonnent cinq. Seuls la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France et l’Italie dirigent plus de projets.

Lire la suite

Sauver l’Europe, mode d’emploi

La crise grecque engendre espoir et inquiétude. Espoir de ceux qui rêvent de voir imploser l’Europe, inquiétude de ceux qui ne peuvent l’imaginer. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que l’Europe est un maillon essentiel du Nouvel Ordre Mondial qui a nécessité tant d’énergie qu’il est « impensable » qu’elle disparaisse. D’ailleurs, des solutions sont déjà prêtes, élaborées depuis très longtemps. Comme d’habitude les réformes seront d’ordre technocratique en mettant en place des structures échappant au contrôle des nations et donc des citoyens.

Bien cerner le problème nécessite quelques rappels.

Tout d’abord, il ne faut pas perdre de vue que le traité de Maastricht a divisé l’Europe en deux : d’un côté, l’Union Européenne, de l’autre, la zone euro. Or, la zone euro est extrêmement fragile, du fait que les pays qui la composent ont des économies différentes. Par exemple, l’Allemagne n’est pas du tout au même niveau que la Grèce, et pourtant, ces deux pays ont une monnaie commune.

Cela n’est pas viable ! En effet, nous étions quelques-uns à expliquer que l’euro, dans l’état actuel des choses ne pourrait pas survivre à une crise majeure.

L’économiste Jean-Claude Werrebrouck avait d’ailleurs, le 4 février 2009, donné une excellente synthèse de la situation : « La solution serait, en Europe, de contourner la très dangereuse divergence croissante des taux d’intérêt sur la dette souveraine, en mutualisant les risques. Ce contournement suppose la création d’une agence commune d’émission, faisant disparaître les « spreads ». Mais cela suppose des stratégies de coopération interétatiques, aboutissant à des règles contraignantes pour les Etats menacés de dépôt de bilan. »

En effet, les écarts des taux d’intérêts sur la dette (les spreads), en raison des divergences économiques, sont inconcevables au sein d’une monnaie commune. On peut comparer cela à un bateau dont aucun des rameurs ne rame à la même vitesse et, de plus, sans gouvernail.

Pour éviter ce problème et sauver l’euro, il faut mettre en place une structure « interétatique », un Trésor européen.

Lire la suite

L’effondrement des États

Des dettes bancaires aux dettes « souveraines. » Les jours comptés de l’État-nation et d’une « hypothétique » réforme monétaire internationale.

Dans une étude transmise à ses clients privilégiés, la Société générale recommande de se tenir prêt face au risque d’« effondrement de l’économie mondiale » au cours des deux prochaines années.

Une manière de dire : « Vous voilà bien prévenu ! » Les auteurs de cette étude fondent leur conclusion sur des données concises, sans préciser bien sûr que la crise actuelle résulte avant tout de la révolution des techniques financières spéculatives des banquiers. Techniques financières qui ont permis, depuis la fin des années 70, l’émergence, malheureusement durable, d’une économie virtuelle aux dépens de l’économie réelle.

Une économie virtuelle qui a désormais besoin, pour survivre, d’écraser la véritable économie, seule source de richesses et d’emplois durables.

Lire la suite

Les trois limites de la dette publique

Notre dette publique a atteint 1.489 milliards d’euros fin 2009, soit 17 points de plus que les 60% du PIB des critères de Maastricht. « Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites », aurait dit Alphonse Allais.

S’agissant de la dette, on peut cependant identifier encore trois limites devant nous :

- la limite de l’efficacité, au-delà de laquelle la dette publique pèse sur la croissance ;

- la limite de solvabilité, au-delà de laquelle un pays ne peut plus payer les intérêts de sa dette ;

- la limite de soutenabilité, au-delà de laquelle la dette est jugée tellement injuste par les jeunes générations, qu’elle entraîne une rupture du pacte social.

La limite d’efficacité est difficile à estimer. Certes, les pays qui ont le plus de dette ont le moins de croissance. Mais les raisons de ce lien peuvent être multiples : c’est le ralentissement de la croissance japonaise qui a entraîné l’augmentation de sa dette publique, et non l’inverse.

Il est clair qu’un fort besoin de financement public va réduire les financements disponibles pour le privé et réduire l’efficacité publique, en rendant impossibles des dépenses d’avenir même très rentables. Mais ces effets sont difficilement quantifiables.

La limite de solvabilité dépend du niveau de la dette et des taux d’intérêt. Le Japon avec une dette de 200 % du PIB, mais un taux de 1,5%, aura le même niveau de charges d’intérêt que la France avec 80% de dette. Voila comment le Japon pourra soutenir, tant que ses taux restent bas, une dette plus élevée que la Grèce.

Lire la suite

La Réserve Fédérale des USA s’est-elle muée en décharge financière ?

La crise a-t-elle transformé la Réserve fédérale américaine (Fed) en grosse poubelle financière ? En dévoilant sur 161 pages, mercredi 31 mars, la liste détaillée de ses actifs toxiques, la banque centrale américaine s’est attirée autant de moqueries qu’elle a suscité d’inquiétudes. “Dire que le portefeuille de la Fed est un amas d’ordures n’est pas très gentil à l’égard des ordures”, ironise, dans une note, David Zervos, analyste chez Jefferies. “La Fed n’a pas à aller bien loin pour comprendre les malheurs d’une banque ou d’investisseurs pris au piège de créances pourries”, commente de son côté le Wall Street Journal.

Tout a commencé au printemps 2008. Pour venir en aide à des établissements financiers en déroute, tels la banque d’affaires Bear Stearns, et l’assureur AIG, la Fed de New York, une branche de la Réserve fédérale américaine, a accepté de prendre en dépôt certains de leurs actifs toxiques. L’objectif ? Les sortir du système financier, au moins pendant quelque temps, afin de rassurer des marchés au bord de l’implosion.

Au total, la Fed aurait ainsi pris à son compte quelque 80 milliards de dollars de créances pourries (59 milliards d’euros). Mais au fil des mois, leur valeur a fondu. Fin décembre 2009, elle n’était plus “que” de 65 milliards de dollars. Répartis dans trois entités ad hoc – Maiden, Maiden II et Maiden III, du nom d’une rue adjacente au bâtiment de la Fed de New York -, ces titres seraient en grande majorité des produits dérivés, tels que des actifs adossés à des prêts immobiliers. Autrement dit, l’équivalent des maudits subprimes. “Ces actifs n’ont pas toujours été pourris. Mais quand la Fed en a pris possession, c’était vraiment le fond du panier”, commente l’économiste Paul Jorion, ancien professeur invité à l’université de Californie de Los Angeles.

Lire la suite

67 % des Français contre le bouclier fiscal

Le magazine Le Point fait paraître quatre articles sur ce sujet sensible. Nous en avons ajouté, de même source, un autre qui, en 2007, posait la question, toujours d’actualité, d’une mesure très contestée.

I – 67 % des Français contre le bouclier fiscal

Le bouclier fiscal, que Nicolas Sarkozy n’entend pas remettre en cause, est contesté par 67% des Français, 39% réclamant sa suppression définitive et 28% sa suspension, selon un sondage CSA * paru jeudi dans Le Parisien/Aujourd’hui en France.

Seul un quart des personnes interrogées (25%) estime qu’il faut maintenir cette mesure symbolique du quinquennat de Nicolas Sarkozy, contestée de plus en plus ouvertement au sein de la majorité.

Près de neuf sondés sur dix (87%) jugent en outre qu’il faut “demander aux plus riches de participer davantage à la solidarité fiscale”.

Lire la suite

Krach, année zéro

La grave crise boursière et bancaire aux États-Unis, précédée par une crise du crédit sans précédent, intervient dans une conjoncture particulièrement difficile, ponctuée de conflits énergétiques et de tensions internationales.

Les analystes n’hésitent pas à brandir le spectre de 1929, tandis que le gouvernement américain prévoit déjà de soutenir le marché à grands renforts de milliards. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi des établissements bancaires réputés solides paraissent-ils aujourd’hui si fragiles ? Comment la contagion peut-elle être endiguée ? Les contribuables américains accepteront-ils de pallier aux égarement du système ?

Partie 1:
http://www.dailymotion.com/video/x79fbw
Lire la suite

Crise et mutation (suite et fin)

Il y a quelques jours, nous avons publié deux extraits d’un livre-dialogue, insolite et inclassable, qui vient de paraître, « Crise et mutation » (Editions Charles Antoni – L’Originel, janvier 2010).

En voici un troisième et dernier passage, dû à Jean-Pierre Crépin, ex-associé du groupe de marketing HighCo, spécialiste de la mutation consommateur citoyen, auteur du blog Nécronomie, sur lequel il chronique la crise après l’avoir annoncée dès 2005.

« L’individu ayant abandonné sa liberté au profit du social, peut, en cas de retournement, se déchaîner contre ce qu’il adulait jusque-là. » (Charles Antoni)

Certes, mais depuis la chute des idéologies, Charles, je pense que les insurrections auxquelles nous aurons droit seront d’un autre ordre ou plutôt le prolongement de celui-ci.

Nous sommes devenus les sous-produits d’un mode de vie érigé en tant que culture : le consumérisme et la culture des Marques devenus philosophie de vie.

Les émeutes de la Gare du Nord avaient donné lieu à des commentaires, où il s’agissait de déterminer si nous étions en présence d’une révolte sociale, ou d’actes de délinquance. Un syndicat de police nous certifiant que nous étions en présence de délinquants, puisqu’il y avait eu pillage d’un magasin de chaussures.
Lire la suite

Aux USA, les fonctionnaires gagnent deux fois plus que les salariés du privé

“Le gouvernement américain dépense de l’argent comme si ce dernier allait passer de mode”, grogne un lecteur américain mécontent – à juste titre. “C’est en partie dû aux énormes salaires versés aux employés du gouvernement, et à la corruption du Congrès”.

Les données de l’Institut Cato concernant les salaires publics par rapport aux salaires privés (c’est-à-dire les contribuables) annoncent des salaires et des avantages publics de 119 982 $ en 2008 contre 59 909 $ pour le secteur privé la même année. C’est le double !

“Et l’écart se creuse encore. Il y a 10 ans, le fonctionnaire lambda gagnait 66% de plus en salaire et avantages que le contribuable qui travaille dans le secteur privé. Aujourd’hui, ce chiffre a doublé. En 2009, le budget du gouvernement fédéral américain pour les salaires a augmenté de 3%, tandis que les employés du privé perdent leur emploi et que leur salaire baisse.

“Vous trouvez ça juste que les contribuables financent le salaire des fonctionnaires alors qu’il est deux fois plus élevé que le leur ?” se demande notre lecteur. “Les employés du gouvernement sont désormais une élite, ils font partie de la classe aisée – comme en Russie. C’est la raison pour laquelle Washington et sa banlieue sont les coins les plus chers du pays en matière d’immobilier. Pour l’instant, la plupart des Américains ne savent pas que le gouvernement paye si bien. Mais il faut le leur dire !”

C’est chose faite ! De fait, USA Today a récemment publié un article sur le sujet. Certains de nos collègues ont attiré notre attention dessus la semaine dernière. En voici les grandes lignes…

“Le nombre d’employés du gouvernement qui touche des salaires à six chiffres a explosé pendant la récession, selon l’analyse de données salariales fédérales menée par USA Today”. Lire la suite

Les banques, lobbies ou mafias ?

Même un système mondial de contrôle peut avoir des ratés. C’est ce qui semble s’être passé ces jours-ci, lorsque le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a laissé entendre que les banques détenaient encore beaucoup d’actifs pourris, c’est-à-dire de prêts trop spéculatifs faits à des acteurs susceptibles de ne pas les rembourser.

Un lobby, dans le langage politique courant, désigne un ensemble d’intérêts, généralement économiques, organisés pour peser sur les organismes politiques, afin d’obtenir des décisions administratives ou législatives en leur faveur.

Un lobby peut être plus ou moins important, il peut provoquer des décisions politiques plus ou moins lourdes de conséquences : le lobby des restaurateurs a obtenu, en France, la baisse de la TVA sur les recettes du secteur. Bricole, significative certes, mais bricole.

Le lobby militaro-industriel américain a sans doute été responsable des grandes décisions stratégiques de l’Etat fédéral depuis la seconde guerre mondiale. Nous ne sommes plus là dans le bricolage.

Un lobby, pour agir, emploie divers procédés légaux et illégaux, le plus illégal étant la corruption directe des responsables politiques et administratifs. Mais il est rare qu’il mette des hommes à lui dans les postes de responsabilités, de façon à prendre directement les décisions qui lui sont favorables.

Toute autre, est la démarche des organisations du crime en société, que l’on nomme les mafias. Nées en Italie et en Asie, généralisées aux Etats-Unis, puis aujourd’hui dans toutes les parties du monde, les mafias pénètrent les organes des Etats et de leurs administrations en y faisant nommer des hommes à elles. Quand elles ne peuvent pas le faire directement, elles multiplient les pressions sur les hauts responsables, chefs d’Etat compris, pour en faire des marionnettes dociles. Dans les cas extrêmes, elles ne reculent pas devant le meurtre. Lire la suite

La grande illusion (de la reprise économique)

Economiste suisse, analyste financier indépendant, membre du World Economic Forum ou Forum de Davos, Michel Santi nous dit son dégoût et son exaspération devant la situation actuelle, qui voit une oligarchie politico-financière déconnectée de l’économie réelle s’enrichir sur le dos des contribuables, tout en se gargarisant de la fin prétendue de la crise.

Comment tolérer un système financier dont la taille dépasse les capacités de production de l’économie ? Comment s’étonner que les liquidités excessives, incapables de se loger dans une économie aux habits décidément trop étroits, aillent se loger dans des marchés financiers et faire le bonheur des spéculateurs ?

Scénario pourtant répétitif d’un crédit subitement moins généreux, qui met en péril la bulle de l’endettement massif, tout en provoquant un effondrement boursier dont la combinaison déroule ses effets nocifs sur une activité économique et un taux du chômage érigés en victimes expiatoires…

Après l’euphorie, vient une déflation qui se répand sur l’ensemble des secteurs économiques, pendant que les Etats volent au secours d’un système financier autrefois champion des produits sophistiqués comme les subprimes. Les constructions financières ne sont-elles que des châteaux de cartes, donnant aux investisseurs et aux spéculateurs l’illusion de la richesse ?

Comment appréhender un instrument financier comme les subprimes, qu’il est pratiquement impossible – même aujourd’hui – de valoriser de manière fiable ?

Qu’à cela ne tienne : L’Etat, qui n’est providence que pour les investisseurs, soustrait ces instruments financiers toxiques aux affres (et à la cotation) d’un marché pourtant naguère encore bienfaisant.

L’hémorragie du système financier, les saignées boursières seront stoppées avec l’argent du contribuable : le destin du citoyen moyen est donc de sauver le spéculateur… Il est en effet écrit que les Etats dépenseront sans compter, dès lors qu’il s’agira de stabiliser le système financier, tandis qu’au même moment, les ménages devront subir des réductions drastiques de leur budget !
Lire la suite

Etats-Unis : pourquoi les banquiers se font casser partout

Il y a un sport qui fait fureur aux Etats-Unis : le « banker-bashing » (littéralement, le « cassage de banquier ou de financier »). La discipline est pratiquée un peu partout sur la planète, essentiellement par des commentateurs feignants et des politiciens démagogues, mais elle connaît depuis peu un renouveau dans un pays plutôt réputé pro-business.

Le « banker-bashing » fait des émules jusque dans les médias, qui passaient pourtant leur temps à chercher des « success stories » et semblent avoir pris du recul. Journalistes et commentateurs s’interrogent de plus en plus sur les raisons de la crise économique et désignent, parfois de façon caricaturale, les coupables sous les vocables de « banquiers », « financiers »…

L’opinion publique elle aussi se révolte, dans une Amérique où le banquier a toujours eu une bonne image, ce banquier qui octroie aux familles l’hypothèque et le crédit, étapes indispensables sur le chemin de l’American Dream.

C’est bien l’économie réelle qui a fait tomber le rêve américain : face à la reprise boursière et aux profits historiques de Wall Street, la réalité économique du pays paraît d’autant plus dramatique qu’elle touche toute la population. Lire la suite

La Bourse est déconnectée de l’économie réelle : “ils n’ont décidément rien appris”

Un article de Philippe Béchade, collaborateur de La Chronique Agora, site « contrarien » que nous avons déjà cité, explique, avec une ironie mordante, pourquoi le marché financier exulte actuellement, alors que la crise est toujours là, voire s’aggrave, pour ceux qui ne bénéficient pas de “l’argent gratuit”.
Argent, qui est en effet littéralement distribué aux spéculateurs par les gouvernements réunis au sein du G-20, par le biais d’une politique de poursuite des soutiens publics à l’économie et de taux d’intérêts faibles, voire nuls, favorisant le “carry trade” au détriment du dollar.

M. Béchade est clairement d’avis que cela ne peut guère durer, puisque cette folie boursière reposant sur du vent reproduit, en pire, les “erreurs” du passé, selon des mécanismes conduisant inévitablement à la crise. Avant l’indigestion, les excès…

▪ Le marché est une entité binaire, il monte ou il baisse… Cette alternative simplissime génère une abondante littérature théorique et mobilise au quotidien les meilleurs cerveaux qui rivalisent d’ingéniosité pour prendre un coup d’avance, sur la base de minuscules indices techniques et autres signaux imperceptibles réputés “précurseurs”.

Comme le rappellent de nombreux humoristes, faire des prévisions, c’est difficile, surtout lorsque cela concerne le futur, alors le marché s’efforce plus raisonnablement de prédire le présent… et même avec cet objectif moins ambitieux, il n’y parvient pas toujours.

Mais les choses sont en train de changer. Les banques centrales ont doté les marchés d’un “grand convertisseur” qui élimine — en temps réel — toute équivoque sur la tendance. Lire la suite

“Cessons de nous ruiner pour sauver les riches”

Bob Herbert, éditorialiste du New York Times, s’insurge devant le scandale de l’insolente richesse retrouvée par ceux qui n’ont dû leur survie qu’au prix d’un sauvetage qui a ruiné l’Etat, alors même que la grande majorité de ses concitoyens lutte pour parvenir à joindre les deux bouts ou à conserver un toit.
Les grands titres qui faisaient la première page du New York Times ce samedi résumaient sans le vouloir la situation terrible dans laquelle nous avons permis que notre pays s’enfonce.

A droite, le titre de Une annonçait : « Le déficit US s’élève à 1 400 milliards de dollars – le plus important depuis 1945. »

Celui situé à proximité disait : « Le renflouement permet la renaissance des banques et des bonus »

Nous avons passé ces dernières décennies à couvrir les riches d’argent, comme s’il n’y avait pas de lendemain. Nous avons abandonné les pauvres, étranglé économiquement la classe moyenne et mis en faillite le gouvernement fédéral – tout en donnant à peu près tout ce qu’ils voulaient aux banques, aux méga-entreprises et à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique.

Mais nous ne semblons toujours pas en avoir tiré les leçons qui s’imposent. Nous avons laissé tant de gens tomber dans le terrible abîme du chômage, que personne – ni l’administration Obama, ni les syndicats, ni certainement quiconque au Parti républicain – n’a la moindre idée sur la façon de leur redonner du travail.

Pendant ce temps, Wall Street tutoie les sommets. Je suis étonné de voir à quel point la population reste passive face à ce scandale qui perdure. Lire la suite

“Le Marché fait grimper les cours de façon astronomique pour générer le versement de bonus”

Un article de Philippe Béchade, collaborateur de La Chronique Agora, site “contrarien” que nous avons déjà cité, fait en termes caustiques la synthèse de l’étrange climat régnant en ce moment sur les marchés boursiers :

▪ Un déluge de mauvaises nouvelles avait fait plier Wall Street de 0,8% et les places européennes de 1,5% vendredi. En cause, le moral des ménages américains — dans un état aussi pitoyable en octobre que les résultats commerciaux des banques de réseau américaines.

L’actualité du week-end était un désert — à part la faillite de la 99ème banque régionale aux Etats-Unis. Quant aux nouvelles ce lundi, elles se résumaient à une étude négative de la NAHB (la National Association of Home Builders/Wells Fargo) sur le sentiment des constructeurs de maisons individuelles : il retombe vers 18 contre 19 en octobre et 72 fin 2006. C’est donc tout naturellement qu’un vent d’euphorie s’est levé sur les places occidentales dès la reprise des cotations.

A Paris, le CAC 40 a rebondi de 65 points (1,7%) ; moins de 3,1 milliards d’euros ont été échangés. Les places européennes ont grimpé de 1,85% en moyenne, avec des gains dépassant les 1,9% à Francfort.

A Wall Street, le Dow Jones et le S&P 500 gagnaient 1,1% à la mi-journée, dans le sillage des valeurs bancaires pourtant attaquées vendredi. Le Nasdaq en était à +0,95%… Ces trois indices inscrivent au passage de nouveaux records annuels après à peine une heure de cotation.

Quelques rares esprits suspicieux n’ont pas manqué de s’étonner de cette performance pour le moins inattendue… mais cela est dû à leur mauvaise habitude de se préoccuper d’un élément bénin que les marchés ont pris la saine habitude d’ignorer royalement : la réalité. Lire la suite