Finlande : 8 jours de congés en moins pour les fonctionnaires

Le gouvernement de droite en Finlande a annoncé ces deux derniers jours une nouvelle cure d’austérité pour relancer la compétitivité du travail et alléger le budget de l’État.

Il propose notamment de réduire de huit jours la durée des congés des fonctionnaires (actuellement de 38) et de ne plus rémunérer deux jours fériés pour les salariés.

Inégaux face au rythme du temps

Travail à la chaîne, le dimanche, la nuit, en horaires décalés… Les inégalités dans l’usage et le contrôle du temps façonnent nos modes de vie. Les plus favorisés réclament toujours plus de flexibilité pour les autres, au nom de la modernité. Par Louis Maurin, directeur de l’observatoire des inégalités.

Que faites-vous en février ou à Pâques ? Si vous avez la chance de pouvoir vous affranchir du travail pendant une semaine, vous êtes sans doute du bon côté. Celui de la minorité qui dispose d’un peu plus que les cinq semaines légales de congés payés, et des moyens pour prendre le large. Les inégalités dans l’usage et le contrôle du temps façonnent nos modes de vie, sujet bien plus rarement évoqué que celui des revenus.

Lire la suite

L’avènement du tourisme de masse

Né à la fin du XVIIe  siècle, le tourisme est passé d’une pratique réservée à une élite à une migration saisonnière amplement partagée. Cette massification n’a pas pour autant supprimé les inégalités d’accès.

Adolf Friedrich Erdmann von Menzel : Plan de voyage

À la fin du XVIIe  siècle, Blaise Pascal écrivait que « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre » (Pensées). Au même moment, les jeunes aristocrates britanniques s’inquiétaient plutôt d’obtenir « une chambre avec vue » à chacune des étapes du grand tour qui les conduisait déjà jusqu’au Sud de l’Italie. Immortalisée par le roman d’Edward M. Forster, adaptée à l’écran par James Ivory (Chambre avec vue, 1985), cette étape obligée de la formation des jeunes Anglais de bonne naissance marque le point de départ du tourisme. D’un loisir jadis exclusif, celui-ci est devenu, pendant la seconde moitié du XXe  siècle, une migration saisonnière amplement partagée, sans pour autant, loin s’en faut, avoir effacé toutes les barrières sociales.

Lire la suite

Notre rythme de travail laisse présager une société de maniaco-dépressifs

Les interactions toujours plus rapides et nombreuses dans le monde du travail font des dommages collatéraux : de plus en plus de salariés sont touchés par le “syndrome d’épuisement professionnel”, aussi appelé burn-out.

Atlantico : 5 à 10% de la population active française serait concernée par le burnout, autrement appelé « syndrome d’épuisement professionnel ». En quoi cela consiste-t-il ? Quels en sont les symptômes ?

Odile Chabrillac : Il s’agit d’un abattement à la fois physique, psychologique et intellectuel lié au contexte du travail. C’est le stade ultime du stress qui s’installe en général progressivement. On peut discerner plusieurs étapes la plupart du temps : le sujet s’investit d’abord corps et âme à la tâche. Il se rend ensuite compte que l’énergie qu’il déploie professionnellement ne donne pas les résultats escomptés, mais il continue pourtant. La personne se sent frustrée voire abattue ou impuissante, et commence à consommer des médicaments anti-fatigue la journée et des somnifères le soir. À partir de là, elle ne ressent plus de plaisir à travailler, déplaisir qui peut aller jusqu’à l’impossibilité d’aller travailler. Avant d’arriver à cette situation de rupture, les symptômes peuvent être nombreux : cela va des troubles digestifs, respiratoires, sexuels, à toutes les affections du système nerveux – Irritabilité, spasme, agitation, hypersensibilité, troubles du sommeil, angoisse et ses manifestations (palpitations, mains moites…).

Puis surviennent d’autres signes en rapport avec un état de lassitude extrême : fatigue générale sans amélioration avec le repos (week-end ou congés), trouble de la mémoire, perte de l’estime de soi, sommeil de plus en plus perturbé, perte ou au contraire prise de poids…

Lire la suite

En août, la France n’est plus un désert économique

Avec l’évolution de la société, la mondialisation et les 35 heures, de plus en plus d’entreprises ne baissent pas le rideau l’été. Les Français préfèrent fractionner leurs congés.

Un départ en vacances normal, de nos jours.

Connaissez-vous Paris au mois d’août, un film réalisé en 1965 par Pierre Granier-Deferre tiré du roman éponyme de René Fallet ? On y découvre la passion dévorante, en plein mois d’août, d’un jeune quadra (Charles Aznavour), resté seul à Paris alors que sa femme et ses enfants sont partis en vacances, pour un jeune mannequin britannique.

À l’issue de ce mois torride mais condamné par le simple retour de sa famille au bercail, le cœur du chanteur «ressemble à s’y méprendre à Paris au mois d’août». Il est tout simplement «vide de tout». Vide comme le reste de la France : à l’arrêt, fermé pour congés, en sommeil prolongé. Dans l’imaginaire collectif, rien ne fonctionne en août : l’activité économique tourne au ralenti, les services publics sont désertés, les médecins abandonnent leur cabinet et il est impossible de trouver un plombier ou un serrurier en urgence ! La France s’arrête, comme figée pour un mois dans la glace ou le marbre. Mais la réalité est, comme souvent, un peu plus complexe.
Lire la suite

Brève histoire de l’oligarchie en Russie

Par Xavier Moreau

Mikhaïl Khodorkovski

Le mot oligarque symbolise à lui tout seul l’histoire de la Russie de ces vingt dernières années et nous le trouvons utilisé pour désigner tout et n’importe quoi. Ce terme qui, au milieu des années 90, était synonyme de puissance et était ouvertement revendiqué est aujourd’hui récusé par les grandes fortunes de Russie, tant il est lié aux pires heures de l’ère Eltsine.

L’oligarchie a fortement évolué tout au long de la période. Certains oligarques sont tombés dans l’oubli, d’autres ont fui ou sont en prison. Les plus pragmatiques se sont adaptés en renonçant à toute prétention politique, ce qui rend d’autant le terme inadéquat pour les désigner aujourd’hui.

Lire la suite

Claude Bébéar ne comprend pas la résistance des Français à la réforme des retraites

A 75 ans, Claude Bébéar (…) président d’honneur de l’assureur Axa – groupe qu’il a créé et dirigé – [et co-auteur de la Charte de la diversité en entreprise], figurait au sein de la commission Attali qui vient de remettre 25 recommandations pour doper la croissance. L’Institut Montaigne, le ” laboratoire d’idées “ qu’il préside, vient de publier un fascicule intitulé ” 15 propositions pour l’emploi des jeunes et des seniors “. Dans un entretien au Monde, il défend la retraite par point, conseille à Nicolas Sarkozy d’adopter un style moins agressif et demande aux entreprises de s’engager pour l’emploi des jeunes. Extraits.

Les fonds de pension américains ont perdu, en 10 ans, 60,7% de leur valeur. La retraite perçue par un américain de 65 ans a baissé de 71,7%. Source : http://www.lipperweb.com/

Les Français restent largement hostiles à la  réforme  des retraites. Comprenez-vous leur  résistance ?

Lire la suite