Quand l’argent fait sécession

Après avoir connu une phase de repli entre la fin de la Première Guerre mondiale et les années 1960, les inégalités sont de nouveau en hausse. Jusqu’où les plus riches peuvent-ils creuser l’écart? Est-on condamné à revivre une fin de 19e siècle où les 10 % les plus riches détenaient 90 % des richesses? Quels sont les instruments de cohésion sociale à notre portée?

Dialogue entre Thomas Piketty, économiste et Thierry Pech, journaliste, dans le cadre du cycle de films “L’argent ne fait pas le bonheur (!)” au Forum des images, le 23 janvier 2014 à Paris.

Italie : La pauvreté à des niveaux records

La pauvreté n’a jamais été aussi répandue en Italie depuis au moins 1997, montre un rapport sur la cohésion sociale publié lundi par l’institut de la statistique, Istat. Selon ces données, la pauvreté, définie pour une famille avec deux enfants par des revenus mensuels égaux ou inférieurs à 991 euros, concernait 12,7% des familles italiennes en 2012. Un tel niveau n’avait jamais été atteint depuis la création de cet indice en 1997.

Le nord comme le sud de l’Italie sont concernés par cette aggravation, liée à la crise économique entraînant une hausse du chômage et une baisse des revenus. De 2011 à 2012, le taux de pauvreté est passé de 4,9% à 6,2% dans le nord et de 23,3% à 26,2% dans le sud.

Ce rapport peint un tableau particulièrement sombre de la situation économique et sociale de l’Italie, frappée par sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

Roberto Fiorini : “Capitalisme et immigration”

Interview réalisée avec Roberto Fiorini en juin dernier par le magazine “Le Harfang” (organe de la fédération des québécois de souche) et publiée dans son numéro 5.

Vous avez noté à plusieurs reprises qu’économiquement, l’immigration était nuisible aux peuples qui la subissent. Pourtant, la plupart des gouvernements occidentaux nous présente l’immigration comme la panacée. D’où vient cette volonté étatique d’imposer l’immigration à un peuple qui n’en retire rien ?


Pourquoi l’immigration ?

L’immigration est une arme du capital contre les peuples. Les salariés la subissent par la concurrence économique déloyale que l’immigration fait peser sur les salaires. En permettant des salaires moins disant, l’immigration pèse sur les salariés autochtones, et servent ainsi les entreprises, qui voient leur masse salariale baisser, et ainsi leurs profits augmenter.

Le rôle de l’état est ici de permettre que tout ceci soit possible par l’élaboration de lois qui permettent que ce scénario puisse voir le jour. Les juges rendent ces lois pérennes et la police les fait respecter au quotidien : au final c’est tout un appareil qui collabore à notre remplacement sur notre propre sol. Le degré de conscience de chacun des acteurs de notre auto suicide est différent, mais le résultat est le même.

Lire la suite

Immobilier, la bombe qui menace tous les Français

Flambée des prix et des loyers, pénurie de constructions, spéculation, relégation, exclusion… Plus de cinquante ans après l’appel de l’abbé Pierre, la crise du logement s’est de nouveau durablement enracinée en France, menaçant la cohésion sociale du pays.

Depuis des années, un spectre hante la société française : celui du mal-logement. On ne compte plus les cris d’avertissement par lesquels on s’efforce d’alerter les pouvoirs publics sur cette situation inique, odieuse, invivable. En vain. Dans notre pays, il n’y a pas une question du logement, il n’y a même pas une crise du logement, il y a un scandale du logement. Ce scandale, l’actualité nous en fournit chaque jour d’éloquentes illustrations : scandale de la spéculation immobilière, scandale des cautions et garanties toujours plus élevées tandis que la précarité de l’emploi est un handicap absolu pour devenir locataire.

Nos concitoyens consacrent, aujourd’hui, plus du quart de leur budget pour avoir un toit, et pour un nombre croissant d’entre eux ce taux atteint 50 %, voire 70 %, comme c’est le cas parfois à Paris. Bref, le scandale du logement est là. Tous nous sommes touchés ou le serons un jour. Nous, ou nos enfants…

Scandale des ventes à la découpe, scandale de l’enrichissement des uns face à l’appauvrissement grandissant des autres, scandale de la pénurie non seulement des logements sociaux mais de tous les types d’habitation, scandale des marchands de sommeil qui touchent les immigrés mais aussi les déclassés et les jeunes.

Scandale de voir se créer des territoires d’exclusion spécialisés dans l’accueil des populations fragilisées, qui sont interdites d’installation dans les villes qu’ils font pourtant vivre et qui, pour la plupart, resteront assignées dans ces quartiers en difficulté.

Les classes moyennes craquent

Lire la suite