La fabrique du surhomme soviétique

En 1917, les vainqueurs de la révolution sont confrontés à une société russe pauvre et essentiellement agricole. Pour assurer l’industrialisation du pays, il est nécessaire de mettre l’individu au service du collectif.

Les travaux de Pavlov sont mis à profit pour conditionner les ouvriers dans les usines, mais aussi rééduquer les «éléments non prolétariens» dans des camps de travail.

De son côté, le généticien Ilya Ivanov se passionne pour les croisements entre singes et humains : il espère donner naissance à un être hybride, qui servirait de robot ou de cobaye dans les laboratoires.

Médecine : Devenez cobaye humain pour un laboratoire

Winard Corporation est une société très innovante qui a décidé de passer à la vitesse supérieure en termes de recherche médicale. Pour accélérer la mise au point de traitements révolutionnaires, elle utilise des cobayes humains prêts à tout pour faire avancer la science. La bonne nouvelle ? Winard lance une grande campagne de recrutement. Il ne reste plus que vous pour changer le monde !

Le laboratoire médical Winard Corporation est aujourd’hui le leader dans le secteur des expériences faites sur des humains. Un procédé qui peut paraître un peu dangereux mais qui n’a pas son égal en termes de résultats. Comme le dit Claire Beaumont, chercheuse au service de transplantation : « C’est incroyable de voir tout ce que cette entreprise nous laisse faire. Nous pouvons amputer des organes, inoculer des virus mortels à des nourrissons ou encore observer les conséquences d’une brûlure à l’acide sur la peau. »

Qui dit cobayes humains, dit forte demande! La société est actuellement en train de lancer une audacieuse campagne de recrutement pour accueillir de nouveaux volontaires. « C’est une expérience unique pour tous ces gens de rentrer dans l’histoire », déclare Claire. « Le problème, c’est que nous avons besoin de nouvelles têtes en permanence. Les cobayes sont très peu souvent réutilisables. Quand on expérimente sur une amputation et que nous avons déjà coupé le bras du sujet précédent, c’est compliqué de lui proposer de participer à nouveau. »

Lire la suite

OGM : l’étude russe qui pourrait «déraciner» une industrie

En 2009, près de 3% des terres agricoles étaient couvertes d’OGM avec 134 millions d’hectares, selon l’ISAAA qui chaque année fait état des cultures des plantes transgéniques dans le monde. Et le dossier des OGM alimentaires – dont de très nombreuses pages restent encore floues à ce jour – pourrait bien s’alourdir prochainement alors qu’une nouvelle pièce en provenance de Russie est sur le point d’y être ajoutée.

Campbell_hamster_blue_fawn.jpg

Celle-ci prend la forme d’une étude, dont les résultats les plus frappants viennent d’être présentés à la presse en Russie dans le cadre de l’ouverture dans ce pays des Journées de Défense contre les Risques Environnementaux. Elle est même évoquée par Jeffrey Smith, fondateur de l’Institute for Responsible Technology aux États-Unis et auteur de référence dans le monde des OGM avec notamment son ouvrage Seeds of Deception (littéralement « les semences de la tromperie ») publié en 2003.

A ce jour, les évaluations d’OGM conduites et financées grâce à des fonds publics se comptent sur les doigts d’une seule main.

Menée conjointement par l’Association Nationale pour la Sécurité Génétique et l’Institut de l’Écologie et de l’Évolution, cette étude russe a duré deux ans avec pour cobaye des hamsters de race Campbell, une race qui possède un taux de reproduction élevé. Ainsi, le Dr Alexey Surov et son équipe ont nourri pendant deux ans et d’une manière classique les petits mammifères, à l’exception près que certains d’entre eux ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM (importé régulièrement en Europe) tolérant à un herbicide .
Lire la suite