Les énergies du futur

Charbon, gaz et surtout pétrole. Qu’en est-il de notre consommation énergétique actuelle ? Et quel est le tournant qu’elle doit impérativement prendre à l’avenir ? L’homme a conscience qu’il faut modifier ses comportements, diversifier les sources d’énergie. La sauvegarde de notre planète en dépend. Un seul frein : le poids politique et économique de ces industries.

Faut-il faire le deuil du pic pétrolier ? (Audio)

En raison du développement exponentiel de l’exploitation du pétrole de schiste par facturation hydraulique sur leur territoire, les États-Unis se dirigent vers l’indépendance énergétique à l’horizon 2020. L’extraction du gaz de schiste à l’aide de la même technologie a déjà causé l’effondrement de son prix dans ce pays.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Débat entre deux spécialistes du secteur pétrolier et un économiste autour de la question: la théorie du pic pétrolier est-elle encore valide, et comment le “renouveau” du pétrole abondant s’inscrit-il en regard du changement climatique.

Cependant, plusieurs caractéristiques du pétrole de schiste rendent les prévisions de production incertaines: les puits exploités par fracturation produisent beaucoup la première année, puis les quantités extraites diminuent rapidement. Cela oblige les compagnies à ouvrir sans cesse de nouveaux puits pour maintenir le niveau de production.

La fracturation utilise beaucoup d’eau et de sable, éléments dont la disponibilité peut poser problème à terme. Les très nombreux produits chimiques utilisés pour fracturer la roche mère rendent les déchets produits hautement problématiques. Enfin, tant qu’une fracturation n’a pas été effectuée, il est impossible de déterminer à l’avance le potentiel d’un forage.

Lire la suite

Les dessous de la mondialisation : Mongolie, le souffle de la mondialisation

La Mongolie est en train de vivre un moment historique : ancienne république soviétique, cette jeune démocratie coincée entre la Russie et la Chine s’éveille sur un tas d’or, d’uranium, de charbon et de cuivre.

L’extraction minière entraîne une croissance à deux chiffres, fait la fortune de nouveaux millionnaires mongols à l’image des frères Dagvadorj et attire les investisseurs du monde entier.

Réalisé par Isabelle Vayron de la Moureyre (2013)

Chine : Comprendre l’ampleur de la pollution en 3 minutes

« Airpocalypse », c’est ainsi que les Chinois surnomment les situations d’extrême pollution qui plongent les grandes villes du pays dans un épais brouillard toxique. A mesure que le temps passe, le phénomène s’aggrave, et les records de contamination de l’air se succèdent à grande vitesse. Mais comment la Chine en est-elle arrivée là ?

Les pollutions se multiplient aux Etats-Unis

Deux affaires survenues en Virginie-Occidentale révèlent les carences de la politique environnementale. Le lobby du charbon continue de s’opposer à des normes plus sévères contre le changement climatique.

Plus de 22% des rivières et cours d’eau du sud de la Virginie-Occidentale sont pollués du fait des mines de charbon à ciel ouvert, selon une récente étude universitaire

Un réservoir percé de la société Freedom Industries a laissé s’échapper plus de 38.000 litres de produits chimiques toxiques le 9 janvier dernier dans le fleuve Elk, en Virginie-Occidentale. En conséquence, quelque 300.000 personnes ont été privées d’eau pendant plusieurs jours, le précieux liquide étant pollué au MCHM, un hydrocarbure servant à laver le charbon. Pour aider la population à faire face à la crise, des milliers de bouteilles ont été distribuées.

La réaction de l’Etat de Virginie-Occidentale s’est avérée molle et la société responsable de la catastrophe est restée aux abonnés absents. La pollution a sapé la confiance des habitants dans leurs autorités. Plus d’un mois après la fuite, nombreux sont les résidents qui refusent toujours de consommer l’eau du robinet malgré la levée de l’interdiction de la consommer. Pour eux, le message est d’autant plus confus que l’interdiction s’applique toujours aux femmes enceintes.

Et puis, le jour même où une responsable du Centre pour le contrôle des maladies et la prévention (CDC) annonçait que la population pouvait se baigner et boire l’eau du robinet, deux écoles de Charleston, la capitale de l’Etat, ont décidé de fermer, après avoir détecté l’odeur de réglisse caractéristique du produit chimique incriminé. Une enseignante s’est évanouie et une élève s’est plainte de brûlures aux yeux.
Lire la suite

La croissance est obsolète

Par James Howard Kunstler

Le mot qui ne sort pas de l’esprit de ceux qui aiment cogiter sur des problèmes économiques est ‘croissance’. Celle-ci est devenue extrêmement problématique au cours de ces dernières années, notamment à mesure que la population mondiale s’élargit et que l’écologie s’en trouve affectée. Souvenons-nous que Thomas Carlyle (1785-1881) surnommait l’économie la ‘science sombre’ en référence aux travaux de Thomas Malthus, parce que la conclusion Malthusienne était pour le moins pessimiste : tôt ou tard, le gonflement de la population mondiale dépasserait la capacité de la planète à satisfaire ses besoins.

Il se trouve que l’essai du Révérend Malthus, intitulé Essay on the Principle of Population, a été publié pour la première fois en 1798, juste au moment de la révolution industrielle. Ce mélodrame extravagant liait le développement de l’invention mécanique et l’énergie fossile. Le premier développement a été alimenté par le charbon et a permis à la population de s’élargir parce qu’il permettait aux nations colonialistes de poursuivre leur extraction de ressources. Et puis est apparue la production de pétrole, plus puissant et plus versatile que le charbon. Il était notamment plus utile que le charbon dans la mesure où il était convertible en nourriture.

Le pétrole a permis de faire fonctionner des machines agricoles, mais aussi à la création d’herbicides, de fertilisants et d’insecticides à base de pétrole et de gaz (un dérivé du pétrole), et au transport de marchandises sur de longues distances… C’est lui qui a permis au nombre d’humains sur Terre de passer de 2 milliards dans les années 1900 à plus de 7 milliards aujourd’hui.

Lire la suite

Chine : La révolution verte

De plus en plus confronté aux désastres écologiques, le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre développe des technologies de pointe pour résoudre les problèmes liés à sa croissance insolente.

Pollution de l’air et de l’eau, avancée des déserts, fonte des glaciers, conditions climatiques extrêmes, explosion démographique dans les villes… En Chine, conséquence d’une croissance économique toujours plus florissante, les catastrophes écologiques sont devenues une triste réalité.

Mais, depuis quelques années, le numéro un des émissions de gaz à effet de serre cherche — et trouve — des solutions particulièrement inventives à ses problèmes environnementaux.

Un travail de titan quand on sait que les réformes entreprises dans le pays au cours des trente dernières années ont généré une augmentation très rapide de la consommation d’énergie : toutes les heures, 1.800 nouvelles voitures y sont fabriquées, 480 tonnes d’ordures y sont jetées chaque minute et 100 tonnes de charbon brûlées toutes les secondes.

Lire la suite

Matthieu Auzanneau : “Pic pétrolier: chimère ou danger imminent ?”

Le pic pétrolier, c’est l’instant historique à partir duquel la production mondiale de pétrole déclinera, faute de réserves suffisantes encore exploitables.

Demain, Mad Max ? Quelles peuvent être les conséquences pour notre mode de vie d’un sevrage forcé de la source d’énergie qui a permis l’essor de la société industrielle, et que l’ensemble des autres sources d’énergie paraît être incapable de pleinement remplacer ?

Allemagne : La pauvreté existe aussi au pays du “miracle économique”

L’Allemagne, pays de Cocagne ou mirage économique ? Du temps où elle tournait à plein régime, la mine “Minister Stein” produisait plus de 2 millions de tonnes de charbon par an. Jusqu‘à sa fermeture le 31 mars 1987, la “Minister Stein” était l’un des symboles de cette industrie lourde qui s’est forgée dans le bassin de la Rhur et qui fut l’un des moteurs du miracle économique allemand.

Récemment encore, taux de pauvreté et croissance économique étaient étroitement liés, en d’autres termes: davantage de croissance signifiait moins de pauvreté, mais plus aujourd’hui. Une étude a démontré qu’en 2011 le PIB allemand a beau avoir augmenté de 3.9%, cela n’avait pas fait baisser le taux de pauvreté ; au contraire celui-ci a augmenté de 4.1%.

A l’approche des élections législatives, les principaux partis politiques planchent sur différentes solutions pour la Rhur et les autres régions en crise. Mais comment réduire la fracture sociale dans une Allemagne qui apparait aux yeux de tous en si bonne santé ?

Acculée, la Chine fait de la lutte contre la crise écologique son chantier prioritaire

La sanction a été annoncée jeudi 29 août par le ministère de la protection de l’environnement : l’Etat a refusé de donner son approbation à tout projet de nouvelle raffinerie des géants pétroliers du pays, CNPC et Sinopec. Plusieurs de leurs installations ne respectent pas les objectifs de réduction des émissions polluantes.

Traditionnellement, le ministère de l’environnement pèse peu face aux puissantes sociétés d’Etat chinoises du secteur de l’énergie. Mais la Chine a décidé de frapper fort.

Lire la suite

Radio Courtoisie : « Transition énergétique »

Sur Radio Courtoisie, le 26 août, Henry de Lesquen recevait Jacques Percebois, Directeur du CREDEN, et André Pertuzio, consultant pétrolier international, dans son libre journal, sur le thème de l’énergie et de la transition énergétique. Les intervenants ont surtout une approche économique des choses. Ils semblent en effet faire assez peu de cas des considérations écologiques, notamment celles liées à l’exploitation des gaz de schistes.

Plus d’émissions téléchargeables (Radio Courtoisie) ici
Lire la suite

Le Roi Charbon

« King Coal » (Le Roi Charbon) est de retour. Décrié et polluant, irrésistiblement peu cher, le charbon devrait d’ici 5 à 10 ans détrôner le pétrole comme première source d’énergie dans le monde.

Le charbon est tiré par l’appétit de la Chine, mais aussi de l’Europe et… de la France, où malgré tous les discours sur les énergies vertes, sa part dans la production d’électricité ne cesse d’augmenter. Principal pays exportateur vers l’Hexagone: les États-Unis.

Public Sénat 27/06/2013

France – Notre très chère énergie…

Malgré la baisse générale de l’activité en 2012, la facture énergétique du pays s’est alourdie. Le coût de l’énergie pèse trois fois plus dans le PIB qu’il y a 20 ans.

Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a publié mardi un très instructif bilan énergétique de la France pour 2012. Alors que les tarifs de l’électricité vont être revus à la hausse jeudi, voici l’occasion de constater, watt par watt, euro par euro, le vrai coût de toutes les énergies pour le pays… et votre porte-monnaie.

La crise a-t-elle fait baisser la facture énergétique du pays ?

En 2012, la consommation finale d’énergie a un peu baissé, de l’ordre d’un million de tonnes d’équivalent pétrole. Pourtant, la facture énergétique du pays a crû de près de sept milliards d’euros en un an, pour atteindre un montant record de 68,7 milliards d’euros.

Lire la suite

Chine : Les enfants perdus de la pollution [Archive]

C’est le combat d’une vie. Kong Zhenlan, ou “Mama Kong” comme on l’appelle dans son village, se bat depuis des années pour sauver les enfants perdus des campagnes de Chine. Nous sommes dans le bassin minier du Shanxi, à l’ouest de Pékin, où l’on brûle chaque année des millions de tonnes de charbon pour fournir de l’électricité à tout le pays.

Dans ce qui est devenu l’une de régions les plus polluées au monde, le taux de malformations congénitales est aujourd’hui six fois supérieur à la moyenne nationale. Les bébés nés avec des malformations sont souvent abandonnés dans la foulée, par des parents qui n’ont droit qu’à un seul enfant, et qui perçoivent l’arrivée d’un handicapé comme une malédiction…

Décroissance : pic pétrolier et concept d’entropie

Alors que l’extraction du gaz de schiste se révèle être une impasse, le pic pétrolier approche à grands pas et les partisans de la décroissance affinent leurs arguments. Parmi ceux-ci, une loi fondamentale de la physique : le second principe de la thermodynamique et son concept central : l’entropie. Adaptée à l’analyse économique, cette loi réduit à néant les rêves d’une croissance infinie dont les premières limites se font effectivement déjà sentir.

PIC PETROLIER – ATTENTION ! – FAITES DEMI-TOUR – AVERTISSEMENT : PLUS D’ESSENCE – POINT DE NON-RETOUR – CONTINUEZ A VOS RISQUES ET PERILS – “Pourquoi personne ne nous a prévenus ?”

Selon ce principe majeur de la physique du XIXe siècle, dans un système isolé, l’entropie (grandeur caractérisant le désordre) ne peut qu’augmenter, ce qui, adapté à l’économie, conduirait inexorablement toute civilisation basée sur une croissance infinie à une ruine certaine. Voyons comment des arguments basés sur ce principe peuvent venir renforcer le constat de raréfaction des énergies fossiles et son impact dramatique sur l’économie.

Thermodynamique et économie : deux domaines historiquement liés
Lire la suite

Belgique : Création d’une île pour produire de l’électricité ?

Le secteur de l’énergie en Belgique a constitué l’un des moteurs du développement économique au XIXe siècle avec l’expansion des charbonnages. Cependant, le pays est aujourd’hui totalement dépendant de l’étranger pour ses besoins en pétrole, en gaz, et dans une moindre mesure, en électricité. Un projet original et audacieux pourrait changer la donne.

La fée électricité en Belgique aujourd’hui

La production d’électricité en Belgique a connu une croissance soutenue au cours des 35 dernières années. Entre 1974 et 2004, la production a plus que doublé. L’ouverture de deux centrales nucléaires, d’une puissance de près de 6.000 MW, à Doel et à Tihange entre 1974 et 1985 a fait en sorte que l’énergie nucléaire fournit aujourd’hui plus de la moitié de la demande nationale.
Lire la suite

Transition énergétique : le contre-modèle allemand

Par Jean Syrota, ancien président de la commission énergie au Centre d’analyse stratégique, ancien directeur de la Cogema, et Etienne Beeker, économiste de l’énergie

L’Allemagne a fondé son développement industriel sur le charbon (houille et lignite), dont elle continue à subventionner la production Aujourd’hui encore, rien que pour assurer 45% de sa production d’électricité, elle en consomme plus de 200 millions de tonnes par an qui sont la première source des fortes émissions de CO2 du pays. Ainsi, en moyenne, un citoyen allemand émet moitié plus de ce gaz à effet de serre qu’un citoyen français (10,3 tonnes par an contre 6,3), pour une consommation d’énergie et un niveau de vie comparables.

L’action du gouvernement allemand, ces dernières années, dans le domaine de l’énergie, a été axée principalement autour de :

- la construction de 23 centrales électriques au charbon,

- l’inauguration d’un nouveau gazoduc, Nordstream, permettant des importations massives et directes de Russie,

- un fort développement des énergies renouvelables intermittentes (éolien et photovoltaïque) et de la biomasse avec des cultures dédiées

- une attitude cahoteuse et imprévisible concernant l’avenir du nucléaire, qui faisait l’objet d’un consensus favorable jusqu’en 1998 ; une coalition SPD-Verts planifie alorsla sortie progressive du nucléaire, avec 2020 comme échéance. En 2010, le gouvernement dominé par la CDU prolonge la durée de vie des réacteurs jusqu’en 2036 puis, après l’accident de Fukushima, en 2011, ramène cette date à 2022 et fait arrêter huit réacteurs, dans le cadre d’une transition énergétique, ou « Energiewende ».

L’Energiewende : une gigantesque ambition nationale et déjà des interrogations
Lire la suite