Sud-est asiatique : Et la paix succédera à la guerre

En novembre 1992, Handicap International s’est mobilisée aux côtés de 5 ONG pour fonder la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL), véritable prémices au traité d’Ottawa.

Le 3 décembre 1997, 112 pays signaient le traité d’Ottawa et s’engageaient donc à ne pas utiliser, à ne pas stocker, à ne pas produire, à ne pas transférer vers d’autres pays des mines antipersonnel. Et surtout, ils s’engageaient à détruire les mines antipersonnel restant en leur possession. Ce traité entrait en vigueur le 1er mars 1999, soit un an plus tard.

Soldes : Tout doit disparaître !

Près d’un vêtement sur deux serait vendu à prix cassé. A priori, il s’agit d’une bonne nouvelle pour tous les amateurs de mode. Mais les acheteurs réalisent-ils vraiment des bonnes affaires? Comment le marché du textile peut-il autant reposer sur un modèle économique au rabais? Jusqu’où certaines marques sont-elles prêtes à aller pour se débarrasser de leurs invendus?

Dans certains grands magasins, des collections sont spécialement créées pour les opérations promotionnelles. L’enquête sur ces vêtements «made in promo» conduit jusqu’en Macédoine, le nouvel eldorado du textile français, levant le voile sur l’un des secrets les mieux gardés de la profession, la destruction de stocks neufs, et sur les conditions de travail d’ouvrières du textile au Cambodge.

Réalisé par Rémi Delescluse (Juin 2015)

17 avril 1975, les Khmers rouges ont vidé Phnom Penh

Après cinq ans de guerre civile au Cambodge, le 17 avril 1975, les Khmers rouges entrent dans la capitale et renversent le régime du général Lon Nol soutenu par les Américains. Les nouveaux maîtres du pays ordonnent le même jour aux habitants de Phnom Penh d’évacuer la ville.

En jetant la population des centres urbains sur les routes, les Khmers rouges exécutent leur plan de ruralisation forcée. La moitié des Cambodgiens vont ainsi se retrouver dans les rizières, pour y être rééduqués. Un quart d’entre eux y trouveront la mort. Durant les quatre années de la terreur khmère rouge, que se passera-t-il dans Phnom Penh, devenue une ville fantôme ? Grâce à des archives et des témoignages inédits, ce film raconte les derniers jours de la présence des étrangers réunis dans l’ambassade de France, le sort réservé aux dignitaires qui s’y sont réfugié, celui de ceux et celles qui croiront en la révolution avant qu’elle ne les broie à leur tour et la prise de la ville par l’armée vietnamienne le 7 janvier 1979.

France 5 (19/04/2015)

Asie du Sud-Est : Les cyclos, un fléau de santé publique

En Asie du Sud-Est, le coût social et économique des accidents de deux-roues motorisés est considérable. Pourtant, les autorités ne s’en préoccupent guère. C’est une journée comme une autre, chaude et humide, à Phnom Penh. Chhay Hour, un ingénieur de 26 ans qui travaille chez Cambrew, la première brasserie du Cambodge, est en train de négocier ferme une Honda d’occasion dans le district de Prampir Makara, réputé pour ses centaines de boutiques de deux-roues d’occasion.

Ce sera son premier cyclo. Avant, le jeune homme vivait à Sihanoukville [dans le sud du pays] et se rendait à pied de son logement de fonction à l’usine. Mais il vient d’être muté la capitale et devra désormais parcourir 6 kilomètres et demi par jour. D’où la nécessité d’un deux-roues.

Je demande à Hour s’il a le permis. “Qui a besoin d’un permis ? répond-il en riant. Je n’ai pas l’intention de le passer. Ce n’est qu’un bout de papier. Si la police t’arrête, même si tu as le permis, ils trouveront un moyen de te piquer de l’argent. Si la police t’arrête, tu paies, c’est tout.” Cette attitude et cette forme de corruption légère sont généralisées dans toute l’Asie du Sud-Est. Si la police ne prend pas le code de la route au sérieux, pourquoi les citoyens le feraient-ils ?

Seul un quart environ des conducteurs du Cambodge prennent la peine de passer le permis, et 70 % des motocyclistes ignorent le sens du panneau “stop”, selon une étude récente. Cela explique peut-être que le pays soit l’un des plus touchés par le fléau de santé publique le plus ignoré au monde : la montée en flèche du nombre d’accidents mortels qui a accompagné le boom des deux-roues dans les pays en développement.
Lire la suite

Cambodge : Norry, le petit train de bambous

Construit par des paysans à partir de bambous et de vieux moteurs de générateurs, roulant sur une voie ferrée désaffectée dans le nord du Cambodge, le Norry permet aux habitants de la région de maintenir une vie sociale. Sans lui, il n’y aurait ni commerce ni fêtes de famille, ni marché ni visite du médecin.

En compagnie du conducteur et des passagers, prenez place à bord de ce petit train aujourd’hui menacé de disparaître sous la pression de la compagnie nationale du rail.

« Au bonheur des riches »

Leur vie fait rêver. Ils sont riches et n’ont plus besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins. Si l’argent ne fait pas le bonheur, il fait du moins le leur. C’est le cas de Paul Dubrule. A 79 ans, ce papy dandy prend un infini plaisir à tirer sur son cigare cubain. Il aime clamer à qui veut l’entendre qu’il est à la retraite, même s’il continue à présider le conseil de surveillance du groupe hôtelier Accor, dont il est le cofondateur.

Il ne s’en cache pas: Paul Dubrule aime tout ce qui est mécanique (les montres, les vélos, les voitures), le bon vin et qu’on lui “cire les pompes“. Depuis quelques années, cet ancien sénateur et maire UMP de Fontainebleau (Seine-et-Marne) est résident suisse. Il a trouvé refuge à Genève pour fuir la fiscalité française. Avec honnêteté et une pointe de cynisme, l’homme d’affaires raconte, dans le long documentaire Au bonheur des riches, pourquoi ce choix de l’exil.

La faute de la France, devenue un pays “insupportable”, dont il vaut mieux “divorcer” plutôt que de la supporter. Il dit avoir largement contribué à la richesse nationale et payé un “paquet d’impôts” : son groupe n’emploie-t-il pas, après tout, 160 000 personnes à travers le monde, dont la moitié en France ? “Sans les riches, une nation n’existe pas vraiment”, lance Paul Dubrule. D’ailleurs, qui sont vraiment “les riches” ? Que sait-on vraiment d’eux ?

Rapport à l’argent
Lire la suite

Les rubis des Khmers rouges (Docu)

De 1975 à 1979 les Khmers rouges ont instauré au Cambodge un régime de terreur d’inspiration maoïste. Intellectuels, juges, avocats, bonzes, personne ne trouvait grâce à leurs yeux.

Pendant quatre ans, les Khmers rouges vont éliminer deux millions de Cambodgiens. C’est un des plus sanglant génocide du 20ème siècle. Chassés du pouvoir en 1979, une partie des Khmers rouges a repris le maquis et mené une guérilla active jusqu’en 1996. Aujourd’hui, le dernier fief des Khmers rouges est situé dans la région de Païlin, à la frontière thaïlandaise. Une région au sous-sol rempli de rubis.

Longtemps le trafic des pierres précieuses a permis aux Khmers rouges de financer la guerre. Aujourd’hui, il permet à certains de vivre une retraite dorée et d’échapper à la justice internationale qui tente de les rattraper.

Documentaire réalisé par Olivier Weber (2011)

Asie : La colère des petites mains du textile

Le 24 avril 2013, le Rana Plaza, un immeuble de 9 étages s’effondrait à Dacca, la capitale du Bangladesh. Bilan: plus de 1100 morts. Les victimes: des ouvriers de l’industrie textile. Le bâtiment abritait 5 ateliers, qui confectionnaient des vêtements exportés dans le monde entier. Un an plus tard, quelles leçons ont été tirées ?

Au cours de cette enquête, nous avons retrouvé une couturière qui a survécu à la catastrophe. Au moment du tournage, elle n’avait pas reçu de compensations financières. Il existe un fonds d’indemnisation de l’industrie textile, mais l’argent n’a pas été débloqué.

Seules 10 marques y ont contribué. En revanche, elles sont 150 à avoir signé un accord sur les normes de sécurité. Elles s’engagent à les faire respecter à leurs fabricants. Pourtant, les usines présentaient des manquements inquiétants: électricité vétuste, extincteurs vides, issues de secours fermées à clé.

En l’espace d’un an, les marques auraient retiré jusqu’à 15 % de leur production du Bengladesh. A l’inverse, à Pnohm Penh, capitale du Cambodge, 200 usines ont été construites ces 3 dernières années.

Enquête dans cette nouvelle vitrine de l’industrie textile. En janvier dernier, elles ont été paralysées par des grèves qui ont tourné à l’émeute. Les ouvriers demandaient des hausses de salaire. La répression sera très sévère. Tout se passe comme si, où qu’elle aille, l’industrie textile n’était plus en mesure de contenir la colère des petites mains.

Suisse : La confédération redoute une crise alimentaire sur son propre territoire

Qui l’eût cru, la nation à l’origine du géant planétaire Nestlé s’inquiète d’une possible crise alimentaire sur son territoire d’ici quelques années. Markus Ritter, le président de l’Union suisse des paysans (USP) redoute à terme des difficultés d’approvisionnement de la population suisse en denrées alimentaires. Une situation qui le cas échéant aurait des conséquences alourdies par l’absence de stratégie en la matière.

Rappelant qu’en 2050, neuf milliards de personnes vivront sur la Terre, Markus Ritter redoute que toute la population mondiale ne puisse être nourrie à cette date. La Suisse pourrait faire partie des « déshérités », ne disposant d’un taux d’auto-approvisionnement que de 54%.

Dans une interview publiée par la « Zentralschweiz am Sonntag », le président de l’USP exhorte le Conseil fédéral à indiquer comme évoluera le domaine de denrées alimentaires pour les prochaines décennies, et les adaptations prévues par la Suisse en vue de faire face aux difficultés prévisibles.

S’il considère que l’agriculture helvétique ne peut être intensifiée davantage, le président de l’USP propose que soient conclus des accords avec des pays disposant de beaucoup de terres cultivables et auprès desquels la Suisse pourrait s’approvisionner en cas de crise. Selon lui, le Brésil ou la France seraient des candidats potentiels pour de tels contrats.
Lire la suite

Asie, le réveil ouvrier

Face aux cadences infernales, des jeunes Chinois venus des campagnes n’hésitent plus à se former aux techniques syndicales et à braver la répression policière, révoltés par leur statut de citoyens de seconde zone. Première conséquence des maigres avancées obtenues par la lutte : les délocalisations de nombreuses entreprises chinoises dans d’autres pays d’Asie, aux exigences salariales encore moindres.

« Nous ne pouvons plus considérer que la Chine est un pays où l’on produit à bas coût, c’est terminé. La main d’oeuvre bon marché n’existe plus. » Stanley Lau, Fédération des industriels chinois.

« Le Cambodge est devenu le nouvel Eldorado. Les ouvrières sont payées 3 à 4 fois moins cher qu’en Chine et travaillent pour les mêmes clients étrangers. » – Narrateur.

(Reportage de Michaël Sztanke – Investigatiôns – 6 février 2013)

Comment les puissants sont réellement devenus puissants – Du protectionnisme au libre-échangisme, une conversion opportuniste

Par Ha-Joon Chang, professeur à la faculté d’économie et de politique de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) ; auteur de « Kicking Away the Ladder. Development Strategy in Historical Perspective », Anthem Press, Londres, 2002 (Prix Gunnar Myrdal 2003)

Les libre-échangistes ont remporté des victoires significatives au cours des deux dernières décennies. Depuis le début de la crise de la dette de 1982 et de l’imposition des programmes d’ajustement structurel par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, de nombreux pays en voie de développement ont radicalement libéralisé leur commerce.

L’effondrement du communisme, en 1991, a ouvert de nouveaux et vastes espaces au libre-échange. Pendant les années 1990, d’importants accords régionaux ont été signés, dont l’accord de libre-échange nord-américain (Alena) qui regroupe le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Pour couronner le tout, les négociations du cycle de l’Uruguay de l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), conclues à Marrakech en 1994, ont débouché sur la naissance de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995.

Si importants que soient ces succès, les libre-échangistes ne s’en satisfont pas. Au sein de l’OMC, représentants des Etats développés en tête, ils continuent à faire pression pour des baisses des tarifs douaniers encore plus fortes et plus rapides, et un élargissement de la compétence de cette organisation à des domaines ne figurant pas dans son mandat initial, par exemple l’investissement à l’étranger et la concurrence.

Les partisans du libre-échange croient agir dans le sens de l’Histoire. Selon eux, cette politique est à l’origine de la richesse des pays développés ; d’où leur critique des pays en voie de développement qui refusent d’adopter une recette aussi éprouvée. Rien n’est pourtant plus éloigné de la réalité.

Les faits historiques sont sans appel : quand les pays actuellement développés étaient encore en développement, ils n’ont mené pratiquement aucune des politiques qu’ils préconisent. Et nulle part l’écart entre le mythe et la réalité historique n’est aussi flagrant que dans les cas de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

Lire la suite

Asie : Les pénuries d’eau vont s’aggraver et menacer les économies

Les pénuries d’eau vont s’aggraver en Asie, menaçant la production alimentaire et les économies des pays de la région, a prévenu la Banque asiatique de développement (ADB) dont le siège est à Manille.

Les gouvernements, les industries et les populations doivent de toute urgence cesser de gaspiller l’eau s’ils veulent limiter ces pénuries, a souligné Arjun Thapan, conseiller dans le domaine des infrastructures au sein de ADB.

La crise de l’eau va certainement s’aggraver en raison des changements climatiques, l’industrialisation rapide, la pollution, la modification des habitudes alimentaires et la poussée des biocarburants. Cette crise de l’eau aura avant tout un impact sur “la production alimentaire et les investissements dans le secteur de l’énergie” et par répercussion “sur la croissance économique dans son ensemble.”

La consommation en eau dans nos villes, par nos systèmes d’irrigation, nos systèmes de production et notre industrie en général est extravagante“, a déclaré M. Thapan, lors d’une conférence organisée par l’institution financière qui a pour but de réduire la pauvreté et améliorer la qualité de vie au sein de ses pays membres.

Lire la suite

Hausse des salaires : la Chine va-t-elle fermer l’atelier du monde ?

L’empire du milieu réévalue à la hausse les salaires des Chinois sur fond de crise sociale. Si c’est une bonne nouvelle pour le marché intérieur chinois, les vendeurs de vêtements et accessoires au détail songent désormais à délocaliser vers des pays tels que le Vietnam et l’Inde, dont la main-d’œuvre est moins chère. La Chine peut-elle rester l’atelier du monde ?

Les vendeurs de vêtements et accessoires au détail, tels que l’américain AnnTaylor Stores Corp. et Coach Inc., songent à relocaliser une partie de leur production dans des pays bon marché. Même envie chez la marque Guess, qui compte désormais construire sa capacité de production au Vietnam, au Bangladesh, au Cambodge et en Inde.

Le coût de la main-d’oeuvre s’élève à 1,84 dollar par heure en Chine chez les producteurs de vêtements, en hausse de 14% en 2009. En Inde, la main-d’oeuvre se paie plus cher, à 2,99 dollars par heure, en hausse de 17% en 2009. La meilleure opportunité pourrait bien être le Vietnam où la main-d’oeuvre se paie 49 cents par heure avec une hausse de 2% en 2009.

Les récentes augmentations du salaire minimum ont fait augmenter le coût de la main d’œuvre chinoise de 5% à 15% en moyenne cette année (+20% dans la province de Guangdong).

Lire la suite

Des guerres de l’eau à l’horizon

La seule véritable «guerre de l’eau» est intervenue entre deux cités-États de Mésopotamie… il y a quelque 4 000 ans.. Mais l’ONU presse les gouvernements d’intégrer la politique hydrique à leur agenda prioritaire.

Quand on entend parler du Yé­men, on pense souvent au recrutement de terroristes d’Al-Qaïda, comme l’auteur de l’attentat raté de Noël dans un avion de la Northwest Airlines. Mais la montée de l’intégrisme n’est pas la me­na­ce la plus grave à peser sur le Yémen. Le plus grand danger auquel doit faire face ce pays, c’est le manque d’eau.

La capitale yéménite, Saana, pourrait bientôt être à sec. «L’eau est la préoccupation principale des Yéménites au quotidien, selon Rianne Tenveen, qui travaille sur le terrain pour le Secours islamique. Ici, les gens passent une bonne partie de leur journée à réfléchir à la façon dont ils vont obtenir de l’eau et à se demander s’ils en auront assez.»

Selon les prédictions, les réserves d’eau de Saana – la capitale du pays – devraient être asséchées d’ici 2015. Il s’agit d’une mauvaise nouvelle pour le Yémen, mais aussi pour les pays voisins. «Le Yémen est un pays instable et a une économie en lambeau,» affirme Eugene Chausovsky, géopolitologue à la firme de renseignement Stratfor.

Selon l’ONU, le défi est maintenant de faire en sorte que les gouvernements intègrent la politique de l’eau à leur agenda prioritaire, au même titre que l’économie, l’énergie ou la sécurité. La coopération pour le développement doit y contribuer. Les innovations technologiques (notamment pour l’assainissement) et une coopération internationale accrue seront déterminantes pour prévenir les affrontements que pourrait susciter cette ressource en voie de raréfaction.

Lire la suite

Crise: l’Asie exposée au risque de troubles sociaux

L’Asie, même si elle montre la voie de la reprise mondiale, reste exposée à un fort risque de troubles sociaux liés à la montée du chômage et des inégalités. Si la plupart des économies asiatiques affichent de nouveau d’impressionnants taux de croissance, des experts préviennent que l’année 2010 n’est pas à l’abri de mauvaises surprises.

Même si nous maintenons que la crise a déjà infligé ses plus gros dégâts, son impact continuera de se faire sentir en 2010,” estime Economist Intelligence Unit (EIU) dans un rapport.

Pour ce cabinet spécialisé dans l’analyse du risque politique pour les investisseurs, la stabilité des économies pourrait pâtir cette année de pressions déflationnistes, de nouvelles bulles spéculatives et “de la menace d’une augmentation de la fréquence et de l’intensité des troubles sociaux et politiques.

Ceux-ci, explique-il, seront entretenus par un chômage accru, une faible croissance et des mesures d’austérité budgétaires dans de nombreux pays.

La plupart de ces risques, ajoutent ces experts, sont concentrés en Asie. L’EIU classe ainsi la Chine dans une catégorie “à haut risque” de troubles sociaux en 2010, ainsi que la Thaïlande, l’Indonésie, les Philippines, le Sri Lanka, le Cambodge, le Bangladesh et la Corée du Nord.

Lire la suite

L’Asie inaugure la plus grande zone de libre-échange du monde

A compter du 1er janvier 2010, la Chine et les pays de l’Asean auront supprimé les droits de douane sur 7.000 groupes de marchandises et services, couvrant 90 % de leurs échanges. En Asie du Sud-Est, des industriels redoutent de disparaître sous l’afflux de produits bon marché chinois.

La vie de millions d’entreprises d’Asie va se retrouver bouleversée ce soir, à minuit [31 décembre 2009], lors de l’entrée en vigueur officielle dans la région de la plus vaste zone de libre-échange du monde, [peupl]ée par près de 1,9 milliard d’habitants. Lire la suite