Toxique ! Que faire des déchets ultimes ?

Si le stockage définitif des déchets nucléaires est une question récurrente dans le débat public, pas un mot sur les déchets ultimes, ni sur les conséquences d’un stockage définitif impropre. Cependant ces déchets scories des usines d’incinération comptent parmi les plus toxiques du secteur industriel. Une enquête sans concession sur la gestion des déchets toxiques.

Les solvants, les restes de peinture, les vieilles piles et les “déchets ultimes”, scories des usines d’incinération de déchets, comptent parmi les rebuts les plus toxiques du secteur industriel. Produits en masse, ils contiennent des métaux lourds, comme le cadmium, le plomb, le zinc ou le cuivre à des concentrations dangereusement élevées. Des substances qui, si elles sont rejetées dans l’environnement, peuvent pénétrer dans le corps humain par le biais de l’air, de l’eau ou de la nourriture et causer de graves dommages à la santé.

Allemagne – 2014

Indonésie : Défilé de mode contre la pollution

A Rancaekek, dimanche 22 mars, sur l’île de Java, un podium a été érigé au-dessus d’une rizière dont l’eau, souillée de déchets, était noire. Chaussées de bottes en caoutchouc, les jeunes femmes ont effectué des allers-retours sur des planches en bois devant une immense inscription “Désintox” et ont exhibé des pancartes où était inscrit le slogan “Dites non à la mode avec des produits toxiques”.

Le Cikijing est un affluent du fleuve Citarum, l’un des plus pollués au monde, situé sur l’île de Java. Les industries textiles de la région y déversent chaque jour des déchets toxiques, ce qui en fait une immense poubelle aquatique alimentée également par la population des alentours qui y jette d’innombrables ordures en plastique. Plus de 1.200 hectares de rizières ont été pollués, selon Greenpeace.

De grandes marques, notamment l’espagnole Zara et l’allemande Adidas, se sont engagées à participer à cette campagne. Selon un rapport de l’ONG publié en novembre 2014, plus de 500.000 personnes sont directement exposées à plusieurs produits chimiques (plomb, cadmium, chrome, pesticides) jetés dans le Citarum.

L’ère du prêt-à-jeter : Le legs toxique de la consommation effrénée

La consommation effrénée d’appareils électroniques à faible durabilité génère de plus en plus de déchets. Or, ces produits contenant des ressources précieuses et des substances toxiques sont toujours très peu recyclés. Et quand ils le sont, c’est le plus souvent dans des pays du tiers-monde, dans des conditions déplorables.

En 2015, l’humanité devrait consommer plus de 75 millions de tonnes de produits électroniques, si on se base sur la moyenne des données compilées par Le Devoir. Cette consommation représente une hausse de plus de 125 % par rapport à l’an 2000.

Lire la suite