L’Etat prévoit de supprimer 34.000 postes au sein de l’armée française d’ici à 2019

Présentée vendredi 2 août pour le dernier conseil des ministres avant les vacances du gouvernement, la loi de programmation militaire dessine les contours de l’armée française des années à venir. Selon les révélations du Journal du dimanche, une tendance générale émerge, qui pourrait faire grincer des dents : il y aura moins d’hommes pour plus d’avions et de blindés.

François Hollande et Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense

D’ici à 2019, l’armée perdra 34 000 de ses 280 000 emplois, dont 10 000 suppressions déjà actées sous la présidence de Nicolas Sarkozy. L’hebdomadaire du dimanche avance que les forces opérationnelles seront concernées pour un tiers, le reste touchera l’administration.

6 MILLIARDS DE RECETTES DE COMMANDES MILITAIRES

L’armée de terre et l’armée de l’air seront principalement affectées. Au moins deux bases aériennes et entre cinq et dix régiments devraient fermer. La dissuasion nucléaire devrait, elle, échapper aux mesures d’économies. Cité par le JDD, le général Desportes, enseignant à Science-po, déplore ce dernier choix, qui est selon lui “un luxe que nous ne pouvons plus nous offrir et qui va une nouvelle fois détériorer l’outil conventionnel”.
Lire la suite

Mali : la facture explose, la résistance jihadiste se durcit

Pour financer les opérations militaires, 950 millions de dollars sont nécessaires, estime le ministre ivoirien des Affaires étrangères, le double de ce qui était prévu fin janvier. Sur le terrain, l’arsenal dont dispose[nt] les jihadistes inquiète de plus en plus.

La guerre au Mali coûtera plus cher que prévu, le double plus précisément. En clair, aujourd’hui ce sont 950 millions de dollars de dollars (715 millions d’euros euros) qui sont nécessaires pour financer les opérations militaires et renforcer les effectifs africains, soit plus du double des fonds de l’enveloppe [...] de 455 millions de dollars (338 millions d’euros) promise à la force africaine dans ce pays (Misma) fin janvier par la communauté internationale ( voir la vidéo des Echos TV ), a affirmé lundi Charles Koffi Diby, le ministre ivoirien des Affaires étrangères.

La Misma prévoit de déployer à terme 6.000 hommes, au lieu des 3.300 annoncés au départ, auxquels s’ajoutent les 2.000 soldats tchadiens promis par N’Djamena, qui ne font pas partie de la Misma mais travaillent en coordination avec elle.  Il est « primordial » que la Misma, qui doit à terme « assurer le remplacement progressif » des forces françaises, « puisse disposer de toutes les ressources nécessaires », a souligné le ministre ivoirien. Selon lui, il est également prioritaire de « protéger les populations touareg contre toutes formes d’exactions ».

Risque de guerre asymétrique

Lire la suite

La défense nationale est-elle satisfaisante ?

Yves-Marie Laulan reçoit les généraux Henri Pinard-Legry et Jean-Marie Faugère pour parler de la défense nationale et des problèmes des ressources qui y sont consacrées.

« La France va au Mali parce qu’il est de notre intérêt d’avoir une Afrique sub-saharienne stabilisée et développée. Sinon nous aurons une pression migratoire extrêmement forte compte tenu de la démographie galopante du Mali (6,5) ou du Niger (7,5). Il est de notre intérêt de détruire les éléments d’un islamisme totalitaire, on les appelle terroristes, gangsters, mais c’est un islamisme totalitaire. » – Général Pinard-Legry

« L’un des tests [NDLR : pour s'assurer de la loyauté des bi-nationaux envers la France] serait de constituer des unités à partir de Franco-maliens » - Général Pinard-Legry


Lire la suite

Poutine annonce des achats colossaux d’avions militaires pour son armée

A l’occasion de la célébration du centenaire de son aviation militaire, le président russe a promis l’achat de 600 nouveaux avions et de 1.000 nouveaux hélicoptères d’ici 2020. Près de 100 milliards d’euros vont être dépensés dans la modernisation de l’armée de l’air.

Sukhoi T-50 Maksimov

L’heure n’est pas au réchauffement entre la Russie et l’OTAN. Par conséquent, Vladimir Poutine poursuit sa volonté de convertir ses pétrodollars en nouveaux avions de combat. Dimanche, le président russe annonçait devant les hauts gradés que le renforcement les capacités de l’armée de l’air était une « priorité clé du gouvernement » et que ce corps aura une part croissante dans les forces armées. Il a aussi réitéré son intention de dépenser quelques 100 milliards d’euros dans le programme de modernisation de l’armée de l’air, soit un cinquième du total des dépenses consacrées à la défense.

Drones et Bombardiers stratégiques

Lire la suite

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent

Par Eberhard Hamer

Les USA traversent, non seulement en raison du rachat des dettes des banques par l’Etat, mais aussi de leur dette publique qui avait déjà énormément augmenté – leurs crédits à l’étranger leur coûtent 1 milliard de dollars par jour –, leur pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. Si les flux financiers cessent, ou s’ils se détournent du dollar, les USA sont en faillite.

Pourtant, les USA ne font pas un effort d’économie suffisant pour réduire leur dette publique croissante. Ils n’augmentent pas les impôts pour accroître leurs recettes, ne tentent guère de rogner sur les budgets publics, surtout pas sur leur budget militaire, celui qui a le plus augmenté.

Il faut dire que les USA, en divers endroits du monde, ont engagé au total 200 000 soldats. C’est pourquoi personne n’a compris que le plus grand chef de guerre du monde ait reçu le Prix Nobel de la paix, bien qu’il ait renforcé ses troupes. Peut-être était-ce une mesure préventive, car la guerre en Iran dépend avant tout de lui.

Les exemples de chefs politiques qui, confrontés à un échec économique, ont choisi la guerre comme dernier recours pour se maintenir au pouvoir, abondent dans l’His­toire. C’est encore plus vrai lorsqu’un pays connaît des crises économiques successives et que la guerre semble le seul moyen d’en sortir.

Lire la suite