Bruno Sulak : Braqueur, cambrioleur, gentleman

Bruno Sulak est un voyou au grand cœur. D’abord légionnaire, puis voleur multirécidiviste, il a toujours réussi à ne pas utiliser la violence comme fait d’arme, même durant ses évasions spectaculaires. Ce véritable gentleman cambrioleur est décédé dans des conditions obscures à Fleury-Mérogis le 29 mars 1985.

Suivant la tradition paternelle, Bruno Sulak s’engage dans la Légion étrangère. On est en 1975, il a 20 ans. Comme tous les légionnaires, il change d’identité et devient donc Bernard Suchon. Quelques mois après, le jeune homme part à Djibouti avec le 2e REP. 3 ans de légion, pas un seul jour de trou pour cet «excité» et un record du monde de chute libre.

C’est ce record qui va bouleverser la vie de Bruno Sulak. On ne veut pas lui accorder l’homologation… à moins qu’il ne s’engage dans la légion pour 5 années supplémentaires. Révolte, incompréhension, colère. Il part voir sa famille pour le week-end sans en avoir demandé la permission.

Malheureusement pour lui, le 2e REP part en Afrique, en mission secrète. Il est donc déclaré déserteur. 1979. Il se marie sous son vrai nom mais quelques jours après, les gendarmes viennent l’interpeller pour sa désertion. Surprise pour les forces de l’ordre, le coffre de la voiture de Bruno Sulak est plein de billets de banque, de chèques à l’ordre d’un supermarché et d’armes. Il est alors incarcéré.
Lire la suite

Montres de luxe : Des objets très convoités

Hors de prix et réservées à une clientèle privilégiée, les montres de luxe peuvent coûter jusqu’à 300.000 euros. Elles attirent aussi les convoitises. Les braquages et les vols à l’arrachée se sont multipliés, ces agressions sont souvent d’une extrême violence.