La Pologne des braconniers

La région de Suwalki, en Pologne, est l’une des rares régions d’Europe où la nature est encore intacte. Depuis des générations, les habitants vivent de la chasse et de la pêche. Les uns légalement, les autres non. Le conflit entre fermiers et braconniers fait rage depuis des années.

Dans le nord-est de la Mazurie polonaise, la nature est encore intacte : castors, cerfs et sangliers peuplent les forêts, les lacs regorgent de brochets et d’anguilles.

Ancien garde-forestier, Andrzej Falkowski a décidé de se lancer dans la pisciculture professionnelle et a loué en fermage plusieurs lacs domaniaux. Ses voisins, en revanche, continuent à braconner…

Congo : La guerre de l’ivoire

C’est une guerre oubliée qui a pour théâtre le Parc national de la Garamba, en République Démocratique du Congo. D’un côté, des braconniers, de l’autre, une petite armée de gardes forestiers qui tentent de les en empêcher par tous les moyens.

Alors que l’an dernier, 131 carcasses de pachydermes ont été recensées, une équipe de journalistes a pu accompagner pendant dix jours les gardes du Parc dans leur traque aux braconniers.

Inde : L’homme qui a planté une forêt à mains nues

Jadav Payeng est un Indien qui vit sur l’île de Majuli, au bord de la rivière Brahmaputra, dans l’extrême nord-est de l’Inde. Depuis 1979, Jadav plante de ses propres mains une forêt sur cette île afin de prévenir son érosion.

Grâce à lui, une végétation luxuriante accueille aujourd’hui de nombreuses espèces animales, dont l’éléphant, le tigre, le rhinocéros, ou encore le vautour. Pour en arriver là, Jadav Payeng a creusé des trous avec les bouts de bois trouvés sur son chemin, utilisé les graines de la végétation environnante et planté des arbres à mains nues.

Payeng a recréé un écosystème sur une île en perdition grâce à son dévouement et à un travail quotidien pendant des décennies. C’est ce qui rend son histoire absolument incroyable.

Alors que la population de l’île de Majuli tente d’obtenir la distinction de patrimoine mondial de l’Unesco afin de parvenir à protéger cette forêt et que toutes ses demandes ont été rejetées, William Douglas McMaster a réalisé le portrait de Jadav Payeng, touchant et délicat. Il nous parle de cette aventure humaine. Entretien.
Lire la suite