Afrique : Ériger des clôtures pour protéger les espèces

Les pays africains sont souvent critiqués pour leur incapacité à relever leurs défis environnementaux. Les observateurs citent en particulier la disparition des habitats naturels face à la pression démographique, la dégradation des terres et l’industrialisation. Et surtout, la critique la plus courante est que l’augmentation du braconnage menace la survie d’espèces en danger comme les éléphants et les rhinocéros.

Le Kenya a toutefois mis en œuvre un important et novateur projet de conservation de la biodiversité. Entamé dans les montagnes Aberdare, au centre du pays, le projet Rhino Ark avait pour objectif initial de protéger le rhinocéros noir, en danger critique d’extinction, des ravages opérés par les gangs de braconniers.

Le principal enseignement à retirer de ces initiatives est simple : de bonnes clôtures sont bénéfiques pour tous.

Ce projet est soutenu par ceux-là mêmes qui auraient pu s’y opposer: les communautés locales des régions agricoles limitrophes, parmi les plus productives du pays.
Lire la suite

La criminalité environnementale explose

Satao était l’un des plus grands éléphants d’Afrique. Il a été tué le 13 juin, dans la réserve naturelle de Tsavo, dans le sud-est du Kenya. « Il a succombé aux flèches empoisonnées d’un braconnier, dont l’activité répond à une demande apparemment insatiable d’ivoire dans des pays éloignés, dénonce dans un communiqué l’organisation pour la protection de la vie sauvage Tsavo Trust. Une perte immense pour que quelqu’un puisse avoir un bibelot au-dessus de sa cheminée. »

Satao

La mort de cet éléphant rejoint la longue liste des crimes environnementaux, si juteux qu’ils pourraient devenir plus rentables que les trafics de drogue ou d’armes. Ces nouveaux secteurs émergents de la criminalité mondiale représentent 213 milliards de dollars (environ 156 milliards d’euros) de ressources chaque année, selon Interpol.

Lire la suite