Venezuela : L’hyperinflation menace

Au Venezuela, le tarif du BigMac a doublé en un an, illustration d’une hausse continue des prix, notamment ceux des aliments et des médicaments, qui fait ressurgir le spectre de l’hyperinflation dans ce pays disposant des plus importantes réserves de pétrole au monde.

La Banque centrale ne diffuse plus depuis trois mois les chiffres de l’inflation (elle s’établissait à 63,4% par an fin août, parmi les plus élevées au monde) mais les Vénézuéliens sentent leurs bolivares partir en fumée chaque jour un peu plus dans une économie totalement dépendante de ses importations.

Exemple ‘ En septembre 2013, le fameux hamburger accompagné de frites et d’un soda, très apprécié au pays de la “révolution bolivarienne”, coûtait 125 bolivares. En novembre 2014, il s’affichait à 245 bolivares.

Et si ce sandwich n’a pas disparu des comptoirs, ce n’est pas le cas de nombreux produits alimentaires, qui disparaissent des étals parfois durant des mois.

Sous couvert d’anonymat, une employée de cette célèbre chaîne de restauration rapide nord-américaine a raconté à l’AFP que “pratiquement chaque mois, nous changeons la carte et nous augmentons les prix. C’est cette année que nous l’avons fait le plus souvent”.

“En novembre, un salaire permettait d’acheter 13% de produits de moins qu’il y a 12 mois”, affirme à l’AFP Henkel Garcia, directeur du cabinet Econométrica.

Selon lui, l’inflation entre septembre et décembre pourrait flirter avec les 5% par mois, un pronostic formulé par de nombreux autres économistes.
Lire la suite

Venezuela : L’augmentation du salaire et la baisse du chômage continuent (Màj)

Addendum (prenant le contrepied de l’article ci-dessous) : Le menu Big Mac de Cararas

[...] Une fois retraité de la surévaluation du bolivar, le salaire minimum vénézuélien est probablement le plus faible du continent, au coude-à-coude avec son équivalent bolivien ($173,66).

Occultés par les médias privés vénézuéliens et leurs relais internationaux (Le Monde, El Pais, Libération, NY Times, etc..) les chiffres révélés en janvier 2014 par l’Institut National de la Statistique indiquent une nouvelle baisse du chômage, tombé à 5,6% en décembre. Ce chiffre est le plus bas enregistré par le gouvernement bolivarien (rappelons que le chômage atteignait 11% lors de l’élection de Hugo Chavez en décembre 1998).

grafico31De 1999 à 2013, l’économie vénézuélienne a décollé grâce au rôle moteur de l’État et aux investissements publics, permettant à 4.185.697 personnes de trouver un emploi. L’étude indique également que le travail “informel” qui occupait 55 % de la population active en 1999 a reculé en 2013 à 37,9 %.

Dans la même période l’emploi formel a fortement augmenté, passant de 45,0% à 62,1% de la population. Signe des temps, le Venezuela est devenu, après l’Argentine, le deuxième pays latino-américain en nombre d’immigrants (en grande majorité espagnols) qui fuient l’Europe en quête d’un travail.

En janvier 2014, le président Maduro a décrété une nouvelle augmentation de 10 % du salaire minimum, ce qui en fait le plus élevé d’Amérique Latine. De mai 2013 à janvier 2014 celui-ci a augmenté au total de 59% pour s’établir actuellement à 3270 bolivars. Parallèlement les droits des travailleurs vénézuéliens ont été renforcés par une nouvelle loi du travail qui a brisé le carcan néo-libéral (1).

Lire la suite

Vénézuela: expropriation d’hypermarchés appartenant à Casino

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé dimanche la nationalisation d’Exito, une chaîne d’hypermarchés franco-colombienne Exito, contrôlée par le groupe Casino, qu’il accuse d’avoir augmenté ses prix à des fins « spéculatives » après la dévaluation de la monnaie locale le 8 janvier.

A cause des multiples violations des lois vénézuéliennes, la chaîne Exito appartiendra désormais à la république, c’est une décision irrévocable,” a déclaré Chavez lors de son allocution télévisée hebdomadaire.

Hugo Chavez avait prévenu la semaine dernière qu’il n’accepterait aucune augmentation des prix et que les entreprises prises sur le fait seraient expropriées. Il a précisé que les supermarchés Exito, présents à Caracas et dans plusieurs autres villes, avaient augmenté leurs prix sans justification.

Les magasins appartiennent au groupe colombien Alamcenes Exito, lui-même détenu par Casino. « Jusqu’à quand allons-nous permettre qu’une multinationale vienne faire cela ici ? Cela doit passer sous contrôle de la nation », a expliqué le chef de file de la gauche radicale latino-américaine. Peu après, un hypermarché de Caracas appartenant au groupe Exito avait été le premier magasin investi par la garde nationale et avait été fermé pour vingt-quatre heures. Des dizaines d’autres commerces ont depuis subi le même sort.

Chavez a dévalué le bolivar le 8 janvier dans l’espoir d’aider les entreprises vénézuéliennes à devenir plus compétitives et de revitaliser l’économie du pays, qui a glissé dans la récession l’an dernier avec la chute des cours du pétrole. Cette dévaluation est présentée par les économistes comme un facteur d’inflation.

Au pouvoir depuis 11 ans, Chavez, qui dit s’inspirer de l’ancien dirigeant cubain Fidel Castro, a nationalisé des larges pans de l’économie vénézuélienne, notamment dans les secteurs pétrolier, énergétique et des télécommunications.

Le groupe Casino recule en Bourse de Paris lundi après cette annonce. Il est présent sur le marché vénézuélien depuis 2000, au travers des hypermarchés Exito mais aussi des supermarchés Cada, leaders sur leur segment. Au total, les 60 magasins détenus au Venezuela par Casino y ont réalisé, en 2008, un chiffre d’affaire de 741 millions d’euros, soit quelque 2,6 % du chiffre d’affaire total du groupe.

Les Échos

(Merci à Erwinn et à Pakc)

Venezuela : fièvre consumériste après la dévaluation

Les consommateurs se sont rués sur les magasins au Venezuela pour acheter téléviseurs et autres réfrigérateurs, de peur d’une flambée des prix des produits importés après la dévaluation de la monnaie locale, le bolivar, et l’instauration d’un double taux de change.

Depuis samedi, nous avons triplé nos ventes,” sourit Robinson, propriétaire d’un magasin d’électroménagers pratiquement dévalisé depuis que le gouvernement a annoncé vendredi la dévaluation de sa devise, qui s’échangeait depuis 2005 au taux de 2,15 bolivars pour un dollar. A partir de ce lundi, elle s’échangera à 2,60 bolivars pour un dollar pour les importations des produits de base (santé, alimentation, équipements) et à 4,30 bolivars pour les autres (voitures, télécommunications, électronique…)

Le gouvernement entend ainsi doper la production nationale dans un pays qui importe la majorité de ses marchandises, mais l’opposition redoute un renforcement de l’inflation qui a déjà atteint 25% en 2009.

Le président socialiste Hugo Chavez a menacé dimanche d’exproprier les commerçants en cas de valse des étiquettes et la garde nationale a occupé lundi un supermarché accusé d’avoir augmenté ses prix de manière abusive.

Lire la suite

La crise monétaire internationale et le traité du “SUCRE”

Jacques Sapir décrypte la crise monétaire, explique pourquoi le remplacement du Dollar (voué à la déchéance) par l’Euro en tant que monnaie de réserve à l’échelle mondiale ne lui paraît pas possible et surtout, décrit une initiative à l’échelle des pays du Sud, pour trouver une solution à la crise déclenchée dans les pays du Nord.

Selon lui, il s’agit de l’un des événements internationaux plus importants de ces vingt dernières années.

L’échec de la tentative de ces derniers jours des Banques Centrales à inverser le cours du Dollar américain, et l’impossibilité d’exercer des pressions efficaces pour une réévaluation du Yuan chinois, indiquent bien que la question des changes est aujourd’hui au-delà de ce que peuvent contrôler les pays du G-20. En particulier, rien ne semble pouvoir arrêter le processus de surévaluation de l’Euro. Les bribes de réglementation sur la question des rémunérations et des bonus qui ont été arrachées ne sauraient ici tromper qui que ce soit.

La crise du Dollar va donc continuer à s’amplifier dans les mois à venir, provoquant des ajustements qui – en raison de leurs poids cumulatifs – vont très probablement conduire à une crise ouverte du système monétaire international. Les marchés des matières premières – hydrocarbures mais aussi céréales et métaux – seront de plus en plus déstabilisés car ils deviendront l’un des refuges de la spéculation.

Faute d’aboutir à une solution concertée, qui clairement n’est pas possible aujourd’hui, c’est bien vers des initiatives régionales que l’on s’oriente. Dans leurs formes actuelles cependant, ces initiatives ne sauraient constituer qu’un palliatif. Il est même douteux que pour certaines d’entre-elles, et l’on pense ici spécifiquement à l’Euro, il arrive à se constituer en réelle alternative.

Dans ce cadre, une initiative importante a été prise ces dernières semaines. Le traité établissant le SUCRE, ou le Système Unifié de Compensation, ratifié le 16 octobre 2009 par cinq pays à l’initiative du Venezuela, apparaît comme une initiative au poids symbolique extrêmement important. Lire la suite