Israël : L’État hébreu va embaucher 20.000 travailleurs chinois

Le gouvernement israélien a donné son feu vert dimanche à la venue et au recrutement de 20.000 ouvriers chinois spécialisés dans le secteur du bâtiment afin de doper la construction de logements neufs dans le pays. «Il s’agit à mes yeux d’une mesure nécessaire et importante pour faire baisser les prix du logement», a justifié Benyamin Nétanyahou.

Le conseiller juridique du gouvernement, Yehuda Weinstein, a pour part exprimé ses réserves en l’absence d’un accord bilatéral encadrant cette immigration et garantissant les droits des nouveaux arrivants.

L’embauche d’ouvriers chinois par des entreprises israéliennes était devenue presque impossible depuis que l’État hébreu avait décidé, en 2011, de réglementer l’immigration de travailleurs étrangers. Son objectif principal était alors de lutter contre les pratiques illégales de certains intermédiaires, qui imposaient aux migrants de leur verser jusqu’à 30.000 dollars en échange d’un permis de travail.

La situation était devenue si problématique que les États-Unis menacèrent d’inscrire Israël sur la liste des États qui pratiquent la traite des êtres humains. La relance de cette immigration économique fut dès lors suspendue à la signature d’un accord bilatéral entre Israël et la Chine. Mais les deux pays n’ont jusqu’à présent pas réussi à se mettre d’accord sur son contenu.
Lire la suite

Europe : La ville en vert

Comment concilier architecture et environnement ? Un tour d’Europe qui montre les pistes possibles. En matière de construction écologique, deux écoles s’affrontent.

Pour construire écolo, faut-il privilégier la construction organique, à base de bois ou de chaume, ou opter pour des matériaux de pointe? Les partisans des deux camps exposent leurs arguments.

Comment les drones conquièrent différents métiers

De nombreux métiers sont prêts à changer et à s’adapter pour bénéficier des avantages des drones. C’est le cas pour les copropriétaires d’un immeuble de Lyon (Rhône-Alpes). Souhaitant cibler les travaux d’isolation à réaliser, ils font appel à une société équipée d’un drone à caméra thermique.

L’engin effectue une centaine de relevés du bâtiment en trois heures de vol. Résultats : les endroits de perte d’énergie sont mieux déterminés qu’avec d’anciennes méthodes. Coût : 5.000 euros, soit 37 euros par propriétaire.Dans une carrière près de Chartres (Eure-et-Loir), un drone analyse en détail les 300 hectares des lieux. “L’intérêt du drone, c’est que ça nous donne une photo globale. (…) On peut identifier directement les endroits où ça ne va pas bien“, explique Grégoire Arranz, ingénieur de Monnoyeur.

Deux jours après, il a une carte en 3D de la carrière. La prestation coûte 7.500 euros. C’est beaucoup moins que les économies attendues sur les coûts de production. “Le capteur est 4 à 8 fois plus performant que l’œil humain“.

Chine : Le premier building de 5 étages imprimé en 3D

Il y a peu, une petite société chinoise imprimait 10 maisons en l’espace de 24 heures ! Début 2015, Winsun réitère son exploit en « imprimant » le premier immeuble au monde…

En chine, les graves problèmes de l’accès au logement pousse des acteurs économiques comme Winsun à développer en toute hâte des technologies de construction rapide et abordable. L’impression 3D semble une solution toute trouvée dans le domaine du gros œuvre.

Leur imprimante 3D hors norme mesure 6 mètres de haut, 40 mètres de long et de 10 mètres de large. De quoi réaliser de larges structures à assembler pour former des maisons et, désormais, des immeubles. En ce début d’année, la société va réaliser un tour de force: ériger une villa de 1.110 m² et un immeuble de 5 niveaux en un temps record. Un seul jour suffit par étage !

Le matériau utilisé est un mélange de ciment, de sable, de béton et de verre, soit un mixe des déchets de construction. Malgré les coûts élevés en CO² pour produire ce type de bâtiment, WinSun affirme qu’il est écologique car les matériaux peuvent facilement être recyclés, jusqu’à hauteur de 60% de la construction initiale. La main d’œuvre chuterait également de 50 à 80% ainsi que les coûts de production de 50 à 70%.
Lire la suite

L’imprimante 3D de chantier va-t-elle bientôt remplacer les entreprises de BTP ?

Architectes et ingénieurs s’activent pour être les premiers à imprimer intégralement un bâtiment. Coffrage et échafaudage rimeront-ils bientôt avec moyen-âge ?

Il y a quelques mois, dans un jardin d’un lotissement du Minnesota a surgi, en quelques jours un château médiéval. Cette copie haute de deux étages a été réalisée grâce à une imprimante 3D faite maison. « Le problème que je rencontre, à ce jour, se situe au niveau de la buse de la tête d’impression. L’éjection du béton – matériau visqueux –  doit être améliorée », explique l’inventeur qui, fort de son exploit réalisé à domicile,  lance aujourd’hui un appel aux architectes et ingénieurs qui souhaitent l’accompagner dans la poursuite de son « rêve d’enfant » : imprimer des bâtiments.

Cet Américain n’est pas le seul à qui l’impression 3D fait tourner la tête. La chimère du chantier sans ouvriers se répand et, en Amérique, en Europe et en Asie, ingénieurs, chercheurs et architectes s’activent à concevoir une imprimante à bâtiments qui pourrait révolutionner notre manière de construire et faire passer les coffrages et les échafaudages pour des antiquités.

Lire la suite

États-Unis : Des Amish construisent une grange

En trois minutes et trente secondes, on assiste à l’érection d’une gigantesque grange et de sa dépendance par des membres d’une communauté amish de l’Ohio. Le film, tourné le 13 mai dernier, a vu son nombre de consultations exploser depuis le vendredi 5 septembre, explique le Daily Mail (article en anglais).

L’auteur du film explique que son appareil prenait une photo toutes les vingt secondes, durant 10 heures de 7 heures du matin à 17 heures.

On y voit les membres de cette communauté religieuse, d’ordinaire très discrète et peu friande des technologies modernes, mettre en œuvre des trésors d’organisation pour ériger le bâtiment en un temps record. On les aperçoit tout de même même prendre une pause-déjeuner au milieu de la vidéo.

Inde : Le rêve d’une croissance à la chinoise

Ces dernières années, la Chine et l’inde ont toutes deux émergé en tant que superpuissances économiques mondiales, la Chine occupant toutefois la première place. Mais à l’heure où ralentit la croissance chinoise, et où la nécessité de réforme structurelle s’y fait de plus en plus pressante, les efforts du nouveau Premier ministre indien Narendra Modi en matière de réforme économique peuvent-ils lui permettre d’espérer voir l’Inde rattraper la Chine ?

Depuis les années 1980, la Chine connaît une croissance économique sans précédent, alimentée par une abondante main-d’œuvre à bas coût, de forts taux d’épargne et d’investissement, d’importantes réformes du marché, des politiques axées sur l’extérieur, ainsi que par une prudente gestion macroéconomique. Ses dirigeants aspirent désormais au statut de pays à revenu élevé, en développant pour cela des industries plus abouties sur le plan technologique.

Les performances économiques de l’Inde se sont révélées moins spectaculaires. La croissance économique a commencé à fortement s’accélérer au début des années 1990, grâce à la libéralisation du commerce et à d’autres réformes économiques. Ces réformes se sont par la suite relâchées, les déficits du budget et de la balance courante ont explosé, et la croissance annuelle du PIB est retombée aux alentours de 4 à 5%.

Conséquence, la Chine a pris de l’avance, son revenu par habitant ayant atteint 11 850 $ l’an dernier – soit plus que le double des 5.350 $ de l’Inde. La question se pose désormais de savoir si les efforts de Modi en direction d’une plus forte croissance permettront ou non de réduire cet écart de revenu au cours des prochaines décennies.

Lire la suite

Économie souterraine : Dans les cuisines du travail au noir

En France, la part de l’économie non déclarée dans le PIB serait de 10,8% et, selon l’Urssaf, 7% des entreprises auraient recours au travail dissimulé. Enquête dans le secteur de la restauration, au moment où le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a présenté, mardi 24 juin, un projet d’avis dans lequel l’institution prône une multiplication des contrôles et un accroissement des sanctions pour endiguer ce phénomène. 

L’hôtellerie-restauration est l’un des cinq secteurs où le travail au noir ou au gris est largement répandu, avec le bâtiment et travaux publics, le commerce de détail alimentaire, les services aux entreprises, le spectacle vivant et enregistré, le travail saisonnier et agricole.

En 2013, les redressements effectués par l’Urssaf se sont élevés à 291 millions d’euros, soit une progression de 168% depuis 2008. En 2012, 12.000 entreprises avaient été redressées et 200 avaient fait l’objet d’une fermeture administrative. Cependant, la progression de ces chiffres ne traduit pas nécessairement une explosion de l’économie non déclarée, mais surtout un renforcement de l’efficacité des contrôles, souligne le Cese.

Le travail au noir face à la crise et aux taxes

Parmi ces changements de comportement pour contourner l’impôt et les taxes, on constate la baisse des emplois à domicile déclarés. La poussée du travail au noir se fait aussi sentir dans la restauration et le bâtiment.

La société française fait une résistance à l’impôt selon un rapport de la Cour des comptes qui pointe ce mercredi 28 mai le manque à gagner fiscal dans les caisses de l’ Etat. Parmi ces changements de comportement pour contourner l’impôt et les taxes, on constate la baisse des emplois à domicile déclarés. La poussée du travail au noir se fait aussi sentir dans la restauration et le bâtiment.

Le travail dissimulé est passible de trois ans de prison et de 45.000 d’amende et les redressements Urssaf pour travail illégal ont progressé de 12 % en 2013. Serait-ce les employés qui refusent leur déclaration aux institutions sociales et administratives ou les employeurs eux-mêmes qui ne le font pas?

Espagne : Les architectes victimes collatérales de la crise

Ils ont mangé leur pain blanc durant les folles années 2000 quand l’Espagne construisait à tour de bras. Aujourd’hui, les architectes espagnols sont à leur tour emportés par le tourbillon de la crise. En un an, le taux de chômage de la profession a bondi de 27%.

Anecdotique certes, ils sont bien moins nombreux que tous les ouvriers du bâtiment aujourd’hui sans emploi. Mais, que les architectes espagnols soient à leur tour victimes, illustre bien la crise qui secoue le secteur de la construction. Depuis 2008, le repli moyen annuel de l’activité est de 18%. Et la purge n’est pas terminée. Pour 2012 la baisse était de 12%.

Il y a 700.000 logements inoccupés en Espagne. Autant dire qu’il n’y a pas besoin d’en construire d’autres. Donc plus besoin d’architectes, dont l’activité a chuté de 90% en quatre ans. Alors, c’est le chômage, l’exil notamment en Allemagne, ou pire, le changement d’activité.

Chine : Inauguration du plus vaste bâtiment du monde

Avec ses 1,7 million mètres carrés au total, le New Century Global Center, est la plus vaste structure du monde. Inauguré dans la ville de Chengdu (14 millions d’habitants) en Chine, elle abrite plus de 1.000 chambres d’hôtel, un cinéma IMAX, 400.000 mètres carrés dédiés au shopping et une somme d’autres choses.

Trois ans ont été nécessaires pour construire le bâtiment dont les mensurations sont déroutantes : 500 mètres de long, 400 mètres de large et 100 mètres de haut. Cette bâtisse a vu le jour dans le but de célébrer le dynamisme de la ville de Chengdu. Dans cette structure, on peut aussi trouver un village méditerranéen, un faux bateau de pirate échoué, plusieurs parcs d’attractions dont un centre aquatique, Paradise Island, avec une plage de 5.000 mètres carrés, etc.

Le secteur du bâtiment prévoit 35.000 pertes d’emplois en 2012

Le secteur du bâtiment, “en situation d’urgence », prévoit la perte de quelque 35.000 emplois en 2012, a affirmé Bertrand Sablier, délégué général de la Fédération française du bâtiment (FFB), vendredi à Montpellier.

Nous prévoyons 35.000 pertes d’emplois en non-remplacements, intérim et licenciements », a affirmé M. Sablier au cours d’une conférence de presse, constatant que “si l’activité a progressé au premier semestre de 4%, elle va baisser d’environ 6% au second », soit “une chute de 10% en un semestre ».

Lire la suite

Les coupes bugétaires pourraient coûter près d’un million d’emplois en Grande-Bretagne

Une semaine avant que le gouvernement britannique présente le détail des coupes budgétaires draconiennes, une étude analyse leur impact sur l’emploi.

David Cameron et Margaret Thatcher

Près d’un million de personnes, dont la moitié dans le secteur privé, pourraient perdre leur emploi à la suite du programme de coupes budgétaires prévu par le gouvernement britannique, selon une étude d’un cabinet privé publiée mercredi à Londres.

Les entreprises privées de secteurs comme la défense et le bâtiment, très dépendants de commandes publiques, seraient les plus touchées, selon cette étude de PricewaterhouseCoopers (PwC), diffusée une semaine avant que le gouvernement ne donne le détail de coupes budgétaires draconiennes.

Dans les 3,4% des emplois publics et privés du pays pourraient être affectés par ces coupes budgétaires, soit environ 943.000 emplois, estime PwC.

Lire la suite

Travail au noir : les patrons fraudeurs (Redif.)

En janvier 2007, des inspecteurs de l’URSSAF font une descente dans le métro sur un chantier de la RATP et découvrent sept salariés payés au noir.

Les deux sociétés de bâtiment responsables de la fraude, deux sous-traitants de la RATP, sont rappelées à l’ordre. Sur un défilé de haute couture, ce sont cinq vigiles qui ne sont pas déclarés et lors du démontage du salon du Tissu au Parc des expositions de Villepinte, plusieurs manutentionnaires.

Les cotisations sociales qui ne sont pas versées représentent un manque à gagner pour l’État de sept à huit milliards d’euros, soit environ un an du déficit de la Sécurité sociale.

De nouvelles filières de travail illégales se constituent en provenance de Pologne et de Roumanie. Des sociétés d’intérim françaises s’installent à Varsovie et Bucarest pour proposer de la main-d’oeuvre bon marché.

Partie 1:
http://www.dailymotion.com/video/x6eawf
Lire la suite