Royaume-Uni : Malgré la reprise économique, le pays est touché par la faim

En 2013, l’ONG Oxfam estimait que 2 millions de Britanniques étaient mal-nourris, et qu’un parent sur six se privait de nourriture pour mieux subvenir aux besoins de sa famille. Aucune région n’est épargnée, pas même la riche ville de Londres, qui compte à elle seule quelque 90 banques alimentaires.

Mais pourquoi le Royaume-Uni se tord-il ainsi de faim ? Comment ce pays qui affiche une insolente reprise économique dans une Europe n’en finissant pas d’être affectée par la crise peut-il porter en son sein des habitants qui ont de plus en plus de mal à se nourrir ?

Fin 2013, un rapport sur la faim et l’insécurité alimentaire au Royaume-Uni, mené par des parlementaires de tous bords a pointé la forte augmentation des prix des denrées alimentaires et du fioul domestique, à un rythme plus rapide que celui de la hausse des salaires et que celui de l’inflation.

Robert Clarck est un homme qui en impose. Un bon mètre 90, des tatouages bigarrés qui courent le long de ses bras, une voix de stentor qu’il déroule dans une parole rapide et gouailleuse. Pourtant, ce mercredi frisquet d’avril, Robert Clarck n’en mène pas large. C’est la deuxième fois qu’il se rend dans la food bank de son quartier, terme que l’on traduirait littéralement par « banque alimentaire » si l’expression reflétait vraiment l’esprit du lieu.
Lire la suite

Royaume-Uni : La faim hante le pays

Le nombre de personnes contraintes de faire appel aux banques alimentaires a presque triplé en un an au Royaume-Uni. Selon un rapport parlementaire, c’est surtout le régime des aides de l’État, plus strict qu’auparavant, qui pousse les Britanniques vers la pauvreté.

Un rapport parlementaire sur la faim dans le pays, financé par l’Église, accuse la politique d’austérité de pousser les personnes vulnérables à être contraintes de faire appel aux banques alimentaires, selon The Guardian. Entre 2013 et 2014, plus de 913.000 personnes – dont un tiers d’enfants – ont reçu des aliments d’urgence d’une banque alimentaire pendant au moins trois jours, contre 346.000 personnes entre 2011 et 2012.

En effet, le rapport intitulé Feeding Britain (Nourrir la Grande-Bretagne), qui doit être publié aujourd’hui, souligne que “le pays est hanté par la faim, causée par les bas salaires, les inégalités qui se creusent, un régime impitoyable de sanctions [infligées aux bénéficiaires d’aides d’État qui ne remplissent pas les nouvelles conditions] et la désintégration du tissu social“.

Lire la suite

Canada : Le boum des banques alimentaires

Un nombre croissant de Canadiens a de plus en plus recours aux banques alimentaires. Plus de 882 000 Canadiens ont fréquenté une banque alimentaire en mars 2012, une augmentation de 2,4 % par rapport à l’année précédente, selon l’étude annuelle de Banques alimentaires Canada dévoilée mardi.


Étude Bilan-Faim de Banques alimentaires (2010)

Le nombre de Canadiens qui ont recours aux banques alimentaires a bondi de 31 % depuis le début de la récession en 2008. La directrice générale de Banques alimentaires Canada, Katharine Schmidt, indique que l’organisme espérait voir le nombre d’utilisateurs se stabiliser avec le temps, mais cela n’a pas été le cas.

Les enfants et les jeunes représentent 38 % des utilisateurs de banques alimentaires, alors que les bénéficiaires de l’aide sociale, les membres des Premières Nations et les familles monoparentales sont également dans le besoin.

La faim se déplace
Lire la suite

La crise frappe à la porte de la Banque alimentaire

Pour ses 25 ans, l’association organise des portes ouvertes dans la plupart de ses antennes locales. Hausse des bénéficiaires depuis un an : 16%.

L’association dispose de 79 sites et aide 700 000 personnes. Le plus frappant, c’est l’évolution de leur profil. On pense souvent à des marginaux, mais 29 % d’entre eux ont un revenu. La baisse du pouvoir d’achat les a plongés dans la précarité, ce n’est pas la soupe populaire et les bénéficiaires sont principalement des familles monoparentales, des personnes seules, des retraités ou des surendettés.

La précarité gagne aussi le milieu rural alors que 30 % des denrées de la Banque alimentaire proviennent des surplus agricoles. D’après les sondages, une majorité de Français souhaite que l’aide alimentaire soit du ressort de l’État. L’association redoute une rupture de stock et manque de bénévoles. Elle organise une collecte les 27 et 28 novembre prochain. Ouest France