Baccalauréat 2015 : Découvrez les plus belles perles

Chaque année, des milliers de candidats au baccalauréat gratifient leurs correcteurs de copies désespérantes ou hilarantes. Naïveté, ignorance ou lapsus, orthographe très inventive, ces bourdes n’ont certainement pas aidé leurs auteurs à obtenir leur précieux diplôme, mais ont cependant réussi l’exploit de faire sourire (ou pleurer) les correcteurs.

Voici les meilleures perles du bac 2015…

Le solde migratoire est la somme que l’on donne aux émigrés pour repartir chez eux.

S’il n’y avait pas de lois, les gens seraient libres de conduire en état de sobriété.

La vie est d’une durée moins longue que l’existence.

Balance du commerce extérieur : c’est pour peser les marchandises qui vont à l’étranger.

En plus des ouvriers pas cher, les firmes multinationales vont dans des pays ou l’impôt est moins cher qu’en France.
Lire la suite

Chômage des jeunes : Mener tous les élèves au bac est insensé

Les jeunes sont les premiers à souffrir de la crise économique. La preuve : le taux de chômage des 15-24 ans est de 22,7% en France. Comment lutter contre ce fléau économique et social ? En instaurant une meilleure collaboration entre l’école et le monde du travail, répond Laurence Boulieu, conseillère à l’emploi et auteur de L’emploi j’y crois!. Explications.

Comme je l’explique dans mon livre “L’emploi j’y crois !”, pour lutter contre le chômage des jeunes, il est capital de faire dans le préventif et non plus dans le curatif. Je suis intimement convaincue que la solution passera par une meilleure collaboration entre l’école et le monde du travail.
Lire la suite

Sujet du bac 2014

Sujet du Baccalauréat 2014 Sciences économiques et sociales, 1ère partie (Bac ES) :

Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)
1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? (3 points)
2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? (3 points)

Le Parisien

Début des épreuves du bac ; Un examen à 1,5 milliard d’euros

Des bacheliers moins nombreux en 2013

A 8h ce matin, les 664 709 candidats inscrits à la session 2013 du baccalauréat démarrent leur semaine d’épreuve avec la traditionnelle, et tant redoutée, épreuve de philosophie. Une édition 2013 marquée par un déclin des aspirants-bacheliers, moins nombreux cette année de 38 350 candidats, du fait de la réforme de la voie professionnelle de 2009.

A noter que le nombre de candidats au bac général est en très légère augmentation, à la différences des bacs professionnels et technologiques, qui eux, chutent. 2021 élèves, pour leur part, passeront cette année des épreuves un peu particulières, les épreuves multibacs, qui permettent de décrocher à la fois le bac français et son équivalent espagnol, allemand ou italien.

Le bac, un examen qui coûte cher

Ce sont au total 3990 sujets qui ont été élaborés pour cette édition 2013, en comprenant la France métropolitaine, les DOM, les COM et les centres d’examens à l’étranger, mais aussi les sujets de secours, bien utiles en cas de fuites. Au final, ce sont 4 millions de copies que les enseignants corrigeront pour octroyer, ou non, ce fameux sésame. A savoir que depuis 2009, le prix de la correction d’une copie est passé de 1,32 euros à 5 euros, soit 20 millions d’euros estimés pour cette année, pas mal pour des ratures rouges non ?

En terme de coût, justement, le bac est un examen qui revient cher. 83,60 euros par candidat. Soit 55 millions d’euros au total pour 2013. On est certes loin des 1,5 milliard d’euros estimé par le SNPDEN, le principal syndicat des chefs d’établissement. Le ministère de l’Education nationale ne comprenant pas, lui, les 3 semaines précédent l’examen perdues pour son organisation.

Lire la suite