Frédéric Lordon : « Nous avons une occasion de mettre le système bancaire et financier à terre, il ne faut pas la louper »

« Sortir de l’euro est une opération qui n’a vocation qu’à transformer l’état présent des structures du capitalisme, sans nous faire sortir du capitalisme lui-même. »

« J’envisage la possibilité d’un défaut [de paiement] comme d’un levier, c’est à dire l’instrumentalisation politique du défaut qui conduirait à mettre à terre l’intégralité des systèmes bancaires et financiers. »

France Inter (Le 7/9 du 17/04/2014)

La dette des pays riches reste à des niveaux “historiques”

La dette des pays riches montre des signes de stabilisation mais se maintient à des “niveaux historiquement hauts” nécessitant de réduire les dépenses publiques, a affirmé mercredi le Fonds monétaire international (FMI).

Dans les économies développées, les récentes mesures politiques ont généralement permis de stabiliser les ratios de dette mais les perspectives à moyen terme restent incertaines et la dette se maintient à des niveaux historiques“, souligne l’institution dans son rapport semestriel de surveillance budgétaire.

Lire la suite

Grèce : Diplômes accélérés pour étudiants acceptant l’austérité

La troïka composée de la Commission Européenne, de la Banque Centrale Européenne et du Fonds Monétaire International envisage de donner la possibilité d’obtenir leur diplôme en seulement un an pour les étudiants grecs motivés qui accepteront de s’engager pour les réformes de marché et l’amélioration de la compétitivité de la Grèce, rapporte le journal grec Eleutherotypia.

Des membres du gouvernement grec ont indiqué que la troïka a établi un lien entre le rythme hésitant avec lequel les réformes sont adoptées, et le manque d’étudiants « politiquement fiables » qui acceptent la nécessité de l’austérité en Grèce et l’adoption des réformes y relatives.

La troïka explique que  la nouvelle ère exige un nouveau type d’étudiants « politiquement fiables », qui pourraient suivre un cursus universitaire raccourci pour éviter qu’ils ne se radicalisent.

Les étudiants intéressés par cette formule devront signer une lettre d’engagement personnel, qui leur ouvrira la voie à ce cursus accéléré. « Créer un cadre pour que des diplômés soient équipés avec un outillage politique et économique adéquat serait très utile pour les investisseurs intéressés par le programme de privatisations du pays », a déclaré un membre du gouvernement.

Lire la suite

Irlande : Un “succès” de l’austérité que la population paye cash

L’Irlande est le premier pays de la zone euro à être sorti du plan d’aide de la troïka. Le 7 janvier, le pays revient sur les marchés financiers et emprunte à bas prix. La reprise est là: le taux de chômage est en décembre 2013 à 12,1% pour 14,7% un an auparavant. Le ministère des Finances se félicite du taux de croissance de l’économie (2% attendu en 2014). L’Europe se réjouit de ce succès. Mais est-ce vraiment un succès ?

En Irlande, les habitants ont vu leur vie et leur avenir complètement ravagés par l’austérité. Et malgré le retour de l’Irlande sur les marchés, eux ne voient pas leur vie s’améliorer.

Comment l’Irlande en est-elle arrivée là ?

Dans les années 90 et 2000, l’Irlande était une nation prospère, essentiellement portée par le secteur de la construction. Des chantiers fleurissaient un peu partout. Et les Irlandais étaient nombreux à emprunter, parfois plusieurs fois. Les banques suivaient. Les prix de l’immobilier atteignaient des sommets. Mais en 2007-2008, la bulle immobilière explose. Les prix chutent et emportent avec eux les banques, achevées par la crise financière mondiale.

Lire la suite

Olivier Delamarche : « 2 millions d’Espagnols dans la rue pour réclamer un peu de dignité »

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion et Marc Riez, directeur général de Vega Investments, le 24 mars 2014 sur BFM Business, mettent les points sur les i dans l’émission “Intégrale Placements“, face à Cédric Decoeur.

Partie 1/2 :

Partie 2/2 :
Lire la suite

Espagne : Manifestation à Madrid contre l’austérité (Màj vidéo)

Addendum du 01/04/2014 : Nouvelles images des affrontements entre la police anti-émeutes et les manifestants à la fin de la marche de la Dignité le 22 Mars 2014.


Addendum du 24/03/2014 :


Des milliers de manifestants venus de toutes les régions d’Espagne ont défilé samedi dans les rues de Madrid contre la politique du gouvernement Rajoy. Des affrontements avec les forces de l’ordre ont fait des dizaines de blessés dans la soirée.

Des dizaines de milliers de manifestants venus de toutes les régions d’Espagne ont défilé, samedi 22 mars, à Madrid, pour réclamer la fin de la politique d’austérité du gouvernement Rajoy – imposée par l’Union européenne.

Certains manifestants de cette “marche de la dignité” avaient traversé le pays et parcouru à pied des centaines de kilomètres pour venir crier leur mécontentement. Agitant des drapeaux, une immense foule a envahi le centre de la capitale pour le plus grand défilé organisé depuis ceux de 2012.


Lire la suite

L’économie mondiale accro à une drogue dure, la dette

100 000 milliards de dollars, c’est le cap symbolique qu’a franchi la dette mondiale mi-2013, selon la BRI, la banque centrale des banques centrales. Une charge colossale qu’il va bien falloir résorber d’une manière ou d’une autre.

Pendant la crise, la maison continue de faire crédit. Malgré les explosions de la bulle des supprimes et de celle des dettes publiques en Europe, rien n’a changé. L’économie mondiale continue de carburer à l’endettement. +40% depuis 2007 nous dit la BRI. Alors, la dette n’est pas un mal en soi. S’endetter c’est se donner les moyens d’accélérer la croissance. De donner un coup de fouet à l’économie.

Le problème c’est l’excès de dette. Il offre l’illusion de la prospérité comme la cortisone masque l’état de santé réel du patient, jusqu’au jour où le traitement s’arrête. Et ce que nous dit ce rapport, c’est que nous absorbons toujours des doses massives de dette. Elle représente désormais l’équivalent de 4 fois la richesse cumulée des États-Unis et de la Chine, les deux premières puissances mondiales.

Une telle inflation a de quoi surprendre, alors que la plupart des États et des entreprises ont adopté ces dernières années des politiques visant justement à se désendetter. C’est en fait avant tout un problème d’endettement public. C’est le prix que les États ont dû payer pour endiguer la crise. D’abord, ils ont dû reprendre à leur compte les engagements des acteurs privés défaillants. C’est ce qui explique l’explosion de la dette publique espagnole par exemple rattrapée par la faillite du système bancaire. Depuis 2006, elle a plus que doublé.
Lire la suite

Comment les classes moyennes des pays développés sont devenues les dindons de la mondialisation

Selon l’ONG Oxfam, les 85 individus les plus riches de la planète disposaient d’autant d’argent que 50 % de la population mondiale. Pis, selon le directeur du think tank Resolution Foundation, les revenus des super pauvres et des classes moyennes ou supérieures des pays développés ont vu leurs revenus s’écrouler entre 1988 et 2008.

“J’ai perdu mon travail, j’ai deux enfants à nourrir, s’il vous plaît aidez-moi” (Etats-Unis)

Atlantico : L’ONG Oxfam a révélé, lors du sommet de Davos de janvier, que les 85 individus les plus riches de la planète disposaient d’autant d’argent que 50 % de la population mondiale. Pis, selon James Plunkett, directeur du think tank britannique Resolution Foundation, les revenus des super pauvres et des classes moyennes ou supérieures des pays développés ont vu leurs revenus s’écrouler entre 1988 et 2008. A l’inverse, les populations qui sortent de la pauvreté dans les pays émergents et les super-riches ont vu leurs revenus exploser. Que penser de cette évolution ? Les classes moyennes sont-elles devenues le “dindon de la farce” de la mondialisation ?
Lire la suite

FMI : Des experts défendent la redistribution des richesses

Des experts du FMI ont livré mercredi un plaidoyer en faveur de la redistribution des richesses et de la lutte contre les inégalités, tranchant avec les positions traditionnelles d’une institution focalisée sur l’austérité économique.

Selon leur étude, les inégalités sociales ne sauraient être négligées par les gouvernements notamment parce qu’elles “amputent la croissance” en réduisant l’accès à l’éducation et en alimentant l’instabilité politique et économique.

Ce serait une erreur de focaliser sur la croissance et de penser que les inégalités se régleront d’elles-mêmes, au moins pour la seule raison que cela pourrait déboucher sur une croissance faible et non-viable“, écrivent les auteurs de cette étude qui a reçu l’onction du chef économiste du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard.

Ces experts n’hésitent pas, dès lors, à prendre le contre-pied de certains économistes libéraux, selon qui la redistribution des richesses par l’impôt et les transferts sociaux (allocations, aides…) décourageraient l’initiative privée et seraient, in fine, nuisibles à l’activité économique.
Lire la suite

La Grèce au bord d’une crise des «subprime»

Deux millions de prêts ne sont plus remboursés, dont 300.000 crédits immobiliers.

Selon les chiffres ­annoncés par le gouvernement grec, à la veille du retour de la troïka dans le pays, la Grèce serait en pleine rémission. Le pays pourrait même afficher un excédent budgétaire pour 2014, de plus d’un milliard d’euros. Pourtant, au quotidien, l’économie grecque révèle encore une puissante léthargie.

Après les sonnettes d’alarme ­tirées par nombre d’associations créées pour les surendettés, ce sont les banques qui prennent le relais.

Dans un rapport publié dans la presse grecque, elles affirment que plus de 2 millions de prêts sont actuellement non remboursés. Il y aurait ainsi 800.000 prêts à la consommation, 900.000 cartes de crédit, 100.000 prêts à des PME et 300.000 prêts immobiliers, dont les échéances ne sont pas couvertes depuis au moins trois mois.

Les causes sont les mêmes: une récession qui sévit depuis plus de six ans d’affilée, un taux de chômage qui touche 28% de la population et une consommation en berne. «C’est une descente aux ­enfers qu’il est difficile de freiner, même si le gouvernement annonce à grands renforts une sortie de ­crise», explique Takis Brastos, économiste. «Au-delà des chiffres, la réalité des Grecs se traduit par la souffrance dans le silence, sous des sourires ou des semblants d’insouciance, quand ils restent des heures aux terrasses de café pour tuer le temps. Sauf que demain, ils n’auront peut-être plus de toit», ajoute-t-il.

Un test pour les banques
Lire la suite

Grande Bretagne : 500.000 fonctionnaires en moins, l’amère potion anglaise

Même Margaret Thatcher n’avait pas osé aller aussi loin ! Depuis quatre ans, la cure d’amaigrissement de l’État britannique est sans précédent.

Pour réduire le déficit public, 500.000 emplois de fonctionnaires doivent être supprimés et l’administration doit économiser 95 milliards d’euros. Comment s’y prennent-ils ? Et dans quel état sont les services publics ?

Enquête dans la municipalité de Trafford près de Manchester. Là-bas, ce sont dorénavant des bénévoles qui s’occupent de l´accueil au commissariat de police ou de l’entretien des espaces verts…

Chômage, l’éternel retour ? (Docu)

L’Europe compte aujourd’hui plus de 26 millions de chômeurs. Ce record signe un triple échec : économique, social et politique. Mais il remet aussi sur le devant de la scène de vieilles interrogations. Quelles sont les causes du chômage ?

Faut-il l’imputer, comme le suggère la théorie aujourd’hui dominante, à un manque de flexibilité ou à un coût du travail trop élevé ? Pas plus que le progrès technique ou la mondialisation, ces explications ne rendent compte de la diversité des expériences européennes en la matière. En réalité, l’Europe est embarquée dans une crise qu’elle a elle-même aggravée par ses politiques d’austérité.

Pour s’en sortir et faire réellement reculer le chômage, c’est à un nouveau régime de développement qu’il faut réfléchir. Pour certains, l’économie verte, qui consiste pour l’essentiel à remplacer des énergies non renouvelables par du travail humain, pourrait en être le pivot. Pour d’autres, c’est d’un nouveau partage du travail que viendra le salut.

Partie 1/2 :

Lire la suite

Près de la moitié des richesses mondiales est détenue par 1% de la population (Màj vidéo)

Addendum du 26/01/2014: Pour le millionnaire Kevin O’Leary, le fait qu’il existe autant de pauvres est ”fantastique”, ce serait un excellent signe ! Tous ces pauvres seraient donc un encouragement à travailler plus pour relancer la machine économique en espérant à leur tour faire partie des 0,1%…

Le fossé entre riches et pauvres est le principal risque pesant sur le monde ces 10 prochaines années, devant les événements climatiques et le chômage, prévient le Forum économique mondial, alors que se tient le Forum de Davos cette semaine. Face à la montée des inégalités, Oxfam tire le signal d’alarme.

Lire la suite

Grèce : la retraite est le principal revenu de base pour la moitié des ménages

Près de la moitié des ménages grecs vivent de la pension de retraite d’un membre de leur famille, alors que le chômage atteint des records après six ans de récession, rapporte vendredi une étude de la fédération des petits et moyens commerçants et artisans (GSEVEE).

Pour 48,6% des 1.201 ménages interrogés, la retraite constitue la principale source de revenu, le salaire ne faisant vivre que 35,9% d’entre eux.

“Un résultat inquiétant, tant pour la force productive du pays que pour son système d’assurance retraite”, commente l’étude de la GSEVEE. Le gouvernement grec relaie depuis plusieurs mois son inquiétude pour la viabilité du système de retraite qui devrait faire l’objet d’une prochaine réforme.

Six jeunes sur dix au chômage

Les autres résultats de l’étude témoignent aussi de l’impact de la dépression traversée par le pays depuis l’éclatement de la crise de la dette en 2010. Quelque 40,2% des ménages comptent au moins un chômeur, la quasi-totalité (94,6%) ont vu leurs revenus baisser de 39,5% en moyenne au cours des quatre dernières années et un tiers d’entre eux (34,8%) ont des dettes vis-à-vis de l’État, des assurances sociales ou des banques.

Alors que la Grèce compte renouer cette année avec une maigre croissance de 0,6% un peu moins de la moitié (41,7%) des ménages interrogés s’attend à rencontrer des difficultés pour honorer toutes leurs obligations financières.

Le taux de chômage en Grèce s’élevait à 27,8% en octobre et concernait près de six jeunes sur dix.

Les résultats de l’étude montrent encore que 63,7% des ménages ont réduit leurs dépenses d’alimentation, 78,4% celles de chauffage, 88,8% celles de voyages et 90% celles d’habillement.

Boursorama

Frédéric Lordon : « Cette crise entrera dans les livres d’histoire »


Frédéric Lordon est interrogé par Laure Adler dans l’émission Hors-Champs (France Culture, 26 novembre 2013) (émission intégrale ici)

Frédéric Lordon sur France Culture ? C’est tellement rare que j’ai décidé de retranscrire une partie de son entretien avec Laure Adler, en laissant de côté le début de l’émission qui traite du dernier livre de Lordon « La société des affects ».

C’est d’ailleurs principalement pour discuter de philosophie et de Spinoza que Laure Adler avait invité Lordon. Mais à partir d’une réflexion autour de l’absence de révolte des peuples européens aujourd’hui, malgré la crise et la violence des mesures prises par la Troïka dans certains pays, la discussion bascule vers l’économie, les marchés financiers et l’échange devient particulièrement savoureux quand on en vient à l’euro et à l’éventualité d’un retour aux monnaies nationales.
Lire la suite

Grèce : tirs de kalachnikov sur la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne à Athènes

Plusieurs tirs de kalachnikov ont visé tôt lundi matin la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne située à Halandri, en banlieue nord d’Athènes, sans faire de blessé ni d’importants dégâts matériels, a-t-on appris de source policière.

L’attentat a eu lieu à 03H30 locales (01H30 GMT) et les services de la police antiterroriste ont été aussitôt dépêchés sur les lieux pour mener l’enquête.

Selon la police, une soixantaine de douilles ont été découvertes dans la cour de la résidence, provenant d’un ou deux fusils de type kalachnikov.

Le policier gardant la propriété a indiqué aux enquêteurs avoir vu un groupe de quatre personnes ouvrir le feu depuis l’extérieur de la résidence, avant de prendre la fuite. Les impacts sur le bâtiment, à l’intérieur duquel se trouvait l’ambassadeur Wolfgang Dold, ont été mineurs.
Lire la suite

25 millions : le nombre de pauvres en Europe en 2025 si l’austérité se poursuit (Oxfam)

Quelque 10 millions de personnes supplémentaires risquent de tomber dans la pauvreté en raison des politiques de rigueur, selon l’association Oxfam. La Grèce est particulièrement en danger.

Oxfam se préoccupe habituellement plus des pays en développement. Cette fois, l’ONG s’inquiète pour l’Europe.

En 2025, près de 10 millions de personnes en Europe risquent de rejoindre les rangs de la pauvreté, portant à 25 millions le nombre de pauvres au sein de l’UE, selon l’association humanitaire. L’ONG se fonde sur des recherches du groupe de réflexion Institute of fiscal studies (institut des études fiscales) dans 27 pays des 28 pays de l’UE.

Est considérée en situation de pauvreté toute personne vivant avec moins de 80% du revenu médian (soit 14.811 euros annuels en 2011).

“Un remède qui cherche à soigner la maladie en tuant le patient”
Lire la suite

Anomie néolibérale et suicide au travail

Les gestes suicidaires en lien avec le travail se sont multipliés dans le monde ces dernières décennies et risquent d’augmenter dans les années à venir. On peut les considérer comme l’expression extrême d’une gamme de pathologies individuelles et sociales nourries par la compétition généralisée qui est au cœur du «  nouvel esprit du capitalisme ».

L’entreprise hypermoderne, illustrée ici par le cas de France Télécom-Orange, représente un microcosme dans le contexte plus large d’une nouvelle « gouvernementalité néolibérale » œuvrant « pour le marché  » (selon les expressions de Michel Foucault). Les individus atomisés y deviendraient les simples particules élémentaires de la machine concurrentielle. Ils sont niés dans leur altérité et contraints, sous peine de sanctions, à une obéissance aveugle. Placés au quotidien dans des situations tragiques de conflits de devoirs sans autre règle que l’injonction à la performance, les sujets perdent leurs capacités de jugement, l’estime de soi et la confiance en soi. L’expérience clinique tend à montrer que les plus vulnérables aux pulsions suicidaires sont les travailleurs les plus attachés à une éthique professionnelle et personnelle.

Lire la suite