Polynésie : Le paradis solaire des Tokelau

Les trois îles de Tokelau, situées à 500 km au nord des Samoa, font partie des contrées les plus reculées de la planète. Un ferry relie toutes les deux semaines les trois atolls aux Samoa. En outre, l’archipel ne fut raccordé au réseau téléphonique mondial qu’en 1994.

Sa population vit depuis des siècles sous le système de l’inati, une forme de communisme, dans le cadre duquel tout est partagé. Tant que l’archipel était dépendant du pétrole importé des Samoa – à raison de 200 litres quotidiens –, le courant n’était disponible que quelques heures par jour.

Mais depuis 2012, une centrale solaire fonctionne 24h/24 et fournit de l’électricité de manière stable. C’est ainsi que les Tokelau sont devenues pionnières en matière d’énergies renouvelables.

Polynésie : Le mystère mérou

Derrière la gueule peu avenante du mérou se cache une énigme. Un mystère bien moins limpide que les eaux de Polynésie où il batifole. Ce qui intrigue les chercheurs, c’est le curieux ballet de sa reproduction, cet énorme speed-dating qui, chaque année, à la pleine lune de juin ou de juillet, voit converger dix-huit mille poissons dans l’atoll de Fakarava, mais aussi des centaines de ­requins affamés venus profiter de l’orgie.

Pour cerner la logique de ce rassemblement unique, le biologiste et photographe sous-marin Laurent Ballesta, habitué des plongées extrêmes — on se souvient de son odyssée sur les traces du cœlacanthe —, s’est lancé un nouveau défi : s’immerger vingt-quatre heures à 20 mètres de profondeur pour une observation in situ. Cette performance humaine inédite est ­l’acmé de l’expédition dont ce film brosse le récit, entre périple high-tech et enjeux scientifiques.

Dotés d’un matériel vidéo pointu, Ballesta et son équipe cartographient les lieux en 3D, filment les attaques de requins au ralenti grâce à une caméra qui offre une précision de mille images par seconde, et jouent les limiers en eaux troubles, observateurs pointilleux d’un biotope aux beautés hypnotiques.