États-Unis : « Strike debt », un plan de sauvetage du peuple par le peuple

Par Agnes Rousseaux

Trois ménages sur quatre sont endettés aux États-Unis. Si l’État fédéral est venu en aide aux financiers de Wall Street au bord de la faillite, il n’a pas porté secours aux familles plombées par des frais de santé, un prêt étudiant ou un emprunt immobilier. Le mouvement « Strike debt » a imaginé une solution : retourner les pratiques bancaires aux bénéfices des personnes endettées, en rachetant leurs créances dépréciées pour tout simplement les annuler. Explications.

Le mouvement Strike Debt – « grève de la dette » – vient de réduire à néant plus d’un million de dollars de dettes médicales dans les États du Kentucky et de l’Indiana. Un millier de personnes choisies au hasard, ayant contracté une créance de 900 dollars en moyenne à cause d’une hospitalisation ou d’une opération chirurgicale, ont vu leur dette effacée. Tout simplement.

Et ce n’est pas un miracle : c’est grâce au collectif Strike Debt, issu du mouvement Occupy Wall Street, qui a secoué les États-Unis il y a un an et demi. Ce collectif a décidé de retourner à son avantage, et aux bénéfices des personnes lourdement endettées, une pratique bancaire courante.

Quand les emprunteurs n’arrivent plus à rembourser, englués dans un prêt immobilier à taux variable ou un crédit étudiant à payer alors qu’on est au chômage, les banques cherchent à se débarrasser de cette créance devenue toxique. Pour récupérer une partie de leurs avoirs, elles « vendent » ces crédit à moindre coût à des organismes de recouvrement ou à des marchés spéculatifs.
Lire la suite

Pays-Bas : 470 € par mois offerts aux Bosniens qui acceptent de rentrer dans leur pays

Les autorités bosniennes ont indiqué que les Pays-Bas avaient promis un soutien financier à tous les immigrés bosniens de plus de 45 ans qui choisiraient de rentrer dans leur pays d’origine. Une pension de 470 euros par mois sera accordée à vie à une personne seule tandis que les couples recevront 670 euros.

Les autorités néerlandaises ont décidé d’offrir des avantages supplémentaires comprenant un soutien financier à vie aux immigrants qui décident de retourner dans le pays d’où ils sont originaires, a confirmé mercredi le ministère des Droits de l’homme et des réfugiés de Bosnie-Herzégovine.

Dans un communiqué, le ministère a indiqué que les autorités bosniennes avaient reçu l’annonce officielle de la part des Pays-Bas qu’à partir de maintenant tous les immigrés âgés de plus de 45 ans avaient droit à un soutien financier et au paiement des frais de voyage dans le cas où ils décideraient de retourner dans leur pays d’origine.

Lire la suite

États-Unis : Greenspan craint une crise de la dette dans les deux ans

L’ancien patron de la banque centrale américaine, Alan Greenspan, craint une crise de la dette américaine si la classe politique ne prend pas des mesures rapidement pour réduire l’endettement du pays.

Mr. Greenspan, qui a dirigé la Fed pendant près de 20 ans, jusqu’en 2006, a estimé que le Congrès finirait par adopter un budget prenant en compte un bon nombre des propositions présentées en décembre par une commission parlementaire à la demande de la Maison Blanche.

« Je pense que le budget qui a été proposé par Alan Simpson et Erskine Bowles est le genre de budget qui sera approuvé par le CongrèsLa seule question est de savoir si ce sera avant ou après une crise sur le marché des obligations. »

La Commission nationale pour la responsabilité et la réforme budgétaires a recommandé des mesures très controversées, notamment à gauche, comme des coupes dans le budget de la Sécurité sociale et de programmes d’assurance santé fédéraux, et la suppression de 200.000 emplois publics. Le plan de la commission recommande une augmentation de 15 cents par gallon (3,78 litres) d’une taxe sur l’essence. Il propose d’éliminer des exonérations fiscales pour les entreprises et d’imposer un plafond aux dépenses militaires, des mesures susceptibles d’irriter la droite.

Lire la suite