Grand marché transatlantique : 10 menaces pour le peuple américain…

1. Démantèlement des nouvelles réglementations de la finance. Les négociateurs de l’Union européenne ont exigé une révision des réformes introduites par le président Barack Obama pour réglementer le secteur financier, ainsi qu’une restriction de l’encadrement des activités bancaires.

Leurs principales cibles : la règle Volcker, qui limite la capacité des banques commerciales à développer des activités spéculatives, les lois proposées par la Réserve fédérale s’appliquant aux banques étrangères, ainsi que la régulation publique des assurances.

Les négociateurs américains, conseillés par des banquiers de Wall Street, ont proposé d’ajouter au traité des règles contraires aux dispositions américaines visant à interdire les produits dérivés toxiques, à limiter la taille des banques dites too big to fail trop importantes pour faire faillite »), à mettre en vigueur une taxe sur les transactions financières et à réintroduire le principe de la loi Glass-Steagall.

Cette loi votée par le Congrès américain en 1933 pour séparer les activités d’investissement des activités commerciales des banques fut abrogée en 1999 par l’administration du président William Clinton.
Lire la suite

C’est cher d’être pauvre

Chauffage, électricité, logement, mutuelle santé, assurance, crédit bancaire, téléphonie mobile : plus on a un budget serré, et plus on paie cher. Un paradoxe qui ne semble choquer personne.

Et pourtant, Martin Hirsh, ex-Président d’Emmaüs France, a publié « Cela devient cher d’être pauvre », aux éditions Stock en 2013. Un livre qui dénonce cette double peine. C’est de ce constat que les journalistes d’Envoyé spécial ont enquêté sur ce phénomène qui pénalise les ménages les plus fragilisés.

Inventeur du revenu de solidarité active (RSA), Martin Hirsch explique dans son livre que, sur une année, un ménage avec un enfant, locataire d’un 70 m2 et ayant 1.540 euros ressources par mois va, sans s’en rendre compte, payer 1.025 euros de plus de charges fixes diverses que le même ménage gagnant 3.300 euros et louant 90 m2…

Quand on est pauvre, payer un loyer en ville, alors que le prix au m2 est plus cher pour les petites surfaces, est de l’ordre de l’impossible. Mais gagne-t-on à s’installer en banlieue ? Certes, le loyer est moindre, mais pour se rendre à son travail, il faut une voiture, ou une carte de transports multi-zones. Parfois, il faut les deux ! Au final, entre carburant et passe Navigo, les ménages se retrouvent à payer plus cher.
Lire la suite

États-Unis : Quand les entreprises espionnent l’activité physique de leurs employés

« Quantifier » l’employé jusqu’au nombre de pas qu’il fait dans la journée, c’est ce que certaines assurances et entreprises américaines imposent. Les salariés portent sur eux des compteurs de mouvements pour mesurer leur activité physique.

Beaucoup utilisent des applications de ce genre sur smartphone, ou des gadgets dédiés, tels que FitBit ou Jawbone. Ces appareils, à première vue ludiques, comptent le nombre de pas effectués par l’utilisateur dans la journée, la distance parcourue et peuvent même à peu près compter le nombre de calories brûlées ou la pression artérielle…

Aux États-Unis, pas moins de 13 millions de ces appareils ont été distribués dans des entreprises, les données étant récupérées par l’employeur… et les assureurs. Ce sont d’ailleurs les assurances santé qui tentent d’imposer ces outils de flicage aux entreprises, sous peine de pénalité de cotisation ou de remises pour ceux qui les utilisent.

Les bracelets connectés et autres trackers d’activité pullulent désormais sur le marché. Ils équipent de plus en plus d’utilisateurs heureux de pouvoir suivre leur activité physique et les résultats de leurs pratiques sportives. Or leur usage n’est déjà plus seulement personnel…
Lire la suite

Caumont-Sur-Durance (84) : Les habitants du village se regroupent pour payer leur propre mutuelle

Caumont-Sur-Durance, dans le Vaucluse. Ses jardins romains, sa chapelle des pénitents et… sa mutuelle de village. La première de France. Depuis septembre 2013, cette commune de 4.600 âmes, qui s’est dotée d’une complémentaire santé réservée à ses habitants.

La France championne des versements de dividendes

Les dividendes versés par les entreprises cotées ont fortement progressé dans le monde au deuxième trimestre, de 11,7 % par rapport l’année précédentes, selon une étude publiée lundi 18 août.. Ils s’enregistrent à 426,8 milliards de dollars (environ 318 milliards d’euros).

Voilà une étude qui risque de faire grincer des dents au moment où la croissance en France est au point mort… Selon le gérant Henderson Global Investors, l’Hexagone est le plus important payeur de dividendes en Europe, hors Royaume-Uni.

Au deuxième trimestre 2014, les sociétés françaises ont ainsi reversé autour de 40,7 milliards de dollars aux actionnaires, un montant en hausse de 30,3%. Le gérant précise que “4% de cette progression provient des changements d’indice et 7% de la fluctuation des taux de change“.

Axa en tête !
Lire la suite

Chine : Le combat isolé d’un médecin contre la corruption

Vous faire acheter un pacemaker dont vous n’avez nul besoin ou vous hospitaliser pour un simple mal de gorge: une femme médecin dénonce, seule contre ses confrères, les abus du système médical chinois gangrené par une corruption endémique au point de susciter une vague de violences de la part de patients révoltés.

Mme Lan Yuefeng, ancien médecin-chef spécialisée en échographie, a fait scandale lorsqu’elle a publiquement accusé l’hôpital où elle exerçait d’abuser délibérément les malades en leur prescrivant trop de médicaments et des traitements inutiles.

Les abus des hôpitaux suscitent l’indignation du public, mais la plupart des patients se laissent persuader par les médecins d’accepter toutes les prescriptions, raconte Mme Lan. Pour les convaincre, le personnel médical leur pose la question redoutable: “Qu’est-ce qui compte le plus pour vous, l’argent ou la vie‘”

Placée d’office en congé sans solde il y a deux ans, elle a néanmoins continué de se rendre dans cet hôpital de la ville sichuanaise de Mianyang (sud-ouest) -ce qui lui a valu dans les médias locaux le surnom de “médecin de couloir“.

Lire la suite

Assurances-vie : Le trésor caché

L’assurance-vie est l’un des placements préférés des Français. 60% des ménages l’ont choisi pour mettre de l’argent de côté. Pourtant, chaque année, des dizaines de milliers de contrats d’assurance-vie ne sont pas réclamés par leurs bénéficiaires.

Un magot qui pourrait représenter quelques 5 milliards d’euros… et qui prospère dans les coffres des assureurs au lieu d’être distribué aux héritiers.

Bretagne : La révolution localiste est en marche

Alain Glon, qui fut le patron du groupe Glon-Sanders, avait depuis quelque temps un projet de modèle économique d’un type nouveau susceptible de donner à la Bretagne un nouvel élan économique.

Ce modèle a la particularité d’être local, enraciné et solidaire, c’est-à-dire qu’il se situe aux antipodes du modèle mondialisé, déterritorialisé et financiarisé que nous subissons et qui nous a amenés au bord du précipice (nous y sommes toujours, sept ans après le début de la méga-crise que le regretté Maurice Allais avait pronostiquée dès 1992).

Le projet en cours dont le nom est « Redéo », ce qui signifie « il est nécessaire » en langue bretonne, est un projet associatif dont le but est de détourner une part, la plus importante possible, de l’épargne des Bretons (16 milliards d’euros par an) pour l’investir dans des projets entrepreneuriaux en Bretagne. Les bénéfices dégagés par ces entreprises seront, pour une part, distribués aux épargnants et, pour une autre part, réinvestis dans la région.

Un projet localiste et enraciné
Lire la suite

Pays-Bas : Les banquiers doivent obligatoirement prêter serment devant Dieu

Face à la défiance générale, les patrons de banques néerlandaises doivent désormais prêter serment.

Une variante sans allusion religieuse est aussi prévue, et elle ne sera pas de trop. A partir du second semestre de cette année, cette prestation devrait en effet s’étendre aux 90.000 employés de banque néerlandais.

«Je jure que je m’efforcerai de préserver et consolider la confiance dans l’industrie des services financiers. Que Dieu tout-puissant me vienne en aide.» C’est par cette phrase que se conclut la prestation de serment devenue obligatoire pour tous les dirigeants du secteur financier aux Pays-Bas, depuis le 1er janvier dernier­.

Exotique vue de France, cette pratique est la première de son genre en Europe. Et elle n’a pourtant rien de symbolique, puisque des sanctions sont prévues pour les contrevenants à partir du 1er janvier 2015. Le patron de l’association bancaire néerlandaise indique que les banquiers pourront alors se voir infliger des amendes, ou même temporairement suspendus.

Lire la suite

Risque systémique : Les banques françaises parmi les plus mal classées

Après des déficits publics à la dérive, la France doit aussi s’inquiéter pour son secteur bancaire. D’après une étude du Center for Risk Management de Lausanne, les banques françaises présentent le plus important risque systémique en Europe !

Crédit Agricole, BNP Paribas et Société Générale : trois mastodontes que l’État est condamné à aider quoi qu’il arrive

Depuis la crise de 2008 qui a ébranlé le monde de la finance, où en est-on de la mesure du risque systémique des banques ? En cas de « nouvelle crise financière », les institutions financières européennes (banques, assurances, entreprises immobilières et services financiers) auraient besoin de pas moins de 1.000 milliards d’euros.

Les banques et compagnies d’assurances européennes auraient besoin de ces milliards de fonds propres  pour retrouver un niveau de solvabilité jugé « satisfaisant », en cas de « nouvelle crise financière », selon des universitaires suisses. Cette étude sur le système financier européen considère que Crédit Agricole présente un fort risque systémique.

Ce chiffre se fonde sur un indice, baptisé SRisk, qui permet de mesurer les besoins en fonds propres des banques en cas de crise grave. «  Notre modèle décrit le risque systémique comme le montant de capital dont les banques auraient besoin pour se refinancer dans le cas où une nouvelle crise financière se produirait, » écrivent dans un article publié par le quotidien suisse « Le Temps », Eric Jondeau qui dirige le Center for Risk Management (CMRL) à l’université de Lausanne et Michael Rockinger, professeur de Finance à HEC Lausanne.
Lire la suite

Santé : Comment éviter les “arnaques” aux remboursements des mutuelles et assurances

Par Benoît Lorentz

 Vous pensiez être pris en charge à « 100% » ? Mais vous ne comprenez plus grand-chose aux taux de remboursement que pratique votre complémentaire santé ? Normal. Mutuelles et assurances débordent de créativité pour que leurs clients ne s’y retrouvent pas, avec des prises en charge alléchantes sur le papier assorties d’options en tout genre. Petit décryptage, pour mieux comprendre ce que votre assurance ne vous dit pas, et s’apercevoir que, finalement, la Sécurité sociale est bien meilleur gestionnaire.

Votre complémentaire santé promet une prise en charge à 100 % de votre couronne dentaire. Et vous payez pourtant plus de 300 euros de votre poche… Votre monture de lunettes est remboursée à 1500 %, indique votre mutuelle ? Elle vous versera 42,60 euros, alors les montures coûtent plus de 60 euros. Deviner combien vous serez remboursés pour vos dépenses de santé semble relever du coup de chance, voire de la divination.

Entre les pourcentages de prise en charge, les franchises, les dépassements d’honoraires éventuels, l’offre de remboursement de votre complémentaire santé – mutuelles ou assurances – est loin d’être limpide. Du coup, il est impossible de faire des comparaisons avec l’offre du concurrent. Le système français des remboursements de santé est-il si complexe ? Ou cette complexité est-elle savamment entretenue ?

Mutuelles et assurances interviennent en complément du régime obligatoire de sécurité sociale. Avec un mode de cotisation différent: alors que vous cotisez pour la sécurité sociale au prorata de votre revenu, les tarifs des complémentaires varient aujourd’hui selon l’âge de l’assuré.
Lire la suite

Allemagne : Le bilan des inondations estimé à 12 milliards d’euros

Selon l’agence de notation internationale Fitch, les dommages causés par les inondations exceptionnelles en Allemagne pourraient atteindre 12 milliards d’euros, dont entre 2,5 et 3 milliards devraient être remboursés par les compagnies d’assurance.

Les inondations qui se poursuivent en Allemagne depuis deux semaines déjà se sont propagées lundi dans le nord du pays, provoquant notamment l’évacuation de 200 personnes dans le land de Schleswig-Holstein.

Les intempéries de 2013 pourraient être encore plus coûteuses que les crues historiques de 2002, lorsque le montant total des primes d’assurance s’est élevé à environ 1,8 milliards d’euros.

Les inondations provoquées par des pluies diluviennes ont commencé fin mai en République tchèque. Pour le moment, au moins 15 personnes ont trouvé la mort dans les intempéries à travers l’Europe. L’état d’urgence a été décrété dans le quasi-ensemble du territoire tchèque. En Allemagne, parmi les régions les plus touchées par le sinistre figurent la Bavière, la Saxe, le Bade-Wurtemberg et La Thuringe.

Ria Novosti

Quand les assurances nous piègent

Chaque année, les Français dépensent plus de 2.000 euros en frais d’assurances. Mais les clauses de ces coûteux engagements sont souvent floues et réservent de nombreuses surprises.

L’assurance de Jean-Luc, accidenté de la route, lui demande sans cesse les mêmes documents pour retarder ses remboursements. Celle de Jonathan a refusé de l’indemniser pour le vol de sa voiture, sous prétexte qu’il ne connaissait pas le kilométrage exact de son automobile.

Francis et José, respectivement expert et carrossier, se sont mobilisés pour dénoncer les abus des compagnies et le manque de transparence. Comment défendre ses intérêts face à des entreprises ultra-puissantes ?

(Merci à Noway)

Russie: Les nouvelles arnaques à l’assurance

Le phénomène des tentatives de fraudes à l’assurance est en plein essor. Depuis quelques temps des piétons se jettent littéralement sur les voitures pour faire croire à un accident et ainsi pouvoir toucher des dommages. En regardant cette vidéo on comprend mieux pourquoi une majorité de conducteurs utilisent désormais une caméra embarquée.

(Merci à Philoï)

La très mauvaise nouvelle du jour

Après s’être prononcé dans un premier temps contre le déclenchement des CDS (il y a une ou deux semaines), l’ISDA, association qui régit les CDS, vient de changer son fusil d’épaule. De mon point de vue, la raison en est simple. Ne pas les déclencher équivaudrait à tuer ce juteux et opaque marché de gré à gré de produits dérivés qui a permis l’enrichissement sans fin des banques anglo-américaines (détentrices de 85% du marché). En juin 2011, le marché des CDS (encours notionnels) représentait 32 400 milliards de dollars (49 % du PIB de la planète), dont 21 400 milliards atteindront leur maturité entre 1 et 5 ans (source BRI).

Mettre fin à ce marché représenterait la fin de l’enrichissement exogène des marchés financiers et du libre-échange outrancier. Autrement dit, le non-déclenchement des CDS serait une aberrante autorégulation de la part des acteurs qui sont à la fois juge et parti.

En outre, le non déclenchement des CDS serait perçu comme un appel du pied envers les économies des PIIGS, qui sans nul doute choisiraient alors la voie du défaut de paiement sous la pression de la vox populi.

Les banques et autres assureurs n’ayant pas l’obligation de prévoir les conséquences des événements à crédit au passif de leur bilan, le déclenchement des CDS coulera les banques exposés qui sont déjà à la peine sur la consolidation de leurs fonds propres.

Nous pouvons nous attendre à une crise de confiance des acteurs bancaires qui vont refuser de se prêter de l’argent et vont préférer placer l’argent à la BCE malgré le faible taux de rémunération à 0.25%.

Lire la suite

AIG va vendre pour 6 milliards de dollars d’actions AIA

American International Group (AIG) veut lever quelque six milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) via la cession d’une partie de sa participation dans AIA, numéro trois de l’assurance en Asie, une somme qui servira à rembourser l’Etat fédéral américain.

AIG met en vente environ 1,7 milliard de titres AIA, dont l’assureur américain détient un tiers du capital, pour un prix compris dans une fourchette allant de 27,15 à 27,50 dollars Hong Kong par titre, ce qui représente une décote de 7% par rapport au cours de clôture de vendredi. La cotation de l’action AIA était suspendue ce lundi. AIG a précisé dans un communiqué que la vente de titres AIA se ferait par un placement auprès d’investisseurs institutionnels sans pour autant en spécifier le montant.

Le produit net de la cession sera utilisé pour payer une partie des 8,4 milliards de dollars qui sont dus au Trésor américain au titre de ses actions préférentielles dans un véhicule d’investissement dédié regroupant les actions d’AIG dans AIA. Si AIG lève six milliards de dollars, le solde à payer de 2,4 milliards est nettement inférieur à la valeur de la participation qu’AIG conservera encore dans AIA.

Lire la suite

Saisies immobilières et SDF aux USA

La descente aux enfers des USA se poursuit. Le 29 décembre 2010, l’Office of the Comptroller of the Currency, l’organisme gouvernemental de tutelle des banques aux USA, a publié son rapport sur la situation des crédits immobiliers au troisième trimestre 2010.

Ce rapport concerne 33,3 millions de prêts immobiliers (non commerciaux) totalisant 5.907 milliards de dollars. Il nous éclaire en particulier sur les saisies immobilières et, contrairement à ce que l’on martèle quotidiennement, la situation économique s’aggrave de jour en jour, dans une Amérique qui sombre dans le chaos.

Village de tentes à Sacramento (Californie), en 2009

Les procédures de saisies immobilières ont ainsi progressé de 4,5 % depuis le début de l’année 2010, passant de 1.149.461 à 1.201.622 (page 9/65 du rapport) et les saisies effectives ont explosé, avec 57,5% d’augmentation par rapport à 2009 (page 42/65 et 45/65 du rapport).

Le cap des 13.000 procédures de saisies par jour a été franchi !

Plus grave encore, les catégories les moins risquées de ces prêts (prime) sont sévèrement touchées avec 67,7% d’augmentation par rapport à 2009 (page 45/65).

Heureusement que la crise est terminée !

Lire la suite

Crise systémique : l’heure de vérité approche !

Par Gilles Bonafi

Le 8 novembre 2010 a eu lieu un événement d’une importance capitale, qui a fait deux lignes dans la plupart des grands quotidiens. En effet, lundi 8 novembre, Ambac Financial, l’assureur obligataire américain, s’est inscrit sous protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis.

Lire la suite

La pauvreté a fortement augmenté aux Etats-Unis en 2009, notamment chez les Noirs et les Hispaniques

Près de 44 millions d’Américains vivent sous le seuil de pauvreté, selon un rapport rendu public, jeudi 16 septembre, par le Census Bureau (équivalent de l’Insee aux Etats-Unis). Presque 4 millions de personnes ont sombré dans cette catégorie en 2009, première année du mandat de Barack Obama. Au total, ils sont 6,3 millions à avoir rejoint les rangs des “nouveaux pauvres” au cours des deux dernières années.

Un mendiant dans les rues de Miami, le 16 septembre 2010 (AP/J PAT CARTER )

Ces données ont pourtant “rassuré” les prévisionnistes : la plupart craignaient une augmentation plus forte de l’extrême précarité. Aux Etats-Unis, le seuil de pauvreté se situe, pour un individu, à 10 830 dollars bruts annuels avant impôts (près de 8 400 euros, soit 700 euros par mois), et au double (21 954 dollars) pour un couple avec deux enfants.

Plus du quart des Noirs et des Hispaniques vivent sous le seuil de pauvreté, plus de deux fois et demi le taux constaté parmi les “Blancs non hispaniques”. Plus de 30 % des pauvres sont des femmes seules avec enfants et la proportion de mineurs parmi les pauvres est une fois et demie supérieure à la moyenne nationale.

Lire la suite

L’élite économique contre le peuple des Etats-Unis d’Amérique

Le texte présenté ci-après constitue la première des six parties d’un rapport publié sur le site américain Amped Status, entre le 15 février 2010 et le 27 février 2010.

La "tea party" de Boston, 16 décembre 1773

« L’oligarchie américaine ne ménage pas ses efforts pour arriver à convaincre qu’elle n’existe pas, mais le succès de sa dissimulation dépend des efforts tout aussi intenses d’un public américain désireux de croire à des fictions égalitaires et refusant de voir ce qui est caché à la vue. » – Michael Lind, To have and to have not

Il est temps que 99% des Américains se mobilisent et s’attaquent à des réformes politiques de bon sens.

Oui, bien sûr, nous avons tous des idées très différentes sur beaucoup de questions. Mais, comme nos Pères Fondateurs l’ont fait avant nous, nous devons mettre de côté nos différences et nous unir pour combattre l’ennemi commun.

Il est de plus en plus clair, aux yeux de beaucoup de gens, que le parti républicain et le parti démocrate, ainsi que les trois branches de notre gouvernement [ces trois branches sont le pouvoir exécutif qui comprend le président, le pouvoir législatif avec le Congrès et le pouvoir judiciaire avec la Cour suprême, NDT] ont été achetés par une élite économique bien organisée qui, tactiquement, détruit notre mode de vie. La dure vérité est que 99% de la population américaine n’a plus de représentation politique. Il est flagrant que l’économie américaine, le gouvernement et le système fiscal sont aujourd’hui manipulés contre nous.

Lire la suite

Les USA dans le trou noir économique : un voyage sans retour

“Trou noir économique : 20 raisons qui expliquent pourquoi l’économie américaine est mourante et ne connaîtra pas de reprise”

Même si le système financier américain a connu un effondrement presque total à la fin de l’année 2008, le fait est que la plupart des Américains n’ont aucune idée de ce qui est réellement en train d’arriver à leur économie nationale.

La plupart des gens pensent que la petite récession que nous venons de vivre est quasiment terminée, et que nous nous apprêtons à connaître une autre période de croissance et de prospérité économique.

Mais cette fois-ci, cela n’arrivera pas. La réalité, c’est que nous sommes aspirés dans un trou noir économique dont les USA ne se sortiront jamais tout à fait.

Le problème, c’est la dette. Ensemble, le gouvernement, les gouverneurs des États, les entreprises et les consommateurs ont accumulé la plus grande montagne de dette de l’histoire du monde. Cette dette monstrueuse a servi à alimenter nos impressionnantes croissance et prospérité des deux dernières décennies, mais maintenant, le moment de faire les comptes est arrivé.

Et cela va être douloureux.

Voici 20 raisons qui expliquent pourquoi l’économie des USA est mourante et ne pourra pas se remettre… Lire la suite

USA : les jeunes, principales victimes de la crise

La précarité dans laquelle vivent les moins de 30 ans a encore été aggravée par la période de récession que viennent de traverser les Etats-Unis.

"Le Rêve Américain, c'est fini"

L’époque actuelle se montre particulièrement dure pour les jeunes Américains. Cette population vit des jours sombres, très sombres, depuis l’effondrement de l’activité économique, qui a continué de plonger tout au long de l’année 2009.

En septembre, le taux de chômage des 16-24 ans s’est maintenu à 18,1 %, ce qui représente près du double de la moyenne nationale pour ce même mois. Plus de 2,5 millions de salariés de cette tranche d’âge ont perdu leur emploi depuis le début de la crise, en décembre 2007, ce qui fait d’eux la population la plus durement touchée par la récession.

Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les chiffres du sous-emploi sont encore plus préoccupants. Encore une fois, ce sont les jeunes qui souffrent le plus. Au cours du deuxième trimestre de 2009, par exemple, le taux de sous-emploi chez les travailleurs de moins de 25 ans a atteint le chiffre alarmant de 31,9 %. Pour les travailleurs de 25 à 34 ans, il était de 17,1 %.

“Les jeunes de moins de 30 ans ont été beaucoup plus durement touchés par la récession que les autres tranches d’âge”, affirme Andrew Sum, ­professeur de sciences économiques et directeur du Centre d’études sur le marché du ­travail de la Northeastern University, à Boston.

Les raisons qui expliquent cette situation sont multiples et complexes. Les jeunes invoquent souvent la redoutable concurrence à laquelle ils sont désormais confrontés : leurs aînés bardés de diplômes universitaires et forts de dizaines d’années d’expérience soumettent aujourd’hui leur candidature à des postes de débutants. En outre, les jeunes qui ont eu la chance de trouver un emploi sont souvent victimes du vieux principe “dernier embauché, premier viré”. Résultat, depuis la crise de 1929, les jeunes n’ont jamais aussi peu travaillé.
Lire la suite

Crédit conso: le problème de fond n’est pas abordé

Le gouvernement doit mettre “un holà au système” de crédit à la consommation, qui réserve bien souvent les taux d’intérêt les plus élevés aux gens les plus modestes. Malgré les avancées du projet de loi sur le crédit à la consommation, les Associations regrettent qu’il n’aille pas plus loin.

Les banquiers sont de nouveau dans la ligne de mire du gouvernement. Cette fois-ci, c’est le crédit revolving qui est pointé du doigt. Le gouvernement et le parlement veulent mieux l’encadrer et préparent un projet de loi pour le premier trimestre 2009. Le crédit “revolving” (en français, renouvelable) est un crédit à la consommation avec des taux d’intérêts variables et dont le remboursement du capital et des intérêt peut s’échelonner jusqu’à 4 à 5 ans. Ce type de crédit entraîne les ménages les moins solvables (avec des capacité de remboursement douteuses) dans une spirale d’endettement dangereuse. L’engrenage s’enclenche lorsque les ménages doivent contracter de nouveaux crédits pour rembourser les premiers: 82% des ménages passés en commission de surendettement détiennent des crédits renouvelables et en moyenne, ils ont 7 comptes ouverts.
Au total, selon le rapport Pour un développement du crédit responsable du crédit renouvelable en France, réalisé par le cabinet Athling Management, 9% des Français ont au moins un “revolving,” et souvent plusieurs, ce qui fait 43,2 millions de comptes actifs fin 2007, les trois quarts avec une carte de paiement.

Lire la suite

Crise grecque : le faux alibi de la dette

Certains accusent la Grèce d’être responsable de la crise qui la frappe de par ses dépenses budgétaires incontrôlées. Mais pour Gabriel Colletis, c’est bien la folie des marchés financiers qui est coupable. Dans cette première partie, l’économiste examine les maux de l’économie grecque ainsi que les hypocrisies des spéculateurs.

Après avoir dépensé des centaines de milliards d’euros ou de dollars dans différents plans dits de « relance » de l’activité économique ainsi que, surtout, dans le soutien du système financier, tous les gouvernements, et pas seulement le gouvernement grec, semblent avoir désormais choisi la voie de la « sortie budgétaire ». Ce choix est estimé nécessaire afin de maîtriser les déficits, alors même que le risque existe de produire un impact négatif sur une croissance restant très fragile.

Prenant quelque distance avec l’unanimisme ambiant, nous voulons donner suite aux observations et interrogations exprimées par Paul Krugman aux Etats-Unis ou Paul Jorion en France. Le premier n’hésite pas, en effet, à dénoncer « l’hystérie des déficits » (New York Times, 5 février), alors que le second s’interroge « la dette est-elle un boulet ou un prétexte ? » (Le Monde, 9 février), penchant plutôt pour la deuxième hypothèse.

En nous centrant sur le cas de la Grèce, nous évoquerons d’abord les maux dont souffre ce pays (1.), puis nous commenterons la nature des « doutes » que l’on prête aux marchés, lorsque ceux-ci semblent s’effaroucher du niveau des déséquilibres des comptes publics de certains Etats (2.). Enfin, nous examinerons les issues actuellement privilégiées, en Grèce comme ailleurs, pour réduire les déficits et restaurer la « confiance des marchés » (3.).

Lire la suite

Le poids réel de la finance islamique

La finance islamique est souvent présentée comme un mastodonte, représentant une menace pour l’économie française et européenne.

Au-delà des polémiques sur la sincérité des principes religieux et moraux dont elle se réclame, ainsi que sur l’éventuelle agressivité des pratiques sociales dont elle émane, qu’en est-il de son poids financier, au plan strictement factuel ?

Une étude universitaire récente, le rapport Jouini et Pastré du 8 décembre 2008, fait le point. On peut évidemment ne pas partager son parti-pris favorable à l’introduction en France de la finance islamique, mais ses données chiffrées paraissent difficilement contestables.

En voilà un long extrait, qui répond à la question.

1.4.1 Les premiers développements de la Finance Islamique

Malgré ses racines théoriques lointaines, la Finance Islamique est une construction contemporaine. Durant des siècles, en effet, il n’y eut pas véritablement un système financier islamique complet. Il n’y eut que l’interdiction du riba [l'intérêt]. On ne proposa pas des modes de financement alternatifs, ni n’imagina d’organisations financières adaptées. Sans les structures et les produits, on ne peut évidemment pas parler de finance proprement dite.

Les premières expériences modernes dans ce domaine datent des années 1960, avec l’expérience des caisses rurales MitGammar en Egypte et du « Pilgrim’s Management Fund » (Tabung Hadjji) en Malaisie. Ces institutions avaient comme objectif de réduire l’exclusion bancaire et de promouvoir le développement des couches de population défavorisées. Leur activité qui avait essentiellement un objectif de développement, restait confinée au niveau local.

Ainsi, de nombreux économistes, sans ignorer ces premières expériences, s’accordent à considérer comme véritable date de naissance de la Finance Islamique moderne le début des années 1970, au carrefour de la montée du panislamisme et du boom pétrolier. Selon certains observateurs, le développement spectaculaire de la Finance Islamique à partir des années 1970 est une conséquence directe de la mise en exploitation des gisements du pétrole dans le Golfe Persique et des richesses que cette industrie a générées. Lire la suite

(17.10.2009)

SPECIAL USA

  • Bénéfice et CA trimestriels de General Electric en forte baisse

General Electric fait état d’une chute de 42% de son bénéfice au troisième trimestre, la crise ayant fortement pénalisé sa branche financière et réduit la demande pour les équipements lourds qu’il fabrique. Le plus grand conglomérat américain, dont l’action perdait 0,8% avant l’ouverture des marchés, a publié un bénéfice par action de 2,49 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros), soit 23 cents par action, contre 4,31 milliards, (43 cents/action), lors de la même période un an plus tôt. Le chiffre d’affaires trimestriel a plongé de 20% à 37,8 milliards de dollars alors que les analystes anticipaient en moyenne un CA 39,5 milliards. Reuters

  • MGIC creuse sa perte au 3ème trimestre

MGIC Investment, le plus grand assureur obligataire aux Etats-Unis, publie une perte trimestrielle accrue et plus lourde que prévu en raison d’une augmentation des défauts de paiement. Il pourrait ne pas être en mesure d’assurer le paiement d’obligations senior qui arriveront à échéance en septembre 2011. Pour le troisième trimestre, l’assureur “monoline” a fait état d’une perte nette de 517,8 millions de dollars, ou 4,17 dollars par action, à comparer avec une perte nette de 115,4 millions ou 93 cents par action un an plus tôt. Les analystes attendaient une perte de 1,62 dollar par action seulement. Les revenus ont baissé de plus de 10% à 413,3 millions de dollars, contre 437,0 millions prévus par le marché. La firme a indiqué que le taux de défauts de paiement était passé à 13,97% contre 7,54% un an plus tôt. Reuters

  • Bank of America perd un milliard de dollars au 3ème trimestre

Bank of America publie sa deuxième perte trimestrielle en moins d’un an, conséquence de la dégradation de ses activités de crédit aux particuliers, faisant chuter son titre dans les transactions d’avant-Bourse. Le premier groupe bancaire des Etats-Unis a subi sur la période juillet-septembre une perte nette de 1,0 milliard de dollars, soit 26 cents par action, à comparer à un bénéfice de 1,18 milliard (15 cents/action) un an plus tôt. Les investisseurs ont sanctionné ces résultats et l’action de la banque de Charlotte baissait 3,6% dans les transactions en avant-Bourse, à 17,45 dollars. Les pertes de BofA dans ses activités mondiales de cartes de crédit se sont creusées à un milliard de dollars. Sur un an, l’action BofA affiche un recul de 23%. Reuters

  • Chute du bénéfice d’Halliburton au 3ème trimestre

Halliburton fait état d’une chute de 61% de son bénéfice trimestriel, un résultat néanmoins meilleur qu’attendu pour le groupe, pénalisé par la baisse de l’activité sur le marché nord-américain du gaz naturel. Le numéro deux mondial des services parapétroliers a enregistré sur la période juillet-septembre un bénéfice de 262 millions de dollars, ou 29 cents par action, contre 672 millions (76 cents par action) au 3e trimestre 2008. Son chiffre d’affaires s’est replié de 26%, à 3,6 milliards de dollars. Les prix du gaz naturel aux Etats-Unis ont atteint en septembre leur plus bas niveau en quasiment huit ans même s’ils ont entamé depuis une remontée. Ce rebond a permis de limiter les dégâts sur le prix des services parapétroliers, mais les marges sur le marché nord-américain devraient rester sous pression au quatrième trimestre. Reuters

(28.09.2009)

► Le G20 de 2011 aura lieu en France

Quelle ville française devra se préparer à vivre un état de siège dans deux ans? On ne le sait pas encore. Mais les chefs d’États et de gouvernement du G20, réunis à Pittsburgh ont annoncé dans leur communiqué final qu’ils se retrouveraient deux fois en 2010, au Canada et en Corée du Sud, et une fois en 2011, en France. 20 Minutes

► Aides de l’État pour un quart des emplois des jeunes

Fin 2008, 21,2% des moins de 26 ans en emploi avaient ainsi un contrat en alternance, 2,5% un contrat aidé dans le secteur marchand et 1,1% un contrat aidé dans le secteur non marchand, selon une étude des ministères du Travail et de l’Emploi.

Sous l’effet de la crise, le taux de chômage des jeunes actifs, souvent peu diplômés et avec une courte expérience professionnelle, a surtout augmenté au second semestre 2008 beaucoup plus vite que l’ensemble de la population active. E24

► Hausses de tarifs en assurance dommage

Les sinistres ont augmenté en France sur les huit premiers mois de 2009 en automobile et en habitation, a indiqué le président du Groupement des mutuelles d’assurance (Gema) Gérard Andreck, ce qui pourrait déboucher sur des hausses de tarifs en assurance dommage en 2010. CBanque

► 6 cadres sur 10 perdent du pouvoir d’achat

La rémunération brute moyenne a reculé de 0,65% et la charge de travail… a augmenté. Dans le détail, la rémunération du personnel de l’encadrement a reculé, en 2008, de 0,65%. En prenant en compte l’inflation, cela correspond à un recul de pouvoir d’achat de -3,4%. Sur le dernier trimestre, les salaires avaient en moyenne moins augmenté que l’inflation. 36% des salariés de l’encadrement ont vu leur rémunération brute annuelle stagner ou baisser. Par ailleurs, l’écart salarial entre hommes et femmes reste “très élevé”. Un homme touchait en 2008 une rémunération moyenne brute supérieure de 20,2% à son homologue féminine. E24

(Merci à Léonidas)