France : L’agroalimentaire en berne en 2013

Premier secteur industriel de France, l’agroalimentaire a connu une année 2013 difficile, avec une activité commerciale atone, un recul de l’excédent commercial et une nette aggravation du nombre de défaillances de ses entreprises.

Mais où sont donc passées les forces vives qui animent traditionnellement le secteur agroalimentaire, premier secteur industriel français ? “Nous avons connu une année 2013 extrêmement difficile”, a reconnu le 10 avril, le président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), Jean-Philippe Girard.

Confrontés à une guerre des prix entre les distributeurs, une consommation des ménages atone et une rentabilité déclinante, le moral des industriels de l’agroalimentaire est clairement en berne.

Si le chiffre d’affaires global du secteur a encore légèrement progressé de 0,6 % en 2013, à 160,5 milliards d’euros (contre +2,2 % en 2012), la production manufacturière a reculé de 2,2 %.
Lire la suite

Michel-Edouard Leclerc : « Je dénonce l’émergence d’un courant pro-inflation »

Le patron des hypermarchés Leclerc, leader du marché hexagonal, moque les élites qui vantent les mérites d’une hausse des prix, alors que le pouvoir d’achat des Français va se dégrader.

Vous avez récemment dénoncé les hausses de tarifs que vous présentent les fournisseurs de l’agro-alimentaire. Ils ont démenti vos chiffres. Qu’en est-il ?

Jean-René Buisson, le président de leur association, l’Ania (Association Nationale des Industries Alimentaires), n’a pas démenti mes chiffres. Il a dit que « au final, l’impact sera beaucoup plus faible ».

Nous ne sommes qu’au début des négociations. Les hausses qui nous ont été soumises, se situent bien entre 5% et 19%. Elles sont en moyenne de 8,26% dans les rayons alimentaires.

Je répète que Leclerc ne fera de la discrimination positive que sur les seuls produits d’origine agricole. Notre groupement ne s’opposera pas aux hausses de tarifs liés à des accords inter-professionnels ou à des hausses de matières premières. Mais ce sera à deux conditions : la première est qu’une clause stipule une réduction de tarifs en cas de retournement du marché ; la seconde est que cette hausse profite bien aux agriculteurs et non aux seules multinationales. Nous le vérifierons.

Pour autant, fallait-il agiter le chiffon rouge de l’inflation ?

Je veux dénoncer l’émergence d’un courant pro-inflation. Il est porté par les groupes industriels de produits de grande consommation qui réclament des hausses de tarifs. Il est aussi soutenu par les analystes qui y voient une manière de détruire de la dette et de la faire porter par les consommateurs. C’est absolument incroyable de voir combien de banques se risquent à dire qu’on « pourrait aller jusqu’à 5% d’inflation ».

Lire la suite