Caprices de riches

Ces dernières années, le nombre de millionnaires et même de milliardaires a explosé sur la planète. Leur caractéristique ? Être riches, ultra riches. Leur problème ? Ils ont déjà tout. Alors la nouvelle tendance, c’est de vivre des expériences exceptionnelles.

Leur «délire» ? Boire 380.000 euros de champagne en une soirée, replonger dans les fastes de Louis XIV le temps d’un week-end, vivre avec voitures de luxe, jets privés, et yachts à disposition. De Paris à Cannes en passant par les châteaux de la Loire ou Monaco, rencontre avec de riches héritiers, des chefs d’entreprises ou émirs du Golfe.

Enquête sur ces riches qui peuvent quasiment tout se payer, au point d’avoir parfois tendance à vivre «au-dessus des lois».

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Argent & Vie

Ce documentaire pose une question provocante: pouvons-nous voir la crise économique non pas comme une catastrophe, mais comme une formidable opportunité?

Cette odyssée cinématographique relie les points sur nos maux économiques actuels et propose une nouvelle réflexion sur l’argent, basée sur un paradigme de bien-être planétaire.

Argent & Vie nous invite à relever le défi de notre temps: participer à la grande transition vers une économie durable, équitable et réparatrice qui répond aux besoins et aux réalités du 21e siècle.

(Une fois que vous avez lancé la vidéo, si les sous-titres français n’apparaissent pas par défaut, cliquez sur l’icône rectangulaire à droite de l’horloge.)

Bernard Maris : La création monétaire pour les nuls

Bernard Maris, l’un des économistes les plus connus en France, chroniqueur sur France Inter, et membre du conseil général de la Banque de France, a tout dévoilé dans un documentaire récent sur “La Dette” produit par Nicolas Ubelmann et Sophie Mitriani. Lorsque l’on lui pose la question “D’où vient l’argent que prêtent les banques?”, sa réponse est claire:

La banque fabrique de l’argent à partir de rien. C’est le métier du banquier. La banque crée ex nihilo de l’argent. Ça c’est quelque chose qui est très difficile à comprendre“.

États-Unis : En politique, l’argent de plus en plus roi

Par une décision très décriée, la Cour suprême vient d’assouplir une nouvelle fois les règles de financement des campagnes politiques. Les gros donateurs pourraient avoir encore plus d’influence sur la vie publique américaine.

Pendant des décennies, souvent après d’énormes scandales de corruption, les législateurs ont tenté de limiter les effets délétères de l’argent en politique. A présent, la Cour suprême est en train d’abattre ces garde-fous un par un.

Lire la suite

Décès de Michel Prieur, spécialiste de la numismatique française

Nous apprenons le décès de Michel Prieur, figure de référence, franche et directe, de la numismatique française. Fondateur et président de CGB, il a su accompagner la publication du FRANC et la création de la “Collection Idéale“,  consacrée aux monnaies modernes françaises.

Michel Prieur était bien connu des numismates. Il a été le premier numismate français à saisir l’importance qu’allait prendre internet dans les échanges commerciaux. Apprécié ou décrié pour ses ‘coups de gueule’ et son franc-parler, il avait pour ligne directrice de défendre les collectionneurs en dénonçant toutes sortes d’arnaques touchant la numismatique et en recensant les fausses monnaies faisant leur apparition.

Fer de lance de l’incontournable Bulletin Numismatique, il tenait à diffuser chaque mois, gratuitement, l’actualité numismatique et il distillait des conseils avisés avec humour et dérisions.

Revoir : “La mort du Franc” (Émission “C dans l’air” sur France 5 le 17/02/2012. Invités : Michel Prieur – Franck Ferrand – Marie-Jeanne Husset – Jean-Pierre Gaillard)

Il y a dix ans, l’Euro se substituait définitivement à la monnaie nationale. Et à partir d’aujourd’hui, elle ne sera plus acceptée par les banques centrales. Une fin du Franc, anticipée par des commerces pour en vider les tirelires de leurs clients, qui représente une aubaine pour les numismates.

Relire son article: “Devenir numismate professionnel ?

Musique : « Peuple de l’argent »

Paroles de la chanson du groupe “La chanson du dimanche”

Ce matin je l’ai vu partir, ô mon amour,
Suivre l’exode des martyrs, pour toujours,
Embarquer sur un bateau blanc
Plein de vedettes et de talents
De footballeurs en mini shorts
Un boat-people en quelque sorte.
Lire la suite

Dette, crise, chômage : Qui crée l’argent ?

La monnaie fait partie de notre quotidien. Elle est au cœur de nos économies : elle permet les échanges des biens et des services. Pourtant, personne ne sait vraiment qui la fabrique, ni comment elle fonctionne.

En partant de ce que tout le monde connait, ce document explique les fondements des systèmes monétaire et bancaire, et en décrypte certaines conséquences.

Car c’est bien l’incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves.

Trafic de faux papiers, usurpation : Les voleurs d’identité

En France, le trafic des faux papiers est devenu un véritable fléau qui coûte des milliards d’euros aux organismes sociaux comme la CAF et l’Assurance maladie.

Ils permettent à des personnes de travailler sur le sol français, mais aussi à des escrocs de gagner beaucoup d’argent en ouvrant des comptes bancaires et des crédits sous de faux noms… voire en usurpant l’identité de quelqu’un.

Enquête pour découvrir comment l’État lutte contre les faussaires et s’il existe des systèmes capables de mieux sécuriser les documents officiels.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Réflexion sur la multipolarité pour les camarades pro-russes, partisans de l’unité continentale et de la voie eurasiste

Dominique Strauss-Kahn, ancien patron du FMI et grand roi de la gaudriole s’est reconverti en septembre dernier dans la banque d’affaires. Il a pris la tête de la société financière luxembourgeoise Anatevka, cotée à la Bourse de Paris. Cette société fondée en 1994 par le financier Thierry Leyne a été rebaptisée pour l’occasion LSK : Leyne, Strauss-Kahn & partners. Calquée sur le modèle des banques anglo-saxonnes, LSK intervient dans la gestion d’actifs, le capital-risque, l’assurance et l’intermédiation financière. Elle est valorisée à la Bourse de Paris pour 50,24 millions d’euros. Vous allez me dire, qu’est-ce qu’on en a à faire ?

Vladimir Poutine et Igor Sechin

Eh bien, ce qui est intéressant dans la nouvelle activité de monsieur Strauss-Kahn, c’est qu’il a été nommé membre du conseil de surveillance des deux plus grandes institutions financières russes détenues à majorité par les pouvoirs publics russes (entendez Poutine) : le Fonds russe des investissements directs (RDIF) et la Banque russe de développement des régions (BRDR), contrôlée par le pétrolier Rosneft.

Rosneft, le géant du pétrole russe devenu le premier groupe pétrolier mondial et qui veut devenir une banque d’affaire à la Rothschild, est contrôlé par Igor Sechin, ami de longue date du président Poutine, soutien politique de première importance pour le président et financier de ses campagnes électorales.

Lire la suite

Crimée : Le référendum provoque une ruée vers les banques

Des files d’attente de gens paniqués et espérant retirer le maximum d’argent liquide sont apparues devant les banques en Crimée, à l’approche du référendum de dimanche pour le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.

Des gens font la queue devant une banque à Simféropol, le 15 mars 2014 ( AFP / Dimitar Dilkoff)

Des gens font la queue devant une banque à Simféropol, le 13 mars 2014 ( AFP / Dimitar Dilkoff)

Des gens font la queue devant une banque à Simféropol

Les autorités pro-russes locales tentent pourtant de rassurer la population, assurant qu’il n’y aura pas de problèmes avec les retraites et les salaires et que les banques disposent de suffisamment de liquidités pour tout le monde. Mais leurs propos semblaient contredits par la réalité.

Lire la suite

Économie de l’ombre : Le trou noir de l’Union Européenne

Sur le fond des derniers évènements en Ukraine, où la population est en train de défendre de manière peu civilisée sa volonté de devenir « un pays européen civilisé », je me suis intéressé à « l’économie de l’ombre » en Union Européenne. Les experts de Bruxelles ne cachent pas que l’économie de l’ombre est stable dans l’UE et son volume est estimé aujourd’hui à [2.200 milliards] d’euros.

vivre sans argent

L’économie informelle est très prospère en Bulgarie, en Roumanie et dans les pays méditerranéens. La Grèce et l’Italie sont les leaders dans ce secteur. Les experts plaisantent en disant que si à Rome, les acteurs de l’économie de l’ombre étaient obligés de payer les impôts dont ils sont redevables, le problème de la dette d’Italie serait résolu. Ce secteur représente entre 21% et 30% en Italie, selon les estimations diverses.

L’économie de l’ombre est surtout répandue dans le bâtiment, les services, l’agriculture et la pêche. Personne n’a jamais essayé de comprendre ce qu’il en est dans le secteur du spectacle et du divertissement. A l’exception des vedettes du show-biz qui paient régulièrement leurs impôts, la situation fiscale du reste du secteur reste floue.

L’« économie de l’ombre » dans l’Union Européenne – c’est un espace vaste, dans lequel l’essentiel de la fraude, ce ne sont pas des infractions pénales graves. On n’y vend pas de la drogue, on ne s’y occupe pas de proxénétisme, on n’y effectue pas des braquages des banques.
Lire la suite

Peut-on vivre sans argent ? Cet homme l’a fait !

Je suis sur le point de pénétrer un monde qui m’est quasiment étranger et, pour la première fois, je me sens vulnérable“. Et il y a de quoi. Car le monde que l’idéaliste Mark Boyle s’apprête à découvrir ne connait pas l’argent. Au lendemain de la crise des subprimes, cet Irlandais de 29 ans a fait un rêve, vivre les poches vides pendant un an. Une expérience radicale, l’utopie ultime qu’il a raconté dans un essai, “L’homme sans argent” dont la traduction vient de paraître (ed. Les Arènes).

vivre sans argent

Hasard du calendrier, quelques jours plus tôt sortait un autre récit d’expérience tout aussi radicale. Dans L’Homme qui renonça à l’argent, l’écrivain américain Mark Sundeen raconte l’histoire vraie de Daniel Shellabarger. En septembre 2000 il a renoncé à ses dernières économies, ses papiers d’identité, son permis de conduire mais aussi son nom. Depuis, Daniel Suelo (“sol” en espagnol) vit en troglodyte dans une grotte de l’Utah (États-Unis).

Cette expérience, il la raconte depuis 14 ans sur son blog qu’il alimente depuis une bibliothèque municipale. Pas d’argent, mais pas non plus de troc ou de subventions. Sa nourriture provient de la cueillette, des bennes à ordure, de dons. Lorsqu’il quitte sa grotte, Suelo laisse un mot: “N’hésitez pas à camper ici. Ce qui est à moi est à vous. Mangez mes provisions. Lisez mes livres. Emportez-les, si vous voulez“. Ce qui l’anime? Sa foi, qui l’inscrit dans la tradition des ermites.

Et c’est tout ce qui le différencie de Mark Boyle. Militant décroissant, ce diplômé en économie admirateur de Gandhi a voulu faire de son expérience un exemple à suivre. C’est en se demandant quel était le dénominateur commun entre les inégalités économiques, les ateliers de travailleurs clandestins, l’élevage industriel, les guerres pour l’appropriation des ressources, la destruction de l’environnement qu’il a décidé d’abandonner l’argent, déplorant “notre déconnexion de ce que nous consommons“.

Lire la suite

Gérard Foucher : « Changer la monnaie pour changer le monde »

Conférence de Gérard Foucher au sujet de son ouvrage « Les secrets de la monnaie – changer la monnaie pour changer le monde » publié chez Yves Michel. Passionné de théâtre et aujourd’hui metteur en scène, l’auteur a également navigué 10 ans entre l’Afrique et les Caraïbes, sur un voilier de sa fabrication.

C’est en observant un monde répartissant les richesses de manière de plus en plus inégale qu’il est arrivé, à force de recherches et d’analyses, à la conclusion que « le code source » du fonctionnement de nos sociétés qu’est la monnaie est programmé pour générer ces inégalités.

Son intérêt pour ce sujet nous montre qu’il n’est pas réservé à une élite d’économistes ou de mathématiciens mais qu’il est bel et bien l’affaire de tous. Revenant brièvement sur les mécanismes de la création monétaire, Gérard Foucher évoque des solutions pour sortir de ce carcan et créer ensemble une société plus vertueuse.

Massimo Fini : « Rien ne peut plus nous sauver de la bulle spéculative »

Interview du journaliste et intellectuel italien Massimo Fini: l’argent n’existe pas, il n’est pas ni ne représente la richesse et n’est qu’une promesse d’un futur toujours plus incertain.

Son accroissement démesuré sous forme d’immense bulle spéculative se heurtera tôt ou tard aux limites du monde physique et aura des conséquences telles qu’elles mettront fin au système de l’argent et à la société que nous connaissons.

Traditionnellement, les fonctions de l’argent sont au nombre de quatre :

- Mesure de la valeur
- Intermédiaire dans l’échange
- Moyen de paiement
- Dépôt de richesses

Lire la suite

Etats-Unis : rapport accablant sur l’argent de la reconstruction destiné à l’Afghanistan

La campagne électorale pour la présidentielle du 5 avril s’ouvre ce dimanche en Afghanistan. Douze ans après le début de la guerre et la chute du régime taliban, le pays reste fragile.

Les Américains ont dépensé des [milliards] de dollars pour reconstruire le pays. Mais d’après un rapport qui vient d’être publié aux États-Unis, les ministères afghans se révèlent incapables de gérer correctement les [milliards] de l’aide américaine.

Lire la suite

Le système libéral exclut les classes populaires du système de soins

Le constat est alarmant. Délais d’attente écrasants, dépassements d’honoraires de plus en plus fréquents, désengagement de l’État. Pour beaucoup de patients, se soigner est devenu un luxe, si bien qu’un Français sur trois admet y avoir renoncé en 2013 pour raisons financières.

http://img11.hostingpics.net/pics/342144Sant.jpg

Source: Baromètre Santé et Société Europ Assistance-CSA 2013

Encore plus inquiétant, ce sont les associations, les centres de santé et les permanences d’accès aux soins qui prennent maintenant le relais pour des soins courants…

Il y a deux mois, ils avaient une maison et une voiture. Aujourd’hui, ils logent dans une résidence de l’Armée du Salut et se soignent dans la Permanence d’accès aux soins de santé (Pass) de l’Hôpital Saint-Louis, à Paris. Arlette, 58 ans, et Bernard, 53 ans, ont tout perdu. Pourtant, ce qui leur arrive est assez banal.

Lire la suite

A fond pour vivre sans un rond : 5 exemples à suivre

Alors que le concept de revenu universel ou “de base” fait progressivement des émules, certain(e)s décident d’aller encore plus loin et de vivre volontairement sans argent. Pourquoi ? Comment ? Réponses avec cinq parcours de vie en France comme à l’étranger.

Sans argent nous serions tous riches

Heidemarie Schwermer, vit sans argent depuis 17 ans

C’est en 1996 que cette ancienne institutrice allemande âgée aujourd’hui de 71 ans décide de se passer d’argent. Prenant conscience qu’elle ne dépensait presque rien et que tout ce dont elle avait besoin semblait se présenter à elle naturellement, elle revend son appartement et décide de vivre de façon nomade. Ses enfants sont assez grands pour s’assumer, et elle subvient à ses besoins en ayant recours au troc de compétences.

Pour elle, l’argent éloigne de l’essentiel: se débarrasser du superflu permet un mode de vie plus sain et heureux. Elle a écrit deux livres pour raconter son mode de vie (les recettes sont reversées à des œuvres de charité) et le documentaire “vivre sans argent” est entièrement consacré à son choix de vie :

Lire la suite

Mark Lombardi artiste conspirateur

Portrait de l’artiste new-yorkais Mark Lombardi [1951-2000], dont l’œuvre étonnante a dévoilé une mine d’informations sur les réseaux tissés entre puissances politiques, économiques et criminelles – au péril de sa vie.

L’artiste new-yorkais Mark Lombardi s’est fait connaître grâce à ses sociogrammes, diagrammes en réseau à la fois complexes et étonnamment limpides, détaillant les structures labyrinthiques du pouvoir politico-économique. Flux d’argent, abus de pouvoir, liens troubles entre personnalités américaines (notamment George W. Bush) et réseaux criminels étrangers… : d’inextricables masses d’informations se démêlent sous les yeux du spectateur, construisant une cartographie, pour le moins dérangeante, de la mondialisation.

La mort soudaine de Lombardi en 2000 – officiellement par suicide – a éveillé bien des soupçons quant à la fiabilité des enquêtes officielles : indéniablement, cet homme en savait trop. Quel rôle son œuvre clé BCCI a-t-elle joué dans les enquêtes du FBI autour des attentats du 11-Septembre ? En se penchant sur l’œuvre singulière d’un boulimique de l’information, ce documentaire dévoile la face cachée du milieu de l’argent et de la politique.


Garry Leech : « Que la révolution commence »

Traduction d’un texte de Garry Leech, journaliste indépendant et auteur du livre « Le Capitalisme, un génocide structurel » ; né en Grande-Bretagne, il donne des cours de science politique internationale dans une université canadienne. 

Qu’est-ce que nous attendons ? Combien de temps allons-nous rester assis à ne rien faire et à regarder les bellicistes politiques déployer leurs drones, leurs navires de guerre, leurs bombardiers furtifs, leurs missiles, nos fils et filles et, finalement, leurs armes nucléaires, contre les peuples les plus pauvres du monde ?

NDLR : Discours de Garry Leech reprenant (en anglais) le texte reproduit dans nos colonnes.

Combien de temps allons-nous rester indifférents aux entreprises bellicistes maniant leurs baguettes magiques bénéficiaires, qui remplissent à craquer leurs portefeuilles et leurs bedaines, pendant que des millions d’enfants meurent de faim et de maladies évitables ?

Combien de temps allons-nous accepter l’inégalité injuste des 1 % empochant une part largement disproportionnée de la richesse créée par le labeur des 99 % ? Combien de temps allons-nous accepter passivement la folie suicidaire consistant à violer et piller les ressources limitées de notre planète, au point qu’aucun de nous ne sera en mesure de survivre ? Que la révolution commence !

Et qu’en est-il de notre peur irrationnelle des armes de destruction massive dans les mains de terroristes, qui nous maintient paralysés et distraits des injustices quotidiennement perpétrées en notre nom ? Les plus mortelles des armes de destruction massive utilisées aujourd’hui dans le monde ne sont pas chimiques ou biologiques ; ce sont les règles établies par l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et tous les soi-disants accords de libre-échange qui ne font qu’intensifier les inégalités au plan mondial, la souffrance humaine et la mort.

Lire la suite