Le berger des abeilles (Rediff)

Découvrir une colonie d’abeilles en plein travail, c’est entrer de plain-pied dans un monde extraordinaire : une sorte de super-cerveau dirigé par une reine qui organise la vie de cette société. Le « berger des abeilles » commence son activité par une transhumance : une visite de la ruche et le départ en pollinisation. Au fil des saisons, la ruche, ce laboratoire vivant, dévoile l’abeille, l’héroïne de cette histoire.

L’évolution de ses différents rôles programmés à l’avance – larve, sentinelle, ventileuse, nettoyeuse, bâtisseuse et butineuse – rythme l’histoire fascinante et mystérieuse de cet insecte méconnu et des tâches passionnantes du « berger des abeilles ».

L’observation d’un rayon où les abeilles réussissent à construire des alvéoles de cire, dont le dessin parfait reste encore un mystère pour l’homme, suscite une fascination pour cet insecte qui laisse rarement indifférents ceux qui l’approchent.

Réalisateur Jean-Baptiste Moulin. Auteur Pierre-André Pellissier (Suisse – 2006)

Ariège : Les apiculteurs s’unissent face à la disparition des abeilles

Les apiculteurs de l’Ariège ont subi une hécatombe dans leurs ruches l’année dernière. Après avoir lancé un appel à l’aide, ils ont reçu 150 essaims, donnés par des collègues de toute la France.

Il y a des ruches d’Alsace, de Bourgogne, du Larzac, des Cévennes… Chaque apiculteur ariégeois reçoit une dizaine d’essaims.

Pesticides : La récolte de miel au plus bas en 2013

15.000 tonnes de miel seulement ont été produites en 2013, soit “la récolte la plus faible jamais connue en France”. Principales causes de l’hécatombe citées par les apiculteurs: les grandes cultures -la radio nationale cite l’exemple d’”un champ de maïs immense sans aucune autre fleur-, les parasites et les pesticides.

2013, année noire pour les agriculteurs français, dont la production atteint des chiffres historiquement bas. L’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) s’inquiète notamment de l’effet nocif des pesticides sur les populations d’abeilles. Un apiculteur venu de la région Rhône-Alpes expliquera notamment ce mardi à Paris comment il a perdu la totalité de sa population d’abeilles en un an.

Face à cette baisse inquiétante de la production, les apiculteurs demandent de l’aide au gouvernement et en appellent également aux agriculteurs, qui ont eux aussi besoin d’abeilles pour polliniser leurs cultures.

L’Express

(Merci à Tilak)

Demain, mangera-t-on encore du miel français ?

2013 ne fait pas le miel des apiculteurs. Avec une récolte quasi inexistante au printemps, la profession souffre. Au point que son déclin, amorcé il y une quinzaine d’années, pourrait rattraper celui des abeilles.

C’est le défi de l’été : trouver un pot de miel d’acacia français dans un supermarché. Même galère pour le colza et pour toutes les miellées de printemps. « A quelques exceptions près, dans tout le pays, personne n’a rien récolté avant juillet », soupire Henri Clément, le porte-parole de l’Unaf, l’Union nationale de l’apiculture française.

A première vue, la cause de cette pénurie est simple : les abeilles ne sortent pas butiner sous la pluie. Sophie Dugué, apicultrice dans la Sarthe, a donc nourri ses ouvrières elle-même jusqu’en juin. « Les reines étaient à la diète, l’éclosion des œufs au ralenti, explique-t-elle. Alors cet été, le soleil a beau être revenu, on a moins de monde pour butiner. »

Une mauvaise année donc. Il se pourrait que comme l’an dernier, certains demandent un soutien au ministère au titre des calamités agricoles. Mais le malaise est plus profond.

Lire la suite de l’article sur Terraeco

Argentine : Les apiculteurs fuient l’avancée du soja OGM

Plusieurs familles de petits producteurs de miel ont dû se déplacer vers le centre de l’Argentine face à la “marée verte” du soja transgénique qui détruit les fleurs, les arbres et les plantes privant les abeilles de toute alimentation.

Dans l’estuaire de 
La Plata, la transhumance des abeilles est assurée par une barge qui 
va déposer 160 ruches d’île en île.

J’ai dû suivre la musique“, plaisante Angel Dovico, apiculteur passionné et robuste quinquagénaire d’origine italienne, qui a trouvé refuge dans le cadre bucolique d’une île isolée, près du village d’Ubicuy, à 140 km de Buenos Aires, avec sa femme est ses deux enfants.

La transhumance (des ruches, ndlr) a toujours existé. Mais aujourd’hui, elle est exacerbée par le soja. La fumigation des champs est si toxique que la flore ne pousse plus, ni le long des clôtures, ni sur les bas-côtés des routes“, alerte la biologiste argentine Laura Gurini.

Dans les Iles Lechiguanas, une zone protégée rappelant des paysages du delta du Mississippi, le silence n’est brisé que par le cri des oiseaux et le moteur des embarcations. La multiplication des cultures de soja “a dispersé les apiculteurs vers les côtes et les montagnes“, souffle Angel Dovico, en sortant les ruches de sa barque, pour les installer dans une clairière au milieu d’un sous-bois.
Lire la suite

Alsace : Une colonie d’abeilles produit un mystérieux miel bleu

A Ribeauvillé, dans le département du Haut-Rhin, une autre mauvaise surprise attendait les apiculteurs. Début août, plusieurs d’entre eux constatent que leurs abeilles ramènent d’étranges produits de couleur, bleu ou vert, parfois marron chocolat. Les quantités transportées sont importantes au point de bloquer la ponte. Un désastre, car c’est en été que les reines pondent les “abeilles d’hiver” qui permettront à la ruche de passer la saison du froid. Puis, très vite, les apiculteurs récoltent une étrange mixture à la couleur tout à fait inhabituelle.

Le syndicat des apiculteurs de Ribeauvillé mène une enquête (…)

Sur le site d’une entreprise de méthanisation de déchets – qui permet, entre autres, de produire du biogaz –, il découvre une colonie d’abeilles au-dessus de gros conteneurs abritant un produit de couleur identique à la mixture qu’elles ramènent à la ruche.

Lire la suite

Le mystère de la disparition des abeilles

Aujourd’hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l’abeille, le pollinisateur agricole le plus important de notre planète. Or, depuis plusieurs années, des millions d’abeilles disparaissent. Pourquoi ?

Enquête de Mark Daniels sur un désastre écologique mondial qui pourrait mettre en péril l’humanité toute entière.

Image de prévisualisation YouTube

(Documentaire réalisé par Mark Daniels – Etats-Unis – 2010. Diffusé sur Arte le 28 août 2012)

Merci à NOP