États-Unis : « Hackers en guerre »

Présenté à New York au « Village East Cinema » dans le quartier de Manhattan le 17 octobre 2014, le film de Vivien Lesnik Weisman est un documentaire qui met en lumière les mauvais traitements, la persécution et l’intimidation que subissent les Hackers et les Activistes par le gouvernement des États-Unis.

Cliquez sur l’icône “CC” en bas à droite de la vidéo pour activer les sous-titres français

Avec les analyses de deux journalistes lauréats du prix Pulitzer, Glenn Greenwald et Chris Hedges, du lanceur d’alerte Thomas Drake (NSA), « The Hacker Wars » retrace les étapes qui nous mène des coins les plus troubles de l’Internet à l’ombre pesante de la censure jusqu’au spectre d’une condamnation à plus d’un siècle de prison.

Partez à la rencontre d’Andrew Auernheimer alias « weev », troll invétéré et détesté, membre du groupe d’experts en sécurité informatique « Goatse Security. » Il est responsable de la publication d’une faille de sécurité dans le système d’information d’AT&T. « Goatse Security » avait révélé la faille à « Gawker Media » après en avoir informé AT&T et publié les données de 114.000 utilisateurs d’iPad, parmi lesquels des célébrités, le gouvernement américain et les forces armées des États-Unis. « weev » a été condamné à 41 mois de prison.

Lire la suite

“Airchat” : Anonymous est sur les ondes

Développé par le collectif de hackers Anonymous, Airchat est un système de communication qui n’exploite ni Internet, ni les réseaux cellulaires, mais les ondes radio AM/FM.

Connu pour ses multiples assauts contre des sites Web de gouvernements et d’entreprises, le réseau de hacktivistes Anonymous refait parler de lui… sur le volet R&D.

Sa cellule Lulz Lab vient de publier, sur GitHub, le projet Airchat. Encore à l’état expérimental, cet outil gratuit de communication ne nécessite pas d’infrastructure Internet, ni de réseau cellulaire : il s’appuie sur les liaisons radio AM/FM. Sa mise en œuvre nécessite d’autant plus de compétences techniques.

Transmission de paquets via une solution de réseau Mesh, modification des cartes réseau Wi-Fi pour injecter la gestion de trames, exploitation des modules radio des téléphones mobiles pour générer des paquets TDMA : les Anonymous ont testé de nombreuses solutions de connectivité. Ils en ont conclu qu’aucune n’était suffisamment simple à installer sur les équipements actuels.

Lire la suite

BitTorrent: C’est la guerre entre Anonymous et les autorités suédoises

Revoilà Anonymous. Mardi, le collectif a (re)lancé son opération «PirateBay», qui vise à attaquer des sites officiels suédois après le raid des autorités contre l’hébergeur PRQ, la veille.

Image de prévisualisation YouTube

«Le raid contre PRQ a fait tomber de nombreux sites BitTorrent. Nous voyons ceci comme un crime contre la liberté d’information et avons mis hors-ligne des sites affiliés au gouvernement suédois»,

jure Anonymous. Si certaines sites officiels ont connu des problèmes dans la journée, ils étaient de retour en ligne dans la soirée.

20 minutes.

Anonymous vs banksters et corruption ?

Depuis quelques mois, une vidéo postée par les Anonymous circule sur le net. Il s’agit plutôt de plusieurs vidéos dont le texte est similaire mais la mise en images diffère. Ces vidéos présentent ce que les Anonymous appellent le “projet Mayhem”, nommé ainsi en hommage au film Fight Club.

Projet Mayhem

Dans ces vidéos, les Anonymous prétendent que notre système, notre mode de vie, est basé sur des mensonges. Ils annoncent avoir récolté de nombreuses informations et constitué une base de données qu’ils diffuseront massivement le 12 décembre 2012 via un logiciel de partage de données de type peer-to-peer baptisé TYLER et créé par “un nombre sans précédent des meilleurs hackeurs et codeurs“.

Imaginez que nous synchronisons tous nos montres pour agir au même moment, au solstice d’hiver, le 21 Décembre 2012 à 11h11 heure locale, pour diffuser toutes les preuves de la corruption et de la fraude, récoltées grâce à un outil nommé TYLER, opérationnel dès le 5 Novembre 2012. Imaginez …

Lire la suite