Royaume-Uni : La faim hante le pays

Le nombre de personnes contraintes de faire appel aux banques alimentaires a presque triplé en un an au Royaume-Uni. Selon un rapport parlementaire, c’est surtout le régime des aides de l’État, plus strict qu’auparavant, qui pousse les Britanniques vers la pauvreté.

Un rapport parlementaire sur la faim dans le pays, financé par l’Église, accuse la politique d’austérité de pousser les personnes vulnérables à être contraintes de faire appel aux banques alimentaires, selon The Guardian. Entre 2013 et 2014, plus de 913.000 personnes – dont un tiers d’enfants – ont reçu des aliments d’urgence d’une banque alimentaire pendant au moins trois jours, contre 346.000 personnes entre 2011 et 2012.

En effet, le rapport intitulé Feeding Britain (Nourrir la Grande-Bretagne), qui doit être publié aujourd’hui, souligne que “le pays est hanté par la faim, causée par les bas salaires, les inégalités qui se creusent, un régime impitoyable de sanctions [infligées aux bénéficiaires d’aides d’État qui ne remplissent pas les nouvelles conditions] et la désintégration du tissu social“.

Lire la suite

Économie : L’oligarchie ment aux Français

Tribune libre de Paysan savoyard

La situation économique et sociale conduit à constater que les Français sont en la matière victimes d’un double mensonge: l’oligarchie leur ment ; et ils se mentent à eux-mêmes. Commençons par le premier volet. Un autre article suivra pour traiter du second.

  • Contrairement à ce qu’ils cherchent à faire croire, les politiciens n’essaient pas de régler les difficultés économiques et sociales

En apparence, un débat nourri existe au sein de la classe dirigeante  pour faire face aux difficultés auxquelles est confrontée l’économie française: débat entre la politique de l’offre et de la demande ; entre austérité et relance ; entre libéralisme et social démocratie ; entre remèdes de gauche et solutions de droite…

La classe dirigeante donne ainsi l’impression d’essayer sincèrement de s’attaquer aux problèmes, de réfléchir aux solutions, de les tester l’une après l’autre, de s’adapter à la conjoncture. C’est là un complet enfumage.

Lire la suite

Travail : Personne ne voit le plus grand bouleversement depuis 1800

La généralisation de l’automatisation dans tous les secteurs de l’économie va se poursuivre au cours de la prochaine décennie. Cette automatisation va nous enrichir sur le long terme, mais à court terme, le remplacement du travail humain va créer beaucoup de problèmes, notamment parce qu’aucun gouvernement ne se prépare à cette révolution, affirme The Economist.

L’innovation, et en particulier l’automatisation, a révolutionné notre façon de travailler. Elle a détruit des emplois, et en a créé de meilleurs. Une société plus productive est une société plus riche, et l’augmentation de la richesse provoque une hausse de la demande pour des biens et des services de plus en plus sophistiqués. Aujourd’hui, on ne voit plus de pool de secrétaires, mais il y a de plus en plus de programmeurs et de designers web.

Pour les travailleurs, ce seront d’abord les inconvénients de cette évolution qui se feront sentir. Même si elle suscite la création de nouveaux emplois plus intéressants sur le long terme, à court terme, la tornade technologique provoquera un élargissement des écarts de salaires, et ce phénomène est susceptible de créer des tensions sociales et peut-être même politiques. Or, aucun gouvernement ne s’y est préparé.

Lire la suite

Plus d’un million d’Américains perdent leur allocation chômage

Depuis [le] samedi 28 décembre, 1,3 million d’Américains ont perdu leurs allocations chômage. Le Congrès a refusé d’approuver le renouvellement de cette prestation avant de s’ajourner pour les fêtes de fin d’année. Pour beaucoup de familles, cette interruption des indemnisations est une catastrophe.

MARCHÉ DU TRAVAIL
– REPRISE

Sur les quelque 4 millions de chômeurs américains, 1,3 million cesseront de recevoir une indemnisation du gouvernement fédéral d’un peu plus de 1.000 dollars par mois. Les personnes touchées  sont celles qui sont sans emploi depuis plus de 73 semaines, la durée maximum pendant laquelle ils ont droit à une allocation chômage.

Catastrophe
Lire la suite

“Garantie jeunes” : Une nouvelle allocation pour 100.000 jeunes précaires

La “garantie jeunes“, promise par le gouvernement, sera expérimentée, ”pour une première vague de test”, dans 10 territoires de l’Hexagone, dès la rentrée prochaine. Dans un premier temps, près de 10.000 personnes seront concernés.

Cette allocation de 450 euros est destinée aux jeunes de 18 à 25 ans, qui ont quitté le système éducatif, qui n’effectuent pas de formation, qui ne travaillent pas et qui ne touchent pas plus de 483 euros par mois (plafond du RSA). Une situation précaire dans laquelle se retrouvent de plus en plus de jeunes.

Pour cette première phase d’expérimentation, seuls 10 territoires seront concernés: la Seine-Saint-Denis, le Vaucluse, le Finistère, l’Allier, l’Eure, les Vosges, l’Aude, le Lot-et-Garonne, les Bouches-du-Rhône et la Réunion. Le gouvernement a volontairement choisi des territoires ruraux et urbains. De plus, il a indiqué qu’il n’avait pas tenu compte des ”sensibilités politiques”.

Dès 2014, 10 autres régions entreront en phase d’expérimentation, afin de toucher ”jusqu’à 30.000 jeunes” : la Creuse, l’Essonne, l’Oise, la Seine-Maritime, la Savoie, le Pas-de-Calais, l’Ile et-Vilaine, la Dordogne. Au final, ce dispositif devra prendre en charge 100.000 jeunes par an ”en rythme de croisière”. Cette initiative est une suite logique face à l’état d’urgence pour le travail des jeunes, décrété par François Hollande.
Lire la suite

Le Triangle des Bermudes de l’économie

Par Steen Jakobsen, économiste en chef de Saxo Bank

Le mystère du triangle des Bermudes a stimulé l’imagination de bien des générations. Il a également attiré mon attention et j’ai le sentiment qu’il existe un triangle des Bermudes de l’économie: un espace où tout tend à disparaître des écrans radars, un trou noir dans lequel la rationalité et la science sont remplacées par l’espoir, la superstition et le non-sens.

Dans la vraie vie, le triangle des Bermudes s’étend des Bermudes à Porto Rico et à Miami. Le triangle des Bermudes de l’économie, quant à lui, va des sommets des marchés actions, en passant par un taux de chômage élevé et une croissance / productivité faible. Comme le vrai triangle des Bermudes, il existe à propos du triangle de l’économie, de nombreuses preuves scientifiques qui permettent d’expliquer la plupart des choses, sinon la totalité de ce qui se passe actuellement. Seulement, cela ne concerne pas Hollywood, désolé, mais la Réserve Fédérale. [...]

Le Triangle des Bermudes de l’économie a fait de nous des spectateurs en créant un style de vie dans lequel nous sommes persuadés que l’absence de changement est la solution.

Il y a un mythe disant que l’Atlantide engloutie serait au milieu de ce triangle. Ce mythe a été renommé Théorie Monétaire Moderne (MMT), et aboutit à une recette économique connue de longue date: imprimer et dépenser de l’argent, pour ensuite prier pour un temps plus clément…
Lire la suite

Le précariat : « Une classe sociale en devenir »

Guy Standing est professeur d’économie à l’université de Bath (Royaume-Uni). Dans cet entretien pour le site BastaMag,  il livre son analyse sur « cette classe sociale en devenir » et appelle à combattre les discours stigmatisant les « assistés », nouveau terreau de la montée de l’extrême droite.

Alors que le chômage explose en Europe, en particulier chez les jeunes, la notion de précariat, contraction de précarité et de prolétariat, devient de plus en plus d’actualité. Pour le britannique Guy Standing, professeur d’économie et promoteur d’un revenu citoyen pour tous, ce précariat rassemble aussi bien les jeunes diplômés précarisés, les enfants d’ouvriers rongés par l’incertitude que les travailleurs migrants.

Basta ! : La notion de précariat englobe celle de précarité et de prolétariat. Que signifie faire partie du précariat ?

Guy Standing : Le précariat est un phénomène mondial apparu avec les politiques visant à rendre toujours plus flexible le marché du travail. C’est vivre en situation d’incertitude permanente vis-à-vis du travail, du logement, et même de son identité. En plus de ne pas avoir de revenu stable, les personnes faisant partie du précariat n’ont plus le sentiment d’avoir une identité professionnelle, ni de se développer personnellement au travail.

Le précariat est en train de devenir anomique dans le sens ou il déstructure, désespère et aliène ceux qui en font partie. Être en situation de précariat, c’est aussi avoir du mal à contrôler son temps. On cherche à l’utiliser rationnellement et de manière productive. Compte tenu des incertitudes dans lequel le précariat est forcé de vivre, cela est très stressant.

Les salariés et les élites n’ont souvent aucune idée de la quantité de travail que le précariat accomplit, bien que celui-ci soit souvent inutile, comme par exemple faire la queue pendant des heures, remplir un formulaire, avec l’espoir d’obtenir quelques miettes. Dans le même temps, les riches peuvent s’acheter des conseils et des services.

La notion de précariat ne recoupe-t-elle pas des réalités et des populations très diverses ?
Lire la suite

La crise pourrait freiner la natalité en France

La crise économique pourrait bien freiner la natalité en France, pourtant l’une des meilleures d’Europe, en raison de la hausse du chômage des jeunes et de la baisse du moral des ménages, mais le phénomène devrait être provisoire, selon un ouvrage publié par l’Insee.

La forte hausse du chômage, la baisse des revenus, l’incertitude croissante sur l’avenir modifieront vraisemblablement les comportements reproductifs des ménages, d’autant que les jeunes sont les premiers touchés,” écrit la démographe Ariane Pailhé, dans le Portrait social de la France publié vendredi.

Pascale Breuil, chef des études démographiques et sociales de l’Insee, dresse un constat similaire et donne “rendez-vous au bilan démographique début 2011“, pour mesurer précisément les effets de la crise en raison du “décalage de un ou deux ans” entre la situation économique et les naissances.

En 2008, 801.000 enfants sont nés en France métropolitaine, un chiffre jamais atteint depuis près de trente ans, selon l’Insee, tandis que le taux de fécondité à dépassé deux enfants par femme, plaçant les Françaises en tête des Européennes.

Dans son chapitre intitulé “La crise économique actuelle affectera-t-elle le nombre de naissances?” Mme Pailhé, de l’Institut national des études démographiques, s’est notamment fondée sur les effets des “crises passées,” notant un “parallélisme entre déclin du PIB et baisse de la fécondité.
Lire la suite

Le retour de la pauvreté chez les personnes âgées

De plus en plus de personnes âgées sont touchées par la grande pauvreté, a déploré le 14 avril 2010 le collectif Alerte qui craint de voir cette situation s’aggraver.

Les 37 associations et fédérations nationales de lutte contre l’exclusion membres du collectif affirment vivre ce phénomène au quotidien sur le terrain : précarisation des personnes âgées de plus en plus nombreuses à se retrouver à la rue, problème d’insolvabilité (de la personne âgée et de sa famille) pour financer les coûts liés à l’hébergement en maison de santé ou aux soins de santé, isolement de ces personnes lié à la complexité de l’accès à une prise en charge (en institution ou à domicile)…

Concrètement, les associations enregistrent une forte augmentation de la présence des personnes âgées dans leurs lieux d’accueil, de demandes d’aides financières, alimentaires, médicales… Cette situation de précarisation «risque de s’aggraver sous l’effet de la crise économique et en fonction de choix qui seront retenus par la future réforme des retraites,» s’inquiète le collectif Alerte. Et de citer le récent rapport de l’Onpes qui observe une interruption dans le mouvement de baisse de pauvreté de ce public et le fait que le minimum vieillesse reste inférieur au seuil de pauvreté pour une personne seule.

Mais il indique surtout que «les inquiétudes relatives à la pauvreté des personnes âgées s’expriment essentiellement pour l’avenir.»

Une enquête des Petits frères des pauvres

«Nos équipes nous font part de situations de plus en plus complexes et alarmantes,» a indiqué Jean-François Serres, secrétaire général des Petits frères des pauvres. Les personnes âgées, signalées par les bénévoles l’association, n’arrivent plus à faire face aux dépenses de la vie courante.
Lire la suite

Comment l’Allemagne cache son chômage

En France, on célèbre la baisse du chômage allemande. Le journaliste allemand Florian Rötzer décrypte le faux miracle allemand, qui camoufle une restructuration du marché du travail : baisse des contrats de travail à temps plein, augmentation des contrats à temps partiel ou très partiel. Moins de chômeurs officiels, plus de travailleurs pauvres et précaires.

Agence pour l'Emploi

Si on regarde les chiffres de l’agence (fédérale) pour l’emploi (AFE) de plus près, l’image qui se présente à nous est moins réjouissante.

Lire la suite

Aucune solution prévue pour 400.000 chômeurs en fin de droits

« On ne laissera personne abandonné, mais la solution n’est pas dans la multiplication des aides de toutes sortes », avait déclaré la semaine dernière le chef de l’Etat, concernant le million de chômeurs en fin de droits qu’escompte Pôle emploi cette année.

La conciliation de ces deux exigences risque d’être difficile, si l’on se réfère aux estimations transmises hier par le service public de l’emploi aux partenaires sociaux et que « Les Echos » se sont procurés.

Le service statistique de Pôle emploi, qui estime à 9 % le nombre de chômeurs en fin de droits « créés » à la suite du nouveau droit à indemnisation dès 4 mois de cotisations, a évalué le devenir des demandeurs qui épuiseront leurs droits à allocation-chômage cette année (dans les six mois suivant leur fin de droits) en extrapolant le passé.

Selon ces travaux, près de 170.000 d’entre eux deviendraient bénéficiaires de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS), financée par l’Etat, et 220.000 deviendraient bénéficiaires du « RSA socle » (l’ex-RMI), financé par les départements. Environ 10.000 partiraient en retraite. Par ailleurs, 190.000 retrouveraient un emploi (dont 100.000 reviendraient à Pôle emploi après un CDD ou contrat d’intérim).

« A ce stade, il y aurait environ 400.000 demandeurs d’emploi pour lesquels il n’est pas possible d’envisager le devenir par l’extrapolation des données actuelles », note Pôle emploi.

En clair, ils n’auraient droit à rien soit parce qu’ils ont moins de 25 ans (pas de droit au RSA), soit parce que leur conjoint perçoit des revenus.

Cela va donner matière à discussion aux partenaires sociaux, qui se penchent sur la question des chômeurs en fin de droits, vendredi.

Les Echos

(Merci à Christopher Johnson)

Les analyses prophétiques de Maurice Allais

Voilà un article dont nous espérons qu’il fera réfléchir ceux qui croient que Fortune est un site fanatiquement antilibéral…

“Tout ce qui est excessif est insignifiant.” (Talleyrand)

————-

“De quelques calamités sociales entraînées par la ‘chienlit laisser-fairiste’ et la crise financière mondiale actuelles, selon les analyses prophétiques de Maurice Allais

Par Philippe Bourcier de Carbon, président de l’AIRAMA (Alliance Internationale pour la Reconnaissance des Apports de Maurice Allais en Physique et en Economie).

Cassandre

Maurice Allais est le seul économiste français qui soit titulaire du Prix Nobel de Sciences économiques ; il lui a été décerné en 1988 – sans partage cette année là – par le Comité Nobel pour “pour ses contributions à la théorie des marchés et à l’utilisation efficace des ressources”.

Cependant, cet esprit encyclopédique – par ses travaux fondateurs sur l’intérêt et le crédit ["Economie & Intérêt", Imprimerie nationale, Paris, 1947, réédition Ed. Clément Juglar, Paris, 1998] – est aujourd’hui également reconnu pour avoir révolutionné la théorie de la monnaie en publiant ses célèbres “Fondements de la Dynamique monétaire” [Ed. Clément Juglar, Paris, 2001. Cet ouvrage reprend les principales contributions de l’auteur depuis 1952].

Economiste de tradition libérale, il n’aura eu de cesse de pourfendre les systèmes communistes, en dénonçant à la fois leur inefficacité économique et leurs gaspillages, comme les failles de leurs aspects théoriques et pratiques.

Mais, s’il n’a cessé de démontrer par ses travaux que seule une économie de marchés (au pluriel) assure l’efficacité de l’allocation des ressources, c’est-à-dire celle de la production des richesses, il occupe cependant une place très singulière au sein de l’école des économistes libéraux par son constant souci d’analyser les effets de celle-ci sur la répartition des revenus et des richesses, en soulignant la nécessité absolue de préserver – en particulier par une fiscalité refondée ["L’Impôt sur le Capital et la Réforme Monétaire", Ed. Hermann, Paris, 1977, 1988 ; "Pour la Réforme de la Fiscalité", Ed. Clément Juglar, Paris, 1990] – la justice sociale, condition de la pérennité même des sociétés d’économie de marchés. Lire la suite

(05.11.2009)

► La fiscalité sur les déchets va alourdir les impôts locaux en 2010


La montée en puissance de la « nouvelle » taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), issue du Grenelle de l’environnement, affole les élus locaux. Son montant sur chaque tonne de déchets enfouis a doublé cette année et son impact va aller croissant jusqu’en 2015. Les Échos

►Hausse de 17,3% du nombre de chômeurs indemnisés sur un an

Toutes allocations confondues, y compris chômage, formation et préretraites, le nombre de personnes indemnisées par Pôle emploi augmente de 1,0% sur un mois et de 17,3% sur un an, poursuit Pôle emploi. Au total, 2.612.000 personnes étaient indemnisées par Pôle emploi en septembre contre 2.227.000 en septembre 2008. RMC

► Crédits immobiliers : la baisse des taux se poursuit

Pas de trêve. Les taux des crédits immobiliers ont une fois de plus baissé en octobre. Ilsse sont établis, en moyenne à 3,80%, contre 3,93% sur l’ensemble du troisième trimestre. Le Figaro

► Les routiers pourraient organiser des blocages après la mi-décembre

Les six syndicats de salariés du transport routier de marchandises, réunis hier, ont annoncé préparer des actions de blocages pour la deuxième partie du mois de décembre, suite à l’échec des négociations salariales avec les fédérations patronales du secteur. « Nous allons demander à nos adhérents de se tenir prêts pour des actions la deuxième quinzaine de décembre » Les Échos