Enfants en souffrance, la honte !

Enquête sur l’Aide Sociale à l’Enfance et cet univers opaque où la loi du silence règne. Pendant deux ans, les journalistes Alexandra Riguet et Pauline Legrand ont cherché à comprendre ce système et ses problèmes. En 2011, plus de 7,5 milliards d’euros de l’argent des contribuables ont servi à cette structure.

Mais les drames et les faits divers se multiplient : un directeur d’association touchant notamment plus de 9000 euros de salaire, en plus des milliers d’euros de frais personnels pris sur le budget de fonctionnement, ou encore un pédophile, déjà condamné, engagé comme veilleur de nuit d’un foyer hébergeant des mineurs. Les manques et l’inexistence de contrôles des établissements ou des familles chargés de cette protection de l’enfance restent nombreux.

“Ceux que l’on appelait les enfants de la DDASS sont aujourd’hui ceux de l’ASE, l’Aide sociale à l’enfance. Ce sont les départements qui ont la charge de les protéger, une protection qui coûte près de 8 milliards d’euros par an. Mais des sommes considérables ne vont pas toujours là où elles devraient aller. [...] Les structures recevant ces enfants sont contrôlées en moyenne une fois tous les 26 ans.”

Réalisé par Alexandra Riguet (France – Septembre 14)

(Merci à NOP)