Radio Courtoisie : « Les semences potagères et agricoles » (Audio)

Dans le Libre Journal des sciences et des techniques Paul Deheuvels recevait le 9 mai 2014 sur Radio Courtoisie : Blanche Magarinos-Rey, avocate, Jocelyn Moulin, trésorier de l’association Kokopelli, et Karine Fleith, membre de Kokopelli et coordinatrice adjointe du collectif Femmes semencières.

Partie 1/2 :

Partie 2/2 :

Columelle et la mise en valeur des terres (vidéo)

Au 1er siècle de notre ère, Columelle, ancien légionnaire romain, exploite son domaine agricole en Sicile. A partir de son expérience sur le terrain, il publie le premier ouvrage d’agronomie où il développe des idées plus que jamais utiles aujourd’hui sur la nécessité de restituer les débris végétaux au sol pour le fertiliser, d’étudier la nature du sol avant de le cultiver et de ne pas hésiter à malaxer la terre entre ses doigts pour en apprécier la nature !

Réalisé par Mathieu Perdoncin (2013)

La permaculture et ses principes

Présentation de la permaculture (ou agriculture permanente) par Christophe Koppel. Ce type de culture nous invite à observer la dynamique des écosystèmes naturels. On peut appliquer ensuite la connaissance acquise en construisant des écosystèmes qui servent nos besoins – humains – sans dégrader l’environnement naturel.

Les sites permaculturels intègrent les plantes, les animaux, les paysages, les structures et les humains dans des systèmes symbiotiques où les produits d’un élément satisfont les besoins des autres.

Le principe fondamental de la permaculture est de transformer les difficultés en opportunités, les problèmes en solutions, et les “déchets” en ressources.

Une fois établi, le système permaculturel peut être maintenu en utilisant un minimum de matériaux, d’énergie et de labeur. En recyclant les ressources utilisées à nouveau dans le système, la permaculture minimise aussi la pollution.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Qu’est-ce que l’agriculture quantique ?

Philippe Desbrosses, est agriculteur, Docteur en sciences de l’environnement. Président d’Intelligence verte pour la sauvegarde de la biodiversité. Expert consultant auprès de l’Union européenne. À l’origine de la création du label AB.

Auteur de plusieurs ouvrages dont “Le Krach alimentaire”, “Nous redeviendrons paysans”, “La Terre malade des hommes”, “L’Intelligence verte” et “Agriculture biologique : préservons notre futur et Guérir la terre”, avec Edgar Morin, Pierre Rabhi, etc. (2010, Albin Michel). Il nous parle “d’agriculture quantique”. Concept étrange à découvrir et discuter.

“Nous sommes réellement faits de ce que nous mangeons. Il suffit d’ailleurs d’observer que les mots « humain et humus » ont la même origine pour se persuader que cette coïncidence n’est pas due au hasard. Nous sommes pétris de la terre qui nous porte et nous nourrit.”

L’homme fou brûle la terre qui le nourrit ! La faim dans le monde est un sujet d’actualité depuis l’aube des temps. Toute l’histoire de l’humanité retentit de ces tragédies qui accompagnent nos mythologies et nos légendes depuis la préhistoire. La faim, ou son expression sociale ultime la famine, fait partie des grands fléaux à répétition cités dans la Genèse. Les dix plaies d’Égypte rappellent qu’avec la guerre, les épidémies, les inondations, les insectes ravageurs, l’insécurité alimentaire constitue l’une des plus grandes menaces pour l’humanité.

Il est bien normal que ce fléau soit redouté puisqu’il touche à l’un de nos besoins essentiels. Nous sommes réellement faits de ce que nous mangeons. En 450 av. J.-C., Héraclite disait déjà que « la santé de l’homme est le reflet de la santé de la terre ». Cette notion de terre nourricière est très présente dans toutes les mythologies.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus assez conscients du lien étroit qui nous unit au sol comme un cordon ombilical car notre nourriture, notre santé, notre bien-être en dépendent.

Musique : Ecowar

NB: En raison du son particulièrement “hardcore”, pensez à diminuer le volume de votre PC…

Paroles de la chanson du groupe Tagada Jones

Production et rentabilité ne laissent pas de place pour la qualité,
Pas de pitié sur le marché, l’économie doit tout dévorer,
Aujourd’hui encore, les aliments proviennent de la terre,
Mais depuis quelques années, la productivité leur a déclaré la guerre
Lire la suite

Un jardin qui bouleverse toute les règles de l’agronomie

Philippe cultive des légumes dont certains sont géants (pomme de terre de 500 grammes, brocolis de 2 mètres de haut, des choux fleurs de 40 cm de diamètre, des betteraves et radis de 5 kg, des panais de 40 cm de long).

Et tout cela : dans pratiquement 100% de résineux, sans travail du sol, sans arrosage, sans traitement, sans engrais, sans semis (pour certains légumes, tomate, pomme de terre, courge, salade).

Son secret: la combinaison de l’électro-culture et des buttes à humus avec 40 ans de tests.

Semences : une guerre oubliée ? (Débat)

Débat entre Patrick de Kochko, paysan bio depuis une quinzaine d’années, coordinateur du Réseau Semences Paysannes qui s’attache à remettre en culture une biodiversité cultivée, et Henri Feyt, agronome généticien, membre de l’association des sélectionneurs français.

(Universcience 2012, réalisation : Sylvie Allonneau)

Roumanie : les diplômes n’aident pas à l’emploi des jeunes

L’université roumaine est devenue une usine à chômeurs. Faute de revoir des filières et des programmes figés depuis l’ère communiste, elle forme des diplômés qui restent sur le carreau, dénonce Adevarul.

La révolution roumaine : manifestation anticommuniste à Bucarest, le 21 décembre 1989

Avec la transition de l’économie roumaine du socialisme au capitalisme, métallurgie, sidérurgie et pétrochimie ont, tour à tour, disparu.
Lire la suite