États-Unis : Un plan Marshall pour l’Amérique

Suite à l’effondrement d’un pont autoroutier en Californie le mois dernier, l’impact observé sur toute la région sud-est des États-Unis vient souligner une fois de plus la gravité des défaillances infrastructurelles du pays. En effet, dans une certaine mesure, la plus importante économie au monde s’écroule aujourd’hui peu à peu.

L’aversion idéologique vis-à-vis de l’investissement du secteur public, de même que la prédominance d’un mode de pensée à court terme de la part de ceux qui rédigent les budgets, ont abaissé les dépenses jusqu’à des niveaux bien insuffisants en matières d’autoroutes, d’aéroports, de chemins de fer, de réseaux de télécommunications et de production d’électricité.

Seulement voilà, cette problématique ne peut plus être ignorée. Si les États-Unis n’agissent pas rapidement afin de conférer de solides fondations à leur reprise économique fragile, le pays pourrait à nouveau glisser lentement vers la stagnation.

La logique la plus évidente voudrait en principe qu’une économie développée procède judicieusement et continuellement à des investissements dans les biens publics. Or, au vu de la situation infrastructurelle des États-Unis, il semble que tous les acteurs décisionnels ne partagent pas cette conception. Lire la suite

Aéroports : Le grand gaspillage ?

La France compte près de 160 aéroports. Depuis les années 1960, les écologistes dénoncent le gaspillage des ressources et une vision de l’aménagement du territoire obsolète. Mais aujourd’hui, les critiques viennent du secteur aérien lui-même.

Il y a 84 aéroports en France métropolitaine qui ont des passagers commerciaux, dont 66 se répartissent environ 4,3 % du trafic français. Et 40 aéroports représentent moins de 0,3 % du trafic, soit environ 300.000 passagers”, précise Jean-Pierre Sauvage, président du Board of Airlines Representatives (BAR) France.

En comparaison, l’Allemagne totalise 16 aéroports, soit dix fois moins. Et sur les 160 aéroports de l’Hexagone, 17 seulement sont rentables. La Normandie, pour moins de 2 millions d’habitants, compte cinq aéroports, dont trois dans un rayon de 50 kilomètres. D’autres structures sont situées à moins d’une heure de route l’une de l’autre, comme Annecy et Chambéry, Nîmes et Montpellier, ou Nancy et Metz. Un véritable gâchis qui coûte cher.

Grèce : Milliardaires et multinationales se partagent le gâteau des privatisations

En échange de l’aide financière internationale, la Grèce s’est vue imposer un vaste programme de privatisations. Transport, énergie, loterie nationale, gestion de l’eau, infrastructures, patrimoine culturel… C’est la braderie générale !
Investisseurs russes, chinois ou azéris, multinationales françaises ou allemandes, et surtout les oligarques grecs, se ruent sur ces bonnes affaires, sur fond d’irrégularités et de soupçons de corruption. Au détriment des simples citoyens étouffés par les plans d’austérité.

Ce dimanche 25 janvier, les Grecs se sont rendus aux urnes pour élire un nouveau gouvernement. La perspective d’une accession au pouvoir de Syriza, la coalition de la gauche radicale, seule ou avec d’autres partis, est réelle. Le mouvement de gauche saura-t-il inverser la tendance ? Et s’appuyer sur les résistances citoyennes, qui ont par exemple réussi à réinventer un service public de l’eau ?

Si cette victoire se confirme, ce sera en grande partie à cause du rejet de la politique d’austérité massive imposée au pays depuis plus de cinq ans. Celle-ci s’est traduite par une baisse sans précédent des revenus et des conditions de vie de la plupart des Grecs, jusqu’à menacer leur état de santé [1].
Lire la suite

La France cède 50% de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à la Chine

Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi soir la victoire du consortium chinois pour le rachat de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Allié aux Canadiens, le groupe chinois Symbiose, composé du Shandong Hi Speed Group et Friedmann Pacific Investment Group (FPIG), rachète 49,9 % du capital. Toutefois, les Chinois pourraient dans un second temps céder jusqu’à 16 % de leur participation à un investisseur français type Caisse des dépôts, EDF Invest ou encore Crédit Agricole Predica.

La Dépêche

Espagne : Un aéroport sera vendu aux enchères

«Aéroport de Ciudad Real, adjugé, vendu!» Voilà la phrase qu’un commissaire priseur devrait prononcer prochainement en Espagne: la vente marque l’échec d’un projet pharaonique en pleine zone peu peuplée.

C’est l’épilogue d’un crash financier et économique: l’aéroport de Ciudad Real, à 200 kilomètres au sud de Madrid, va être vendu aux enchères prochainement. La mise de départ devrait avoisiner les 100 millions d’euros (120 millions de francs).

Située en pleine province de Castille-La Manche, la plate-forme aéroportuaire a été ouvert en décembre 2008 et comporte l’une des plus longues pistes d’Europe. Mais en deux ans d’existence, elle n’a jamais trouvé sa clientèle. Et voici un peu plus d’un an, elle a accueilli son dernier vol avant de fermer définitivement ses portes en avril 2012, deux ans après avoir été placé en liquidation judiciaire.

Lire la suite

Notre-Dame-des-Landes : Qui sont les résistants de la Zone A Défendre ?

Addendum du 26/11/2012 : Affrontements lors de “la bataille de Notre Dame des Landes” le 23 novembre dernier.

Opposition violente, squatteurs, voire terroristes en herbe : telle est l’image que les autorités s’évertuent à donner de celles et ceux qui se sont installés sur la « zone à défendre » face au projet d’aéroport. 

Manuel Valls allant jusqu’à qualifier les manifestants de “kyste”, histoire de justifier le nouvel assaut policier lancé le 23 novembre contre un « camp retranché ». Une image bien éloignée de la réalité que vivent habitants et riverains des alentours.  Bastamag a recueilli leurs témoignages.

(30.10.2009)

  • Etats-Unis : recul inattendu de la confiance des consommateurs

La confiance du consommateur américain s’est dégradée contre toute attente en octobre, montre l’indice du Conference Board publié mardi, en raison des inquiétudes croissantes concernant l’état du marché de l’emploi aux Etats-Unis. L’indice est ressorti à 47,7 après 53,4 (révisé de 53,1) en septembre et alors que les économistes l’attendaient en moyenne stable à 53,1. Il s’agit de son niveau le plus bas depuis juillet où il était ressorti à 47,4. La composante évaluant l’appréciation de la situation actuelle est tombée à 20,7 contre 23 (révisé de 22,7) le mois précédent, son niveau le plus bas depuis 26 ans. La composante sur la situation à venir est également en net repli à 65,7 contre 73,7 (révisé de 73,3) en septembre. Les Américains jugeant difficile de trouver un emploi sont 49,6% contre 47% le mois précédent, montre aussi l’enquête du Conference Board. Ceux qui estiment que trouver un emploi est facile sont à 3,4%, contre 3,6% le mois précédent. La Tribune

  • Grande-Bretagne : le CA de Prudential en baisse de 9% au 3ème trimestre

Prudential, le premier assureur britannique, annonce une baisse de 9% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre. En Grande-Bretagne, les ventes ont chuté de 22%. Sur une période de neuf mois, les ventes de polices d’assurance ont diminué de 9% à 2,02 milliards de livres. Reuters

  • Bruxelles valide le plan de sauvetage de la banque britannique Northern Rock

Il s’agit du premier établissement de crédit victime de la crise financière en Grande-Bretagne. La Commission Européenne avait ouvert une enquête pour vérifier si les mesures soutenant la restructuration de l’établissement de crédit hypothécaire respectaient les règles communautaires sur les aides d’Etat. Elle a validé mercredi le train de mesures adopté. Northern Rock sera scindée en deux entités, une “banque saine” qui “poursuivra les activités commerciales” de l’établissement, et une structure de défaisance, une “bad bank”, qui “liquidera les actifs restants”, rappelle un communiqué de la commission. Associated Press (via Yahoo)

  • L’aéroport anglais de Gatwick vendu à un fonds américain : réduction de la dette de BAA

BAA, gestionnaire britannique d’aéroports et propriété du groupe espagnol Ferrovial, a accepté de vendre l’aéroport londonien de Gatwick à Global Infrastructure Partners, fonds basé à New York qui possède déjà l’aéroport de Londres City, pour 1,5 milliard de livres (1,6 milliards d’euros). En août 2008, la commission avait demandé à BAA de vendre trois de ses sept aéroports en Grande-Bretagne, deux à Londres et un en Ecosse, afin de briser son monopole. Les 1,2 milliard de livres (1,33 milliard d’euros) levés par cette vente permettront à BAA de couvrir tous ses engagements financiers importants jusqu’en 2011. L’opérateur précise que seront en particulier couverts 1,0 milliard de livres de dettes arrivant à échéance en mars prochain. La dette nette était de 9,771 milliards de livres à fin septembre contre 9,426 milliards à la fin 2008. La Tribune et Reuters