Europe/États-Unis : Adidas relocalise ses usines… mais elles seront toutes automatisées

Le “Made in China” (ou “Made in PRC“, c’est selon), est en train de passer de mode chez Adidas. L’équipementier sportif prépare le rapatriement d’une partie de ses unités de production en Europe et aux États-Unis. Il se pourrait même que, bientôt, votre adolescent porte des baskets “made in France“. Mais que cache cette nouvelle stratégie de la marque aux trois bandes?

Le problème avec la Chine, c’est que le coût de la main d’oeuvre n’est plus ce qu’il était. En mai 2014, les employés d’une usine fabricant des chaussures Nike et Adidas s’étaient mis en grève pour protester contre la faiblesse de leur salaire. Ils touchaient 1,67 dollar de l’heure (1,49 euro au cours actuel).

Chez les têtes pensantes d’Adidas (et de Reebok qui appartient au même groupe), on s’est alors posé la question suivante : doit-on se délocaliser ailleurs dans quelque pays du tiers-monde où le travail ne coûte quasi rien, ou bien inventer un nouveau modèle économique? C’est la deuxième option qui a été retenue. Ainsi, la marque aux trois bandes va délaisser une partie de ses usines chinoises pour mettre en place des usines entièrement automatisées en Europe et aux États-Unis

Lire la suite

Tapie et la République : Autopsie d’un scandale d’État

Plongée au cœur d’un des plus importants scandales de la Ve République : l’affaire opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais. Deux décennies d’une saga judiciaire, politique et financière qui est remontée jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir.

Le 7 juillet 2008, saisi de l’affaire Crédit Lyonnais-Adidas, qui se prolonge depuis le début des années 1990, un tribunal arbitral accorde à Bernard Tapie 405 millions d’euros, dont 45 pour préjudice moral. Du jamais-vu dans l’histoire de la Ve République.

La sentence crée immédiatement la polémique. Pour comprendre comment on a pu allouer une telle somme d’argent public à l’homme d’affaires, il faut remonter le temps. Le journaliste de Mediapart Laurent Mauduit, qui enquête sur ce véritable scandale d’État depuis le début, sert de fil conducteur à ce documentaire dont il est le coauteur.

Construit en trois actes, le film raconte les rebondissements et coups de théâtre de l’affaire depuis ses débuts afin de rendre compte des spécificités d’un capitalisme à la française, des dysfonctionnements de la justice, de la faiblesse de notre État de droit et de ses contre-pouvoirs…

Indonésie : Défilé de mode contre la pollution

A Rancaekek, dimanche 22 mars, sur l’île de Java, un podium a été érigé au-dessus d’une rizière dont l’eau, souillée de déchets, était noire. Chaussées de bottes en caoutchouc, les jeunes femmes ont effectué des allers-retours sur des planches en bois devant une immense inscription “Désintox” et ont exhibé des pancartes où était inscrit le slogan “Dites non à la mode avec des produits toxiques”.

Le Cikijing est un affluent du fleuve Citarum, l’un des plus pollués au monde, situé sur l’île de Java. Les industries textiles de la région y déversent chaque jour des déchets toxiques, ce qui en fait une immense poubelle aquatique alimentée également par la population des alentours qui y jette d’innombrables ordures en plastique. Plus de 1.200 hectares de rizières ont été pollués, selon Greenpeace.

De grandes marques, notamment l’espagnole Zara et l’allemande Adidas, se sont engagées à participer à cette campagne. Selon un rapport de l’ONG publié en novembre 2014, plus de 500.000 personnes sont directement exposées à plusieurs produits chimiques (plomb, cadmium, chrome, pesticides) jetés dans le Citarum.

Comment le Crédit lyonnais a revendu Adidas pour sauver Tapie (Vidéo)

Le Crédit lyonnais a-t-il manqué de loyauté envers Bernard Tapie lors de la revente d’Adidas ? Le documentaire réalisé par Laurent Mauduit et Thomas Johnson, intitulé Tapie et la République, autopsie d’un scandale d’État, répond à la question.

Il nous plonge au cœur d’un des plus importants scandales d’État de la Ve République : l’affaire de l’arbitrage Crédit lyonnais-Adidas, pour laquelle Bernard Tapie et cinq autres personnes sont mis en examen pour “escroquerie en bande organisée“.

Lire la suite

Affaire Tapie : Retour sur 25 ans de polémiques politico-judiciaires

Cela fait 25 ans que le litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais a débuté. Tout commence en 1990. L’homme d’affaires Bernard Tapie fait l’acquisition du géant allemand du sport Adidas. Il confiait alors que c’était la plus belle affaire qu’il n’ait jamais conclue.

2 ans plus tard, l’homme d’affaires s’intéresse à la politique. Il est ministre de la ville de François Mitterrand, il veut vendre Adidas, et vite. Bernard Tapie demande à sa banque, le Crédit Lyonnais, de vite trouver un repreneur, pour 315 millions d’euros.

La banque lui répond qu’il n’y a pas de repreneur et lui rachète Adidas, au prix demandé par l’homme d’affaires. En coulisse, le Crédit Lyonnais négocie avec Robert-Louis Dreyfus, qui serait prêt à lui racheter pour un montant deux fois plus élevé.

Lire la suite

Des produits toxiques détectés dans des vêtements pour enfants

Greenpeace a affirmé mardi à Pékin avoir détecté des substances chimiques dangereuses dans des vêtements pour enfants fabriqués par des grandes marques, parmi lesquelles Disney, Burberry ou Adidas.

Ce n’est pas la première fois que Greenpeace met en cause de grandes marques de mode. «On a retrouvé les mêmes produits toxiques que ceux utilisés dans l’industrie textile adulte, c’est un cauchemar pour les enfants», s’alerte Pierre Terras, chargé de campagne Detox chez Greenpeace. Dans son rapport, au titre volontairement inspiré de la littérature enfantine, «Une petite histoire sur les monstres de vos vêtements», l’ONG présente ses résultats de recherche sur la présence de substances chimiques dangereuses dans des vêtements pour enfants.

Greenpeace a mené des analyses sur 82 articles de 12 marques de l’industrie textile pour enfants. Fabriquées dans douze pays du monde, la majorité des articles proviennent de pays asiatiques, et pour un tiers d’entre eux de Chine. Parmi les marques ciblées par l’ONG figurent Burberry, Disney, Adidas, Nike, American Apparel, C&A, H&M, Gap et Puma. Pour douze produits, le pays de production n’a pu être identifié à partir de l’étiquette.

61% des produits testés contiennent une substance nocive
Lire la suite

Apple sous pression

L’examen des conditions de travail de milliers d’employés de Foxconn a démarré. L’auditeur est accusé de collusion avec Apple.

C’est sur un iPad que 35  000 collaborateurs de Foxconn ont commencé à répondre à un questionnaire concernant leurs conditions de travail. Réunis par groupes de trente, les employés chinois du sous-traitant d’Apple sont audités durant trois semaines par la Fair Labor Association (FLA).

Jamais Apple n’avait autorisé un auditeur externe à venir inspecter ses usines de production de Mac, d’iPhone et d’iPad. La décision, annoncée le 13 février par le fabricant, était une première. Mais insuffisante pour éteindre des critiques qui se sont multipliées cette semaine. D’autant que la FLA est accusée de connivence avec la firme dirigée par Tim Cook.

Lire la suite

Crise et mutation (suite et fin)

Il y a quelques jours, nous avons publié deux extraits d’un livre-dialogue, insolite et inclassable, qui vient de paraître, « Crise et mutation » (Editions Charles Antoni – L’Originel, janvier 2010).

En voici un troisième et dernier passage, dû à Jean-Pierre Crépin, ex-associé du groupe de marketing HighCo, spécialiste de la mutation consommateur citoyen, auteur du blog Nécronomie, sur lequel il chronique la crise après l’avoir annoncée dès 2005.

« L’individu ayant abandonné sa liberté au profit du social, peut, en cas de retournement, se déchaîner contre ce qu’il adulait jusque-là. » (Charles Antoni)

Certes, mais depuis la chute des idéologies, Charles, je pense que les insurrections auxquelles nous aurons droit seront d’un autre ordre ou plutôt le prolongement de celui-ci.

Nous sommes devenus les sous-produits d’un mode de vie érigé en tant que culture : le consumérisme et la culture des Marques devenus philosophie de vie.

Les émeutes de la Gare du Nord avaient donné lieu à des commentaires, où il s’agissait de déterminer si nous étions en présence d’une révolte sociale, ou d’actes de délinquance. Un syndicat de police nous certifiant que nous étions en présence de délinquants, puisqu’il y avait eu pillage d’un magasin de chaussures.
Lire la suite

Foot business : la main “heureuse” d’Henry

La qualification douteuse de la France pour la coupe du monde de football crée des remous politiques avec l’Irlande, mais pour les partenaires du foot national, ce résultat est un soulagement. Un Mondial avec ou sans les Bleus, pour beaucoup de grandes entreprises, ça n’est pas la même chose.

Pour elles, Thierry Henry a eu la main heureuse. D’abord pour TF1. Qui a déboursé 120 millions d’euros pour acheter les droits de retransmission du Mondial en Afrique du Sud. Or il faut savoir que même avec la France en finale, comme en 2006, la chaîne a déjà eu du mal à rentabiliser son investissement.

Si les Bleus avaient été éliminés, cela voulait dire des spots publicitaires vendus deux fois moins chers. Et un intérêt très dévalué pour un programme stratégique, qui reste l’un des derniers à fédérer tous les publics alors que l’audience télé devient de plus en plus parcellisée.

Dans une moindre mesure, ça aurait été aussi une mauvaise affaire pour Adidas, qui peut espérer avec cette qualification vendre l’an prochain 500 000 maillots des Bleus, comme lors du Mondial de 2006. Et puis il y a la ribambelle de sponsors, comme Carrefour ou SFR qui ont payé chacun deux millions et demi à la Fédération française de foot pour communiquer à travers les performances des Bleus.

Mais est-ce qu’il y a un impact général de ce genre d’événement sur l’économie ?

Moins qu’on ne le dit parfois, y compris pour la vainqueur. Même en 98, on ne peut pas attribuer à la victoire des Bleus un effet vraiment tangible et durable sur la croissance. En revanche, cela regonfle le moral et de ce point de vue, ce qui s’est passé avant-hier soir est un coup très dur pour l’Irlande, qui en avait vraiment besoin de ce Mondial. Car le Tigre celtique, comme on l’appelait avant la crise, est passé brutalement d’une situation florissante à une récession très profonde et un chômage qui frappe 13% de la population. Le foot, ne fait pas en lui-même sortir du marasme, mais il a évidemment une forte utilité politique et sociale. Beaucoup plus qu’un jeu, c’est un enjeu.

Pour en savoir plus : se référer aux études toujours très informées et rigoureuses de Frédéric Bolotny, économiste du sport et chercheur associé au CDES, le Centre de Droit et d’ Économie du Sport. France Info

(06.11.2009)

► Espagne: 18% de chômeurs

C’est le taux record dans l’UE. Près de 100.000 nouveaux demandeurs d’emploi se sont inscrits en octobre, pour porter leur total à plus de 4 millions. Après un trimestre de baisse, le pays connaît la troisième mois de hausse consécutif. Libération

► Suisse: Clariant prévoit d’autres réductions de postes face à un résultat en chute

Le groupe chimique suisse Clariant, qui a vu son bénéfice net s’effondrer de 67,9% au troisième trimestre, prévoit des réductions de postes supplémentaires dans les mois à venir pour faire face à la faible demande dans le secteur. L’ Agefi

► Allemagne: Adidas baisse de 30% du résultat net trimestriel

Adidas a vu son résultat net part du groupe baisser de 30% à 213 millions d’euros, soit un bénéfice par action en repli de 29% à 1,03 centime au troisième trimestre 2009, sous l’effet d’une dégradation de la marge opérationnelle de 3,7 points à 11,6%. La marge brute du fabricant d’articles de sport s’est aussi contractée de 3,7 points, à 45,3%, affectée par une hausse des coûts de matières premières, des ventes au rabais pour écouler les stocks et certaines dépréciations monétaires en particulier celle du rouble. Zone Bourse

► USA : le volume de crédit accordé aux entreprises a baissé de près de 20% sur un an

Businessinsider