Le nuage : Tchernobyl et ses conséquences

Le 26 avril 1986 explosait un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. Le nuage radioactif qui en résulta contamina 40% du territoire européen. Comment les gouvernements, les hommes politiques, les experts, les industriels des pays touchés par ce nuage ont-ils réagi ?

Ce documentaire tente de lever le voile sur les zones d’ombre de la gestion politique de l’accident de Tchernobyl.

Les derniers jours de l’Homme

À travers dix scénarios d’apocalypse, une enquête scientifique sur les menaces les plus sérieuses qui pèsent sur l’avenir de l’humanité.

Ce qui menace la Terre ? Au choix: rayons gamma, trous noirs, astéroïdes, éruptions volcaniques, pandémies.

Les jours de l’homme sont-ils comptés ? À partir de dix scénarios catastrophes, ce documentaire explore en deux parties, avec des scientifiques de renom, les désastres à même d’anéantir l’espèce humaine.

Partie 1:


______________________________________________________________________
Partie 2:

La Bataille de Tchernobyl

L’Europe gardera longtemps les séquelles de l’explosion du quatrième réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986. Mais cette immense catastrophe aurait pu provoquer une seconde explosion, nucléaire cette fois, et surtout dix fois plus puissante que celle d’Hiroshima.

Face à cet ennemi invisible, ce sont 800 000 jeunes soldats, mineurs et civils – baptisés depuis « les liquidateurs » – qui se sont battus, au péril de leurs vies, dans une incroyable course contre la montre.

Igor Kostin, alors photographe, a survolé en hélicoptère le site quelques heures après l’explosion. A partir de son témoignage exclusif, de documents d’archives et d’images de synthèse, le documentaire retrace la lutte acharnée pour désamorcer une bombe nucléaire à retardement, menaçant d’anéantir l’Ukraine et de rendre l’Europe inhabitable.

Réalisé par Thomas Johnson (2006)

Au Japon, la zone morte autour de Fukushima

Trois ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, l’avenir reste sombre pour les habitants de la région. Leur situation est différente selon qu’ils vivaient dans une zone située à moins de 30 kilomètres des réacteurs – auquel cas l’accès en est totalement interdit – ou au-delà.

À Yamakiya, les habitants ont le droit de revenir dans leur maison deux fois par mois pour soixante heures maximum. À Godomahita, les habitants ont pu rester, mais n’ont pas le droit de boire l’eau de leur puits. Parallèlement, nombre de citoyens doivent continuer à vivre dans des cités de conteneurs. Du provisoire qui dure. Le désespoir s’installe chez ces hommes et ces femmes qui ont tout perdu et ne croient plus guère aux promesses des autorités qui prétendent gérer les suites de la catastrophe.

Réalisé par Tilman Jens (Villes en déclin – Arte 16/04/2015)

Carte postale de Pripiat

La ville ukrainienne de Pripiat se trouve à 3 km de la centrale nucléaire de Tchernobyl et à une dizaine de kilomètres au nord de Tchernobyl. Elle est située dans la zone d’exclusion mise en place autour de la centrale après la catastrophe nucléaire de 1986.

Tout en conservant le statut de ville, elle est désormais une ville fantôme, inhabitée, tout comme les villages proches de Novochepelytchi, Kotcharivka et Kopatchi, situés à 7 km de Pripiat.

Filmé par Danny Cooke lors d’un tournage de documentaire pour CBS News sur la catastrophe de Tchernobyl.

Métamorphoses

29 septembre 1957: un réservoir de déchets explose dans le complexe militaire nucléaire de Maïak, situé non loin d’un lac et de la rivière Tetcha. C’est la toute première catastrophe nucléaire de l’URSS et elle sera soigneusement tenue secrète jusqu’à la Perestroïka.

À l’époque, le nuage contamine une zone de plus de 1 000 kilomètres carrés et touche 300.000 habitants. Certains sont évacués, d’autres pas. Les villageois de Mouslioumovo, riverains de la Tetcha, ont ainsi été déplacés à seulement 2 kilomètres du site hautement radioactif. Aujourd’hui, Sebastian Mez donne la parole à ceux qui vivent dans ce bout du monde éminemment dangereux.

Tourné en noir et blanc, le film tente de rendre visible un danger qui ne l’est pas. Que ce soit dans les paysages ou sur les visages des hommes et des femmes qui racontent en voix off qu’ils sont ici chez eux.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Nucléaire : Les 4 mythes auxquels l’industrie veut vous faire croire (Vidéo)

Quels sont les 4 mythes auxquels l’industrie nucléaire veut vous faire croire ?

Afin de produire plus d’électricité nucléaire, les entreprises et promoteurs du secteur doivent vous faire croire que l’énergie nucléaire est sûre, qu’elle ne fait pas de victimes lors des accidents nucléaires, qu’elle combat le réchauffement climatique et qu’elle est la source d’énergie la moins chère.

Nucléaire, la grande explication

Le 11 mars 2011, le monde entier avait les yeux tournés vers Fukushima. Le spectre d’un accident nucléaire hante les consciences et pose avec inquiétude la question de la sûreté de l’énergie. Sortir du nucléaire est une solution possible qui nécessite d’en évaluer les conséquences sur un temps long : n’est-on pas condamné soit à manquer chroniquement d’électricité, soit à pérenniser des énergies génératrices de C02 qui accélèreront le réchauffement climatique ?

(Disponible aussi sur rutube : 1 et 2)

Documentaire réalisé par Jean-Charles Deniau (2013)