Nouveau : Web TV Fdesouche

Le micro-crédit fait des ravages en Inde

Ironie du sort, le pays où est né le micro-crédit est le théâtre de drames à cause du micro-crédit. Ces derniers mois, plusieurs paysans en situation de surendettement se sont donnés la mort. Un Etat est plus touché que les autres.

Le prix Nobel de la paix, Mohammad Yunus, l’inventeur du micro-crédit l’admet lui aussi : « Il faut mettre de l’ordre dans le micro-crédit » avant d’ajouter dans une interview donnée au journal français La Croix : « Le micro-crédit ne doit pas être présenté comme une opportunité pour gagner de l’argent. Il doit d’abord servir à créer de l’activité, à permettre aux plus démunis d’avoir un métier ».

Car si de nombreuses agences de prêt se targuent d’avoir une vocation d’aide et se disent solidaires, dans les faits, les agents de recouvrement sont souvent accusés de harceler les emprunteurs. Dans l’Etat de l’Andhra Pradesh, au Sud de l’Inde, les taux d’intérêts avoisinent parfois les 36%. Ces derniers mois, une cinquantaine de paysans croulant sous les dettes se sont suicidés dans cet État.

Lire la suite

Biocarburants, chronique d’un désastre annoncé

Les promoteurs des biocarburants les présentaient comme «l’énergie verte» de demain. C’est pourtant bien l’exploitation intensive de l’huile de palme qui a placé l’Indonésie au troisième rang des pays les plus pollueurs de la planète. Selon Greenpeace, l’équivalent d’un terrain de football est brûlé toutes les dix secondes dans ce pays pour remplacer les forêts tropicales par des plantations lucratives de palmiers à huile.

Le désastre écologique qu’entraîne la culture de cette nouvelle manne ne s’arrête pas là. Sur l’île de Bornéo, la déforestation favorise l’érosion des sols. La culture massive de palmiers à huile provoque également un drame social en Indonésie. Les paysans de l’île de Sumatra, dépossédés de leurs terres au profit des sociétés de plantation, peinent à obtenir quelques hectares en guise d’indemnisation.

Partie 1 :


Lire la suite

L’Afrique du Sud rejoint les pays émergents du groupe BRIC


L’Afrique du Sud a été formellement invitée à rejoindre le groupe BRIC des grands pays émergents (Brésil, Russie, Inde et Chine), a annoncé vendredi 24 décembre la ministre sud-africaine des affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane.

« La Chine, qui assure la présidence tournante du groupe BRIC, conformément à un accord des Etats membres, invite l’Afrique du Sud à devenir membre à part entière de ce groupe qui s’appellera à l’avenir les BRICS », a déclaré Mme Nkoana-Mashabane à la presse à Pretoria. Le nouveau sigle correspond à l’orthographe anglaise de l’Afrique du Sud (South Africa). Ce pays a la plus forte économie du continent africain, équivalent à un quart du PIB de l’Inde.

Brésil, Russie, Inde et Chine, groupe informel qui tient des sommets réguliers, devraient représenter 61 % de la croissance mondiale en 2014, selon le Fonds monétaire international (FMI). Ils ont pris des mesures pour renforcer leur coopération financière et les investissements mutuels.

Lire la suite

Bonne Année !

Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour cette année qui débute. Une nouvelle ère, incertaine, se présente à nous. Que la bonne Fortune vous accompagne tous.

Il n’y a plus de champagne
Et les feux d’artifices sont tirés
Nous sommes ici, moi et toi
Nous sentant perdus et nous sentant tristes
C’est la fin de la fête
Et le matin paraît si gris
Tellement différent d’hier…
»

Paroles de la chanson
Lire la suite

Union européenne : Gaspillages en temps de crise

Open Europe, le think tank eurosceptique britannique publie une nouvelle liste des gaspillages de l’Union européenne. En voici quelques exemples.

411.000 €, en 2009, pour un centre de “fitness” pour chiens en Hongrie, visant à « améliorer la qualité de vie et le niveau de vie des chiens ». La société bénéficiaire de la subvention a construit des bâtiments… qui sont restés vides et sont aujourd’hui envahis par la végétation…

Un contrat de 5,25 millions € passé avec la firme Biribin Limousines pour véhiculer les députés européens dans Strasbourg. La firme garantit « l’absolue discrétion » de ses chauffeurs : ça se paye…

En lien, le top 50 des gaspillages de Open Europe (en anglais). Nous y reviendrons plus longuement dans les semaines qui viennent. Sur la même thématique, nous avons mis en ligne Le Livre noir de l’Europe, hors série n°1 du Cri du Contribuable. Vous pouvez le consulter et le télécharger gratuitement sur notre site : ICI

L’Observatoire des Subventions

(Merci à filaphil)

Corrèze : Le musée de Jacques Chirac, un gouffre pour les contribuables

Le musée du président Jacques Chirac, ouvert depuis dix ans situé à Sarran en Corrèze, coûte plus de 30 euros aux contribuables du département chaque fois qu’un visiteur s’y rend, selon la chambre régionale des comptes du Limousin.

Les dépenses de fonctionnement du musée excèdent très largement les recettes“, lit-on dans ce document consultable sur le site des chambres régionales des comptes.

Construit pour 7,1 millions d’euros de fonds publics, le musée a été agrandi entre 2004 et 2006 pour plus de 9,5 millions d’euros, un coût très supérieur aux prévisions initiales. Il a employé jusqu’à 13 personnes, effectif ramené par la nouvelle majorité socialiste régionale à 10 en 2009. La masse salariale est supérieure à 400.000 euros par an et le coût de la maintenance du bâtiment s’élève à 488.000 euros par an.

L’établissement situé dans un petit village de 300 habitants loin de tout, a ainsi enregistré en 2008 200.000 euros de recettes – le billet d’entrée coûte en moyenne 3,3 euros – contre 1,7 millions d’euros de dépenses en 2008. “Le rapprochement du déficit annuel d’exploitation avec le nombre de visiteurs détermine un déficit induit par visiteur légèrement supérieur à 30 euros.

Lire la suite

Du colza pour dépolluer Tchernobyl

Pour réduire la contamination radioactive des sols, de nouvelles méthodes scientifiques sont expérimentées avec le soutien salutaire d’experts japonais.

Cliquer sur la carte pour l'agrandir

Près de vingt-cinq ans après la catastrophe [qui a eu lieu le 26 avril 1986], les habitants qui, en dépit des lois et des interdictions, sont restés vivre dans les environs de Tchernobyl ont peut-être enfin de quoi espérer.

Dans le cadre du CRDP, le Chernobyl Recovery and Development Programme [Programme de réhabilitation et de développement de Tchernobyl], développé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la région peut s’attendre à de véritables changements. La communauté internationale met l’accent sur la nécessité d’une transition vers une vie stable dans ces territoires où la contamination radioactive a diminué de façon significative depuis 1986.

Mais la situation reste peu réjouissante dans le domaine de la santé. Car des gens vivent encore sur les terres polluées par les radiations, y compris dans des villages d’où ils auraient dû être évacués depuis longtemps.

Contamination des cultures

Lire la suite

Le Talmud, un manuel d’économie en Chine

Les publications traitant du Talmud comme outil de réussite financière se vendent très bien en Chine. Une tendance assez particulière en rapport avec les stéréotypes sur la religion juive et le business que révèle Newsweek. De nombreux Chinois partageraient apparemment l’idée selon laquelle les attributs du judaïsme joueraient un rôle fondamental dans la maîtrise et le succès des techniques financières, et comme quoi le Talmud, un des textes fondamentaux du judaïsme, regorgerait d’indices sur la finance.

Juifs de Kaifeng. Ils seraient arrivés en Chine au IX siècle

Des titres comme Le Talmud décodé: 101 règles juives du business, Le Petit Illustré de sagesse juive ou Toutes les histoires de gains monétaires dans le Talmud partagent la même étagère que les biographies de Warren Buffett et de Bill Gates.

Lire la suite

L’immobilier américain balaie l’illusion de la reprise

Les mauvaises nouvelles se suivent aux Etats-Unis. Après la confiance, c’est au tour des prix de l’immobilier de montrer des signes de faiblesse, avec une baisse de 0,8%. Faut-il encore douter que reprise américaine ou croissance molle ne sont qu’illusion ? (…)

"Rechute droit devant" (caricature américaine, 2010)

Alors que les permis de construire et les ventes de logement affichaient des statistiques négatives en novembre, l’indice S&P/Case-Shiller est venu confirmer que la reprise n’est plus à l’ordre du jour dans l’immobilier résidentiel américain. En baisse de 0,8 % contre 0,2 % attendu, l’indice affiche un recul de 30 % par rapport à son plus haut de juillet 2006.

Lire la suite

Énergies renouvelables : Le scandale financier

Le thème des énergies renouvelables, accaparé par les spéculateurs du moment, relève du scandale financier. C’est finalement l’ensemble des acteurs économiques qui paiera le gâchis, dû à un laxisme politique où se côtoient incompétence et pratiques douteuses, sous couvert d’un discours vertueux. Le débat sur l’énergie et l’écologie n’en est que très mal engagé.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

On avait connu bien des « plans » étatiques, sensés promettre développement technologique, emplois et richesse collective, sombrer dans des fiascos retentissants malgré des milliards versé à fonds perdus : plan calcul, chantiers navals, machines outils, Crédit Lyonnais… Cette fois, c’est sur le thème des énergies renouvelables que des élus étalent leur incapacité à traiter un sujet d’envergure avec rationalité, bon sens, et sérieux.

Au delà des effets de manche, tout reste à faire pour définir et promouvoir une politique énergétique compatible avec l’écologie vraie. Mais il faudra préalablement que le public prenne conscience du rôle pervers de l’écologie politique comme moyen de prise de pouvoir par des affairistes aux pratiques douteuses.

Au cas particulier, il est hélas d’emblée patent que, telles qu’elles sont engagées, les pratiques ne sont non seulement pas porteuses, mais recèlent tous les ingrédients d’un des grands scandales financiers de ce début du siècle : une espèce de processus à la Madoff, dont les ficelles sont totalement visibles pour qui veut les voir, basé sur un dispositif où l’enthousiasme de quelques personnalités politiques, à la carrière proche de l’affairisme le plus douteux, impose, sur le dos de la collectivité et par la force de la loi, un système de prélèvements financiers au profit d’un petit nombre de personnes.

Lire la suite

Action contre les écrans publicitaires espions de la RATP

Des caméras qui vous filment à votre insu et analysent votre comportement, pour choisir en temps réel quelle publicité vous proposer… Ce monde orwellien, c’est le métro parisien. Des écrans publicitaires « espions », installés par la régie Métrobus, sont la cible des activistes anti-publicité. Le 24 novembre, ils ont mené une action coup de poing pour alerter sur les menaces de ces nouveaux supports publicitaires.

Les Parisiens les ont sûrement remarqués : 400 nouveaux écrans publicitaires observent les usagers du métro. Deux caméras intégrées‭, officiellement dédiées à la ‬mesure d’audience‭, peuvent analyser les usagers, et déterminer par exemple leur sexe et leur âge. Suivi du regard‭ (logiciel conçu par l’entreprise « Majority Report » !), ‬analyse du comportement‭ (‬procédé‭ « ‬face track‭ ») ‬ou reconnaissance-type des personnes, tout est possible avec ces écrans Numeriflash… et cela à des fins de marketing. Ou comment adapter en temps réel les publicités aux personnes qui tombent sous le champ de la caméra.

Basta Mag

Sept pays candidats pour rejoindre [la zone euro]

Derrière l’Estonie, sept États membres de l’Union européenne sont inscrits dans la file d’attente pour rejoindre la zone euro : la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Bulgarie, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne.

Tous ces candidats sont issus du côté soviétique du rideau de fer, et, pour leurs dirigeants, l’adoption de l’euro, malgré la crise actuelle, sera la consécration d’une intégration européenne accomplie en deux décennies doublée d’une stabilité économique présumée meilleure. L’enthousiasme des élites est en général contrebalancé dans l’opinion par la crainte d’une envolée des prix.

Lire la suite

Gasland : Extraction des gaz de schistes, une autre catastrophe écologique

Gasland est un film documentaire qui a remporté le prix spécial du jury au Sundance Film Festival 2010. Écrit et réalisé par Josh Fox, qui montre les détails d’une pratique très toxique appelée « fracturation hydraulique » (ou « fracking »), qui se déroule partout à travers les États-Unis (450.000 puits souterrains forés)  et en divers endroits de la planète. Ce procédé pollue l’air et l’eau et provoque des maladies chez les humains et les animaux. De plus, ce type de forage est pratiquement dispensé des lois sur l’environnement.

Le « fracking », inventé par la compagnie Halliburton, est une technique employée par l’industrie de l’énergie et par les sociétés de forage. Le principe consiste à faire exploser des roches souterraines afin de trouver du pétrole et du gaz naturel (gaz de schiste). Les hydrocarbures en cause et la méthode elle-même seraient responsables de problèmes de pollution et de santé.

(Merci à Titi)

Don : Un héritage désuet ?

A l’heure du commerce électronique, l’acte de donner est devenu presque uniquement financier et dématérialisé. Mais, à travers cette évolution, n’avons-nous pas oublié l’essence-même du don ?

François Boucher - Les présents du berger (1740)

Le don en tant que phénomène désintéressé ? Ne vous y trompez pas, il est en réalité bien plus complexe qu’il n’y paraît et engage de nombreuses conséquences. L’ethnologue français Marcel Mauss s’est attaché à le démontrer à travers son Essai sur le don, paru dans la revue L’Année sociologique, en 1923-1924.

L’objectif de Mauss : montrer que le don en tant que prestation économique – désintéressée en apparence – sous-entend en fait une triple obligation et régit à la fois l’ordre économique mais aussi social des sociétés dites primitives et archaïques de Mélanésie, de Polynésie ou encore du Nord- Ouest américain. L’auteur met en évidence le fait que le « présent reçu est obligatoirement rendu ».

Le don n’est pas un cadeau

Lire la suite

Saxo Banque dévoile ses prévisions chocs pour 2011

Saxo Banque dévoile aujourd’hui [lundi 20 décembre 2010] ses prévisions chocs annuelles. Réalisées par les équipes d’analystes à Copenhague, ces prévisions dressent le scénario macro-économique pour 2011. « Prévisions chocs », car elles se veulent plus pessimistes que celles de l’analyste de marché moyen et parce qu’il est important que les scénarios les moins probables soient pris en compte.

Ceux qui ont déjà entendu parler des prévisions chocs de Saxo Banque savent qu’il s’agit d’un exercice basé sur la théorie du « Black Swan » [Cygne Noir], inspirée par le philosophe libanais Nassim Nicholas Taleb. Dans son livre, The Black Swan : The Impact of the Highly Improbable, Nassim Nicholas Taleb décrit un événement de type « Black Swan » comme étant très improbable et possédant 3 caractéristiques : il est imprévisible, son impact est très important et la probabilité qu’il se produise est bien plus élevée que ce qui est annoncé par le consensus.

Soyez conscient qu’il s’agit bien plus ici d’une analyse approfondie que d’une simple série de prédictions. La probabilité que nos estimations se révèlent exactes n’est pas supérieure à 50%, mais la possibilité que ces événements surviennent comme prévu est bien plus élevée que ce qui est actuellement annoncé par le marché.

Les prévisions chocs de Saxo Banque pour 2011 :

Lire la suite

La démographie russe : Objet de tous les fantasmes

Par Alexandre Latsa

En octobre 2010, un grand quotidien français, réputé pour le sérieux de ses analyses internationales consacrait 6 pages à un dossier sur la démographie Russe. Le titre : “Quand la Russie disparaîtra : enquête sur un désastre démographique” était posé en grosses lettres sur la photo d’un enfant à l’air hagard et aux mains sales, dont on ne sait trop s’il était en haillons ou pas.

Enfants russes dans le square de Dvortsovaya, au centre de Saint-Pétersbourg, le 1er juin 2010 lors de la Journée nationale de la protection de l'enfance.

Un correspondant ayant vu la photo m’a demandé si c’était une photo colorisée datant du siège de Stalingrad. Le dossier analysait la période de déclin démographique que la Russie a connu après l’effondrement de l’Union soviétique et concluait que la population Russe devrait chuter à 80 millions d’habitants en 2050, le peuple Russe ayant plausiblement disparu en 2150.

Certes, l’effondrement politique, économique et institutionnel qui a suivi la disparition de l’URSS a contribué au déclenchement d’un désastre sanitaire et démographique sans précédent. En quelques années, l’espérance de vie s’est écroulée, et l’état sanitaire moyen s’est considérablement détérioré. La surconsommation d’alcool souvent frelaté, les empoisonnements liés et les suicides ont provoqué une explosion du taux de mortalité. Les maladies sexuellement transmissibles dont le sida, se sont développées, parallèlement à l’augmentation de la consommation de drogue.

Mais surtout, alors que de plus en plus de Russes mourraient, de moins en moins naissaient. L’augmentation de la mortalité s’est accompagnée d’une baisse de la natalité. Face à la crise économique, l’avortement était souvent la seule solution pour beaucoup de femmes. Par ailleurs pour 1993 on a estimé que sur 1,6 millions de naissances, il y a eu près de 5% d’abandons d’enfants.

La démographie russe est un sujet complexe, certes alarmant, mais qui bien souvent est traité de façon excessivement pessimiste dans la presse étrangère.
Lire la suite

États-Unis : Les saisies immobilières repartent de plus belle

Le nombre de saisies immobilières aux États-Unis a bondi de 31% au troisième trimestre. Mais elles devraient avoir été moins nombreuses en fin d’année en raison de la polémique sur leur régularité.

L’accalmie n’aura été que de courte durée. Au troisième trimestre, le nombre de saisies immobilières aux États-Unis a bondi de 31% par rapport aux trois mois précédents, selon les chiffres publiés ce mercredi par les autorités américaines. 382.000 mauvais payeurs ont ainsi été délogés entre juillet et septembre. Et le nombre de procédures en cours fin septembre a progressé de 4,5%, pour atteindre 1,2 million.

Selon Lender Processing Services, une société spécialisée dans les prêts immobiliers, 6,9 millions d’Américains présentaient encore un défaut de paiement sur leurs prêts hypothécaires fin novembre. En janvier, ils étaient 8,1 millions. Le Trésor américain a récemment appelé les banques à tout faire pour trouver des solutions et rééchelonner les échéances. Mais son objectif de 3 millions de prêts modifiés est encore très loin d’être atteint.

Les saisies immobilières devraient cependant reculer au quatrième trimestre, en raison d’une polémique sur leur régularité. Les grandes banques américaines sont accusées au mieux de négligence, au pire de fausses déclarations lors du traitement de milliers de dossiers visant à déloger les mauvais payeurs.

Lire la suite