Nouveau : Web TV Fdesouche

42 000 morts par an : le gazole est-il assez cher pour nos poumons ?

Vous l’aurez noté si vous habitez en ville : ces jours-ci, ça pique et ça pue, bien plus encore qu’à l’ordinaire. En Ile-de-France, l’indice de qualité de l’air reste dans le rouge depuis le début de la semaine, pour cause d’absence de vent.

En cause : les particules fines émises essentiellement par les moteurs diesel et leur carburant gazole, qui est traditionnellement moins taxé en France que le « super ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les particules fines qui viennent s’incruster dans nos poumons sont responsables de 42 000 morts prématurées en France chaque année. C’est dix fois le nombre de tués en 2011 sur les routes de l’Hexagone !…

 

Lire l’intégralité de l’article sur le blog du Monde

Impôts : c’est sous Chirac que les inégalités se sont creusées

Une étude fait le bilan de dix ans de baisse de taxes.

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy n’a pas accru les inégalités fiscales. C’est ce que démontre une étude de l’Institut des politiques publiques, un organisme dépendant de PSE-École d’économie de Paris et du Crest (centre de recherche du groupe des écoles nationales d’économie et de statistique).

Pour ces économistes, la France souffre d’un problème récurrent : les ménages très fortunés sont peu imposés. Les salariés au smic voient 43,8 % de leurs revenus partir en impôts et cotisations sociales, les 10 % de foyers les plus aisés, 47,6 %. Mais le taux de prélèvement tombe à 32,5 % pour les 450 Français les plus riches. Ce phénomène a de multiples causes : poids de la TVA qui pénalise les ménages modestes, niches fiscales, moindre taxation du capital par rapport au travail, cotisations sociales assises sur des salaires plafonnés.

De 2002 à 2012, cette inégalité s’est accentuée : alors que le taux de prélèvement diminuait de 0,6 point pour l’ensemble de la population, la baisse était de 3,6 points pour les 1 % les plus aisés. Mais c’est le quinquennat de Jacques Chirac qui en est responsable. Les réductions d’impôt sur le revenu votées entre 2002 et 2007 ont d’abord profité aux ménages ayant le plus de ressources.

Lire la suite

Allemagne : Débâcle de l’industrie solaire

Le leader de l’énergie photovoltaïque en Allemagne Q-Cells a annoncé lundi son dépôt de bilan, laissant plus de 2.000 salariés dans l’incertitude et illustrant la débâcle de toute une industrie, passée en quelques années du boom à la faillite généralisée.

Q-Cells, qui explique dans un communiqué que “les perspectives d’existence de l’entreprise n’étaient plus suffisamment garanties”, doit déposer mardi son bilan au tribunal administratif de Dessau (est).

Cette annonce est la plus spectaculaire d’une série de défaillances récentes dans le secteur de l’énergie solaire en Allemagne, qui a laissé sur le carreau les sociétés Solon, Solarhybrid ou encore Solar Millenium. Q-Cells tentait depuis des semaines de faire adopter par ses créanciers un plan de rééchelonnement et de restructuration de sa dette.

Il semblait avoir réussi, avant qu’une minorité d’entre eux ne bloque le processus en fin de semaine dernière. Son action était en chute libre lundi, perdant près de 34% à 14 centimes d’euro vers 13h36 GMT. Fin 2007, alors que Q-Cells était au sommet de sa réussite et passait pour candidat à l’indice vedette boursier allemand Dax, aux côtés de Daimler ou BMW, son titre coûtait plus de 90 euros.

Lire la suite

Cruiser OSR : L’insecticide tueur d’abeilles

Une étude de l’INRA met en cause le Cruiser OSR qui est notamment utilisé sur le colza. Le ministère de l’agriculture pourrait retirer l’autorisation de mise sur le marché dès la fin du mois de mai, avant la nouvelle campagne de semence en juillet.

France 3 Régions – 31 mars 2012

(Merci à Arbre Sec)

Evasion fiscale : le livre qui accuse

Les paradis fiscaux abriteraient illégalement près de 600 milliards d’euros provenant du patrimoine des Français. Un scandale que dénonce le journaliste Antoine Peillon dans son dernier livre.

L’évasion fiscale en France ne se résume pas à quelques anecdotiques valises de lingots d’or qui traversent la frontière franco-suisse. D’après Antoine Peillon, grand reporter à La Croix et auteur du livre Ces 600 milliards d’euros qui manquent à la France (aux éditions Seuil), la dissimulation illégale d’argent repose sur un véritable système qui opère dans l’indifférence la plus totale.

En tout, ce sont donc près de 590 milliards d’euros d’avoirs français qui sont situés à l’étranger sans être déclarés, dont 108 milliards d’euros en Suisse. A titre de comparaison, cela représente plus d’un tiers de la dette publique de la France au quatrième trimestre 2011. Un manque à gagner de près de 30 milliards d’euros par an pour le fisc. Si on y ajoute les autres formes de fraude fiscale, l’addition grimpe même à près de 80 milliards d’euros chaque année. Lire la suite

Japon : Un élitisme à huis clos

La société japonaise continue de vivre à l’écart du monde et vieillit inexorablement.Pendant plus de deux siècles jusqu’aux années 1850, le Japon choisit de s’isoler du reste de la planète. La politique de Sakoku (” pays fermé “) limitait les contacts avec l’étranger.

Le Japon de 2011 est, en revanche, l’une des grandes puissances commerciales internationales. Ses entreprises figurent parmi les plus grands exportateurs et investisseurs mondiaux.

Cependant, et c’est là le paradoxe, le Japon est non seulement très peu mondialisé mais il se replie de plus en plus sur lui-même en comparaison avec ses voisins asiatiques et les économies développées d’Amérique du Nord et d’Europe.

La formation des élites est le meilleur indicateur de cette absence de mondialisation.
Lire la suite

La France est en plein déni de réalité, selon The Economist (Màj vidéo)

Addendum du 1er avril 2012 : Nicolas Doze à propos des inquiétudes de The Economist

(Merci à Pandy)

L’hebdomadaire britannique donne une leçon à la France: la campagne présidentielle est incroyablement «frivole» et ignore superbement les graves problèmes économiques du pays.

Par Guillaume Guichard.

Nicolas Sarkozy et François Hollande conversent dans un parc, assis à l'ombre des arbres et accompagnés d'une jeune femme nue.

La Une du magazine The Economist de cette semaine, qui détourne le «Déjeuner sur l’herbe» de Manet, est accompagnée de ce titre: «La France dans le déni» (de réalité). Si le lecteur n’avait pas compris, un sous-titre enfonce le clou: «La campagne la plus frivole des pays occidentaux».

La très élitiste revue britannique ne mâche pas ses mots. Elle avait fait sa Une sur Berlusconi il y a quelques mois en le présentant comme «L’homme qui baise l’Italie». Et s’attaque aujourd’hui à la présidentielle française.

«Le pays fait face à un choc économique imminent, et les candidats l’ignorent superbement», écrit-il. Dette publique et compétitivité: ce sont les deux défis considérables, selon l’hebdomadaire, auxquels la France doit faire face.

«Aucun des candidats n’a de programme sérieux pour réduire les hallucinants niveaux de taxation», commence le journal dans son édito. Ils ne proposent rien pour que le pays réduise ses dettes et regagne en compétitivité, détaille-t-il ensuite dans un dossier de trois pages. Or, «une France léthargique et immobile pourrait bien se retrouver au centre de la prochaine crise de la zone euro», prévient-il.

Le pays aux 350 fromages s’isole dans son déni, alors que le reste de l’Europe mène des réformes tambour battant, le journal citant l’exemple de l’Italie ou de l’Espagne.

Lire la suite de l’article.

 

États-Unis : Ben Shalom Bernanke, ce héros !

C’est en tout cas la conclusion à laquelle parvient The Atlantic Magazine dans sa livraison d’avril. Selon le magazine, le président de la Federal Reserve, «a sauvé l’économie globale.»

Devant un tel constat de réussite, l’auteur de l’article  se pose tout naturellement la question suivante : «Alors, pourquoi tout le monde le déteste ?»

États-Unis : Le candidat d’Obama pour la Banque mondiale

Jim Yong Kim, le candidat présenté par le président Barack Obama pour diriger la Banque mondiale n’a rien du bureaucrate austère et discret. Président de l’Université Dartmouth, dans le nord-est des États-Unis, il avait participé à un spectacle étudiant en 2011, déguisé en rappeur un brin futuriste.

Québec : 20.000 puits sous les terres ou Gaz de schiste

Documentaire de France Mercille et Luce Cloutier, montage François Grondin, d’une durée de 43 minutes ce documentaire révèle l’impact sur les personnes vivant près des puits de gaz de schiste.La fracturation du sol pour libérer le gaz de schiste fracture aussi les hommes, les femmes et les enfants .

Image de prévisualisation YouTube

Les pesticides tuent les abeilles, c’est confirmé

Les pesticides tuent. Et les abeilles sont en première ligne : les produits chimiques les désorientent, les perdent, et condamnent les reines, selon deux études publiées hier. La question de leur interdiction est relancée en France, tandis que l’Allemagne vient de réautoriser temporairement un pesticide tueur d’abeille.

Sale temps pour les abeilles. Les ruches européennes sont menacées par les insecticides, et les premières touchées sont les reines. Deux nouvelles études scientifiques menées au Royaume-Uni et en France, publiées dans la revue Science, viennent en effet éclairer les méfaits des produits chimiques agricoles sur les colonies.

Lire la suite

Un kebab dans la Tapisserie de Bayeux ?

La Tapisserie de Bayeux est un faux, le kebab qui y figure en est la preuve. Voici résumée, en quelques mots, la conférence donnée par l’historien britannique Robert Chenciner à Oxford en 1990.

Publié par F.O

Ce spécialiste des broderies et des tapis persans affirmait alors que la viande cuite façon kebab, visible sur la scène de banquet de la Tapisserie, remettait en cause l’authenticité de la célèbre broderie médiévale. Chercheur renommé, Robert Chenciner a passé plus de vingt ans à étudier les textiles persans, orientaux et européens. Il demanda que la Tapisserie soit authentifiée grâce à une datation carbone 14.

Chenciner pointait du doigt plusieurs éléments prouvant, celui lui, que la Tapisserie était un faux ou une copie : le “style pauvre et maladroit” des dessins, l’absence de contours tracés à l’encre, les marques de trous d’épingles et la fixation du fil, dénotant une technique de copie.

C’est en visitant le musée de la Tapisserie un an avant, en 1989, que Chenciner avait commencé à ses poser des questions. L’une des scènes décrit le banquet donné par le duc Guillaume en Angleterre, peu de temps avant la bataille d’Hastings. Wadard, l’un des serviteurs de Guillaume supervise le festin, constitué de poisson, de viande et de vin. Un homme grille des morceaux de viandes enfilés sur des longues broches.

Intrigué par ce barbecue médiéval, Chenciner interrogea le centre archéologique de York, qui lui répondit qu’aucun document médiéval ne faisait référence à ce type de cuisson.

Au 11e siècle, la viande était toujours désossée et découpée, mais jamais coupée en petits cubes comme dans la Tapisserie. Les Normands de 1066 se seraient-ils préparés un repas oriental juste avant la bataille ? Difficile à croire. “Il a fallu attendre que les Ottomans visitent Versailles, vers 1722, pour que la cuisine turque soit introduite en France”, rappelait Chenciner.

En l’entendant parler, beaucoup d’historiens français et britanniques manquèrent de s’étouffer. Il ne tardèrent pas à lui répondre, avec des arguments sans doute moins spectaculaires, mais aussi moins farfelus.

À suivre…

La Manche Libre

Pétrole : Risques mondiaux en ce début de 21ème siècle

Reinhart et Rogoff (2009, 2010) ont découvert que, historiquement, après une crise bancaire, la dette publique, en moyenne, doublait, ceci pour renflouer les banques et pour stimuler l’économie. Ils ont également montré qu’une crise de la dette souveraine suivait habituellement.

Il n’est donc pas surprenant que nous ayons vu l’Islande, la Grèce, l’Irlande, la Hongrie et le Portugal se tourner  vers l’UE / BCE et / ou le FMI pour obtenir une aide financière afin de refinancer leurs dettes publiques pour éviter le défaut.

La nécessité de passer à des sources d’énergie alternatives avec les énormes investissements financiers que cette tâche représente  combinée à la présence simultanée d’importantes dettes publiques et privées peuvent constituer un scénario catastrophe.

Lire la suite

L’opaque nébuleuse des agences européennes

Très exactement 6 157 euros : voilà ce que coûte une réunion du conseil d’administration de l’Efsa, l’autorité européenne de sécurité des aliments. Par personne. On ne sait pas si les quinze membres du conseil d’administration ont été conduit à Parme [siège de l’Efsa] sur des chaises à porteurs, ni s’ils y ont dégusté des œufs de caille pochés tout en parcourant l’ordre du jour.

Ce que l’on sait très bien, en revanche – grâce à l’infatigable Monica Macovei, députée européenne roumaine spécialisée dans la lutte contre la corruption – c’est la conception qu’ont ces gens-là de leur fonction. Sur la seule année 2010, l’Efsa a déboursé 49 millions d’euros pour des contrats externes “de communication et de gestion”.

Comment de tels dysfonctionnements sont-ils possibles ? C’est très simple : parce que personne ne s’en soucie. Quand on demande à la Commission européenne ce qu’elle a l’intention de faire pour remédier aux dysfonctionnements de ces agences, on obtient invariablement la même réponse : nous avons les mains liées, le règlement intérieur des agences ne prévoit aucun droit d’ingérence, et nous avons déjà proposé, voilà des années, une réforme du mode de surveillance.

Les gouvernements européens sont manifestement les premiers responsables de cette situation. Depuis maintenant des années, la création d’agences fait l’objet d’une compétition inconvenante entre les pays membres.

Lire l’intégralité de l’article sur presseurop

Le marché automobile chute de plus de 20% au premier trimestre 2012

«Les Échos» se sont procurés les chiffres provisoires trois jours avant leur présentation officielle…

Selon Les Échos, les chiffres des immatriculations de voitures au premier trimestre 2012, qui seront officiellement publiés lundi matin par le CCFA (Comité des constructeurs français de voitures), font état d’un recul général d’environ 20 % des livraisons de voitures neuves par rapport à la même période de 2011

«Selon les données quasi-définitives arrêtées au 28 mars, divulguées par un constructeur, la baisse du marché ressort à 20,4 % sur les trois premiers mois de l’année, et seuls deux jours ouvrables supplémentaires seront ensuite comptabilisés dans les statistiques officielles, modifiant assez peu le résultat final» explique le quotidien financier.

Lire la suite de l’article.

Le Massacre des Innocents

LA CRISE n°19, par Henri Regnault

Henri Regnault est Professeur d’Économie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Diplômé de l’ESSEC et de Sciences Po avant d’obtenir un doctorat d’État à Paris Dauphine il s’est spécialisé en Économie du Développement et Économie Internationale, travaillant sur les relations Nord-Sud, en particulier sur les terrains méditerranéen, latino-américain et plus récemment asiatique. Il a dirigé le GRERBAM (Groupe de Recherche sur Économies Régionales du Bassin Méditerranéen), puis le Groupement de recherche du CNRS EMMA (Economie Méditerranée Monde Arabe) et anime le Réseau Intégration Nord-Sud (RINOS). Par ailleurs, depuis septembre 2007 il écrit « LA CRISE », lettre trimestrielle.

Des campements des expulsés de Sacramento aux suicidés d’Athènes, en passant par les chômeurs de partout et les exclus de toutes parts, l’heure est au massacre des innocents de la crise, comme dans les années 30. La dignité des femmes et des hommes ainsi sacrifiés exige de dire où sont les responsabilités profondes. Cette crise est née dans les dysfonctionnements et effets pervers des contrats entre agents économiques (subprimes, CDS, ventes à découvert…), la sortie de crise ne peut se concevoir que dans le cadre de la loi qui s’impose aux agents (régulation bancaire et financière, régimes fiscaux…).

Lire l’intégralité de l’article sur le blog d’Olivier Berruyer, les Crises

Comment protéger son épargne si la France fait faillite

La perte du triple A de la France chez Standard & Poor’s a marqué un tournant dans l’histoire des finances publiques françaises. Dans son dernier livre “France, la faillite ?” (Éditions Eyrolles), Philippe Herlin, spécialiste de la dette et chargé de cours au Cnam, détaille les raisons de l’endettement de la France depuis 30 ans et donne quelques conseils pour protéger son épargne et son patrimoine.


(Merci à danmaru touvabien)