Nouveau : Web TV Fdesouche

Les entreprises : complices de la récession ?

En apparence, l’histoire de la grande patronne d’IBM Virginia Rometty, désignée par Forbes femme d’affaires la plus puissante au monde, a tout d’une « success story ». Voilà en effet plusieurs années que, sous son règne, les profits d’IBM ne cessent de grimper et que les actionnaires la bénissent.

Virginia sait effectivement se montrer très persuasive et fort généreuse envers eux à la faveur de dividendes en constante augmentation et, ce, quasiment depuis son accession à la tête de l’entreprise. Cette ascension dans la rémunération de l’actionnariat, et cette progression constante du prix de l’action masquent cependant une réalité prosaïque – voire un secret malsain-, à savoir qu’elles sont entièrement redevables aux rachats massifs des actions IBM … par IBM!

Lire la suite

Ces Français du bout du monde, heureux d’avoir quitté leur patrie

Ils ont tout plaqué pour partir vivre à l’étranger. Ces Français du bout du monde, ou ces expatriés comme on les appelle, ont tous un même point commun : ils ne comptent pas rentrer.

Ils savaient ce qu’ils laissaient mais pas ce qu’ils allaient trouver. Ils ont fui un quotidien qui ne leur correspondait pas pour partir à la rencontre de ce qu’ils sont, ailleurs.

Voir d’autres vidéos sur le blog : Aller voir ailleurs si j’y suis

La banque allemande Commerzbank introduit un taux négatif pour les gros dépôts de ses clients

La banque allemande Commerzbank va appliquer un taux négatif sur certains dépôts de grandes entreprises et investisseurs institutionnels, répercutant une décision de la Banque centrale européenne (BCE) envers les instituts de crédit européens.

Mario Draghi, président de la BCE


« Pour certaines grandes entreprises clientes qui détiennent des avoirs importants, tout comme pour les grands groupes et les investisseurs institutionnels, nous nous réservons le droit d’appliquer des frais sur certains montants élevés de liquidités mis en dépôt chez nous », a déclaré Commerzbank dans un communiqué transmis jeudi à l’AFP.

La deuxième banque allemande précise qu’elle va inciter ses gros clients à placer leurs liquidités en surplus dans des formes d’investissement alternatifs.

« Pour les clients privés, les petites et moyennes entreprises, aucun taux négatif n’est en principe prévu », ajoute Commerzbank. Cette décision découle directement de celle de la BCE, fin juin d’appliquer un taux négatif sur les dépôts que les établissements bancaires placent à court terme dans ses coffres, est-il précisé dans ce communiqué. En juin l’institution a amené ce taux de dépôt marginal en territoire négatif pour la première fois de son histoire, à -0,10%, avant de l’abaisser encore à -0,20% en septembre. Cette décision, qui revient à faire payer les banques qui placent des liquidités au sein de la banque centrale, doit inciter les instituts de crédit à laisser l’argent circuler au lieu de le stocker, en prêtant à entreprises et particuliers.

D’autres banques pourraient suivre
Lire la suite

Face aux drones, les piscines des sites nucléaires inquiètent les élus locaux

Cherbourg – Les survols répétés de sites nucléaires par des drones d’origine non identifiée relancent les inquiétudes des élus locaux dans les secteurs proches des centrales, au sujet des piscines où refroidissent les combustibles usagés, beaucoup moins protégées que les réacteurs.

On nous dit “c’est pas un drone qui peut faire sauter le dôme d’une centrale nucléaire” mais, dans une centrale, il y a des éléments comme les disjoncteurs ou les piscines (qui ne sont pas protégés comme le réacteur).

Si on peut survoler les sites avec une petite bombe (à bord d’un drone), ça peut provoquer des dégâts énormes, déclarait jeudi à l’AFP Jean-Claude Delalonde qui préside l’association fédérant les Commissions locales d’information (regroupant élus locaux, syndicats, scientifiques et associations) des installations nucléaires (Anccli).

Lire la suite

La production de logements neufs à un niveau des plus bas

Proportionnellement à sa population, la France produit aussi peu de logements neufs que dans la période de l’après-guerre, s’alarment les promoteurs.

En chiffres bruts, il faut remonter moins loin dans le temps pour trouver un marché aussi dévasté, quand, en 1997, la production de logements neufs (y compris les travaux sur bâtiments existants) était tombée sous la barre des 300.000. Mais avec une population de quelque 57 millions d’habitants, quand la France en compte aujourd’hui une dizaine de millions de plus…

Du jamais-vu… Depuis l’après-guerre! Proportionnellement à la population française actuelle, la production de logements neufs dans l’Hexagone est quasiment tombée au niveau de celle de la fin des années 1940, dans un pays ravagé. C’est le constat dramatique établi ce jeudi par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) sur la base de son observatoire conjoncturel.

Les chiffres de la FPI sont implacables : sur douze mois glissants, à la fin du troisième trimestre 2014, la production est de 301.000 logements neufs. Hors les travaux sur bâtiments existants, ce chiffre tombe à 268.000.
Lire la suite

Jean-Michel Naulot : « Le système financier est comme une centrale nucléaire mal contrôlée »

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour qu’éclate une nouvelle crise financière. Tel est le constat que dresse Jean-Michel Naulot, banquier d’affaires pendant 37 ans et ancien responsable de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme de la Bourse. La situation se dégrade, les banques ne financent plus comme elles le devraient l’économie.

Les leçons de la crise de 2008 n’ont pas été tirées. Et les responsables politiques, réunis pour le sommet du G20 ce week-end, préfèrent semblent-ils regarder ailleurs. « Les gouvernements ont très peur, ils sont tétanisés par l’influence des marchés », analyse l’ex-banquier. Réguler la finance est pourtant à notre portée. Voici quelques pistes d’action concrètes. Entretien.

Basta ! : Une nouvelle crise financière est-elle possible, à brève échéance ?

Jean-Michel Naulot [1] : Il est très difficile de savoir quand une crise va éclater.
Lire la suite

Armes et munitions dans le conflit ukrainien (étude australienne)

La société d’experts-conseils en armement ARES a réalisé une étude de plusieurs mois sur les armes et munitions actuellement déployées et mises œuvre dans le conflit ukrainien. Son rapport, qui met en lumière l’armement des deux camps, fait état de plus d’une centaine de systèmes d’armes et pas moins de soixante-dix munitions différentes, productions nationales antérieures à la chute de l’URSS ou modèles plus récents, parfois importés de l’étranger. Autant de critères utiles à l’analyse du déroulement d’un conflit.

(Document en anglais. A lire avec attention et précaution mais néanmoins intérêt.).

Via theatrum-belli.org

armamentresearch.com

Le business lucratif des vêtements recyclés (Màj vidéo)

Depuis 2007, la valeur du textile usagé à été multiplié par cinq. L’équipe d’Envoyé spécial s’est rendue près d’Avignon (Vaucluse). Devant le hangar d’une usine de collecte de vêtements, de gros sacs blancs sont chargés dans un camion porte-conteneurs. D’après le personnel du hangar, le camion part à Bruay (Pas-de-Calais) pour que son contenu soit trié.

Mais en réalité, il prend la direction du port de Marseille. Le conteneur part pour la Tunisie. À Tunis, Mehdi reçoit comme chaque semaine des conteneurs de vêtements de France. La Tunisie importerait chaque année 100 000 tonnes de textile français. Dans cette usine de tri, une cinquantaine de personnes travaillent six jours sur sept.

En France, 18.000 conteneurs récoltent chaque année 100.000 tonnes de vêtements usagés. Des chiffres impressionnants, et un PDG qui n’est pas peu fier de cette réussite. En 30 ans, Le Relais a créé plus de 2.200 emplois. Une entreprise florissante et très lucrative.

Mais si vous pensiez donner vos vêtements à une association caritative, vous êtes loin du compte. Quand vous déposez des habits usagés dans ces conteneurs qui se multiplient à chaque recoin de quartier, ces derniers sont triés dans d’immenses usines, puis remis à la vente dans l’une des boutiques de l’entreprise. Ces vêtements que nous jetons sont revendus entre 4 et 200 euros pour les pièces de marque dans l’une des 70 boutiques de l’entreprise.

Pierre Duponchel, le PDG de l’entreprise, ne se cache pas. Oui, son but est de gagner de l’argent grâce au commerce des vêtements usagés. Ceux qui sont en moins bon état sont revendus à des sociétés africaines. Et pour les guenilles et les pièces en lambeaux qui représentent environ 30% des dons, ils sont transformés en isolant thermique.

Jeu : Dr Panda Supermarché

Réalisé par TribePlay, Dr Panda : Supermarché est un jeu éducatif, à destination des enfants, dans lequel nos bambins pourront s’épanouir et apprendre, tout en s’amusant. Dans cet opus, il sera possible de prendre part à 10 mini-jeux différents, comme trouver des produits dans les rayons, ranger les charriots dans le parking, ou encore assurer la gestion des stocks. 6 animaux différents et amusants les accompagneront dans leurs aventures et leur apprendront par la même occasion à développer leur esprit logique, d’autant plus que l’interface est très intuitive, spécialement conçue pour les enfants de 2 à 6 ans.

Lire la suite

Le coût humain du « made in China » en 5 minutes

Black breakfast est un mini documentaire de quelques minutes proposé par les Nations Unies et réalisé par Zhang Ke Jia. Cette courte vidéo nous montre, en images uniquement, le récit d’une touriste qui souhaite découvrir les beautés de la Chine. Cependant, elle y découvre une toute autre réalité. La situation environnementale dans certaines régions de Chine est préoccupante pour les gens qui y résident et pour la population mondiale.

Ce documentaire présente la situation environnementale difficile des habitants des régions urbaines et industrielles de la Chine. La situation est non seulement nuisible pour leur santé, mais aussi pour leur dignité. La surexploitation des ressources naturelles en Chine, principalement le charbon, à de graves répercussions sur l’environnement à une échelle globale.

Il y aurait environ chaque année 300.000 morts prématurées à cause de la pollution atmosphérique. Certains chiffres avancent même plus d’un million de morts. Noël approche, il faudra songer à faire des choix entre la qualité et la quantité à petit prix…

Paradoxalement, pour tenter de résorber ces problèmes, la Chine se veut un pays pionnier dans le domaine du développement durable.

Quand l’eau camoufle un facteur de risque cardiaque, l’arsenic

L’eau de boisson peut être vecteur de pathologies. Sa purification vis-à-vis des organismes pathogènes n’en fait pas pour autant une boisson pure. Ainsi, l’eau, puisée dans les nappes phréatiques ou les cours d’eau, s’enrichie naturellement en arsenic, un enrichissement qui peut être accentué par des pollutions industrielles. Si l’arsenic est un cancérigène reconnu, il peut également être responsable de pathologies cardiovasculaires, et pour des dosages bien plus faibles qu’auparavant considérés. Consommer une eau riche en arsenic n’augmente donc pas que le risque de décès par cancers mais aussi le risque de décès cardiovasculaire.

Au Bangladesh, l’eau est partout. Dans ce pays grand comme un cinquième de la France mais peuplé de 160 millions d’habitants, les terres ont pris le nom des rivières qui les cernent de toute part. Et pour des raisons tenant essentiellement à la géologie, cette eau est très riche en arsenic, à des taux pouvant dépasser très largement les normes usitées dans les pays occidentaux. Une étude épidémiologique a ainsi pu relever au Bangladesh une contamination de l’eau par l’arsenic allant de 0.1 μg/L à 864 μg/L, alors que la norme officielle du pays est de 50 μg/L. Il est estimé que près de 60 millions d’habitants de ce pays sont exposés quotidiennement à une eau dont la teneur en arsenic dépasse les normes de l’OMS qui sont de 10 μg/L depuis 1993.

Une étude américaine récemment publiée vient rappeler les risques cardiovasculaires liés à la consommation d’une eau polluée par l’arsenic y compris par des teneurs pouvant être jugées faibles ou dans les normes de l’OMS.

Lire la suite

Italie : Le succès de la finance islamique

Selon le président de l’Union industrielle de Turin et de la Commission techniques pour les investissements étrangers de la Confindustria (Medef italien), Licia Mattioli, le nombre des opérations d’investissements liées à la galaxie de la finance islamique a doublé en Italie en 2014 pour atteindre un milliard de dollars (+60%).

Une infime goutte d’eau par rapport aux 1.900 milliards de dollars estimés de la «finance islamique» investis dans le monde, mais le chiffre est en forte progression. Selon le Shariah All World Index établi par l’indice FTSE, 13 sociétés cotées italiennes sur 1.381 – parmi lesquelles Enel, Eni, Exor, Fiat Luxottica, Parmalat, Pirelli, Prysmian – correspondent aux critères d’investissements de la finance islamique.

«La finance islamique entre dans une société pour devenir un partenaire à long terme, ce qui est très utile pour de nombreuses PME italiennes qui sont souvent sous-capitalisées», souligne Licia Mattioli, en considérant que ce type d’investissements représente une opportunité pour l’Italie.

Basée sur la Charia, la finance islamique – qui n’a rien à voir avec la dérive de l’islamisme radical – vise à respecter les principes de la loi coranique qui interdit notamment d’investir dans les secteurs de l’armement, de l’alcool, des jeux de hasard, de la pornographie et de l’industrie porcine.

Sept sociétés italiennes font partie de l’indice Dow Jones Islamic Market Index, l’indice mondial des sociétés «Charia-compatibles» : Diasorin, Luxottica, Moncler, Parmalat, Recordati, Salvatore Ferragamo et Tod’s. En revanche, les investissements d’Etihad dans Alitalia ou du Qatar dans Valentino sont considérés comme des investissements «laïcs» qui suivent le droit commercial de leurs pays respectifs.

Les Échos

Pauvreté : De plus en plus de SDF en France

Alors que le nombre de sans-domicile fixe a augmenté de 44% en 11 ans, les femmes et les enfants représentent une part de plus en plus importante parmi cette population, selon une étude de l’Insee publiée mercredi.

Cent douze mille personnes en France n’ont pas d’adresse. Sans logement personnel, elles dorment dans la rue, les jardins publics, les gares, les squats, ou sont hébergées dans des structures d’accueil qu’elles doivent quitter chaque matin. C’est le constat alarmant que dresse ce mercredi l’Insee dans son étude “Portrait social de la France“, qu’elle publie chaque année depuis 2001.

Pour cette population mal connue, ces enquêtes de l’institut de la statistique ont montré au fil des ans une constante augmentation de la population des SDF, laquelle a atteint 81.000 adultes en 2010, accompagnés de 31.000 enfants, soit une hausse de 44% en 11 ans. Une réalité qui doit être encore plus tragique si l’on tient compte des personnes qui ne fréquentent jamais de structures d’accueil ou qui vivent dans des communes de petite taille, qui n’ont pas été prises en compte dans ce rapport.

De plus en plus de femmes
Lire la suite