Nouveau : Web TV Fdesouche

La France placée sous surveillance renforcée

La Commission européenne a décidé mercredi de placer la France sous surveillance renforcée, après avoir une nouvelle fois épinglé son manque de compétitivité et le niveau élevé de sa dette.

Pour l’exécutif européen, la France souffre de nombreux déséquilibres macroéconomiques qui n’ont pas été suffisamment corrigés et nécessitent désormais ce type de surveillance qui sera également appliquée à l’Espagne et à l’Irlande, deux pays qui viennent tout juste de sortir de leur plan d’assistance financière.

Deuxième économie de la zone euro, la France se retrouve donc au côté de pays qui ont été en grande difficulté au plus fort de la crise de la zone euro et ont eu besoin d’un plan d’aide.

L’annonce de Bruxelles vient s’ajouter à une longue liste de griefs à l’encontre de la France, à qui est reproché un manque de compétitivité, un coût du travail trop élevé et une dette publique qui ne cesse d’enfler.

Lire la suite

Ukraine : une rumeur accuse l’opposition d‘être les snipers de Maïdan

Un ou plusieurs snipers ayant tiré sur les manifestants d’Euromaïdan s‘étaient installés dans le siège de la banque d’Ukraine, à Kiev. Les enquêteurs y ont découvert des douilles correspondantes aux balles retrouvées dans les corps des victimes. Ce sont par ailleurs les mêmes balles qui ont servi pour attaquer les forces anti-émeutes et les opposants.

Mais qui a fait appel à ces tireurs ?

Dans un entretien piraté entre les chefs de la diplomatie estonienne et européenne,

Urmas Paet fait part à Catherine Ashton d’une rumeur qui accuse les membres de l’actuelle coalition d’avoir commandité ces attaques.

Lire la suite

Les produits du terroir sont-ils vraiment “made in France”

Les Français se tournent de plus en plus vers les produits du terroir et ceux fabriqués dans l’Hexagone. Mais sur ces marchés en pleine croissance, les pratiques abusives se multiplient. Le terme «terroir» est parfois galvaudé, et les spécialités sont abusivement maquillées pour leur donner une allure traditionnelle.

A travers des exemples comme celui du jambon de Bayonne, du champignon de Paris ou de l’escargot de Bourgogne, plongée dans les coulisses des fabrications artisanales et industrielles pour comprendre à quel point il est devenu difficile de déterminer l’origine d’un produit.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

French Connections : Au coeur des nouvelles mafias

Cambrioleurs géorgiens, arnaqueurs à la carte bancaire originaires de Roumanie, mafieux italiens, proxénètes nigérians, les réseaux se sont spécialisés – et professionnalisés. Chaque filière a atteint un degré d’efficacité qui complique beaucoup la tâche des policiers français.

D’autant que l’internationalisation de la criminalité rend difficile les enquêtes. Les donneurs d’ordre se trouvent souvent à plusieurs milliers de kilomètres de l’hexagone et les grands parrains mafieux sont quasiment intouchables.

Jérôme Pierrat (auteur du déjà culte « Caïds des cités » -diffusé en janvier 2011, et de « Marseille gangsters » -diffusé le 5 février 2014) avec Barbara Conforti (grand reporter connaissant parfaitement les mécanismes de la mafia) explorent une nouvelle facette de la criminalité organisée.

Un an de travail en duo, pour parvenir à approcher ces réseaux délinquants puissants – et très secrets.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Pour ou contre la fracturation hydraulique ?

En France comme en Allemagne, le débat fait rage autour de la fracturation hydraulique, cette nouvelle technique d’extraction du gaz de schiste. Certains mettent en avant son bilan carbone favorable, d’autres redoutent une catastrophe écologique mettant directement en péril les riverains.

Pour l’instant, le gaz de schiste n’est exploité ni en France, ni en Allemagne. Mais cela pourrait bientôt changer, car d’un point de vue financier, les gisements semblent prometteurs. Les grands groupes énergétiques sont dans les starting-blocks !

Présenté par Emilie Langlade et Adrian Pflug (Arte – Mars 2014)

Ukraine : l’aventure militaire est illogique sur le plan économique

Les relations économiques entre les Etats-Unis et l’Europe d’un côté, la Russie de l’autre, poussent les acteurs de la crise ukrainienne au dialogue et éloignent le spectre d’un conflit militaire.

L’économie de l’Ukraine repose sur trois secteurs, rappelle Vladimir Vakhitov, professeur assistant à l’Ecole d’Economie de Kiev : la métallurgie, l’industrie chimique et l’agriculture. Les deux derniers représentent 40 à 50% des exportations ukrainiennes”. Et il ajoute, source de revenus “substantielle” pour le pays, les transferts financiers des migrants qui ont quitté l’Ukraine pour la Russie, l’Italie, le Portugal ou la Pologne.

Sur le plan économique, l’Ukraine est donc à la fois liée aux pays de l’Union européenne (UE) et à la Russie, par le biais des échanges commerciaux et humains. “En gros, un tiers des exportations va à la Russie, un tiers à l’Europe et un tiers vers d’autres destinations, notamment en Asie“, confirme Vladimir Vakhitov.

En France, Fabrizio Coricelli, professeur d’économie à la Sorbonne, nuance : “L’Ukraine a beau exporter vers l’Europe, elle est beaucoup plus intégrée avec la Russie qu’avec l’UE“.

Lire la suite

La France veut devenir un pays de robots

L’Etat participe au financement d’un nouveau fonds d’investissement destiné à doper la filière robotique française…

«Le robot n’est pas l’ennemi de l’emploi, il en est le fournisseur. Il ne faut pas en avoir peur.» Arnaud Montebourg croit à la réindustrialisation de la France par la robotique de services. C’est-à-dire par la construction de drones, de voitures autonomes, de robots de surveillance, de nettoyage, de sécurité domestique ou encore d’intervention chirurgicale.

Et pour le prouver, le ministre vient d’annoncer la contribution de l’Etat dans un nouveau fonds d’investissement, baptisé Robolution Capital. «Notre participation dans ce secteur à travers la Banque publique d’investissement (BPI), le bras armé du redressement productif en France, est l’une des plus importantes que nous ayons réalisée», explique Arnaud Montebourg.

Doté de 80 millions d’euros et également abondé par de grandes entreprises comme Orange, EDF ou Thales, Robolution Capital va permettre de financer la création et le développement de PME spécialisées dans la robotique de services. La France en compte déjà plusieurs – de nombreuses start-up mais également de grosses PME, comme le Groupe Gorgé, qui emploie 1.300 personnes.

Un marché de 200 milliards d’euros en 2024
Lire la suite

La Commission européenne annonce une aide à l’Ukraine d’au moins 11 milliards d’euros

La Commission européenne a présenté mercredi un plan d’aide “d’au moins 11 milliards d’euros” en faveur de l’Ukraine, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise en Ukraine.

“Aujourd’hui, la Commission européenne a identifié un programme d’aide à l’Ukraine. Ceci est notre contribution au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de demain. Au total, le paquet pourrait apporter un soutien d’au moins 11 milliards d’euros sur les deux prochaines années,

provenant du budget de l’UE et des institutions financières européennes”,

a déclaré le président de l’exécutif européen, José Manuel Barroso.

Le programme, qui comporte des mesures à court et à moyen terme en matière commerciale, économique, technique et financière,

pourra être complété par les Etats membres de l’UE,

 

Lire la suite

Les nouveaux bien-pensants

Le 04 mars, Patrick Péhèle et Pascal Eysseric recevaient sur Radio Courtoisie, Michel Maffesoli et Hélène Strohl pour leur livre “Les nouveaux bien-pensants” éditions du moment. Un pamphlet virulent et acerbe.

Avant d’être économique, la crise actuelle est morale. Aujourd’hui, les élites – ceux qui ont le pouvoir de faire et de dire – semblent de plus en plus déconnectées de la vie de tous les jours. Le bavardage des journalistes, politiques, hauts fonctionnaires et « experts » n’intéresse plus grand monde. La dévaluation de la parole publique est inquiétante, car c’est elle qui suscite l’émergence des discours démagogiques, ceux des extrêmes, gauche ou droite. À partir de quelques exemples précis et emblématiques (Attali, Minc, Badiou, Plénel…), il s’agit d’analyser et de dénoncer les racines du conformisme propre au dangereux « entre-soi » caractérisant la pensée « officielle ». Il faut chercher les sources de ce décalage et montrer en quoi les « nouveaux bien-pensants », dont le moralisme conforte le politiquement ou le théoriquement « correct », suscitent les multiples incivilités sociales.

Michel Maffesoli, membre de l’Institut universitaire de France, Professeur à la Sorbonne est le théoricien, internationalement reconnu, de la postmodernité. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, traduits en de nombreuses langues, parmi lesquels : L’Ombre de Dionysos (1982), Le Temps des tribus (1988), Du Nomadisme (1997), Sarkologies ( 2011).

Hélène Strohl, ancienne élève de l’ENA, Inspectrice générale des affaires sociales honoraires, a publié L’État social ne fonctionne plus (2010) et deux romans.

La face cachée de la déco à petits prix

Depuis quelques années, les Français sont mordus de décoration. Tout le monde parle couleur, mobilier, design, des émissions de télévision aux magazines grand public. Et toutes les marques s’affrontent pour gagner des parts de ce marché en pleine expansion. En période de crise, la bataille se livre principalement sur le terrain des prix.

Délocalisation, optimisation des chaînes de production, sourcing mondial, tout est bon pour baisser les coûts de revient. Comment les fabricants français survivent-ils dans cet environnement ? Quelles sont les stratégies des marques pour inciter les consommateurs à acheter toujours plus ? Qu’en est-il de la qualité des produits ?

De la France au Vietnam, des cabinets de tendances aux petits ateliers asiatiques, des usines aux entrepôts, ce document lève le voile sur les coulisses de la déco à petit prix.


France : Les tribulations d’une chômeuse qui ne chôme pas

Sous forme de lettre adressée à ses confrères « chômeurs ou chômeurs en activité réduite», la journaliste Ariane Dollfus explique, à travers son expérience, comment Pôle Emploi est une machine à dissuader de travailler.

Cher confrère «chômeur en activité réduite»,

Je t’écris parce que même si je ne te connais pas, je sais ce que tu vis. Je suis dans ton cas. Comme moi, tu as été licencié économique, parce que ton entreprise a connu la crise, et a dû se résoudre à un plan social. Mais comme moi, tu ne t’es pas laissé abattre. Tu as droit à 24 mois d’indemnisation chômage (ce qui va très vite) parce que tu as suffisamment cotisé, mais tu ne «chômes» pas en attendant le virement mensuel de Pôle Emploi. Car tu continues à trouver du travail. Coûte que coûte. A enchaîner les contrats courts, les piges, les commandes d’écriture qui ne font pas l’objet d’un CDI, spécimen désormais en voie d’extinction. Tu fais donc partie des 1,594 million de «chômeurs en activité réduite» en décembre 2013 (catégories B et C), et tu as sûrement découvert comme moi à quel point Pôle Emploi est une machine à dissuader le travail. Ce n’est la faute de personne, si ce n’est celle du système, archaïque, complexe, contre-productif malgré lui, et nécessitant une réforme urgente, à l’épreuve ces jours-ci.

La langue française dénigre la personne qui a perdu son emploi. Elle devient « chômeuse ». Du bas latin, « caumare », « se reposer pendant la chaleur ».
Lire la suite

Les Trente Glorieuses et les Trente Piteuses : Et si la croissance ne revenait jamais ?

L’Europe continentale, et la France en particulier, a la nostalgie des Trente Glorieuses, cette période exceptionnelle de trente ans qui va des années 1950 aux années 1970, et pendant laquelle le taux de croissance de la production en France flirtait avec les 5 % l’an, le double de la croissance américaine.

La décélération fut ensuite graduelle mais continue : 4 % dans les années 1970, puis 3 % dans les années 1980, 2 % dans les années 1990, 1 % dans les années 2000. 0 % dans les années 2010 ? Aujourd’hui encore, on s’imagine souvent que la mauvaise parenthèse des “Trente Piteuses” (qui en réalité seront bientôt 35 voire 40 années), qui correspond à cette période de décélération, va bientôt se refermer, que ce mauvais rêve va se terminer, et que tout va recommencer comme avant.

Il est permis d’en douter si l’on s’interroge sur le pourquoi des Trente Glorieuses. Elles ont correspondu à un phénomène de rattrapage et de reconstruction après les deux guerres mondiales qui avaient détruit une partie significative du potentiel économique européen et français, comblant le formidable retard qui s’en était suivi.

Lire la suite

La Guadeloupe en crise aujourd’hui : une photo de la France demain ?

La Guadeloupe, son soleil, ses plages, sa mer bleu émeraude, sa douceur de vivre et.. ses entreprises qui n’en peuvent plus. Le chiffre qui tue, et résume tous les autres : 52 % des entreprises guadeloupéennes sont en défaut de paiement avec l’URSSAF, non pas des charges patronales, mais de la partie salariale, autrement appelé précompte.

Emeutes en Guadeloupe, février 2009

Autrement dit, les PME (il n’y a que des PME et même essentiellement des TPE en Guadeloupe) de l’île ont plusieurs mois de retard de paiement des charges sociales, et ne peuvent même pas honorer le minimum légal, le “précompte”, qui représente pourtant “seulement” 30 % du montant total des cotisations à la Sécurité Sociale !

Plusieurs raisons à cela. D’abord bien entendu la crise, qui a ralentit l’activité économique sur l’île, réduit les marges, fragilisé un peu plus encore les trésoreries. Mais en grattant un peu, on découvre un coupable idéal : La Région Guadeloupe et les collectivités locales, gros donneurs d’ordres sur l’île… seraient de très mauvais payeurs.
Lire la suite

Seine-Saint-Denis : enquête sur des soupçons de fraude aux contrats aidés

Une enquête préliminaire a été diligentée par le parquet de Bobigny après des suspicions de fraude, estimée à plusieurs millions d’euros, d’un opérateur chargé de suivre de jeunes chômeurs en contrat aidé en Seine-Saint-Denis. Selon une source judiciaire, l’enquête a été ouverte « pour détournements de fonds publics, faux et usage de faux ».

Thierry Frère, directeur de C3 Consultants (à droite), avec un demandeur d’emploi

Elle vise C3 Consultants, l’un des principaux opérateurs privés chargés de suivre de jeunes chômeurs dans le cadre du contrat d’autonomie, soupçonné d’avoir fait croire à l’administration que des jeunes qu’il suivait avaient retrouvé un emploi, une prestation facturée à l’Etat.

Lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy dans le cadre du plan « Espoir banlieues », ce contrat vise l’accompagnement pendant six mois de jeunes issus de quartiers prioritaires vers l’emploi durable, la formation ou la création d’entreprises. C3 Consultants, sélectionné sur un appel d’offres, n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de l’AFP.
Lire la suite

Dans la crise ukrainienne, les USA ont un problème de crédibilité

Eugene Robinson (né le 12 Mars, 1954) est un chroniqueur de la presse écrite américaine  et ancien rédacteur en chef adjoint du Washington Post. Ses colonnes sont éditées par le Washington Post Writers Group, et il est membre de l’Association nationale des journalistes noirs. Il a remporté le prix Pulitzer en 2009. Dans une tribune libre parue dans le Washington Post du 04 mars 2014, il livre son analyse sur la crise ukrainienne et l’attitude des USA.


Soyons réalistes. C’est une chose d’affirmer que la reprise de la Crimée par la Russie ne peut rester sans réponse, comme l’ont proclamé de nombreux sages de la politique étrangère. C’en est une autre d’agir en ce sens.

Est-ce seulement moi, ou la rhétorique employée a propos de la crise en Ukraine sonne comme si tout Washington souffrait d’amnésie ?

Nous sommes supposés être choqués – choqués! – qu’une grande puissance militaire puisse concocter un prétexte pour envahir une nation plus petite et plus faible ? Je suis désolé, mais tout le monde a-t-il oublié les événements malheureux en Irak il y a quelques années ?

Lire la suite

Gerhard Schröder tacle les Occidentaux

Gerhard Schröder s’était déplacé pour parler de l’avenir de l’Union européenne – mais c’est l’avenir de l’Ukraine qui s’est imposé à l’ancien chancelier allemand comme le sujet dominant d’une intervention hier à Paris organisée par l’ambassade d’Allemagne. Le prédécesseur d’Angela Merkel s’est en effet très vite saisi de l’occasion pour sévèrement critiquer la position prise par la France et d’autres puissances occidentales envers la Russie dans la crise ukrainienne.

Par Leo Klimm

Selon Gerhard Schröder, isoler la Russie ne fait qu’aggraver les risques d’une escalade militaire.

« Dans une telle crise, toute mesure qui nous prive de possibilités de discussion est une fausse décision »,

dit-il en se référant à la menace d’exclure la Russie du cercle des puissances économiques, le G8.

Lire la suite

Les chaussures « premier prix » sont-elles dangereuses ?

Même le cuir, un matériau longtemps considéré comme « noble », n’est pas épargné par cette course au low cost. Aujourd’hui, on trouve des blousons, des sacs, des chaussures en cuir à des prix encore impensables il y a quelques années. Une paire de mocassins ou d’escarpins en peau peut ainsi être proposée à 40 euros. Comment est-ce possible?

En partie parce que de nouveaux pays se sont mis sur ce marché et pas seulement en Asie. L’Éthiopie est devenue un important fournisseur de chaussures. Le pays a toujours été un gros producteur de cuir mais depuis quelques temps, des usines se multiplient avec une main d’œuvre payée 25 euros par mois !

Mais attention dans les tanneries, les produits chimiques utilisés peuvent se retrouver dans les chaussures et vous provoquer des ennuis de santé.

Ukrainiennes, bienvenues dans l’Union Européenne

Le tribunal de Milan a reconnu comme parents légitimes un couple ayant eu recours à une mère porteuse ukrainienne. Ce jugement devrait faire jurisprudence. Il redonne espoir aux 4000 Italiens qui sont dans une situation similaire.

Par  Ariel Dumont (Rome)

Tout a commencé il y a trois ans dans la petite ville de Ricengo située dans le nord de l’Italie à côté de Cremone. Dans cette commune de 1167 habitants, tout le monde se connait. Depuis leur mariage, les deux époux avaient tout essayé pour avoir un enfant. La femme, souffrant d’une maladie l’empêchant de procréer, avait suivi des traitements  hormonaux particulièrement lourds.

Elle avait aussi subi trois tentatives d’insémination artificielle. En vain.

Comme de nombreux couples en désir d’enfant, le ménage a contacté à Kiev la clinique Biotexcom. En Ukraine, où la gestation pour autrui est légale, l’établissement fait souvent appel à des mères porteuses.

 

30.000 euros à Kiev

Moyennant 30.000 euros, dont une partie est versée à la clinique à titre de frais médicaux et le reste à la mère qui va porter l’enfant. Les futurs parents demandent donc un prêt et louent une maison à Kiev pour suivre la grossesse.

Lire la suite