Nouveau : Web TV Fdesouche

Etude : 75% des échantillons de pluies et d’air sont positifs au Roundup de Monsanto

Oui, vous avez bien lu, du Roundup a été trouvé dans des échantillons d’air… Il s’agit d’une étude menée par l’US Geological Survey (USGS), et effectuée au Mississipi.

Avant de vous écrier qu’il s’agit des Etats-Unis et non de la France, ravisez-vous : la France n’est pas en reste concernant l’utilisation de Roundup, et surtout,… l’air et la pluie ne sont pas, par définition, quelque chose de figé.

L’étude fut publiée  dans le journal Environmental Toxicology and Chemistry, et fut menée entre 1995 et 2007. Elle se porte sur la totalité des pesticides utilisés au Mississipi. A savoir donc que, bien que l’herbicide de Monsanto soit le plus présent dans les échantillons, un nombre de produits chimiques bien plus important est en plus de cela retrouvé…

Lire la suite

Le Brésil ne croit pas à l’effet Coupe du Monde

La Coupe du Monde de football pour doper l’économie : l’argument est servi par les dirigeants brésiliens mais la population n’y croit pas selon une enquête du Pew Research Center, rendue publique mercredi 4 juin.

A une semaine du match d’ouverture, le pessimisme est de mise au Brésil au sujet de la Coupe du Monde. Pas tellement au sujet des chances de la Seleçao de décrocher un sixième titre mondial. Mais pour l’impact de l’événement sur l’économie nationale.

Alors que les dirigeants, la présidente Dilma Rousseff en tête, ont toujours vanté l’effet positif d’une telle compétition sur la croissance brésilienne, leurs concitoyens n’y croient pas.

Une enquête publiée mercredi 4 juin par le Pew Research Center révèle que 61% des Brésiliens interrogés pensent que le Mondial aura un effet néfaste sur l’économie du pays car «une mauvaise chose parce que cela fait de l’argent en moins pour les services publics».

Lire la suite

Chine : A la recherche de terres agricoles non-polluées

Les compagnies chinoises effectuent une expansion rapide sur le marché alimentaire mondial, rachetant dans le monde entier des entreprises de produits agricoles, des producteurs d’aliments et de boissons.

L’année passée, la Chine a dépensé plus de 12 milliards de dollars américains dans cet objectif. Jusqu’à présent, le gouvernement chinois poursuivait la stratégie d‘importations modérées des cultures agricoles et d’achat des terres agricoles sur le territoire des autres pays. Maintenant, les choses sont en train de changer.

En effet, en 2013, la compagnie de Hongkong « Shuanghui Group » a absorbé une compagnie américaine, ayant acheté pour 7 milliards de dollars le producteur de la viande « Smithfield Foods » avec ses dettes. La corporation publique « Cofco » qui contrôle 90 % du marché interne du blé a acheté le bloc de contrôle de la compagnie néerlandaise « Nidera Holdings » et la branche agricole de « Noble Group » ayant déboursé pour les deux compagnies près de 3 milliards de dollars.

De cette façon, Pékin s’est procuré des silos à grains en Argentine, des sucreries au Brésil, des minoteries en Europe Centrale et les usines de transformation des graines de tournesol en Afrique du Sud et en Ukraine

Lire la suite

Le Monde selon H&M (Màj vidéo)

On appelle cela l’effet papillon. Ou comment le battement de cils d’une armada proprette de designers suédois peut déclencher un raz de marée de fans décomplexés, toutes générations confondues, aux quatre coins de la planète. Dans la vie, il y a des choses qui s’achètent chez Ikea. Pour tout le reste, il y a… H&M.

Partie 1:

Partie 2:

Avouez-le, soudain ça frétille et pas qu’un peu du côté de votre porte-monnaie non? Du nôtre aussi. Mode et qualité au meilleur prix, voilà l’équation magique martelée au fer rouge de l’enseigne scandinave. 66 ans après sa naissance, la princesse la plus courtisée du royaume de Suède aligne ses 3000 magasins et ses 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires à la vitrine du monde. 1,7 milliard de bénéfice en 2012, de quoi parader sans honte aux côtés des stars des grandes places financières mondiales.

En façade, une success-story immaculée. Des partenariats paillettes prestigieux: créateurs made in couture, organisations internationales et ONG biens sous tout rapport. Un gendre idéal, Karl-Johan Persson, dirigeant actuel et arrière-petit-fils du fondateur, en émissaire de la veuve et de l’ouvrière auprès des gouvernements des pays producteurs. Une stratégie de communication à toute épreuve, façon rouleau compresseur, tuant dans l’œuf la moindre fausse note.

Comme par exemple des ateliers de fournisseurs qui partent en fumée au Bangladesh, et leurs employés avec; ou des syndicats qui montent au front dans les filiales européennes du groupe pour dénoncer des pratiques opaques pilotées depuis la maison-mère à Stockholm.

Lire la suite

Brésil : Grèves et manifestations contre la vie chère

Le Brésil fait face à un mécontentement social accru à l’approche de la Coupe du monde de football. La ville de Sao Paulo est le théâtre de nombreuses manifestations depuis plusieurs semaines. Dans le collimateur des manifestants: la vie chère et les importantes sommes dépensées pour l’organisation du Mondial.

La mégapole doit accueillir le match d’ouverture Brésil-Croatie le 12 juin. Aux abords du stade, quelque 400 policiers militaires à la retraite ont manifesté, mercredi 4 juin, pour de meilleures pensions et salaires. Ils ont été rejoints par 12 000 militants du Mouvement des travailleurs sans toit qui, eux, exigent la construction de logements sociaux.

A une semaine du coup d’envoi de la compétition, une partie des employés du métro de la ville ont entamé, jeudi, une grève illimitée pour appuyer des revendications salariales, causant des perturbations sur trois des cinq lignes de la métropole brésilienne.

Ils demandent une hausse de salaire de 16,5%. La grève a été votée après des négociations qui ont échoué. Elle touchera quelque 4,5 millions d’usagers dans cette agglomération de 20 millions d’habitants.

Sud-Ouest : L’État détruit des champs de maïs OGM

Des champs de maïs OGM détruits par les services de l’État. La pratique est inhabituelle, mais cette destruction a pourtant eu lieu jeudi 5 juin, dans le Tarn-et-Garonne, le Gers et la Haute-Garonne. Il s’agit de la mise en œuvre d’une décision du ministère de l’Agriculture, en vertu de l’interdiction de ce type de culture en France.

Cette destruction émeut vivement les Fédérations départementales des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) locales. Une quarantaine d’agriculteurs a vainement tenté de s’opposer à la destruction du champ près d’Auvillar (Tarn-et-Garonne). Plusieurs dizaines de gendarmes les ont empêchés de s’interposer.

Au total, ce sont trois parcelles couvrant 11 hectares que le propriétaire a été mis en demeure de détruire dans le Tarn-et-Garonne. Mais le préfet de ce département n’a pas attendu jeudi après-midi que la justice statue sur un référé introduit par l’agriculteur contre sa mise en demeure, s’indigne la FDSEA.

Radio Courtoisie : « Rétablir la liberté d’expression »

Dans son Libre Journal du 2 juin 2014 Henry de Lesquen, assisté de Joëlle, recevait sur Radio Courtoisie Jean Bricmont, professeur de physique théorique à l’université de Louvain, essayiste, Jean-Yves Le Gallou, ancien député français au parlement européen, président de Polémia. Thème : “Rétablir la liberté d’expression ; Rendez-vous politique de la réinformation”.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Y a-t-il trop d’avions dans le ciel ?

L’Union européenne prévoit que le nombre d’avions aura doublé d’ici 2020. Notre planète peut-elle supporter une telle augmentation? Peut-il y avoir de plus en plus d’avions dans les airs sans qu’ils finissent par se percuter les uns les autres?

Si elle n’est responsable que de 2 % du total mondial des émissions de CO2, l’aviation commerciale sait qu’il va falloir faire mieux. Alors, elle se tourne vers ceux qui lui ont toujours sauvé la mise. Premièrement, la technologie, qui cherche à améliorer l’existant, ici et maintenant : de multiples petites transformations dont l’accumulation finit par produire un effet sur l’ensemble.

Deuxièmement, la recherche fondamentale, qui veut inventer des solutions radicalement nouvelles, faire du passé “table rase”. Le film va à la rencontre des acteurs de cette transformation qui changera radicalement notre façon de voyager.

Pourquoi pauvres et riches ne développent pas les mêmes cancers (et ceux des pauvres tuent beaucoup plus)

Une étude américaine menée par le docteur Francis Boscoe révèle que les types de cancer varient selon que l’on est riche ou pauvre. La mortalité touche différemment elle aussi. Le cancer du col de l’utérus serait par exemple plus fréquent chez les précaires.

Le Dr Francis Boscoe, dans un étude publiée dans la revue Cancer, montre que la richesse ou la pauvreté de la personne aurait un lien avec le type de cancer développé.

Dans une étude précédente, menée par l’Université de Davis, en Californie et publiée en 2011, les chercheurs avaient constaté que les personnes ayant des faibles revenus avaient 50% de risque en plus de développer des problèmes cardiovasculaires. Cette fois, les chercheurs ont trouvé des liens entre le statut socio-économique et le type spécifique de cancer. Pour cela, l’équipe de chercheurs a analysé 2,9 millions de personnes a qui on avait diagnostiqué un cancer entre 2005 et 2009. Ces participants provenaient de 16 Etats des Etats-Unis.

Ils ont ensuite été divisés en cinq groupes en fonction de leur niveau de pauvreté, évaluée au moment où le diagnostic avait été fait. L’équipe n’a pas trouvé de lien entre le statut socio-économique et l’apparition d’un cancer, mais a trouvé un lien entre le statut socio-économique et le type de cancer. Sur 39 types de cancers sélectionnés, 32 ont été associés à la pauvreté, 14 sont plus fréquents dans les milieux avec un niveau de pauvreté très élevé, et 18 dans les milieux plus aisés.

Lire la suite

La grande remise à zéro du système est officiellement admise. Elle aura lieu. Et va vous ruiner ! (+ vidéo)

Par Charles Sannat

Comme vous le savez, je conteste la réalité de la reprise mondiale que l’on tente de nous vendre actuellement et depuis maintenant presque deux années.

La croissance n’est pas au rendez-vous. Certes les bénéfices augmentent comme l’explique très bien Martin Prescott dans sa dernière vidéo que je vous fais découvrir dans l’édition d’aujourd’hui du Contrarien Matin. Pour lui, et je partage totalement son analyse (mais c’est toujours important de vous montrer qu’un Olivier Delamarche ou un Charles Sannat ne sont pas les seuls dans le monde à penser ce que l’on pense),

l’augmentation des bénéfices des entreprises est réel certes, mais il résulte en très grande partie des licenciements et des réductions de coûts dans les sociétés. Les chiffres d’affaires, eux, sont sans doute possible orientés à la baisse.

Or le chiffre d’affaires est le seul véritable indicateur des volumes de transaction et bien évidemment une des composantes essentielles du calcul du PIB et donc de la croissance économique générale.

Le grand « reset » est officiellement admis par le FMI
Lire la suite

Stiglitz : “Les inégalités aux Etats-Unis auront des conséquences dévastatrices”

Prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz prévoit, dans une interview à La Tribune, un affaiblissement de la croissance aux Etats-Unis, conséquence de la montée des inégalités qui bride la consommation de la plupart des ménages.

LE REVE AMERICAIN (jeu de société, 1979)

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, était l’invité ce mardi de la Toulouse School of  Economics, qui organisait son deuxième Tiger Forum. En marge de cette réunion, l’économiste a accordé une interview à La Tribune.

Les revenus de 99% des américains ont stagné au cours des trois dernières années connues, alors que 1% d’entre eux ont eu droit à une hausse cumulée dépassant les 30%. Quelles sont les conséquences économiques de telles inégalités ?

L’économie américaine a tout pour aller bien. Des universités d’un haut niveau, de l’énergie bon marché grâce au gaz de schiste, un secteur high tech très performant… Et pourtant, sa croissance n’est pas si forte, avec, pour conséquence, un taux d’emploi qui reste en dessous de la moyenne des années 2000, et 20 millions de personnes cherchant en outre, sans succès, à passer du temps partiel au temps plein.

Cette croissance faible s’explique uniquement par la montée des inégalités, qui bride la consommation. Et cela va empirer. Le taux d’épargne est retombé à ses niveaux les plus bas. Car, si 20% des ménages parviennent à épargner un peu bon an mal an, 80% d’entre eux ne le peuvent absolument pas : ils dépensent déjà plus que ce qu’ils gagnent ! D’où une consommation bridée, et cela va s’aggraver.

Lire la suite

Janez Potočnik : « Les subventions à l’eau et l’énergie entravent l’économie circulaire »

Janez Potocnik, le commissaire européen Slovène en charge de l’environnement, affirme que le modèle de l’économie circulaire va inévitablement s’imposer. Un des enjeux centraux sera le découplage de la croissance économique et de la consommation, pour ne pas épuiser les ressources de la planète.

L’économie circulaire est-elle juste une idée séduisante ou une évolution véritable de l’économie européenne ?

C’est en fait inévitable. Premièrement, car nous sommes dans un continent densément peuplé et nous consommons énormément de ressources. 16 tonnes de ressources par personne et par an. Dont trois tonnes terminent dans des décharges à ciel ouvert. Nous sommes enfermés dans de vieux modèles de production et de consommation industrielles.

Deuxièmement, parce que nos ressources et nos sources d’énergie deviennent de plus en plus chères. Après un siècle marqué par un recul des prix, les prix des ressources ont commencé à exploser au tournant du siècle. Le prix réel des ressources a progressé de 300 % entre 1998 et 2011. 87 % des sociétés européennes anticipent une poursuite de cette tendance ces cinq prochaines années.

Troisièmement, déjà aujourd’hui, les ressources représentent la première dépense structurelle. Par exemple, dans l’industrie allemande, 43 % du total des coûts peuvent être attribués à l’exploitation de ressources. Seulement 18 % incombent à la masse salariale.

Lire la suite

La guerre secrète de l’Algérie en Libye

Aucun officiel n’en a parlé et pourtant l’ANP serait, depuis le 29 mai, en guerre contre les groupes terroristes dans l’Ouest libyen. C’est, depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962, la plus grande opération extérieure menée par l’armée algérienne.

Par Akram Kharief

Le jour même du début de l’offensive, le quotidien the Times donnait l’information, citant le think tank britannique The Henry Jackson Society, dont un haut responsable annonçait

un envoi de forces spéciales américaines, françaises et algériennes dans le Sud libyen avec pour principal objectif l’élimination des terroristes d’AQMI, la destruction de leur infrastructure d’armement, de communication et d’entraînement dans la région.

 

L’alliance de circonstance entre l’Algérie, les Etats-Unis et la France à qui s’adjoignent le Tchad, probablement la Libye, mais surtout les forces du général Khalifa Haftar qui pilonnent la région de Benghazi, confirment l’encerclement des terroristes djihadistes dans le grand Sud libyen.

Lire la suite

Faut-il faire le deuil du pic pétrolier ? (Audio)

En raison du développement exponentiel de l’exploitation du pétrole de schiste par facturation hydraulique sur leur territoire, les États-Unis se dirigent vers l’indépendance énergétique à l’horizon 2020. L’extraction du gaz de schiste à l’aide de la même technologie a déjà causé l’effondrement de son prix dans ce pays.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Débat entre deux spécialistes du secteur pétrolier et un économiste autour de la question: la théorie du pic pétrolier est-elle encore valide, et comment le “renouveau” du pétrole abondant s’inscrit-il en regard du changement climatique.

Cependant, plusieurs caractéristiques du pétrole de schiste rendent les prévisions de production incertaines: les puits exploités par fracturation produisent beaucoup la première année, puis les quantités extraites diminuent rapidement. Cela oblige les compagnies à ouvrir sans cesse de nouveaux puits pour maintenir le niveau de production.

La fracturation utilise beaucoup d’eau et de sable, éléments dont la disponibilité peut poser problème à terme. Les très nombreux produits chimiques utilisés pour fracturer la roche mère rendent les déchets produits hautement problématiques. Enfin, tant qu’une fracturation n’a pas été effectuée, il est impossible de déterminer à l’avance le potentiel d’un forage.

Lire la suite

Les compagnies pétrolières et la pollution du Delta du Niger

Découvert en 1956, le pétrole représente aujourd’hui 95% des recettes d’exportation et 80% du revenu du Nigeria. Le pays est ainsi devenu le 6e exportateur mondial (et le 5e fournisseur des Etats-Unis), avec un revenu de plus de 34 milliards d’euro en 2006. Pourtant, l’or noir n’a pas fait le bonheur de tous, loin de là. La population nigériane, dont près de 70% vit sous le seuil de pauvreté, l’emploi local est faible et les ressources autrefois importantes, comme le pêche ou la chasse, sont désormais impossibles avec l’augmentation des constructions pour la production de pétrole et la hausse du trafic de camions et de bateaux de transport. En outre, l’industrie pétrolière a engendré de nombreuses pollutions qui font du delta du Niger l’un des lieux les plus pollués de la planète.

Être sans avoir

Comment peut-on vivre heureux aujourd’hui ? Comment peut-on vivre pauvre et heureux aujourd’hui ? A 57 ans, Jean-Paul n’a qu’un seul regret, c’est d’avoir travaillé 2 ans dans sa vie, « 2 ans de trop, depuis je n’y suis jamais retourné » !

Ce qui sonne comme une provocation n’est pas une ode à la paresse mais plutôt la profession de foi d’un homme qui pratique « sa décroissance » depuis 35 ans.

Le mode de vie autarcique choisi par Jean-Paul a néanmoins un coût que la plupart d’entre nous ne pourrait supporter: celui de cultiver 600 mètres carrés de potager, celui d’être un cueilleur, un glaneur, un menuisier, un boulanger, un mécanicien, un maçon, quand six mois d’hiver vous déposent parfois deux mètres de neige devant la porte.