Nouveau : Web TV Fdesouche

Pervitine : La pilule de Göring

La méthamphétamine a été souvent donnée aux troupes combattantes et aux pilotes en temps de guerre par leur gouvernement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle était d’usage chez la plupart des belligérants, notamment en Allemagne et chez ses alliés sous le nom de Pervitine.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande a distribué de la pervitine dans ses divisions à tous les niveaux. Elle est utilisée sous le nom de « Panzerschokolade », « tablettes Stuka » ou encore « pilules Hermann Göring  ». Le but recherché est de diminuer l’anxiété et d’augmenter puissance et concentration chez les soldats et les pilotes.

Entre avril et juin 1940, la Wehrmacht et la Luftwaffe auraient utilisé plus de 35 millions de comprimés de pervitine. Cette drogue de guerre aurait participé grandement à l’efficacité de la blitzkrieg.

Cependant dès mi-1941 le médicament n’était plus en vente libre, mais disponible uniquement sur ordonnance. Cela en a réduit l’utilisation de manière significative.

(Merci à Titi)

États-Unis : Combinaison anti-Ébola, le déguisement tendance pour Halloween

Une idée de mauvais goût, mais qui fait vendre. Cette année pour Halloween, un commerçant américain de Dallas a trouvé son costume vedette: la combinaison de protection des soignants d’Ébola, plus connue sous le nom de Hazmat (pour Hazardous materials).

Ebola: un deuxième soignant atteint au Texas, l’OMS craint 10.000 cas par semaine

L’épidémie “est loin devant nous, elle va plus vite que nous et elle est en train de gagner la course”,

a lancé Anthony Banbury, chef de la mission des Nations unies chargée de coordonner la réponse d’urgence à Ebola (UNMEER), lors d’une réunion spéciale mardi du Conseil de sécurité.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit craindre une explosion dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest où se concentre l’épidémie et où le taux de mortalité peut atteindre 70%.

Lire la suite

Facebook et Apple vont payer pour congeler des ovules de leurs employées

Les deux compagnies, qui cherchent à attirer les femmes dans les rangs d’un secteur encore très masculin, couvriraient jusqu’à 20.000 dollars (15.800 euros) les frais d’une telle méthode, selon NBC News.

Deux géants de la Silicon Valley, Facebook et Apple, souvent novateurs en matière de management, vont faciliter pour leurs employées la congélation d’ovules, en leur payant ce traitement qui permet aux femmes d’avoir des enfants plus tard, selon NBC News (lien en anglais), mardi 14 octobre.

Les deux compagnies, qui emploient deux hommes pour une femme et cherchent à attirer les femmes dans les rangs d’un secteur encore très masculin, couvriraient jusqu’à 20.000 dollars (15.800 euros) les frais d’une telle méthode, selon la même source.
Lire la suite

Centres commerciaux : Des projets pharaoniques qui ne font pas l’unanimité

A 15 km au nord de Paris, entre les aéroports de Roissy, du Bourget et de l’autoroute la plus fréquentée d’Europe, la filiale immobilière du groupe Auchan veut bâtir le plus grand complexe commercial européen. Commerces, restaurants, salles de spectacles, ferme urbaine, piste de ski sur 80 hectares, le promoteur voit grand.

On viendra dans un lieu comme celui-ci pour se faire plaisir, et pas pour consommer“, assure le directeur général du Projet Europacity, refusant la comparaison avec les grands centres commerciaux des Etats-Unis ou de Dubaï.

Le projet ne plaît pas à tout le monde, notamment aux habitants de la région qui dénoncent la multiplication des centres commerciaux sur les terres agricoles, ou s’interrogent de leurs retombées et de leur rentabilité. Depuis dix ans, la fréquentation des centres commerciaux baisse chaque année de 1,4% en moyenne, et le chiffre d’affaires au mètre carré de 2%. Pour l’économiste et urbaniste Pascal Madry, les centres commerciaux ne sont autres qu’”un modèle qui décline, fragilisé”.

L’augmentation continuelle des loyers payés par les commerçants explique que les promoteurs continuent de construire ces complexes commerciaux. Les boutiques ne sont en revanche pas toujours occupées, les commerçants n’y trouvant pas nécessairement leur compte.

Iran : La réforme du service militaire pourrait augmenter la natalité.

Le 30 septembre dernier, le général de brigade Moussa Kamali, responsable iranien pour la conscription, a annoncé que le service militaire obligatoire serait allongé de 21 à 24 mois.

Le service militaire a constitué un point de discorde entre les jeunes et l’État depuis plus de 30 ans, et ce même de puis la révolution de 1979. Tous les jeunes iraniens doivent se présenter pour le service militaires dès l’âge de 18 ans. Les étudiants bénéficient toutefois d’une exemption temporaire, tandis que les autres ne peuvent compter que sur une exemption pour raison médicale ou s’ils ont en charge leurs parents âgés.

Selon les statistiques, il y a chaque année environ 2 million de diplômés universitaires en Iran. A moins qu’ils bénéficient d’une exemption temporaire ou permanente, il doivent se présenter dans un centre du service militaire l’année suivant l’obtention de leur diplôme. Ne pas le faire revient à rallonger son service de 3 à 6 mois.

Lire la suite

Frédéric Lenoir : « Guérir le monde »

Pour le philosophe Frédéric Lenoir, les crises sociales, politiques, environnementales et les crises de valeurs des dernières décennies sont toutes reliées entre elles. La vision cartésienne du monde et l’ultralibéralisme adopté par l’élite mondiale a mené à une vision dénaturalisée de l’être humain.

Nos sociétés semblent avoir oublié que nous pouvons ressentir au fond de nous même le sentiment de bonheur autrement que par la consommation, apportant un plaisir immédiat, mais qui nous envahit guère longtemps.

Pour acquérir ce sentiment de bonheur, l’être humain doit être solidaire envers autrui, mais il est bien difficile d’agir ainsi dans un monde aussi individualiste que le nôtre. Les problèmes qui nous paraissaient autrefois bien éloignés sont maintenant près de notre réalité due à l’accélération du temps et au rétrécissement de l’espace.

Les médias nous bombardent d’évènements négatifs se déroulant partout sur le globe et nous y assistons de manière passive, apportant un grand sentiment d’insatisfaction. Il devient donc plus difficile de cultiver notre bonheur personnel.
Lire la suite

Alain Gras : Le socio-système énergétique

Le socio-système énergétique / Alain Gras, in “Socio-énergie. 1ères Journées internationales de sociologie de l’énergie” organisées par le Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP, Université Toulouse-Le Mirail) en partenariat avec l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) et l’Association française de sociologie (AFS), Université Toulouse II-Le Mirail, 25-26 octobre 2012.

Pour Alain Gras, “L’histoire du concept d’énergie accompagne l’histoire d’une civilisation qui est pénétrée de la notion de puissance. Une puissance qu’elle exerce sur notre environnement et le terme lui-même d’ailleurs le sous-entend. Communément, par exemple, l’énergie d’une bombe atomique parle tout de suite à notre imaginaire“. De la locomotive à vapeur et du télégraphe, au nucléaire et au projet Desertec, c’est le panorama d’une société industrielle, de son développement technologique et de sa dépendance à l’énergie fossile, qui est brossé dans cette communication.

En s’appuyant sur les recherches en économie (Nicholas Georgescu-Roegen, les prospectives du Club de Rome), en démographie (celles de Paul Chifurka notamment),   sur la philosophie (Heidegger, Descartes, Tocqueville…), sur les notions de “pic pétrolier”, de paradoxe de Jevons, d’effet rebond…, Alain Gras dresse les jalons d’une histoire sociologique de l’énergie (et de la thermodynamique), qui, pour lui, n’est pas seulement un phénomène politique et militaire, mais qui est un phénomène social total, au sens de Marcel Mauss. Si Alain Gras parle de décroissance énergétique, il espère avant tout un changement de relation de l’homme avec la nature, un changement d’imaginaire où se réinsérerait le pouvoir du peuple dans les choix de société, dans les choix technologiques du futur.

Capitalisme (1/6) : Adam Smith, à l’origine du libre marché ?

Considéré aujourd’hui comme une évidence, le capitalisme n’a, de fait, pas toujours existé… Cette série documentaire, tournée dans vingt-deux pays, offre des clefs de compréhension du système capitaliste. Ce premier volet remonte à Adam Smith, philosophe écossais du XVIIIe siècle, considéré comme le “père du capitalisme”.

Son livre, La richesse des nations, best-seller mal lu depuis plus de deux siècles, aurait posé les bases du libre marché, à la veille de la révolution industrielle. Or, si Adam Smith, philosophe écossais du XVIIIe siècle, considéré comme le “père du capitalisme”, croyait aux lois naturelles de l’économie et à l’inclination des hommes au commerce, le capitalisme ne résulte pas d’un concept, mais bien d’un processus historique, amorcé avec la découverte de l’Amérique, la colonisation et le commerce triangulaire.

Un Nouveau Monde où les Aztèques n’accordaient d’ailleurs aucune valeur matérielle à l’or. Considéré aujourd’hui comme une évidence, le capitalisme n’a, de fait, pas toujours existé.

Réalisé par Ilan Ziv (France – 2014)

Les eurodéputés sont-ils, majoritairement, des profiteurs ?

Les eurodéputés sont-ils, pour la plupart, des profiteurs qui cumulent des revenus professionnels avec une indemnité de parlementaire ? C’est ce que certains pourraient penser après la publication, ce lundi, par Transparency International d’une enquête ayant passé au peigne fin les déclarations d’intérêts financiers des 751 députés européens élus le 25 mai dernier. Mais dans les faits, ce n’est pas aussi simple.

Sur les 751 membres du Parlement européen, 398 (53%) disposent de revenus en plus de leur traitement en tant que député. Les détails mis en ligne par Transparency International montrent que, pour douze d’entre eux, cet extra dépasse même les 10.000 euros brut par mois.

Lire la suite

Ébola et notre inconscience

Par Jean-Paul Baquiast

Sans avoir encore explosé aussi exponentiellement que ne le prévoyaient certains modèles (que nous avions précédemment cités dans nos articles) l’épidémie d’Ébola se développe rapidement, et pourrait très bien atteindre, non seulement l’ensemble des pays dits pauvres, mais aussi à un moindre degré (quoique ce ne soit pas certain) les pays dits riches, l’Europe, les États-Unis…

Il en est de même des taux de mortalité. Loin de s’atténuer, comme lors des précédentes épidémies d’Ébola, ils paraissent s’accroitre. Les statistiques venant des pays actuellement touchés minorent sans doute d’ailleurs la réalité, tant en ce qui concerne les cas, que les décès, compte tenu de la difficulté d’identifier ce qui se passe en brousse, comme dans les bidonvilles des mégapoles africaines, où le virus se répand actuellement.

La communauté internationale, selon l’expression classique, n’a manifestement pas pris conscience de l’ampleur et des taux de progression de l’épidémie. Cela tient à diverses raisons : la croyance (fausse) que le virus resterait confiné dans les pays pauvres, des croyances également fausses concernant la contagiosité, laquelle paraît plus grande qu’il n’est dit généralement, enfin d’autres illusions sur les capacités des institutions sanitaires à réagir rapidement.

Il apparaît ainsi de plus en plus évident que les autorités politiques et de santé ne sont pas suffisamment informées et averties pour prévoir les grands changements systémiques que l’humanité devra dorénavant affronter. Ces changements découleront de phénomènes désormais irréversibles comme le réchauffement climatique et la destruction des écosystèmes.
Lire la suite

Ukraine: Kerry confirme le retrait de troupes russes, les combats continuent

Le secrétaire d’État américain John Kerry a confirmé mardi à Paris un début de retrait des troupes russes d’Ukraine et de la zone frontalière, mais les combats entre séparatistes pro-russes et forces ukrainiennes se poursuivaient et ont tué sept civils à Marioupol (sud-est).

Image d’illustration

Les troupes se retirent, l’équipement lourd doit encore être retiré et la frontière doit être contrôlée et sécurisée“, a déclaré M. Kerry à l’issue d’un entretien à Paris de plus de trois heures avec son homologue russe Sergueï Lavrov, soulignant qu’un “certain nombre” de conditions préalables à la levée des sanctions étaient en voie de réalisation.

Des sources du département d’État ont ensuite indiqué que M. Kerry faisait référence à un retrait de troupes de l’intérieur de l’Ukraine (où Moscou, qui dément son implication au côté des rebelles ukrainiens, n’a jamais reconnu avoir envoyé de soldats) mais aussi de la zone située côté russe de la frontière, ce qui confirme en partie les affirmations la veille du président Vladimir Poutine.

Ce dernier a en effet annoncé lundi avoir ordonné le retrait des troupes déployées depuis cet été pour des exercices à la frontière avec l’Ukraine, laissant espérer une accalmie entre les Occidentaux et les Russes, engagés dans leur plus grave confrontation depuis la fin de la Guerre froide.
Lire la suite

Cergy-Pontoise (95) : Un mois sans voiture, une expérience écologique et économique

Des milliers d’automobilistes prennent le volant chaque jour dans l’agglomération de Cergy-Pontoise. Une cinquantaine d’entre eux ont décidé de mettre de côté leur voiture pendant un mois.

Parmi eux, Angélique Tourte, contrôleur des douanes. Elle a choisi de circuler en vélo électrique. Eric Galivel a quant à lui décidé d’opter pour le bus. Un petit peu d’attente et 50 euros l’abonnement mensuel, c’est le prix à payer pour faire baisser la pollution. “Une heure pour venir alors que d’habitude en voiture je mets un peu moins d’une demi-heure. C’est vrai que ça bouleverse le quotidien. Mais bon, on fait tous un effort pour que la planète aille mieux” a-t-il expliqué.

50% d’économie par mois

Une application a même été créée pour permettre de centraliser toutes les données des participants à l’expérience.

Les éditions précédentes, avec moins de candidats, ont donné des résultats spectaculaires. “L’année dernière, on avait constaté une diminution de 50% du budget affecté aux transports, soit une économie d’environ 115 euros par mois” confiait Angélique Bosquet, coordinatrice de “mon agglo sans auto”.

Vendredi 17 Octobre : Soirée Livr’Arbitres

A l’occasion de la sortie de son nouveau numéro comportant un portrait consacré à Kléber Haedens, ainsi qu’un dossier intitulé “Chroniques du monde moderne, des écrivains au milieu des ruines” ; la revue littéraire non-conforme « Livr’arbitres » organise sa désormais traditionnelle soirée “apéritif et dédicaces” le vendredi 17 octobre, à partir de 20 heures, au restaurant “Ratatouille”, 168 rue Montmartre, Paris 2ème.

Dans une atmosphère conviviale, les lecteurs et les curieux sont invités à rencontrer à cette occasion les écrivains qui collaborent à la revue ou dont les ouvrages ont été évoqués dans ses colonnes. Ils pourront également acheter des livres neufs ou d’occasions, les faire dédicacer et échanger autour d’un verre de vin… Seront notamment présents Francis Bergeron, Anne Le Pape, Aramis, Thierry Marignac, Pascal Arnoux, Olivier Griette…

A l’issue de la dédicace, l’écrivain Alain Paucard passera à la guitare pour quelques chansons qui lui tiennent à cœur et qu’il aime à partager. Un bon moment en perspective !

Livr’Arbitres

Paris : L’agence du « don en nature » lutte contre l’exclusion

Produits de beauté, vêtements, jouets, ustensiles de cuisine, tout produit non alimentaire est le bienvenue.

“Il ne suffit pas d’avoir des pâtes pour se faire à manger, il faut aussi une poêle. On reçoit des articles de qualité. Les gens qui vivent sous le seuil de pauvreté ont aussi besoin de qualité, au même titre que vous et moi” a confié un bénévole de l’agence. Souvent, ce sont des articles invendus que les entreprises reversent gratuitement à l’agence.

Tous ces objets sont ensuite redistribués à des associations de lutte contre la pauvreté. Un bon moyen de lutter contre le gaspillage. En France, chaque année, 600.000 euros de produits neufs sont détruits alors que 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté.

Zone euro : La reprise est différée, les déficits filent, le budget 2015 est irréaliste

Le sérieux sans l’austérité budgétaire. L’Elysée pensait avoir trouvé la formule magique. C’est tout le contraire. Les historiens choisiront sans doute ce 1er octobre, date de présentation de la loi de finances pour 2015, comme la Journée des Dupes du quinquennat. Au moment où tout semblait en ordre pour le nouvel élan, tout s’effondre. Ce pronostic, comme tout pronostic, a sa part d’aléa. Mais en disant que “la reprise est différée”, l’Insee a pris acte du refus de ce pays de se projeter dans l’avenir. Tous les freins restent serrés. Le budget 2015 n’y changera rien. C’était celui de la dernière chance.

Par Jean-Michel Lamy

Le pouvoir politique n’a pourtant pas ménagé sa peine pour déblayer le terrain.

Le gouvernement défend une relance pro-entreprise incarnée par le Pacte de responsabilité et ses 41 milliards d’euros d’allégement de charges à l’horizon 2017. Les ministres trublions ont été virés. Les impôts baissent pour les smicards. A l’Assemblée nationale le Premier ministre Manuel Valls a obtenu la majorité, même si elle est relative, sur sa déclaration de politique générale. A Bercy, les deux ministres en charge du Budget ont expliqué que “l’effort de maîtrise de la dépense publique est sans précédent et sera intégralement respecté avec un plan de 50 milliards d’économies sur trois ans”.

Pourquoi alors un tel désenchantement et à quoi faut-il s’attendre sur le front d’un endettement peut-être bientôt hors de contrôle ?

Un ‘‘1%’’ de croissance illusoire

François Hollande est le premier responsable de ce grand décalage entre les intentions gouvernementales et les actes des agents économiques.

Lire la suite

Le kebab sera-t-il le burger de demain?

Salade, tomates, pognon. Le 17 octobre, le premier restaurant et drive Kebab Party, dont la conception a nécessité l’investissement colossal de 2,5 millions d’euros, va ouvrir ses portes au Mans (Sarthe). Inspiré de chaînes de fast-food comme McDonald’s ou Quick, il se présente comme une «révolution» sur un marché pris en sandwich entre, d’un côté, le jambon-beurre et le hamburger et, de l’autre côté, la pizza et les plats asiatiques. Mais le kebab a-t-il les moyens de copier la recette des rois du burger? Rien n’est moins sûr.

Le futur Kebab Party du Mans (Sarthe), qui dit ouvrir le 17 octobre. – FRANCE KEBAB / DRAGON

En France, le marché du kebab est archi-dominé par les 11.000 petits restaurants indépendants, explique Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira conseils.

Seules deux chaînes ont joué la carte de la franchise à l’échelle nationale: O’Kebap et ses cinq établissements (bientôt six) et Nabab Kebab, 44 restos au compteur (et une vingtaine d’autres en cours de création). Très loin des 1.300 McDonald’s et 500 Subway.

La difficulté pour une chaîne, dans ce marché éclaté mais hyperconcurrentiel, est donc de «parvenir à vendre des menus à dix euros quand le voisin indépendant en propose à cinq», résume Djamel Bensalah, directeur des animations chez Nabab.

Lire la suite

Les incroyables machines volantes du professeur Oehmichen

Ingénieur et bricoleur de génie, Étienne Oehmichen fut le premier à réussir un vol en hélicoptère en 1924. Une exploration passionnante des travaux du professeur, qui passa sa vie à observer les oiseaux et les insectes pour percer leurs secrets.

Tout commence avec une bobine de film retrouvée par hasard dans la région de Montbéliard. Ces images datent du début du XXe siècle. Elles montrent les premiers balbutiements d’un étrange appareil, un des ancêtres de l’hélicoptère. Cette machine a été inventée par Étienne Oehmichen, un savant et ingénieur français. Grâce à elle, il fut le premier à réussir un vol d’un kilomètre en circuit fermé.

Bricoleur de génie, pilote d’essai, mais aussi brillant naturaliste, Oehmichen a laissé derrière lui nombre d’inventions et de théories. Et pourtant, après sa mort, il a disparu complètement de l’histoire. Comment a-t-il pu sombrer dans l’oubli ?

Lire la suite