L’homme qui plantait des arbres – Récit de Jean Giono (1953)

Nous devrions tous lire et relire ces quelques pages pour nous prouver que des petits gestes, répétés jour après jour avec patience, peuvent changer un coin du monde, que nos gestes à tous, une fois cumulés, peuvent changer le monde. Nous n’avons rien à demander à per­sonne. Aucune autorisation ne nous est néces­saire. Nous n’avons nul besoin d’attendre les prochaines élections ou de faire tomber le gouvernement. Nous sommes armés de nos volontés. Il nous suffit d’en prendre conscience comme Elzéard Bouffier le héros de Giono. Vous pouvez faire le changement, soyez le changement, faite votre choix.

Transports du futur : Quand la réalité dépasse la fiction

Pour se déplacer sur terre, dans les airs ou dans l’espace, les projets les plus fous se multiplient, comme l’Hyperloop, le train supersonique d’Elon Musk, les ascenseurs spatiaux, ou les tramways géants chinois. Tech24 se penche sur les transports du futur. Attachez vos ceintures!

Maître de l’univers

Après une vie au service de banques d’investissement allemandes, Rainer Voss, la cinquantaine, a décidé de parler. Depuis des locaux désaffectés du quartier des affaires de Francfort, il décrit par le menu le monde qu’il a fini par quitter : son ascension dans les années 1980, la libéralisation à outrance, la dérégulation et les “innovations financières” qui ont pu offrir à ceux qui en maîtrisaient les arcanes la sensation d’être les maîtres de l’univers.

Les acteurs du secteur, brassant quotidiennement des millions d’euros, se sont peu à peu éloignés du monde réel, tandis que la finance se déconnectait des réalités économiques et sociales.

Une secte

Avec minutie, Rainer Voss détaille la complexification et l’interconnexion croissante des affaires traitées, mais aussi la manière dont l’entreprise dévore ses employés : travailler plusieurs nuits d’affilée, ne pas parler politique ni questionner le bien-fondé des décisions, faire preuve d’une loyauté indéfectible pour son entreprise – un monde aux allures de secte, aux répercussions colossales sur l’économie mondiale.

Pour le réalisateur, il a été difficile de trouver un banquier prêt à parler devant la caméra. Le résultat est un stupéfiant dialogue, à la fois démonstration à charge et confession intime.

Le banquier de l’État islamique était un directeur d’école britanique

Il est apparu aujourd’hui qu’un des principaux bailleur de fonds du groupe terroriste de l’État islamique était directeur d’une école musulmane de Birmingham.
Par Leon Watson (Traduction libre par FORTUNE).


Religieux musulman éminent, le Docteur Nabil al-Awadi, un Koweïtien naturalisé, résidait en partie au Royaume-Uni jusqu’à l’année dernière, vivant à Brixton, au sud de Londres.

Jusqu’en février 2013, le sunnite a en effet été le directeur de l’école privée Al-Birr, fondée  il y a sept ans à Nechells dans la banlieue de Birmingham.

Lire la suite

Poutine veut discuter des structures étatiques du Sud-Est ukrainien (Màj vidéo)

Le président russe appelle le gouvernement ukrainien à lancer immédiatement des discussions afin de trouver une solution politique à la crise dans l’est de l’Ukraine.

Les commentaires de Vladimir Poutine à la télévision nationale, repris dimanche par plusieurs agences de presse russes, appellent l’Ukraine à organiser

«des discussions substantielles et significatives, pas sur des questions techniques, mais sur la question de l’organisation politique de la société et de l’État dans le sud-est de l’Ukraine, dans l’objectif de préserver les intérêts légitimes des gens qui y vivent».

Même s’il a parlé d’«État», M. Poutine n’envisage pas la souveraineté pour les deux régions séparatistes de la «Nouvelle Russie» autoproclamée, a précisé par la suite son porte-parole, Dimitri Peskov, selon une agence de presse russe.

Lire la suite

Guibert Del Marmol : « L’économie régénératrice »

Dans cette conférence, donnée le 2 mai 2014 à Toulouse, Guibert Del Marmol nous parle de son parcours atypique en tant qu’ancien dirigeant d’entreprise. En effet, il a été amené à prendre une direction tout autre qui l’a conduit vers les domaines de l’économie circulaire, contributive ou ce qu’il appelle lui même .

« Dans ce monde en mutation profonde, fait d’incertitudes et de chaos, les entreprises ont un rôle déterminant à jouer. Elles sont au cœur de la société civile. Plus encore qu’une responsabilité morale qui veut que leur raison d’être aille au-delà du simple profit financier, ce contexte représente pour elles une opportunité sans précédent. Un monde nouveau est en train d’émerger où beaucoup reste à imaginer et à créer. Cela offre des perspectives et des débouchés incroyables pour celles et ceux qui cultivent le goût de l’innovation.

Apprendre à penser différemment, remettre au centre de leur projet la notion de sens et le souci d’une relation équilibrée avec toutes les parties prenantes feront des entreprises les acteurs du changement de ce nouveau millénaire tout en garantissant leur développement pérenne.»

Convaincu que des acteurs économiques « éclairés » ont un rôle à jouer déterminant dans la construction d’un monde plus harmonieux tout en garantissant leur développement pérenne, il conseille et accompagne aujourd’hui les dirigeants d’entreprise dans le développement d’une gestion « durable et responsable ».

Europe : Les infiltrations de la CIA dans la culture [Rediff.]

Dans les années de l’après-guerre, les services secrets américains lancent une vaste opération d’infiltration des milieux européens de la culture. Ils lui consacrent plusieurs millions de dollars et s’appuient sur un organisme, le “Congrès pour la liberté de la culture“, dont le siège se trouve à Paris.

La capitale française est un lieu stratégique pour publier des revues lues jusqu’en Afrique, en Amérique latine et dans les pays arabes. Le Congrès pour la liberté de la culture s’intéresse aux artistes et intellectuels de gauche, qu’il essaie de soustraire à l’influence marxiste et de gagner à la cause américaine. En France, la revue Preuves dirigée par Raymond Aron constitue le fer de lance de cette diffusion de la pensée anticommuniste.

En Allemagne, le “Kongress für kulturelle Freiheit” naît en juin 1950 à Berlin, en zone d’occupation américaine. La revue Der Monat reçoit les premiers subsides de la CIA vers 1958. Elle compte parmi ses collaborateurs d’éminents journalistes et les principaux représentants des maisons d’édition en Allemagne fédérale.

Le Congrès dispose ainsi de relais à Berlin, Munich et Francfort. Il s’établit aussi à Cologne où il développe des relations privilégiées avec les rédactions de la presse écrite et de la télévision. Heinrich Böll, futur Prix Nobel de littérature (en 1972), est approché et travaillera — plusieurs documents le confirment — pendant plus de dix ans pour le Congrès et ses différentes organisations. Sans savoir qu’il œuvre en fait pour la CIA?

C’est ce que pense Günter Grass, autre cible de l’agence américaine. Au-delà de ces deux personnalités, toute la fine fleur des arts et des lettres a été approchée par les services secrets américains et leur a apporté son soutien, le plus souvent sans le savoir. C’est ce que montre très bien ce documentaire, fruit de trois ans de minutieuses recherches.

Jean-Louis Étienne : « Protégeons l’Arctique »

Jean-Louis Étienne, médecin et explorateur spécialiste de l’Arctique et de l’Antarctique, nous parle des défis liés au réchauffement climatique auxquels l’Arctique fait face, notamment l’exploitation du pétrole dans l’océan Arctique. Il nous explique comment répondre à certains d’entre eux, en toute lucidité.

Je préfère avoir des amis que des hectares

Un film “témoignage” de Thomas Ermel où Jean-Michel Miqueu vous invite au coeur de son métier d’éleveur sur le territoire du Val d’azun dans les Hautes-Pyrénées. Ce reportage ‘une vingtaine de minutes illustre les enjeux de l’activité en éclairant l’une des multiples réalités des éleveurs pyrénéens.

Biotechnologies : Breveter le vivant pour faire du business ?

La vie est-elle un produit marchand ? C’est là tout l’enjeu du débat sur la brevetabilité du vivant. De quoi s’agit-il exactement ? Tout simplement d’autoriser, ou non, des entreprises à déposer un brevet sur une plante, un animal ou même un être humain. Bref, de permettre à l’entreprise de faire du commerce avec le vivant.

Solange Bied-Charreton : « Nous sommes jeunes et fiers »

Solange Bied-Charreton présente son ouvrage “Nous sommes jeunes et fiers” paru aux éditions Stock.

Avoir trente ans dans les années 2010, c’est subir le poids et la culpabilité du passé tout en étant effrayé par l’avenir. Reste donc à définir le présent.

Images de la Terre

Vidéo réalisée à partir de photographies prises par les astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale, véritable balcon de l’espace, et qui ont été compilées par le photographe Bruce Wayne pour créer cette incroyable séquence en time-lapse.

Classées par couleur, ralentis, stabilisées, respectées, ces images ont ensuite été convertis en HD à 24 images/seconde, nous offrant une vue imprenable sur cet « oasis fragile », comme l’ont habillement nommé ses observateurs en orbite.

Quand les marchés financiers deviennent «politiques»

Tensions géopolitiques. Chiffres macroéconomiques contradictoires. Interventionnisme des banques centrales. Tout cela contribue à des marchés «administrés». Myret Zaki fait le point.

Tensions géopolitiques. Chiffres macroéconomiques contradictoires. Interventionnisme des banques centrales. Tout cela contribue à des marchés « administrés ». Résultat : un marché des changes atone, sans volatilité ni tendance, comme on ne l’avait plus vu depuis 10 ans. Sur d’autres classes d’actifs, comme les actions et les obligations, l’information sur le risque a disparu des cours, et la volatilité est aussi très basse. Boursicoteurs, traders et investisseurs individuels sont désormais marginalisés. Dans cet environnement, seuls dominent le trading à haute fréquence, les gros fonds spéculatifs et les banques centrales.

Bilan

Russie : Les habitants commencent à ressentir les effets de l’embargo

L’embargo contre les produits alimentaires européens est déjà effectif en Russie. Et les produits alimentaires qui se raréfient déjà dans les rayons des supermarchés de Moscou. Quant aux pénuries, elles devraient arriver lorsque les magasins auront vendu tout leur stock (probablement cet hiver).

La Russie a décidé au début du mois août de mettre en place un embargo d’un an sur les produits alimentaires en représailles aux sanctions qui la visent pour son soutien aux séparatistes ukrainiens. Cet embargo concerne le bœuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, ainsi que les fruits et légumes en provenance de l’Union européenne, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et de la Norvège.

A Moscou, les habitants constatent une hausse des prix, avec une inflation de plus de 10% ces deux derniers moins. Peu à peu, les produits français disparaissent des rayons. Certaines familles font déjà des stocks de nourritures importées, par crainte d’une pénurie à venir.

Portraits d’éleveurs

Stéphanie Calloc’h est éléveuse à Pouldreuzic, dans le Finistère. Son père, installé depuis 1983, lui a transmis la passion du métier. Aujourd’hui, elle travaille à ses côtés, ainsi qu’avec sa mère et son compagnon.

« J’aimerais pouvoir transmettre ce métier à mes enfants tout comme mon père et ma mère l’ont fait pour moi et mon grand-père pour ses enfants. »

Éthique Animale – Élevage industriel

Éthique Animale est une mini-série sur les implications éthiques de notre traitement des animaux. Réalisé par Chuck Pepin et présenté par Carl Saucier-Bouffard, professeur en éthique environnementale et animale au Collège Dawson et chercheur associé au Centre sur l’éthique animale de l’Université Oxford.

Cette troisième capsule se concentre sur les conditions des animaux d’élevages au Québec et au Canada.