Les métaux et l’avenir de la technique : Vers l’âge des low-tech

Une présentation de Philippe Bihouix, ingénieur à Centrale-Paris et spécialiste des métaux, sur la situation actuelle des métaux, leur utilisation, et pourquoi nous allons que nous le voulions ou non nous diriger vers un âge des low-tech, vers la décroissance, subie ou volontaire.

Zone euro : Dette, la spirale infernale

L’explosion de la dette publique hante l’Europe depuis la crise financière de 2007. Le risque d’une faillite de la Grèce et d’une contagion à d’autres pays de la zone euro a été mal géré par les gouvernements, trop hésitants et rarement d’accord sur la politique à suivre.

Ce soutien tardif a déclenché la méfiance des marchés. Les politiques d’austérité ont stoppé l’hémorragie des déficits publics mais ont mis à genoux les économies du sud de l’Europe. La Grèce, le Portugal et l’Espagne se sont enfoncés plus profondément dans la crise. Mais comment en est-on arrivé là ? Et qu’est-ce que la dette publique ?

En compagnie des économistes français Thomas Piketty et Bernard Maris, assassiné le 7 janvier, de la députée socialiste française Karine Berger, de l’anthropologue et militant anarchiste américain David Graeber et du député européen belge écologiste Philippe Lamberts, la réalisatrice Laure Delesalle propose un passionnant voyage dans les rouages de l’économie.

Au contraire d’un plaidoyer “pour ou contre” la dette, son documentaire raconte son histoire de la fin du Moyen Âge à nos jours et éclaire les dessous de la crise actuelle. Il lance également des pistes pour la résoudre et prémunir la zone euro de soubresauts futurs, en rappelant que l’endettement est vieux comme le monde. Aujourd’hui, rappelle le film, nous vivons tous à crédit : maisons, voitures, écoles, dépenses publiques, tout est financé par des emprunts. Aussi le débat sur les voies qui s’offrent à l’Europe pour restructurer les dettes existantes est-il essentiel.

Le bilan mitigé des relocalisations

Deux usines sont revenues de Chine il y a deux ans : une usine de Vélosolex à Saint-Lô en Normandie et une fonderie à Dreux près de Paris. Ces deux relocalisations se sont faites à l’époque sous l’œil des caméras. Ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg évoquait “un retour exemplaire”.

Les relocalisations, c’était son combat. Mais à Dreux dans l’Eure, la belle histoire a viré au cauchemar. L’entreprise a été liquidée fin août et les 65 salariés ont été licenciés. Un échec cuisant sur lequel les pouvoirs publics ne veulent pas s’exprimer. Sylvain Loiselet, ancien patron, explique que produire en France était possible, mais que les banques et les pouvoirs publics ne lui ont pas donné assez de temps.

L’usine flambant neuve de Vélosolex est installée en Normandie. 38 salariés ont été embauchés. La région a prêté quatre millions d’euros; en échange, l’entreprise s’est engagée à embaucher localement. Mais la relocalisation reste marginale en France. Seuls 2.000 emplois ont été rapatriés en cinq ans.

“Satisfait ou remboursé”, la promesse est-elle respectée ?

Dans les supermarchés, les promesses de remboursement affluent sur les produits si l’on trouve moins cher ou si le client n’est pas satisfait. Pour être remboursé si l’on trouve moins cher ailleurs, ce n’est pas toujours simple. Les conditions sont nombreuses.

Souvent, les remboursements ne se font que sur une liste de produits. 2.000 dans le cas du supermarché où s’est rendue l’équipe de France 2. De quoi décourager les clients.

Les enseignes mettent en place ces garanties de type remboursement de la différence, tout en espérant évidemment qu’aucun consommateur n’en profitera (…). C’est un peu comme la bombe atomique. Tout le monde l’a, mais personne ne veut s’en servir“, témoigne Olivier Dauvers, expert marketing.

Certaines familles ont appris à s’en servir. L’Une d’entre elle traque dans les rayons les plus belles promesses. En caisse, il leur faut un ticket par produit, car chaque offre est indépendante. Ensuite, il faut faire un courrier pour déclarer ne pas être satisfait du produit. La famille économise plusieurs centaines d’euros par mois. Mais cela demande du temps.

Statactivisme : Des chiffres en lutte

Deux ouvrages font ressortir l’importance de la quantification dans les technologies de pouvoir contemporaines et les formes de résistance à celle-ci. Pourtant, l’activisme en faveur d’un usage émancipateur et non asservissant des chiffres est-il une réalité ou un horizon souhaitable?

L’utilisation de nombres pour définir les contours de l’action publique n’est pas chose nouvelle: l’étymologie même du mot « statistique » en est une illustration notoire [1]. De même, leur invocation dans le cadre de débats publics n’est pas chose récente, Theodore M. Porter fait ainsi remonter aux années 1830 « la déferlante de chiffres qui a englouti tant d’aspects de la vie sociale, gouvernementale et scientifique » (S, p. 249).

Depuis maintenant plusieurs années, les travaux de sociologie de la quantification se sont multipliés pour étudier les principes et les effets de cette mise en nombres du monde social qui accompagne bien souvent sa mise en ordre.

Parus à une année d’intervalle dans la même collection et initiés par les deux mêmes auteurs (I. Bruno et E. Didier) qui cosignent le premier et codirigent (avec J. Prévieux) le second, Benchmarking. L’État sous pression statistique (B) et Statactivisme. Comment lutter avec des nombres forment un diptyque (S) qui entend à la fois présenter une série d’études empiriques et fournir des outils à des mouvements militants [2], en les familiarisant avec certaines démarches de sciences sociales, en particulier celles initiées par A. Desrosières et L. Boltanski [3], qui tous deux contribuent au second des deux ouvrages.
Lire la suite

Les Français boudent de plus en plus leur banque

Les Français délaissent-ils leur agence bancaire ? Avec le développement des services sur internet, un quart des clients n’y mettent plus les pieds, révèle une étude. Par ailleurs, 32 % des clients seraient même prêts à ouvrir un compte uniquement via internet.

Conséquence? Cette petite révolution pourrait entraîner la fermeture d’un tiers des points d’accueil dans les cinq ans à venir. L’année dernière, plus d’une centaine d’agences ont déjà mis la clé sous la porte…Un phénomène qui n’est visiblement pas prêt de s’arrêter.

Maisons à prix cassés, y a-t-il des pièges ?

Devenir propriétaire de sa maison : un rêve de plus en plus accessible. Un peu partout en France, des pavillons à petit prix sortent de terre. Des maisons que l’on trouve à moins de 100 000 euros. Comment les constructeurs font-ils pour bâtir à bas coût ? La qualité peut-elle être garantie ?

Les leçons de Stanley Hoffmann pour la France d’aujourd’hui

Le célèbre historien Stanley Hoffmann avait étudié de fond en comble l’Hexagone, mais aussi les relations internationales. Quels enseignements pourrait-on tirer de ses ouvrages et réflexions pour l’avenir de notre pays et de notre continent?

Le professeur émérite de l’université de Harvard et grand intellectuel franco-américain, est mort dans la nuit du 12 au 13 septembre. Né en Autriche en 1928, il a immigré en France avec sa mère au milieu des années 1930 et y est resté pendant les années noires, qui auront profondément marqué sa pensée.

Au cours de sa vie, Stanley Hoffmann a publié une vingtaine de livres, dont certains concernaient la France, d’autres la construction européenne ou les relations internationales. Il semble donc pertinent, en ce moment de deuil et de célébration de sa vie, de se demander ce qu’il aurait pu penser de la situation de la France d’aujourd’hui.

L’un des plus célèbres concepts de Stanley Hoffmann fut celui de la stalemate society (la «société bloquée»)
Lire la suite

Sport, le revers de la médaille

Le sport, machine à générer des milliards, est devenu le divertissement roi, un marché en pleine croissance, épargné par la crise. Mais le prix à payer devient de plus en plus lourd pour les sportifs de haut niveau : toujours plus d’épreuves, de matchs, de compétitions, pour satisfaire le public, enrichir les actionnaires des clubs et des sponsors, augmenter les recettes des télévisions.

Avide d’exploits, de records, de palmarès, l’industrie du sport du 21ème siècle est devenue une machine à broyer.

A la fin de leur carrière, les champions d’aujourd’hui sont souvent brisés physiquement et psychologiquement par les cadences infernales des calendriers sportifs qui ne respectent plus les rythmes chrono-biologiques et les limites naturelles du corps humain. A l’heure où d’anciens hockeyeurs ou perchistes se suicident, où d’anciens footballeurs ou boxeurs souffrent de démence et d’anciens dopés perdent leurs membres ou leur vie… il est temps de poser la question : le sport va-t-il trop loin ?

Europe/États-Unis : Adidas relocalise ses usines… mais elles seront toutes automatisées

Le “Made in China” (ou “Made in PRC“, c’est selon), est en train de passer de mode chez Adidas. L’équipementier sportif prépare le rapatriement d’une partie de ses unités de production en Europe et aux États-Unis. Il se pourrait même que, bientôt, votre adolescent porte des baskets “made in France“. Mais que cache cette nouvelle stratégie de la marque aux trois bandes?

Le problème avec la Chine, c’est que le coût de la main d’oeuvre n’est plus ce qu’il était. En mai 2014, les employés d’une usine fabricant des chaussures Nike et Adidas s’étaient mis en grève pour protester contre la faiblesse de leur salaire. Ils touchaient 1,67 dollar de l’heure (1,49 euro au cours actuel).

Chez les têtes pensantes d’Adidas (et de Reebok qui appartient au même groupe), on s’est alors posé la question suivante : doit-on se délocaliser ailleurs dans quelque pays du tiers-monde où le travail ne coûte quasi rien, ou bien inventer un nouveau modèle économique? C’est la deuxième option qui a été retenue. Ainsi, la marque aux trois bandes va délaisser une partie de ses usines chinoises pour mettre en place des usines entièrement automatisées en Europe et aux États-Unis

Lire la suite

Jacques Attali : « La révolution arrivera si le chaos actuel continue »

Doit-on changer de modèle économique? Cette question sera au cœur du “Forum de l’économie positive” qui réunit entrepreneurs, scientifiques, politiques et artistes au Havre du 16 au 19 décembre.

À l’origine de cet évènement, Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand et président de PlaNet Finance. Son dernier livre pose une autre question : “Peut-on prévoir l’avenir ?” aux éditions Fayard.

Les économistes conseillent d’accueillir les migrants, par humanisme et par… intérêt

Par humanisme, et par intérêt: les économistes de tous bords conseillent à l’Europe d’accueillir les migrants, faisant valoir que dans le meilleur des cas cela soutiendra sa croissance, sans qu’il ne lui en coûte beaucoup.

Patrick Artus, économiste considéré comme libéral de la banque Natixis, juge dans une note récente que l’accueil de réfugiés offre à l’Europe l’occasion “non seulement d’honorer son rang d’Union démocratique, riche et respectueuse de sa tradition, mais aussi d’accroître ses perspectives de croissance“.

Loin des houleux débats politiques et culturels, Holger Schmieding, de Berenberg Bank, a calculé que l’accueil de réfugiés pourrait accroître le Produit intérieur brut de la zone euro de 0,2% dès le deuxième semestre 2015.

L’agence de notation Standard and Poor’s a elle estimé mardi que l’arrivée des réfugiés pourrait avoir un impact “légèrement positif” sur la croissance des pays d’accueil, pour un coût “modeste”, sans être pour autant “la solution aux futurs problèmes de retraite et de santé” de populations européennes vieillissantes.
Lire la suite

Lons-le-Saunier (39) : Quand le bio s’impose dans les restaurations collectives

Des précurseurs. Dans cette école de Lons-le-Saunier (Jura), c’est chaque jour le même rituel avant de se mettre à table : la lecture du menu. Ce midi-là, c’est courgettes bio, camembert bio et compote bio. Que du bio au menu pour les écoliers !

Et ça fonctionne : dans cette cantine il y a trois fois moins de gaspillage qu’ailleurs. Les courgettes poussent à quelques kilomètres de l’école. Le maraîcher vend 20% de sa production à la ville et parfois même à un prix légèrement au-dessus du marché. Il livre lui-même sa production directement à la cantine. Les menus s’adaptent aux légumes de saison.

Dans cette cuisine centralisée, on prépare 5.000 repas par jour pour 60 écoles du département, trois maisons de retraite et un hôpital. Une mutualisation qui permet de réduire les coûts.

Le repas scolaire est facturé entre quatre et cinq euros aux familles, ce qui est dans la moyenne nationale. Cuisiner bio et local est une idée du maire, aujourd’hui son succès est un exemple. Du fournisseur aux consommateurs, tout le monde trouve son compte dans cette restauration de qualité.

La confiture dans tous ses états

Derrière les émotions que suscitent les souvenirs des confitures familiales se cache un commerce juteux. En effet, chaque foyer français achète en moyenne quatre kilos de confiture par an. Ce marché de 320 millions d’euros aiguise l’appétit des industriels. Quels sont les acteurs de la filière?

Coups de projecteur sur ceux qui en tirent des bénéfices les plus conséquents, parfois au mépris de la santé des consommateurs, mais aussi sur les producteurs de fruits qui peinent à vivre de leur travail, et sur ceux qui s’acharnent à tenter de préserver un savoir-faire ancestral et authentique.

Bernard Stiegler : les enfants face aux écrans

“Le massacre des innocents: pharmacologie des écrans, analyse de leurs pouvoirs à la fois toxiques et curatifs.”

L’exposition aux écrans, mi-poison mi-médicament, requiert des prescriptions thérapeutiques issues d’études approfondies et de larges débats publics. La démission des décideurs équivaut à abandonner les enfants et leurs parents aux seuls intérêts du marché. Cette complaisance pourrait-elle conduire au pire ?

L’ensemble des 11 vidéos de cette conférence est disponible ici

Le combat d’un homme contre Monsanto

Grâce à Paul François, céréalier charentais gravement intoxiqué en 2004 par le Lasso, herbicide commercialisé par Monsanto, la multinationale tentaculaire a enfin être condamnée en France. « C’est un combat qui me dépasse mais ça reste mon combat! Les coups, c’est moi qui les ai pris. Je suis avant tout agriculteur », martèle cet homme de 51 ans.

Monsanto a été reconnu « responsable » en première instance de l’intoxication de Paul François. Condamné en 2012 à « indemniser entièrement » l’agriculteur de Bernac (Charente), partiellement handicapé et souffrant d’importantes séquelles, la firme continue pourtant à répéter tranquillement, lors de l’audience d’appel en mai, que son produit « n’est pas dangereux » et que « les dommages invoqués n’existent pas ».
Lire la suite

Consommation : Les promesses des circuits courts

Grossistes, traders, coopératives, acheteurs, transformateurs, vendeurs…Face à l’opacité qui semble régner dans le milieu de  l’agroalimentaire, le consommateur est bien souvent perdu face à son assiette. Comment être sûr de ne pas être trompé sur la marchandise? Face à cette interrogation, ils sont de plus en plus nombreux à faire confiance à un autre mode de consommation, celui des circuits courts.

Leur principe est simple: un intermédiaire, pas plus, entre le producteur et le consommateur ! En réduisant les trajets et les frais, nous aurions tous à y gagner: des produits moins chers et une rémunération plus juste pour les agriculteurs. La promesse est-elle toujours respectée ?

En Saône-et-Loire, un éleveur de charolais parcourt 1000 km chaque week-end pour livrer au domicile de ses clients la viande des bœufs qu’il élève. Dans le Lot-et-Garonne, d’autres on choisit de s’associer pour créer un magasin d’agriculteurs, pour ne plus subir les cours du marché des fruits et légumes.

Peut-on s’affranchir facilement du réseau de la grande distribution?

Quelles sont les conséquences d’un tel choix? Comment réagit la grande distribution face à cette nouvelle tendance? Loin d’être réservé à des utopistes, cette méthode de distribution est en train de devenir un marché porteur économiquement. E-commerce, supermarchés et même produits surgelés en circuit court, les initiatives se multiplient. Pas toujours pour le meilleur…

La Robotique

Les robots ont transformé notre vie. Isis 2 par exemple est un système qui peut travailler à l’intérieur des centrales nucléaires. COBRA permet aux êtres humains d’éviter les rayons X.

Dans les usines automobiles des robots assemblent les différentes pièces pratiquement sans intervention humaine. En médecine généralement des robots analysent le sang et de nombreux médicaments sont conditionnés mécaniquement. Dans l’espace des robots à l’intelligence artificielle seront capable de déterminer leurs propres actions.

Migrants, réfugiés : Une chance pour l’économie européenne ?

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne veut mettre en place des quotas de répartition des réfugiés. L’Allemagne et la France sont pour, la République Tchèque et la Slovaquie refusent. La France devrait accueillir 24.000 réfugiés d’ici deux ans, alors que l’Allemagne en attend 800.000! Pourquoi un tel différentiel de politique migratoire? Les migrants sont-ils une chance pour l’économie européenne?

Noorassur : Une assurance hallal, mais pas sans risque

La ferveur musulmane progresse et, avec elle, les affaires, notamment en matière financière. Sonia Mariji, 43 ans, l’a bien compris et vient d’ouvrir à Chelles (77) sa première agence d’assurance islamique sous la marque Noorassur. La première pierre d’une franchise d’assurance « hallal » qui devrait compter plus d’une vingtaine d’agences d’ici à la fin de l’année.


À l’origine de ce projet, assure-t-elle, une prise de conscience personnelle : « Le krach de 2008 était une crise de cupidité. J’ai alors pris conscience que les choses ne pouvaient plus continuer ainsi. Je suis musulmane: j’ai cherché une manière plus éthique de faire de la finance. »

Le marché est mûr, pense Sonia Mariji. D’abord parce que les musulmans en Europe, et notamment en France, sont de plus en plus nombreux à vouloir revenir à une pratique plus stricte de la loi musulmane. Or celle-ci interdit le prêt à intérêt et l’usure, ce qui exclut en théorie tout investissement dans des produits à intérêt garanti comme les produits obligataires.

Est aussi proscrit le fait de gagner de l’argent sur le malheur des gens, donc si assurance il y a, elle est fondée sur la solidarité et de type mutualiste et interdit de facto le principe de l’assurance décès ; l’investissement dans des secteurs « haram », impurs, comme l’industrie porcine, bien sûr, mais aussi la drogue, l’armement, etc. est prohibé.
Lire la suite

Les radars «double sens» flasheront dès lundi

Le gouvernement veut faire repartir la mortalité routière à la baisse. En août, 355 personnes ont été tuées sur les routes.

Les radars fixes équipés de la fonctionnalité «double sens» commenceront à flasher les automobilistes à partir de lundi. Dans le cadre du plan de lutte contre la mortalité routière en hausse, annoncé le 26 janvier par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, 111 radars, dans 18 départements, ont été équipés de la fonctionnalité «double sens» permettent de contrôler la vitesse des véhicules sur deux voies de circulation en sens opposé.
Lire la suite

Le remplaçant du FAMAS ne sera pas Français (Màj)

13/09/2015

Ils sont cinq fabricants à se disputer le marché français de remplacement des FAMAS dans le cadre de l’appel d’offres européen AIF (armement individuel du futur) évalué entre 200 et 250 millions d’euros. Et ils sont cinq industriels, tous de nationalité étrangère, à lorgner un marché d’environ 90.000 fusils d’assaut.

Le belge FN Herstal, l’italien Beretta, l’allemand Heckler & Koch (HK), le suisse Swiss Arms (ex-SIG Arms) et enfin, semble-t-il, le croate, HS Produkt, ont été invité par la direction générale de l’armement (DGA) à participer très prochainement à des essais comparatifs. En revanche, Thales, qui a développé le fusil d’assaut F90 sélectionné en août par l’armée australienne, n’a pas souhaité participer à cet appel d’offres en raison de contraintes techniques exigées par la DGA.
Lire la suite

Pollution et puberté précoce

La féminisation précoce des petites filles impose un lourd suivi médical. À Montpellier, Emma consulte le professeur Sultan, pionné dans le suivi des maladies environnementales dues aux perturbateurs endocriniens.

Chaque année, près de 1.200 petites filles en France reçoivent un traitement anti-hormonal pour freiner une puberté précoce aux conséquences parfois lourdes, comme l’arrêt de la croissance, des risques accrus de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Pour les deux tiers de ces petites patientes, le professeur Sultan a identifié une cause environnementale: pesticides, plastiques, hydrocarbures, détergents ou cosmétiques. Emma a, elle, la chance d’être bien prise en charge par l’hôpital et choyée par ses parents. Elle continue de jouer avec insouciance comme une petite fille de son âge.

3D-Varius : Le violon né d’une imprimante 3D

Tout droit sorti de l’imagination d’un ingénieur français qui voulait allier sa passion et son métier, ce drôle de violon s’appelle un 3D-Varius. Il est né d’une imprimante 3D. Grâce à cela, l’instrument magique est à la fois puissant et ultraléger. Pour en arriver à ce bijou, il a fallu tester plusieurs matières.

Le fait qu’il soit plus léger, ça permet déjà d’enlever les tensions, et d’avoir des mouvements beaucoup plus fluides“, note Laurent Bernadac, inventeur du 3D-Varius. Mais “le trajet des ondes sonores [n'est également pas] parasité par toutes sortes de collages ni de lissages“, ajoute-t-il.
Lire la suite

Cherchez l’erreur

Gros plan sur les dysfonctionnements observables dans les services de santé en France. On estime que 10 000 décès sont évitables chaque année.

Quels sont les droits des patients ? Du médecin généraliste – dont le diagnostic est parfois erroné – jusqu’aux négligences en bloc opératoire, les erreurs concernent l’ensemble du corps médical.

« Le problème des migrations est devant nous »

Par Eric Le Boucher

Pour que la pauvreté du Sud ne vienne pas submerger l’Europe, il n’y a qu’une solution: tout faire pour stabiliser et développer les pays-bombes démographiques. Le repli sur soi ne résoudra pas pas le problème.

Le Niger avait 3 millions d’habitants lors de son indépendance en 1960. Il en a 20 millions aujourd’hui. Le pays est classé parmi les moins développés au monde. Les femmes y ont en moyenne 7,6 enfants, un des taux de fécondité record.

Selon les projections de l’ONU, le Niger aura 36 millions d’habitants en 2030, 72 millions en 2050 et 209 millions en 2100. C’est impossible. Le Niger ne peut pas faire vivre sans doute plus de 50 millions de personnes. Des Nigériens, par dizaines de millions, émigreront.

L’Afrique verra doubler ses habitants d’ici à 2050, de 1,2 milliard d’habitants à 2,5 milliards, puis doubler encore d’ici à 2100. Pendant ce même temps, l’Europe (au sens large, géographique) passera de 738 millions aujourd’hui à 707 millions en 2050 et 646 millions en 2100.
Lire la suite

Bruno Sulak : Braqueur, cambrioleur, gentleman

Bruno Sulak est un voyou au grand cœur. D’abord légionnaire, puis voleur multirécidiviste, il a toujours réussi à ne pas utiliser la violence comme fait d’arme, même durant ses évasions spectaculaires. Ce véritable gentleman cambrioleur est décédé dans des conditions obscures à Fleury-Mérogis le 29 mars 1985.

Suivant la tradition paternelle, Bruno Sulak s’engage dans la Légion étrangère. On est en 1975, il a 20 ans. Comme tous les légionnaires, il change d’identité et devient donc Bernard Suchon. Quelques mois après, le jeune homme part à Djibouti avec le 2e REP. 3 ans de légion, pas un seul jour de trou pour cet «excité» et un record du monde de chute libre.

C’est ce record qui va bouleverser la vie de Bruno Sulak. On ne veut pas lui accorder l’homologation… à moins qu’il ne s’engage dans la légion pour 5 années supplémentaires. Révolte, incompréhension, colère. Il part voir sa famille pour le week-end sans en avoir demandé la permission.

Malheureusement pour lui, le 2e REP part en Afrique, en mission secrète. Il est donc déclaré déserteur. 1979. Il se marie sous son vrai nom mais quelques jours après, les gendarmes viennent l’interpeller pour sa désertion. Surprise pour les forces de l’ordre, le coffre de la voiture de Bruno Sulak est plein de billets de banque, de chèques à l’ordre d’un supermarché et d’armes. Il est alors incarcéré.
Lire la suite

L’industrie agro-alimentaire responsable de la destruction de la planète

L’élevage intensif, hors pâturage, se développe chez les bovins. Cette méthode est devenue la norme à travers le monde comme avec les vaches laitières. Aux États-Unis, les fermes peuvent concentrer plus de 30.000 bêtes loin des prairies dans des espaces confinés. Le résultat: du lait bon marché produit en masse.

Mais les conséquences sont parfois désastreuses entre la maltraitance animale, la pollution de l’air ou des nappes phréatiques. Il n’y a pas si longtemps, la viande était un aliment rare et exceptionnel. Comme le sont encore aujourd’hui le caviar et la langouste, comme ne le sont déjà plus le saumon fumé ou les fraises en hiver !

Aujourd’hui, la viande s’est banalisée. Plus accessible, pré-conditionnée, surgelée, sur tous les étals, elle s’est transformée en quelques dizaines d’années en un produit omniprésent, un produit de grande consommation.

Pour être produite en quantités suffisantes la viande a nécessité une révolution profonde de l’élevage. De traditionnel, il est devenu intensif et industriel. Avec des contraintes de rendement telles que beaucoup d’élevages sont devenus de simples usines.
Lire la suite

La révolution des cellules souches

Avancée majeure de la génétique, la découverte des cellules souches a radicalement changé la compréhension du fonctionnement du corps humain. Ces cellules si particulières, à l’origine de nombreuses applications médicales, ont par exemple permis à des personnes dont les yeux avaient été brûlés par des produits chimiques de recouvrer la vue grâce à des transplantations.

Avec la découverte des cellules souches pluripotentes induites (iPS), capables de générer tous les types de cellules présents dans notre corps, il devient théoriquement possible de fabriquer un humain à partir d’un morceau de peau. Une découverte sans précédent qui pourrait permettre de soigner des pathologies aujourd’hui incurables, mais qui soulève de nouvelles interrogations éthiques.

Ce documentaire retrace, au moyen d’interviews des plus grands spécialistes mondiaux de la génétique et d’animations didactiques, l’histoire de la recherche sur les cellules souches, des premières expériences qui ont révélé leur existence à la fin de la Seconde Guerre mondiale aux réalisations scientifiques et thérapeutiques actuelles.

Monsanto : la cour d’appel de Lyon confirme la responsabilité de l’entreprise dans l’intoxication d’un agriculteur

Paul François, céréalier à Bernac, avait été intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide de Monsanto.

La cour d’appel de Lyon a confirmé ce jeudi 10 septembre le jugement qui avait reconnu la responsabilité du groupe américain Monsanto dans l’intoxication d’un agriculteur charentais. Une première en France. Paul François, céréalier à Bernac, avait été intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide qu’il utilisait dans sa culture de maïs et produit par le groupe américain. Ce dernier avait déjà été condamné en 2012 à indemniser l’agriculteur et avait fait appel du jugement.

Le 27 avril 2004, l’agriculteur vérifiait une cuve ayant contenu du Lasso. Après avoir inhalé les vapeurs toxiques, il est pris de malaise. Crachant du sang, il devra être conduit aux urgences et sera arrêté pendant cinq semaines. L’affaire ne s’arrête pas là, Paul François est ensuite pris de violents maux de tête, d’absences et de problèmes d’élocution. Huit mois plus tard, ces filles le retrouvent inconscient, gisant sur le sol de la maison.
Lire la suite

La revanche du bœuf français

Et si le bœuf français était l’un des meilleurs au monde? Et si la blonde d’Aquitaine, les limousine, normande, gasconne ou aubrac n’avaient plus à rougir face au célèbre black angus ou au boeuf de Kobé ? Bêtes de concours, bœuf cidré, hibernation, millésimes et appellations: l’univers du bœuf d’exception made in France n’a plus rien à envier à celui des vins et des fromages.

Depuis les montagnes du Nevada jusqu’aux palaces de Hong Kong, de la boucherie de quartier aux tables des plus grands chefs, des passionnés innovent et travaillent sans relâche pour atteindre l’excellence.

Assurances : Le prix de nos vies

L’indemnisation des familles des victimes d’un crash aérien est un sujet tabou dans le monde de l’assurance. De véritables disparités existent en fonction de la nationalité, des revenus, du statut social, et de l’âge des disparus.

Certaines familles peuvent toucher plus de 2 millions d’euros d’indemnités, quand d’autres ne recevront que 200.000 euros. La journaliste, Linda Bendali a enquêté dans l’univers froid et mathématique des compagnies d’assurance pour comprendre comment elles évaluent la vie des voyageurs.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

La course à la jeunesse

Dans des sociétés gouvernées par la jeunesse et la performance, la vieillesse est parfois perçue comme une maladie à éradiquer. Certains sont prêts à avaler tous les élixirs pour s’en affranchir. Après avoir envahi les États-Unis, la testostérone séduit la France. L’hormone ferait des miracles sur les hommes vieillissants, nostalgiques de leur puissance d’autrefois.

A Paris, Ariana compte s’infliger un peeling chimique, une brûlure profonde de l’épiderme. Grâce aux découvertes sur les télomères, des capuchons qui protègent notre ADN, des pilules pourraient donner vie au fantasme ultime : arrêter le temps.

Frédéric Lordon : « Pour une autre Europe, faut-il sortir de l’euro ? »

Crise grecque, élections le 20 septembre à Athènes, en novembre en Espagne, le débat sur la sortie de l’euro, sa possibilité, ses conditions, l’élaboration d’un « Plan B », la démocratisation des instances européennes: c’est l’ordre du jour principal de cette rentrée.

Placements sur Internet : La ruine à portée de clic

Depuis quelques années, ils se sont multipliés sur internet: des dizaines de sites nous proposent de placer notre argent en nous faisant miroiter des gains rapides et faciles. Apparemment insoupçonnables, ils ont pignon sur rue et sont même parfois recommandés par des grands noms de la banque ou du web.

Pourtant, ils ont déjà fait des dizaines de milliers de victimes françaises. Des internautes crédules qui pour certains ont perdu plus de 100.000 euros en leur faisant confiance. Il faut dire que l’arnaque est bien rodée: avec ce type de placements, l’internaute est perdant dans 90 % des cas.

Derrière ces dizaines de sites, des filières très organisées repèrent, recrutent et dépouillent tous les jours de nouveaux clients grâce auxquels ils empochent de confortables bénéfices. En Bulgarie, à Chypre et en Israël, ou des dizaines de call center se sont spécialisés dans cette activité. Reportage sur ces filières d’autant plus redoutables qu’elles parviennent à détourner les règles bancaires européennes pour donner à leur activité l’apparence de la légalité.

Permaculture : Une solution à la crise agricole

Vu du ciel, la ferme du Bec Hellouin en Normandie ressemble à une exploitation comme les autres, mais à y regarder de plus près, cette oasis de verdure avec ses mares, ses forêts, jardins et son potager d’inspiration mandala sortent de l’ordinaire. Derrière ce petit paradis se cache un écosystème aussi riche que complexe. Il s’agit d’un mode de culture biologique d’un nouveau genre.

Nous sommes chez des pionniers de la permaculture. La production intensive, très peu pour eux. Ils ont choisi d’imiter la nature telle qu’elle fonctionne depuis la nuit des temps. La permaculture est une technique d’origine australienne.

La règle est simple: prendre soin de la terre et des hommes à la force du poignet. Avec la permaculture, pas besoin de grandes surfaces pour un rendement maximum, et encore moins de pesticides. Ici, chaque arbre et chaque être vivant à son rôle et la nature le rend bien.