Les glaneurs des villes (Màj vidéo)

Addendum vidéo:

Reportage et photos Delphine Roucaute, Le Monde

Il est 23 heures, un samedi soir à Lyon. Dans une petite voiture, Maceo, Amaléa et Lou* discutent des derniers détails de leur expédition nocturne. « J’aime bien le Simply Market, on y trouve toujours plein de choses », avance Amaléa, emmitouflée dans sa grande doudoune. « Non, on va plutôt aller là où il y a le grand mur à escalader, on sera plus tranquilles », répond Maceo, les deux mains sur le volant.

Ils enfilent des gants de jardinage, fourrent des sacs de course dans leurs poches, et se préparent à se faufiler dans la nuit lyonnaise. Leur objectif : dénicher des aliments encore comestibles jetés dans des poubelles de supermarchés.

Les trois comparses sont membres des Gars’pilleurs, un mouvement créé il y a tout juste deux ans et dernier né de la sphère des antigaspi français. Aux côtés d’autres mouvements tels que la médiatique Disco Soupe, la start-up Zéro gâchis ou le réseau de glaneurs agricoles Re-Bon, Les Gars’pilleurs se donnent pour mission de lutter contre le gaspillage alimentaire et de sensibiliser le grand public à cette question de plus en plus saillante dans les sociétés contemporaines.

Leur outil de contestation est le glanage – pour certains dans les champs après la récolte, pour d’autres dans les poubelles de la grande distribution. Ils récupèrent les invendus, fruits et légumes mal calibrés et denrées fraîchement périmées pour ensuite aller les redistribuer dans la rue.
Lire la suite

Lyme : La grande imitatrice

La maladie de Lyme est à l’heure actuelle considérée comme une maladie rare. Sur ce point notamment, la communauté scientifique demeure divisée. Cette maladie infectieuse pourrait être plus fréquente : faute d’outils diagnostiques fiables et objectifs, et d’une connaissance réelle de la maladie par le corps médical, elle peut être confondue avec d’autres pathologies.

Pour cette raison, certains l’appellent “la grande imitatrice“, en référence à la syphilis. A travers le témoignage de patients, médecins et chercheurs, ce film tente de montrer qu’il existe aujourd’hui deux définitions radicalement différentes de cette maladie. Ceci pose un vrai problème de santé publique et il est temps, selon certains d’y remédier

Santé : ces coupes dans les budgets des hôpitaux qui vont faire mal

Marisol Touraine a présenté, à huis clos, les 3 milliards d’économies prévues. Quelque 860 millions proviennent de la “maîtrise de la masse salariale”, soit l’équivalent de 22.000 postes.

En pleine épidémie de grippe, cela ferait désordre. En visite aux urgences de l’hôpital La Pitié Salpêtrière à Paris vendredi 27 février, Manuel Valls et Marisol Touraine se sont auto-congratulés d’avoir réagi “avec détermination” et “au bon moment” face au pic de la maladie.

En revanche, le Premier ministre et la ministre de la Santé n’ont pas dit mot sur les économies prévues dans les budgets des hôpitaux d’ici à 2017. Depuis quelques semaines, le gouvernement dispose pourtant du plan détaillé des 10 milliards d’économies sur les dépenses de santé annoncé il y a presqu’un an.

Facture détaillée
Lire la suite

Des poules pour réduire les déchets ménagers

Des œufs et moins de déchets, voilà ce que permet l’initiative du syndicat de traitement des déchets de Boufferé (Vendée) qui a offert des poules aux habitants. L’objectif est de désengorger les poubelles. Une idée qui a séduit de nombreuses familles, comme la famille Merlet.

L’adoption de ces oiseaux leur a par exemple permis de réduire leurs ordures ménagères de huit kilos par mois en moyenne, ce qui entraîne du coup une baisse de la fréquence du ramassage des poubelles, qui ne passent plus qu’une fois par mois.

Ukraine : Entretien avec Guillaume Lenormand, un Français volontaire dans le Donbass

Loin des décisions prises en haut lieu, il se trouve de jeunes Européens, qui par idéalisme, par conviction politique, par idéal, ont décidé d’aller se battre en Ukraine et en Novorossia dans un camp ou dans un autre. Ce fût le cas de ces volontaires partis soutenir la révolution de Maïdan, par conviction nationalistes-révolutionnaires. C’est également le cas de cette poignée de Français, partis aux côtés d’autres Européens dans le Donbass défendre les partisans de Novorussia contre les forces armées ukrainiennes et les milices .

Rencontre avec Guillaume Lenormand, qui s’est engagé il y a plusieurs mois déjà dans le Donbass, au nom d’un idéal Européen et anti-impérialiste. Pour connaitre les raisons de son engagement, mais pour avoir également son avis sur la situation, son ressenti, loin des interprétations de salon que peuvent en faire les médias occidentaux trop souvent cantonnés à reprendre des dépêches AFP.

Pouvez-vous expliquer les raisons de votre engagement en Ukraine et en Novorossia ?

Guillaume Lenormand : Pour faire vite, je suis un militant nationaliste français, licencié en histoire, ayant fait un peu de tout (dont du dessin de presse sous le pseudonyme de Krampon).

La politique en France me semblant une impasse, j’avais envie d’aller défendre mes idées sur le terrain, de la manière la plus simple et la plus radicale. La Novorossia représentant pour moi l’exemple-type d’une « révolte contre le monde moderne », il m’a semblé assez naturel de m’engager pour elle. Ou alors peut-être que, comme mes camarades, j’avais trop lu Corto Maltese, Dimitri et Jean Mabire.

Lire la suite

Qu’est-ce que l’assouplissement quantitatif ?

L’assouplissement quantitatif (ou “Quantitative Easing”) est une mesure exceptionnelle qui marque une rupture historique dans la politique monétaire européenne. Mais de quoi s’agit-il ? Quel pari est pris par la BCE ?

Papa vends des armes : Les nouveaux VRP de la guerre [Rediff.]

En France, 160.000 personnes travaillent pour les usines d’armement. Une industrie qui cultive le secret, et qui n’a pas toujours bonne réputation. Mitrailleuses, bazookas, fusils d’assaut: des lignes d’assemblage jusqu’aux foires internationales de la guerre, les employés de ces entreprises se battent pour décrocher de nouveaux contrats.

Quels sont les secrets de cette profession si particulière ? Des missiles aux avions de combat, peuvent-ils vendre leur dangereux arsenal à tous les États ? En marge des ventes légales prospèrent des filières parallèles : le marché noir des armes de guerre.

L’une de ses figures les plus célèbres s’appelle Viktor Bout. Ce Russe longtemps insaisissable a inspiré à Hollywood le film «Lord of War». Les équipes d’«Enquête exclusive» l’ont rencontré dans sa prison en Thaïlande.

 

Chaque seconde 412 kilos de déchets sont jetés à la mer

Une étude américaine montre que nous jetons chaque seconde plus de 400 kilos de déchets à la mer. Cela représente 5 sacs remplis de déchets tous les 30 centimètres sur l’ensemble de la surface du globe.

C’est le double des estimations déjà alarmantes faites précédemment : 412 kg de déchets plastiques sont jetés dans les océans chaque seconde, selon une étude américaine. En 2010, 8 millions de déchets plastiques ont été déversés. Cela représente l’équivalent de 5 sacs remplis de déchets placés tous les 30 centimètres sur l’ensemble de la surface du globe, à l’heure ou le retrait des sacs plastique dans l’usage quotidien fait encore débat.

Outre la pollution visuelle engendrée, les conséquences s’avèrent dramatiques pour la faune marine : environ 1 million d’oiseaux et 100.000 mammifères marins meurent chaque année par occlusion ou par empoisonnement.

Les images des fonds marins de la vidéo ci-dessus sont tirées d’un documentaire de l’association Expédition Septième Continent. Les chercheurs français se penchent depuis plusieurs années sur ce phénomène des ravages des déchets plastiques sur les océans.

MYTF1 NEWS

Chronique d’une France rurale

Partant du constat que chaque semaine, en France, des centaines de fermes agricoles disparaissent, le mouvement «Terre de Liens» agit pour préserver une certaine conception du monde rural. Il rachète des fermes avant de les mettre en location, cherchant à promouvoir une agriculture biologique et respectueuse de l’environnement.

Plusieurs acteurs de ce mouvement, fermiers, administrateurs ou bénévoles, racontent pourquoi ils ont décidé de retourner cultiver la terre. Leurs témoignages éclairent une démarche qui vise à rapprocher les producteurs des consommateurs et à tisser entre eux des relations privilégiées.

Digital Detox

Dans le monde ultra-connecté qui est le nôtre, il peut être difficile de rester loin de son smartphone, de son ordinateur portable, ou pire d’une connexion Internet quelle qu’elle soit. Tenter alors de rester totalement déconnecté durant 90 jours peut paraître mission impossible… C’est pourtant ce qu’a réussi le journaliste Pierre-Olivier Labbé.

« Tout est beaucoup plus compliqué sans Internet ». Son film même n’aurait probablement pas vu le jour sans le Web. Et si cette aventure avait dû durer cinq mois et non trois, « si j avais été déconnecté lors des événements de janvier [NDLR : l'attentat à Charlie Hebdo et la prise d'otage porte de Vincennes], je ne sais pas comment j’aurais fait, je pense que j’aurais craqué. Je me serais reconnecté. »

Canal+ 25/02/2015

La SNCF pourrait supprimer 10.000 emplois en 5 ans

La réforme ferroviaire accélérera les suppressions de postes au sein de la SNCF. Au moins 10.000 équivalents temps plein pourraient disparaître sur les 150.000 emplois que compte aujourd’hui la compagnie nationale. C’est la conclusion la plus forte d’un rapport d’expertise réalisé par le cabinet Degest pour le compte du comité central d’entreprise de la SNCF, publié jeudi 26 février.

Même si la réforme ferroviaire a été votée en août 2014, les élus du comité central d’entreprise, et notamment la CGT qui le dirige, ne désarment pas. Ils ont combattu la réforme dans un premier temps en faisant grève en juin 2014. Désormais, ils comptent poursuivre la bataille en interne… Une sorte de seconde manche.

L’un des objectifs de la réforme est de stabiliser la dette du système ferroviaire, qui dérive aujourd’hui de 3 milliards d’euros par an. Pour ce faire, le groupe s’est engagé à réduire par ses propres moyens de 1,5 milliard d’euros ses coûts. Par ailleurs, l’arrêt du développement des lignes à grande vitesse, qui coûteront jusqu’à 2016 1,5 milliards d’euros du déficit annuel, permettra de réduire d’autant la dérive de la dette.

SNCF Mobilité, SNCF Réseau et la SNCF (qui coiffe les deux autres entités) sont censés chacun économiser 500 millions par an. Pour SNCF Mobilité, cela va se traduire par la perte de 10.000 postes, après avoir déjà supprimé 25.000 sur la période 2003-2013.
Lire la suite

La route du rhume

Les Français s’enrhument en moyenne trois fois par an. Les enfants, plus fragiles, jusqu’à six fois par an. Et ce n’est pas étonnant puisqu’il existe 150 formes de virus du rhume, ce qui rend impossible l’élaboration d’un vaccin (contrairement à la grippe).

Un véritable business pour l’industrie pharmaceutique. Chaque année, de nouveaux médicaments “miracles” voient le jour. Tous promettent la même chose : éradiquer le rhume. Ces produits se déclinent sous toutes les formes. Sprays nasaux, comprimés avec formules jour-nuit, granulés, sirops avec ou sans sucre…

Majoritairement achetés sans ordonnance, ces médicaments font les beaux jours des pharmacies. Contrairement aux médicaments sur prescription dont le prix est fixé par l’État, le tarif des produits contre le rhume est fixé librement. Un non-sens qui leur permet d’assurer des marges bien plus confortables.

Reportage de Stèphanie Rathscheck, Olivier Le Hellard et Yvan Burnier (Envoyé spécial – France2 – 26/02/2015)

Louis Schweitzer : “La dette perpetuelle, c’est mieux que de laisser crever la Grèce !”

Louis Schweitzer, commissaire général à l’Investissement, est favorable à la proposition grecque de transformer une partie de sa dette en “dette perpétuelle”. C’est à dire que le débiteur paye les intérêts, comme pour toute dette, mais ne rembourse à priori jamais le capital.

Quand une entreprise a des difficultés, les créanciers se réunissent, et ils voient à quelles conditions l’entreprise peut survivre. La dette perpétuelle, c’est toujours mieux que de laisser crever !“, déclare Louis Schweitzer.

Lusssat (23) : Inquiètude autours d’une nouvelle ruée vers l’or

Des explorateurs ont envahi Lusssat pour chercher de l’or. Ils troublent depuis trois mois l’habituelle tranquillité de la Creuse.

Le sous-sol contiendrait entre quatre et dix grammes d’or par tonne de roche, une fortune. Il y a deux ans un permis de recherche a été accordé à une société minière, celle de Dominique Delorme.

Trading à haute fréquence, la prédation en toute quiétude

Faute d’une vraie régulation européenne, la captation de valeur injustifiée du THF met en jeu la confiance des investisseurs, et donc la survie des marchés actions.

Revenons à la base : à quoi sert un marché d’actions ? À confronter l’offre et la demande de façon transparente et non trompeuse, afin que les prix puissent se former, que les échanges puissent se réaliser de façon équitable, que les épargnants puissent investir en connaissance de cause, et que les entreprises cotées en Bourse puissent se financer.

Le trading à haute fréquence, qui représente aujourd’hui entre 40 % et 60 % des volumes sur les places boursières d’Europe et des États-Unis, se nourrit de sa capacité à exécuter des transactions boursières plus vite que les investisseurs institutionnels et les intermédiaires qui les servent. Les traders à haute fréquence, qui sont soit des boutiques spécialisées, soit des banques de marché, s’intercalent entre les intervenants traditionnels (investisseurs et intermédiaires) et captent une rente en réalisant des transactions si rapidement que les intervenants traditionnels n’ont pas la capacité de les en empêcher.

Lire la suite

La terre, bien commun

Partant du constat que chaque semaine, en France, des centaines de fermes agricoles disparaissent, le mouvement «Terre de Liens» agit pour préserver une certaine conception du monde rural.


Il rachète des fermes avant de les mettre en location, cherchant à promouvoir une agriculture biologique et respectueuse de l’environnement.

 

Plusieurs acteurs de ce mouvement, fermiers, administrateurs ou bénévoles, racontent pourquoi ils ont décidé de retourner cultiver la terre. Leurs témoignages éclairent une démarche qui vise à rapprocher les producteurs des consommateurs et à tisser entre eux des relations privilégiées.

Réalisé par Luba Vink et Aurélien Levêque (Chronique d’une France rurale – France3 23/02/2015)

Les dessous de l’industrie pharmaceutique

Les scandales rythment l’information sur l’industrie pharmaceutique et focalisent l’attention sur ses excès. Suivre le parcours d’un médicament sans histoire, de sa conception à sa prescription, montre pourtant que la frontière est mince entre les dysfonctionnements et les pratiques routinières.

« J’ai compris que j’étais fliquée, qu’on savait exactement ce que je prescrivais, s’indigne une médecin installée à Paris. J’étais naïve, moi, je ne savais pas. [Un jour], une visiteuse médicale m’a dit : “Vous ne prescrivez pas beaucoup !” Je me suis demandé : “Comment peut-elle savoir cela ?” »

Cette pratique de surveillance, qui choque de nombreux praticiens, est orchestrée par les services commerciaux des laboratoires. Pour augmenter ou maintenir leurs parts de marché, les grands groupes pharmaceutiques déploient des trésors d’ingéniosité. Ils n’hésitent pas, par exemple, à modifier les indications de leurs médicaments pour gagner de nouveaux clients.

Considérée par certains médecins comme « la Rolls Royce de l’antibio dans le cutané », la Pyostacine, fabriquée par Sanofi — l’un des tout premiers groupes pharmaceutiques mondiaux en chiffre d’affaires (33 milliards d’euros en 2013) —. a connu un tel destin. Longtemps dévolu à un usage dermatologique, l’antibiotique a opéré un « tournant respiratoire » : il est désormais massivement utilisé dans les cas d’infections broncho-pulmonaires et oto-rhino-laryngologiques.
Lire la suite

Fraude fiscale : McDonald’s aurait soustrait un milliard d’euros de recettes

Le schéma d’optimisation fiscale mis en œuvre par McDonald’s aurait fait perdre plus d’un milliard d’euros de recettes fiscales aux Etats européens entre 2009 et 2013, ont affirmé mercredi trois fédérations syndicales internationales.

Pour le fisc français, cette perte est estimée entre 386,2 et 713,6 millions d’euros, auxquels pourraient s’ajouter entre 308,9 et 570,9 millions d’euros de pénalités.

Quand les ondes électromagnétiques perturbent les poules

Les éleveurs possédaient 1.600 poules qui ne pondaient plus sans raison apparente. Sylvie et Hubert ont alors lancé des analyses sanitaires et examiné l’alimentation de leurs poules sans rien trouver. Ils ont même pensé à de la magie noire.

Ils entendent alors parler d’ondes électromagnétiques. “Le ministère de l’Agriculture nous a envoyé un courrier en nous disant qu’ils avaient remis en place des GPSE (Groupement permanent pour la sécurité électrique) car ils constataient en France qu’il y avait le problème des ondes électromagnétiques”, déclare Sylvie Gasnier, productrice d’œufs.

Le couple d’éleveurs fait donc appel à un expert. Verdict ? Les fréquences sont normales, mais l’élevage de poules se situe à la convergence de trois antennes relais, la zone serait particulièrement exposée aux ondes.

Potagers de Marcoussis (91) : Une initiative solidaire

Au sein des potagers de Marcoussis, des personnes en grande difficulté cultivent onze hectares de terre. L’initiative existe maintenant depuis 15 ans et a fait ses preuves. Toutes les personnes qui y sont passées ont retrouvé un emploi durable.

Ici, on apprend à cultiver bio, avec des maraîchers professionnels. “Il faut être très patient, il faut réexpliquer, parfois ça rend un peu fou“, témoigne la cultivatrice Hélène Daillet.

Les apprentis travaillent 26 heures par semaine pour 850 euros net par mois. Le contrat dure un an et demi. Une stabilité qui permet de construire un avenir. Tous les quinze jours, ils ont d’ailleurs rendez-vous avec la chargée d’insertion pour définir un projet professionnel

La consommation d’énergie de l’UE revient au niveau des années 90

La consommation énergétique dans l’Union européenne a chuté à son niveau le plus bas depuis plus de 20 ans, selon des statistiques de la Commission. Une tendance due à la crise et aux progrès effectués en matière d’efficacité énergétique. 

La chute de la consommation énergétique annuelle au sein de l’Union européenne est spectaculaire. En 2013, elle a chuté de plus de 9 % par rapport à son pic de 2006, soulignent les statistiques publiées le 9 février par la Commission européenne. Cette baisse reflète en partie les difficultés économiques persistantes de la zone euro, mais également les efforts fournis par les États membres et les entreprises pour réduire leur consommation d’énergie et augmenter l’efficacité énergétique.

Lire la suite

Cinéma : Au Bord Du Monde

La nuit tombe. Le Paris « carte postale » s’efface doucement pour céder la place à ceux qui l’habitent : Jeni, Wenceclas, Christine, Pascal et les autres.


A travers treize figures centrales, Au bord du monde dresse le portrait, ou plutôt photographie ses protagonistes dans un Paris déjà éteint, obscurci, imposant rapidement le contraste saisissant entre cadre scintillant et ombres qui déambulent dans ce théâtre à ciel ouvert.

Un film documentaire réalisé par Claus Drexel (France – Janvier 2014)

(Merci à P.)

Des retraites difficiles pour les agriculteurs

À l’occasion du Salon de l’agriculture, une équipe de France 3 s’est intéressée aux retraites des agriculteurs. À 78 et 83 ans, après 50 ans de travail, Yvette et Germain Bourry ont bien du mal à joindre les deux bouts.

Une longue vie de travail, mais une toute petite retraite de 500 euros par mois. C’est la moyenne pour une femme d’agriculteur, en raison du statut de conjointe ou d’aide familiale. Germain son mari, n’est guère mieux loti. À eux deux, ils dépassent tout juste 1.000 euros par mois.

Orthographe : Le prix des fautes

Participes passés massacrés, accords boudés, phrases alambiquées…Trop de Français sont fâchés avec l’orthographe. Si on utilise de moins en moins la feuille et le stylo, on écrit toujours autant. Voire plus. Des écrits plus courts, mais plus nombreux. Ainsi, les courriers électroniques sont devenus le principal outil d’échange avec autrui. Alors, gare aux fautes !

Les Français feraient-ils trop confiance au correcteur automatique de leur logiciel de traitement de texte ? À trop se reposer sur ces outils, 78% des Français admettent faire des fautes d’orthographe. Comble de l’ironie, ils se disent pourtant choqués quand ils reçoivent un courrier administratif comportant une erreur ou qu’ils détectent des fautes sur un site.

Parmi les e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients, 90% contiennent au moins une faute d’orthographe, selon une étude réalisée par TextMaster. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l’e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Au-delà de l’impact négatif sur l’image de l’entreprise, ces erreurs peuvent-elles occasionner un manque à gagner ?

Pour les sociétés du Web, les fautes pourraient engendrer le “bad buzz”, et avoir pour conséquence la perte de contrats commerciaux. Pour remédier à ce problème, de plus en plus d’universités proposent une remise à niveau. Des cours de rattrapage pour faire la paix avec les mots.

Envoyé spécial s’est penché sur le coût de ces fautes. Quels sont les enjeux pour les employeurs et leurs salariés ? Peut-on réapprendre l’orthographe une fois adulte, et à quel prix ?

La Réunion : Abdoul Cadjee, un destin z’arabe

Histoire d’une success story à ” l’américaine “, celle d’un homme d’affaires parmi les plus grosses fortunes de l’île de La Réunion. Fils de commerçant indo-musulman, appelé localement ” z’arabe “, Abdoul Cadjee cultive avec soin l’âme des pionniers gujaratis arrivés libres du Nord de l’Inde…

La tradition fait recette

Yaourts, moutardes, biscuits, fromages ou encore plats préparés : aucun produit n’échappe aujourd’hui à la mode du préparé «à l’ancienne» ou à la «façon grand-mère».

Les étiquettes font ainsi peau neuve avec de vieilles recettes, garantes d’authenticité. Les références au passé, à l’enfance ou à des modes de production révolus ont envahi les rayons des supermarchés.

Ces emballages présentent un discours séduisant pour le consommateur, conçu par des professionnels de l’agroalimentaire et des distributeurs surfant sur le business de la nostalgie.

Publicitaires, spécialistes du marketing et sociologues décryptent ce message d’un nouveau genre.

Réalisé par Sarah Lecoq (Février 2015)

Ces 3 banques françaises qui “spéculent sur la faim”

L’association Oxfam France dénonce, lundi 23 février, la persistance des spéculations menées par plusieurs banques françaises sur le marché des matières premières agricoles, via des fonds de placement, malgré l’engagement pris par certaines en 2013 de réduire ces activités.

Il y a deux ans, Oxfam avait dénoncé le fait que des banques françaises contrôlaient 18 fonds aux performances totalement ou en partie liées à l’évolution du prix des matières premières agricoles : étaient visées BNP Paribas (avec 10 fonds), Société Générale et Crédit Agricole via leur filiale commune Amundi (7 fonds) ainsi que Natixis. Au total, ces fonds géraient 2,58 milliards d’euros, selon l’association.

A la suite de cette étude, certains de ces établissements bancaires avaient pris “des engagements forts pour réduire ou stopper leurs activités spéculatives sur les matières premières agricoles. Dans le même temps, les parlementaires votaient dans le cadre de la réforme bancaire des mesures de régulation de ces activités toxiques“, rappelle l’organisation.

Mais dans un nouveau rapport (voir en bas de l’article), l’ONG affirme que “trois groupes bancaires français proposent toujours à leurs clients des outils permettant de spéculer sur les prix des matières premières agricoles : BNP Paribas, Société Générale et BPCE via Natixis“.

Le droit à l’alimentation en péril
Lire la suite

Le fléau dramatique des déchets plastiques dans les océans

Sacs, bouteilles, flacons… Les océans sont remplis de déchets plastiques. Chaque seconde, 412 kilos de plastiques sont déversés dans les mers. On parle aussi de 7e continent. Il faut moins de deux ans pour que les courants marins réunissent les particules de plastiques au centre de chaque océan.

On appelle cela un gyre“, rapporte Christophe de Vallambras. Celui du Pacifique Nord est le plus important.

(Merci à Pierre)

Restos du coeur : Comment en bénéficier ?

(Témoignage reçu de l’un de nos lecteurs et légèrement enrichi par nos soins. Si vous aussi disposez de renseignements qui peuvent être utiles à la communauté FDS, n’hésitez pas nous les signaler dans la rubrique “Blabla”. – L’Équipe)

« Je souhaite informer les Français de Souche, lecteurs du blog, qu’ils ont parfaitement le droit de bénéficier des Restos du cœur. Le système des Restos ne permet pas de faire la promotion des conditions permettant d’y accéder et je considère ce  quasi “secret d’État” comme absolument inacceptable ! »

En préambule je souhaite préciser qu’en ce qui me concerne, la “pauvreté” est toute relative. Elle ne correspond pas une fatalité économique. C’est un choix personnel qui s’inscrit dans un objectif de décroissance. Je n’ai, ne mérite et ne réclame, aucune compassion…

En revanche, ce statut de “pauvre” me donne les moyens de tester tous les abus du système d’assistanat existant au pays de Molière.

 Ne pas avoir d’argent pour se nourrir, cela peut arriver à tout le monde. Mais même en cas de difficultés financières passagères, il existe des solutions en France pour manger à sa faim. Parmi elles, l’épicerie sociale, la banque alimentaire ou s’inscrire au Restos du Cœur.

- L’association lancée par Coluche aide ceux qui n’ont plus rien depuis de nombreuses années déjà. Mais qui a le droit à l’aide alimentaire des Restos du Cœur ?

Je ne peux que fournir les infos concernant les gens correspondant à mon profil. Je suis célibataire sans enfant à charge.
Lire la suite

Nucléaire : État d’urgence chez Areva

Areva a devancé la publication de ses résultats 2014 en annonçant une perte nette record provisoire de 4,9 milliards d’euros, un montant supérieur à sa valeur en Bourse, conséquence de nouvelles provisions et de la dépréciation de certains actifs.

L’État va-t-il intervenir pour sauver une filière nucléaire en difficulté ? Pour le moment rien n’est tranché. Areva doit présenter son plan de restructuration le 4 mars.

L’autorité de la concurrence suspecte l’existence d’un “cartel des yaourts”

L’Autorité de la concurrence prête à épingler un cartel du yaourt ? Le Figaro révèle, mardi 24 février, que l’administration enquête depuis trois ans sur plusieurs fabricants de produits laitiers frais dont Novandie, Senoble, Lactalis et Yoplait, soupçonnés de s’être concertés sur les prix et la répartition du marché.

Réunions dans des hôtels ordinaires partout en France, carnet secret, téléphone souscrit au nom de la compagne d’un des participants : plusieurs indices font soupçonner la constitution d’un “cartel du yaourt”, détaille le quotidien qui a consulté un document recensant les griefs reprochés aux producteurs par l’Autorité.

Selon l’organisme, “des échanges d’informations sensibles” ont permis aux grands producteurs, ainsi qu’à des PME, “une concertation destinée à coordonner leurs politiques tarifaires et commerciales”. Ils sont notamment accusés “d’avoir défini en commun des hausses de prix, de s’être coordonnés sur la chronologie d’application de ces hausses”, indique Le Figaro, citant le document.

Debout, au coeur de la crise

La France n’en finit plus de constater les ravages provoqués par la crise. Premiers touchés, ceux qui étaient déjà les plus faibles : les familles mono-parentales, les chômeurs et les personnes âgées…

Mais la crise a aussi fabriqué des travailleurs pauvres : des salariés à tous petits revenus, des intérimaires qui multiplient les petits contrats. Même les cadres ne sont plus épargnés.

Personne, aujourd’hui, n’est à l’abri. La perte d’un emploi, un divorce et tout peut basculer. C’est tout de suite la perte du logement, de la voiture, des amis… On s’isole sans savoir jusqu’où ira la chute.

Près de 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, soit moins de 800 euros par mois et par personne. Avec courage et sans tabous, des victimes de cette crise ont accepté de nous parler de leur vie.

Céréales : Pas de bol pour le petit-déj !

Immersion inquiétante au cœur des produits qui composent le petit-déjeuner préféré des enfants. Quand un gamin consomme un vrai bol de céréales, c’est-à-dire de 80 à 100 grammes, c’est comme s’il mangeait dix bonbons ! Une certitude : rien ne vaut une bonne vieille tartine de confiture ! Alors que les céréales sont un bienfait de la nature pour notre organisme, les industriels de l’agroalimentaire ont fait de ces aliments sains des bombes caloriques.

Savez-vous vraiment ce que mangent vos enfants le matin ? Smacks, Chocapic, Frosties, Cheerios, Miel Pops ? Soyez bien attentifs à ce que vous leur donnez car ces préparations débordent de graisses saturées et de sucre, affirme cette enquête de France 5.

Aux États-Unis, toujours en “avance” dans le domaine de la malbouffe, on constate que les enfants font aujourd’hui des crises cardiaques et sont diabétiques avant leurs parents. En France, la situation est moins désespérée mais 20% des moins de 17 ans sont en surpoids ou déjà obèses. Or, pour les nutritionnistes, il n’y a pas de doute : la consommation de céréales industrielles peut rendre obèse !

Devant la catastrophe sanitaire qui s’annonce, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tire le signal d’alarme et recommande de ne pas dépasser les 25 grammes de sucre par jour. Une dose que les fabricants de céréales ne respectent pas : dans un bol, on trouvera l’équivalent de 10 morceaux de sucre !

Pâtisserie, l’arrière-goût des gâteaux

En 2012, l’UFC-Que Choisir a dévoilé une enquête intitulée “Roulés dans la farine” ! En ligne de mire de l’association de consommateurs, les boulangeries et pâtisseries françaises qui vendent la promesse du “fait-maison”.

Éclairs, tartelettes, mille-feuilles ou macarons, autant de gâteaux qui donnent envie de les croquer. Mais de ces délices, quelle est la proportion réelle de produits fabriqués en usine ? Certaines boulangeries dites artisanales utilisent des fonds de tarte surgelés, d’autres font cuire des viennoiseries congelées.

Il suffit de passer commande auprès des géants de l’agro-alimentaire. Les industriels proposent un catalogue allant de la livraison de matières premières (pâte à choux, meringue…) aux produits finis congelés. On trouve de tout ! Même des produits qui donnent l’illusion du fait-maison en créant de toutes pièces des irrégularités.

Le phénomène n’est évidemment pas nouveau, mais il a tendance à s’accentuer, tout en leurrant le consommateur.

Envoyé Spécial (19/02/2015)

Le “sans gluten” : un succès marketing

Le gluten, une protéine présente contenue dans les farines de blé, d’orge, de seigle et d’avoine, est devenu subitement indésirable. Grandes surfaces, boulangeries, restaurants, le “sans gluten” est désormais affiché partout.

Alors que seul 1% de la population y est allergique, certains, par choix, ont banni le gluten de leur alimentation.

Le “jobbing” a le vent en poupe

Pour arrondir leurs fins de mois, de plus en plus de salariés cumulent leur emploi avec des petits boulots : le phénomène du “jobbing” est en plein essor. Cuisine, jardinage, soutien scolaire, ils sont 2 millions de jobbeurs et ont le statut d’auto-entrepreneurs ou de travailleurs indépendants.

Allô j’ai faim : Repas à domicile

Menus concoctés par des chefs, petits plats «maison» à domicile pour parents surmenés, pizzas industrielles produites et livrées à la chaîne, recettes spéciales: se faire livrer un repas ou un en-cas est devenu banal. Le temps consacré au déjeuner et au dîner diminue: 33 minutes pour le déjeuner, le plus souvent au bureau et 38 minutes pour le dîner.

Avec pour corollaire l’essor du «prêt à manger». Les offres se multiplient. Mais quelles sont les recettes des professionnels de la livraison de repas pour tenir leurs engagements de qualité et de rapidité ?

Qui sont les leaders et les plus innovants ? Petits artisans aux abois, livreurs exploités, qui paie les pots cassés du «toujours plus vite, toujours moins cher» ? Comment ce nouveau business est-il encadré par la loi ? Enquête.