Le “sans gluten” : un succès marketing

Le gluten, une protéine présente contenue dans les farines de blé, d’orge, de seigle et d’avoine, est devenu subitement indésirable. Grandes surfaces, boulangeries, restaurants, le “sans gluten” est désormais affiché partout.

Alors que seul 1% de la population y est allergique, certains, par choix, ont banni le gluten de leur alimentation.

Allô j’ai faim : Repas à domicile

Menus concoctés par des chefs, petits plats «maison» à domicile pour parents surmenés, pizzas industrielles produites et livrées à la chaîne, recettes spéciales: se faire livrer un repas ou un en-cas est devenu banal. Le temps consacré au déjeuner et au dîner diminue: 33 minutes pour le déjeuner, le plus souvent au bureau et 38 minutes pour le dîner.

Avec pour corollaire l’essor du «prêt à manger». Les offres se multiplient. Mais quelles sont les recettes des professionnels de la livraison de repas pour tenir leurs engagements de qualité et de rapidité ?

Qui sont les leaders et les plus innovants ? Petits artisans aux abois, livreurs exploités, qui paie les pots cassés du «toujours plus vite, toujours moins cher» ? Comment ce nouveau business est-il encadré par la loi ? Enquête.

Lauren Fletcher veut planter un milliard d’arbres avec ses drones

Lauren Fletcher est un ex-ingénieur de la NASA qui a de la suite dans les idées. Son projet : utiliser ses connaissances en aérospatial pour créer un prototype capable de planter un milliard d’arbres en un temps record et sans intervention humaine !

Quand on y pense, son idée est d’une simplicité déconcertante. Il a équipé un drone de canons à air comprimé qui projettent des boulettes biodégradables contenant les graines de la vie forestière. Ces engins volants pourraient ensemencer de larges espaces et de cette manière « industrialiser » la plantation d’arbres. Sa logique est simple « pour contrer le rythme industriel de la déforestation, nous avons besoin de replanter à un rythme industriel. »

Planter des graines à la main est un processus lent, beaucoup plus lent que le rythme effréné de la déforestation. Avec un de ses petits robots volants, l’ingénieur espère pouvoir planter 36.000 graines par jour, même dans les zones les plus difficiles d’accès. Objectif à long terme, planter 1 milliard d’arbres par année ! De quoi donner le vertige à Forest Man.

L’humain ne pourrait pas réaliser une telle prouesse à moins de se coordonner à l’échelle nationale comme l’a fait l’Irlande et ses 1 million d’arbres en 1 jour.
Lire la suite

Joseph Stiglitz : « La crise, une occasion manquée »

L’Europe est confrontée aux problèmes particuliers posés par l’euro. Mais il existe certains problèmes communs à long terme auxquels sont confrontés tous les pays avancés. En lieu et place de ces politiques d’austérité erronées, la récession aurait pu devenir le bon moment pour consacrer plus de ressources pour prendre ces problèmes à bras-le-corps.

Nous verrions alors des économies plus fortes, à la fois aujourd’hui et pour l’avenir. Au lieu de cela, des deux côtés de l’Atlantique, nous avons laissé ces problèmes s’envenimer.

Il existe quatre problèmes sur lesquels je souhaiterais attirer l’attention. Tout d’abord, dans tous les pays avancés, des transformations structurelles sont nécessaires, à mesure que nous passons d’une économie manufacturière à une économie de services, et que nous nous adaptons aux nouvelles réalités géopolitiques et aux changements associés en matière d’avantage comparatif.

Globalement, le nombre d’emplois dans le secteur manufacturier continuera à baisser, la croissance de la productivité dépassant celle de la demande ; et la part des emplois globaux situés dans les pays avancés sera également en baisse. Il restera certains marchés de niches importants, et il faut les cultiver.

Lire la suite

États-Unis : La première ville qui fonctionne entièrement avec des énergies renouvelables

La ville de Burlington, dans l’état du Vermont, est la première ville des États-Unis à fonctionner entièrement avec des énergies renouvelables. Une petite révolution locale dans un pays au bilan carbone particulièrement élevé. Un paradoxe démocratique.

C’est le grand paradoxe des États-Unis, pays autant critiqué qu’admiré, les états et les villes conservent une marge décisionnelle importante dans les choix politiques. Résultat, on observe des politiques locales diamétralement opposées en fonction des régions. Pas d’exception en matière d’écologie.

Alors que le pays dans son ensemble est responsable d’un impact important sur le bilan écologique global, certaines villes prennent la tangente et deviennent des symboles de changement. C’est ainsi le cas de Burlington, la plus grande ville de son état (+-40.000 habitants) qui se distingue depuis 2015 par une alimentation énergétique 100% verte.

Lire la suite

Viande de luxe

Wagyu : c’est l’une des viandes les plus chères du monde. Le bœuf Tajima de Kobé est le plus prestigieux des labels alimentaires nippons. Un bœuf haute couture qui, jusqu’à peu, était totalement introuvable en dehors du Japon. Pauvre en cholestérol (il détient des acides gras essentiels), une carcasse se négocie au prix de gros 14.000 €. Au détail, jusqu’à 1.000 € le kilo !

Des journalistes ont remonté la filière jusqu’aux étables nippones où les bêtes sont dorlotées comme des stars. Pour les vendeurs, son prix est justifié car la qualité de sa viande est due à différents facteurs : alimentation rigoureusement surveillée, massages au saké, bière comme boisson et musique classique pour ne pas être stressé. Sa viande est tendre et persillée grâce à son marbré intramusculaire. Le gras est distribué dans la viande et non autour.

Ces bœufs Wagyu (Wag : boeuf et Gyu : Japon) se réfère à différentes races de bovins prédisposés génétiquement à un intense marbrage. Ils font, en taille moyenne près de 600 kilos ! Leur silhouette est massive et leur encolure, forte. Hors des frontières japonaises, il peut être élevé en Espagne, au Chilli, en Australie…

Le bœuf Tajima a été introduit au Japon au second siècle. Il fut élevé d’abord pour sa puissance physique. Ce bœuf « massif » en taille fût employé comme animal de trait dans les rizières japonaises. Le bœuf Wagyu fut ensuite isolé des autres races à l’époque féodale sans doute pour une raison de relief montagneux mais aussi pour le protéger des guerres.

Reportage diffusé dans l’émission Sept à huit sur TF1 le 15 février 2015

La Californie orpheline de ses arbres géants

En moins d’un siècle, la moitié des grands arbres californiens – dont les célèbres séquoias – a disparu. En cause, l’exploitation forestière mais surtout la pénurie d’eau.

“BIG TREES”. Avant que les colons blancs n’arrivent en Californie, il y en avait partout, sur le littoral Pacifique et dans la Sierra Nevada, dans les collines au sud de la baie de San Francisco, au moins jusqu’à Big Sur. Les séquoias sont ces arbres géants à l’écorce rouge, dont certains culminent à plus de cent dix mètres de hauteur pour plusieurs mètres de diamètre. Aujourd’hui, seuls 4% des forêts d’origine subsistent.

Lire la suite

Bordeaux : Un complément alimentaire pour lutter contre le burn-out

C’est le mal des salariés. L’épuisement professionnel devrait toucher un travailleur sur quatre durant sa carrière. Mais une équipe de chercheurs bordelais vient peut-être de trouver une solution. Elle vient de mettre au point un complément alimentaire qui lutterait efficacement contre ce syndrome.

Le médicament contient de l’eleuthérocoque, une plante qui aide à s’adapter au stress, et trois autres ingrédients naturels : “De la taurine, une protéine de lait et un extrait de melon, ce sont des actifs naturels qui ont démontré depuis bien longtemps leur activité sur le stress, sur la fatigue”, précise un pharmacien.

À l’université de Bordeaux, c’est le pharmacologue Alain Jacquet qui a mené l’essai clinique. “Sur le moral, il y a eu un effet visible au bout de quatre à six semaines, plus un effet sur le bien-être, sur le sommeil, sur l’appétit”, note cet expert.

“Solidarité paysan” : L’association qui vole au secours des exploitants agricoles

Rencontre avec une association qui vient en aide aux agriculteurs en détresse.

“On sauve des exploitations parce qu’on va arriver à renégocier des choses auprès des créanciers, à rétablir un dialogue parfois qui a été rompu avec la banque”, explique une membre de l’association.

Cowspiracy : Le secret du développement durable

Ce documentaire enquête sur le silence qui pèse sur l’élevage industriel. Celui-ci est pourtant l’une des principales causes de la destruction de l’environnement.Pourquoi les grandes ONG écologiques le ménagent-elles autant ? Quelle est l’activité humaine qui a le plus d’impact sur l’environnement ? Ce ne sont pas les transports, pas l’industrie… Mais l’élevage industriel. C’est l’idée choc avancée par le documentaire qu’on pourrait traduire par : « La conspiration des vaches ».

Le réalisateur Kip Andersen, filmé par Keegan Kuhn, se met en scène, en tant qu’apprenti écolo d’abord bouleversé par le film “An Inconvenient truth” d’Al Gore. Il cherche quel peut être le geste le plus écologique à faire au quotidien. Il se renseigne donc sur les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre… et découvre à sa grande surprise que ce ne sont pas les transports ou l’industrie… mais l’élevage !

La permaculture peut-elle nourrir les Français?

De plus en plus de paysans, y compris en ville, s’inspirent de la nature pour aménager des exploitations agricoles différentes et à taille humaine. Ils produisent en quantité plantes, fruits et légumes sans engrais, sans tracteur, sans énergie fossile. Et propagent, ainsi, l’idée de l’autosuffisance alimentaire.

La micro-ferme est adossée au château de La Bourdaisière, en Indre-et-Loire. Elle se situe à deux pas d’un potager conservatoire de la tomate, regroupant 650 variétés du fruit sur un peu moins d’un hectare. L’exploitation pilotée par Maxime de Rostolan, 33 ans, s’étend, quant à elle, sur 1,4 hectare.

Mais elle n’a rien de comparable, puisque le président de la plateforme de crowdfunding Blue Bees, s’adressant aux projets de développement durable et d’agro-écologie, y cultive, depuis un an, une cinquantaine de produits.

On trouve de tout chez cet ex-Parisien: des légumes, des plantes vivaces et comestibles, des arbres fruitiers. Des poules, des serres, du compost, aussi, ainsi que du feuillage posé sur le sol, entre des plants. D’où cette curieuse impression que la nature domine en ces lieux. Mais rien ne pousse par hasard, ici.
Lire la suite

Corse : Les oliviers menacés par une terrible bactérie

Non loin de là, en Italie, plus de 30.000 hectares d’oliviers sont morts, desséchés et asphyxiés par une bactérie tueuse : la “Xylella fastidiosa”. Pour éviter la contamination, la préfecture de Corse intensifie les contrôles de végétaux aux ports et dans les pépinières.

Les plantes importées pourraient être porteuses de la bactérie. Louis, un oléiculteur, a très peur d’elle. “Elle fait mourir définitivement et sans aucune possibilité de traitement l’olivier, l’amandier, le laurier rose, le chêne, l’oranger…“.

Une contamination du maquis corse serait un désastre écologique et économique. Preuve du sérieux de la menace : l’Europe a nommé un commissaire extraordinaire en charge du dossier.

Recherches prometteuses sur un vaccin en 3D contre le cancer

Aider le corps humain à s’adapter de l’intérieur pour combattre le cancer, c’est l’objectif des travaux d’une équipe de chercheurs de l’Institut Wyss et de l’Université de Harvard.

Pour l’atteindre, ils ont mis au point une sorte de vaccin qui se présente sous la forme d’une solution contenant des nano-tiges de silice. Nano-tiges qui, une fois dans l’organisme, forment une structure en trois dimensions.

Explications de David Mooney, professeur en bio-ingénierie à Harvard : “on peut les injecter à l’aide d’une aiguille parce qu’elles sont si petites, puis elles se retrouvent dans le corps au sein d’une solution saline et quand cette solution saline se dissipe dans les tissus environnants, ces particules s’affaissent les unes sur les autres pour former cette structure en trois dimensions.

Ce nano-échaffaudage va alors se retrouver au centre de la lutte contre les cellules cancéreuses, des cellules que le corps humain a du mal à identifier de lui-même comme menace. Le rôle des nanoparticules est justement d‘éduquer de l’intérieur le système immunitaire. Autrement dit, elles attirent les cellules dendritiques spécifiquement chargées de la surveillance de l’organisme, lui apprennent à reconnaître une menace et donc à déclencher l’alerte et la réponse du système immunitaire.

Pérou : A la Pampa, les chercheurs d’or ont remplacé la forêt

Forêts rasées, terres contaminées… Dans ce numéro d’Élément terre, nous partons au Pérou, à la Pampa. Cette zone, qui abritait autrefois des milliers d’hectares de forêts, est désormais occupée par les chercheurs d’or illégaux.

Au Pérou depuis deux ans, la police et l’armée multiplient les raids dans la jungle amazonienne. Dans leur collimateur : les mineurs. Depuis 2012, l’extraction d’or sans permis est un crime. Pour extraire le métal précieux du fond du fleuve, les chercheurs utilisent du mercure, une technique ancienne et interdite, car dangereuse pour l’environnement.

A Madre de Dios, la plupart des habitants vivent de l’extraction illégale d’or. Les mines représentent encore aujourd’hui 70% du PIB de la région. Pour inverser la tendance, la communauté de Tres Islas tente de diversifier ses activités. Parmi elles, le commerce des noix d’Amazonie et l’éco-tourisme. Les touristes sont prêts à payer cher pour découvrir la forêt amazonienne.

Aux États-Unis, les scientifiques planchent aussi sur la question. A l’université de Standford, leurs cobayes se transforment en coupeurs d’arbres au travers d’un jeu vidéo. Objectif : créer de l’empathie et analyser l’évolution des comportements.

La “superintelligence”, un risque existentiel ?

Elle s’en va et elle revient, elle est comme une chanson populaire : la perspective d’une Singularité, d’un remplacement progressif ou brutal de l’homme par ses créations machiniques, s’invite régulièrement dans la blogosphère techno, et pas seulement pendant les mois d’été, quand on n’a aucune info à se mettre sous la dent. Cette fois-ci, pourtant, le débat semble plus fourni et prolongé qu’à l’habitude, à cause de la réputation de ceux qui l’ont relancé : le physicien Stephen Hawking, pas moins, et un groupe d’autres scientifiques de renom.

Ce collectif a en effet publié une “lettre ouverte” sur le site du Future of Life Institute, mettant en garde contre une escalade incontrôlable de l’intelligence artificielle, et encourageant une recherche prudente et réfléchie. Mais en fait, c’est surtout un article du Huffington Post, signé par Hawking, le physicien Max Tegmark (auteur d’un excellent livre, “Notre univers mathématique“), le professeur de sciences informatiques Stuart Russel et Frank Wilczek (prix Nobel de physique 2004) qui se montre le plus alarmiste :

“On peut imaginer une telle technologie déjouer les marchés financiers, dépasser les chercheurs humains, les dirigeants humains et développer des armes que nous ne pouvons même pas comprendre. Alors que l’impact à court terme de l’IA dépend de qui la contrôle, celui à long terme dépend de savoir si elle peut être contrôlée par quiconque.

Donc, face à de possibles avantages et des risques incalculables, les experts devraient sûrement se trouver en train de faire tout leur possible pour nous garantir les meilleures conséquences, non ? Faux. Si une civilisation extraterrestre supérieure nous envoie un jour un message disant: “Nous arriverons dans quelques décennies”, devrions-nous répondre simplement, “OK, appelez-nous quand vous arrivez ici – nous allons laisser les lumières allumées” ? Probablement pas – Et pourtant, c’est plus ou moins ce qui se passe avec l’IA.”

Lire la suite

Sel : Notre poison quotidien

Déconseillé en cas d’hypertension et de problème cardio-vasculaires, le sel est pour autant omniprésent lors des trois repas de la journée. 80% du sel consommé ne provient pas de la salière, mais de celui qui est incorporé dans les aliments issus de l’industrie agro-alimentaire.

Pain, plats préparés, boîtes de conserves, surgelés ou encore desserts, quasiment tous les produits sont concernés. Utilisé comme exhausteur de goût ou conservateur efficace, les journalistes ont enquêté, dans les supermarchés et dans les chaînes de fabrications industrielles, sur ses différentes utilisations.

Émission Spécial investigation diffusée sur Canal+ le 09/02/2015

(Merci à Math)

Allemagne : L’ARN, une molécule d’avenir

Tout le monde ou presque connaît l’ADN. Mais, saviez-vous que sa petite sœur, l’ARN, peut aider notre organisme à produire ses propres médicaments ? Comment et pourquoi ?

Dans ce laboratoire de recherche basé à Tübingen, en Allemagne, des scientifiques tentent de percer le mystère d’une molécule insaisissable: l’ARN, pour acide ribonucléique: son nom scientifique est l’ARN messager, ou ARNm.

Pour faire simple, cette molécule a la faculté d’aider l’organisme à se soigner lui-même.

États-Unis : Cuisine italienne au cannabis avec une chef de 91 ans

“Bong Appétit” est une nouvelle série sur les boissons et aliments infusés au cannabis. Vous découvrirez de nombreuses façons de consommer le cannabis.

Dans ce premier épisode, le chef cuisine Matt Zimbric se rend dans un jardin de cannabis médical secret en Californie, tenu par Nonna Marijuana, une grand-mère de 91 ans qui cuisine à l’italienne.

Utilisant des têtes de cannabis cultivé par sa propre fille, Nonna enseigne à Matt une technique infaillible pour infuser le cannabis dans du beurre, puis lui montre comment préparer un poulet « pot-cciatore » et des gnocchis au beurre de cannabis.

Au passage, elle explique comment et pourquoi elle recommande le cannabis médical à ceux qui en ont besoin, sans consommer elle-même ce qu’elle produit.

Le marketing de la folie – Sommes-nous tous fous ? [Rediff.]

Le marché des psychotropes rapporte gros. L’alliance entre la psychiatrie et les firmes pharmaceutiques leur a permis de réaliser plus de 80 milliards de dollars de ventes de psychotropes. Mais les apparences sont trompeuses. Que valent les diagnostics psychiatriques, et jusqu’à quel point ces psychotropes sont-ils sans danger ?

Ce documentaire en trois parties révèle les faits derrière le vernis social d’un marketing habile et soi-disant scientifique qui dissimule une campagne de vente de produits dangereux et parfois fatals.

Radio Courtoisie : « Le danger des vaccins » (Audio)

Le vendredi 13 février 2015, dans l’émission (pré-enregistrée) du “Libre journal des sciences et des techniques” sur Radio Courtoisie, Paul Deheuvels recevait le Professeur Henri Joyeux, le professeur de biologie émérite Michel Georget et l’auteur Claire Séverac, afin de débattre sur la dangerosité des vaccins et notamment sur le cas du Gardasil.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

États-Unis : Les Appalaches décapitées par les marchands de charbon

Aux États-Unis, Malgré le boom du pétrole et du gaz de schiste, le charbon demeure la principale source d’énergie aux États-Unis. Pour en accroître la production, les compagnies minières privilégient désormais l’exploitation à ciel ouvert en arasant les sommets à l’explosif. Ce procédé, très utilisé dans les Appalaches, a des conséquences environnementales désastreuses. L’extraction de cette source d’énergie ravage la nature… mais fournit des emplois.

L’après-midi du 5 avril 2010, une puissante boule de feu se propage dans les galeries de l’Upper Big Branch, une mine de charbon de la Coal River Valley, en Virginie-Occidentale. Des dizaines d’hom- mes sont pris au piège. Tandis que les camions-satellites de Cable News Network (CNN) sont dépêchés, le président Barack Obama intervient à la télévision.

Cette vallée encaissée, jalonnée de villages quasi fantômes, où l’eau du robinet a l’odeur du diesel, devient le cœur du cyclone média- tique américain. Le macabre suspense prend fin au bout de quelques jours : le bilan définitif s’établit à vingt-neuf morts.

Deux stèles ont été construites à la mémoire des disparus. L’une, taillée dans le granit, représente vingt-neuf silhouettes se donnant l’accolade. Financée par l’industrie, elle est dédiée à « tous les mineurs blessés, malades, ou morts au travail». L’autre mémorial, moins ostentatoire, est visible sur le lieu même du drame : vingt-neuf casques et autant de couronnes de fleurs. Sur le sol, un message tracé à la craie par un habitant, comme un cri : « Dieu bénisse le charbon. »
Lire la suite

États-Unis : L’installation de centres médicaux dans les centres commerciaux séduit

Un centre médical va ouvrir ses portes dans quelques mois dans un centre commercial de la cité de la Castellane à Marseille. Une première en France.

Cette pratique est déjà courante outre-Atlantique. Dans un centre commercial du Texas (États-Unis), on peut y faire ses courses, s’y habiller, manger, mais également aller consulter un médecin. Impossible de louper le centre médical et sa devanture tape-à-l’œil. Il est ouvert sept jours sur sept, de 9h à 20h.

TTIP : Peurs et espoirs du partenariat commercial UE-USA

Alimentaire, automobile, énergétique, chimique, financier, tels sont les secteurs affectés par le TTIP, les négociations de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis.

Un partenariat controversé, que le Comité des Régions de l’UE avait mis à l’agenda de sa session plénière.

Quand les mutuelles étudiantes mettent en péril la santé des jeunes

Bénédicte est atteinte de la maladie de Crohn, une pathologie chronique extrêmement douloureuse qui nécessite un suivi médical régulier et un traitement lourd et coûteux. En tant qu’étudiante, elle a été obligée de quitter le régime général de la Sécurité sociale pour s’affilier à une mutuelle étudiante, la LMDE. C’est alors que ses ennuis ont débuté.

Groenland : A la découverte de la plongée sous-glace

Dans son livre “Glaceo : l’envers d’un monde de cristal”, Alban Michon, explorateur et spécialiste de la plongée sous-glace, retrace toutes ses aventures et expéditions.

L’aventurier revient sur son expédition au : “Nous sommes partis 51 journées, c’est long, mais c’était aussi féérique. J’ai fait 16 plongées. Il fallait faire 1.000km en kayak“.

Marcel Violet et la bio-dynamisation

Marcel Violet (1886-1973) était un ingénieur des Arts et Métiers et un inventeur français. Il est considéré comme le père du moteur à deux temps pour automobiles et a notamment conçu le moteur de la célèbre marque de moto française Simca Sevitam. En 1938, il effectue une étude concernant les réactions de cultures microbiennes exposées aux différentes couleurs du spectre.

Le hasard lui fait interrompre une expérience. En la reprenant, il constate que des modifications profondes, et apparemment inexplicables, se sont produites pendant la période supposée d’arrêt. Ses expériences de contrôle lui confirment l’existence d’un rayonnement pénétrant non lumineux qui, associé au rayonnement lumineux visible, en modifie profondément l’action et pouvait même, dans certains cas, en changer le sens ; il constata que l’eau soumise à l’action de ce rayonnement paraissait l’emmagasiner. En clair, une partie non visible d’un rayonnement lumineux traverse la matière des corps opaques.

Marcel Violet constate que l’eau soumise à ce rayonnement à des effets bénéfiques sur la santé et la croissance des plantes. Il consacre sa vie à l’explication de ses phénomènes constables et cherche à mettre au point un instrument de mesure. Il invente notamment un procédé de traitement électro-vibratoire de l’eau (brevet FR1142722).

Lire la suite

La croissance, un modèle qui arrive à ses limites

La croissance économique vigoureuse est chose du passé dans les pays industrialisés. Les sociétés devront apprendre à vivre avec des taux de croissance anémiques qui les forceront à faire des choix. La croissance du PIB à tout prix a-t-elle fait son temps? Et si la décroissance était une voie d’avenir ?

C’est fou tout ce qu’on peut faire pour soutenir la croissance économique! On l’encourage à coups de subventions et de baisses d’impôt. On la stimule par le marketing et la publicité. Et on la dope avec le crédit facile et l’endettement. Avec bien peu de résultats, est-on forcés de constater depuis 30 ans.

Lire la suite

Les secrets inavouables de nos smartphones [Rediff.]

Zoom sur le marché des téléphones portables. Pendant un an, l’équipe de Cash Investigation a enquêté sur les conditions de fabrication de cet appareil du quotidien, produit de très grande consommation puisqu’un Français consulte en moyenne 150 fois par jour son portable.

1,8 milliard d’exemplaires sont vendus à travers le monde chaque année. Ce marché rapporte des sommes gigantesques aux entreprises du secteur, devenus des empires économiques. Si ce business était équitable, pourquoi pas ? Il ne l’est pas, comme le démontre ce reportage.

En Chine, un journaliste a filmé en caméra cachée les conditions de travail des salariés d’un des plus gros sous-traitants de l’industrie du mobile, pour la plupart des enfants. En République démocratique du Congo, rencontre avec ceux qui extraient le tantal, minerai qui entre dans la composition des téléphones, parfois pour le compte des rebelles armés.

Enquête : les nouvelles mobilités, apanage des citadins

L’Observatoire des mobilités émergentes réalisé par l’Obsoco en partenariat avec Chronos, met en lumière une nette différence dans les déplacements entre les habitants des grandes agglomérations et le reste du territoire. D’un côté, des populations qui profitent à plein des nouvelles mobilités ; de l’autre, celles pour qui la voiture individuelle demeure le seul véritable moyen de transport.

Autopartage, covoiturage, VTC, vélo, marche à pied… Ces mobilités émergentes sont l’apanage des habitants de Paris et des agglomérations de plus de 100 000 habitants. Dans le périurbain et les zones moins denses, l’automobile patrimoniale demeure au cœur des mobilités. 96% des répondants utilisent la voiture dont 63% tous les jours ou presque. Ce sont les principaux enseignements de la première édition de l’Observatoire des mobilités émergentes (1) réalisé par l’Obsoco en partenariat avec Chronos avec le soutien de l’Ademe, PSA Peugeot Citroën et la SNCF.

Lire la suite

Le bazooka nucléaire

Ce que vous voyez ci-dessus est un missile nucléaire miniature monté sur un bazooka portable qui nous vient tout droit de la guerre froide.

Dans les années 50 et 60 le gouvernement Américain cherchait à développer une arme nucléaire la plus légère et portable possible de façon à être capable de la parachuter sur le dos d’un soldat près des lignes ennemies, après de longues recherches ils ont conçut une tête nucléaire dénommée W54.

A cause de leur taille ces bombes atomiques étaient de faible puissance, entre 10 et 20 tonnes de TNT, très loin des 13.000 tonnes d’Hiroshima mais suffisantes pour détruire un quartier.

Lire la suite

Suède : Une société implante des puces dans la main de ses salariés

Bienvenue dans le bureau du futur! Une société suédoise de gestion d’immeubles de bureaux a décidé d’être en avance sur son temps technologiquement. Et pour cela, elle a choisi d’implanter une puce dans la main de salariés du site high-tech. Dans le seul but de faciliter leur vie dans les bureaux, est-il assuré.

Et si votre vie professionnelle devenait aussi simple qu’une caresse sur un bouton ? Fini les badges oubliés, les multiples codes à retenir, les demandes d’autorisation interminables ou les cartes de cantine perdues. Une société suédoise a trouvé la parade : implanter une puce dans la main des salariés. L’idée n’est pas de “ficher” ses employés, mais de faciliter leur quotidien.
Lire la suite

Plus on pollue l’eau, moins on est taxé

C’est un rapport sulfureux que celui rendu par la Cour des comptes ce mardi 10 février. Il pointe un déséquilibre entre les particuliers d’une part, et les agriculteurs et les industriels d’autre part. Les premiers paient 87% des taxes sur la pollution de l’eau alors que les seconds ne règlent que 13%.

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal reconnaît que le principe pollueurs/payeurs, instauré en 2006, fonctionne mal : “Il y a de gros lobbys qui sont à l’œuvre, bien évidemment (…). C’est un système du coup pervers parce que moins on paie de taxes, moins on a envie de dépolluer, et c’est le consommateur qui paie”.

Benoît Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement, s’insurge : “La redevance est totalement dévoyée parce que dans les agences de l’eau, les agriculteurs pèsent beaucoup sur les décisions. Et donc, très souvent, on a des décisions qui sont favorables aux pollueurs plutôt qu’aux pollués”. Le gouvernement plaide pour une reprise en main de la politique de l’eau.

Cinéma : “Le dernier loup”, un hymne à la nature et à l’amitié

Le dernier film de Jean-Jacques Annaud, se passe en 1967, pendant la Révolution culturelle en Chine. Il raconte l’histoire d’un étudiant envoyé dans les steppes de Mongolie intérieure pour rééducation. Il partage la vie des nomades et devient de plus en plus fasciné par les loups. Mais bientôt, le gouvernement ordonne de tuer tous les loups de la région.

Chine : Des scientifiques créent un œuf transparent à Pékin

Un œuf au poil pour voir grandir le fœtus d’un oiseau. Pour la première fois, des scientifiques chinois de l’université Tsinghua de Pékin sont parvenus à créer une coquille d’œuf artificielle et transparente. Elle a été réalisée avec un polymère organique à base de silicium. Ce composé souple permet d’imiter la texture d’une coquille réelle.

Alerte au mercure

Le mercure se trouve partout, dans les produits d’hygiène, les jouets en plastique, les ampoules à économie d’énergie, les poissons, les amalgames dentaires. En effet, ce métal à l’état liquide est encore utilisé par les industriels en raison de ses nombreuses propriétés chimiques.

Pourtant en 2007, l’OMS l’a classé parmi les dix substances les plus toxiques. Des études font désormais le lien avec des maladies neurologiques comme Alzheimer ou la sclérose en plaques. La plupart des pays européens ont adopté des mesures pour limiter son utilisation.

Mais les autorités françaises tardent à réagir. Durant de longs mois, une équipe a enquêté dans les cabinets dentaires, les usines de recyclage d’ampoules et les poissonneries. Les résultats sont inquiétants !

Diffusé sur France 5 le dimanche 1 février 2015

Repenser le droit des communs avec Béatrice Parance

Devenons Citoyens vous emmène à la conférence du Mouvement Utopia, “Les communs, pour quoi faire et jusqu’où?” Ici, Béatrice Parance (professeure de droit à l’université Paris 8) nous propose un bref historique du droit des communs et des biens communs avant de faire un état des lieux du droit des communs.

Repenser les biens communs- Jacques DE SAINT VICTOR , Béatrice PARANCE

CNRS EDITIONS

Bangladesh : La marée noire oubliée

Au Bangladesh, une marée noire est en train de ravager un trésor mondial de la biodiversité, dans l’indifférence générale. La plus grande forêt de mangroves du monde inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco est se recouvre progressivement d’une couche visqueuse de pétrole.