Global Partage

Les ressources de la planète qui s’épuisent, une crise économique qui devient une crise du système économique… Face à ce constat, des pionniers de plus en plus nombreux cherchent des pistes pour vivre mieux et de façon plus durable. C’est ainsi que l’idée du partage a fait son chemin jusqu’à devenir une petite révolution qui touche désormais toutes les activités.

L’économie collaborative basée sur l’échange entre individus sans intermédiaires est en train de façonner un autre mode de consommation et de rapport aux autres.”

Un documentaire complet qui fait le tour de nombreuses alternatives: crowfunding, covoiturage, potagers communs, fablabs, woofing, etc.

Les As du troc

Aliments, vêtements, informatique, pour Daniel, rien ne se perd, rien ne s’achète, tout s’échange. Ce chauffeur de bus, père de cinq enfants, est devenu un as du troc.

Une nouvelle façon de consommer sans rien dépenser qui, avec la crise, connaît un succès sans précédent. Ces dernières années, une dizaine de sites Internet spécialisés se sont créés en France.

Japon : Des cellules solaires atypiques pour doper l’énergie verte

Un professeur de l’université de Tokyo met au point des cellules photovoltaïques capables de stocker l’électricité. Il en fait des objets de décoration pour changer l’image du secteur de l’énergie.

Elle s’appelle Annabelle, du nom d’une variété d’hortensia, ses pétales bleuissent au soleil et son esthétique séduisante en fait un objet de décoration de choix : en imaginant cette cellule solaire capable de stocker de l’énergie, un scientifique japonais espère attirer l’attention sur les énergies renouvelables.

C’est une jolie boîte cubique en bois, de 20 cm de côté, en partie couverte de cellules solaires vitrées au motif floral. Grâce à un système doté de trois électrodes, ces cellules ne se contentent pas de générer de l’électricité sous l’effet de la lumière du soleil, elles sont aussi capables d’en stocker, si bien que l’ensemble permet de recharger deux fois un téléphone portable.

De bleue, la fleur redevient blanche, comme la vraie Annabelle des jardins, une fois vidée de son énergie.
Lire la suite

Allemagne : Une voiture qui roule à l’eau salée

Une firme allemande va lancer une voiture qui fonctionne grâce à de l’eau salée par phénomène d’électrolyse.

Dévoilée en mars dernier lors du Salon de Genève, la Quant e-Sportlimousine de la firme allemande NanoFlowCell a récemment été approuvé par Tüv Süd pour une utilisation sur les routes d’Allemagne et d’Europe.

La voiture roule via un système de propulsion fonctionnant à l’eau salée. Il suffit d’injecter dans le réservoir un liquide chargé pour faire fonctionner les batteries sans lithium.

Cette élégante et sportive monocoque quatre places (de 5,24 x 2 mètres pour un poids de 2300 kg réservoirs pleins) est dotée d’une carrosserie en fibre de carbone, de portes papillon et d’un système de propulsion Nanoflowcell fonctionnant à l’eau salée faisant toute la particularité du véhicule.
Lire la suite

Retraités « réenracinés »

Les zones rurales attirent de plus en plus de nouveaux résidents. Qui sont ces aventuriers? Rencontre avec ceux qui, à l’heure de la retraite, reviennent sur les lieux de leur enfance.

Au début, Danielle Baudin-Crouzet n’arrivait pas à dormir à Armand (Haute-Loire). Trop de silence. La rumeur de la ville l’avait bercée si longtemps, avant son installation dans ce hameau, qu’elle sursautait au moindre bruit, au plus petit craquement. Un cri d’oiseau, le soupir des forêts, une voiture qui passe, un rien. L’endroit, elle le connaissait pourtant comme sa poche.

C’est là qu’elle a grandi, dans la ferme de ses parents. Et de là qu’elle a marché, chaque matin, pour se rendre à l’école primaire du petit village de Trabesson, juste au-dessus.

Quand elle en est partie pour Lyon, avec son diplôme d’institutrice en poche, ce fut sans regret. « La vie était dure », se souvient cette jolie femme, née en 1947. A 1.000 mètres d’altitude, dans ce paysage de sapins noirs et de chemins tortueux, les hivers semblent longs avec un seul poêle pour chauffer toute la maison.
Lire la suite

Suisse : Les militaires mangeront exclusivement des produits locaux à partir de 2015

De nos jours, il est souvent moins coûteux de consommer de la viande importée que de s’adresser directement aux agriculteurs du coin… Une des raisons – parmi d’autres – tient aux normes d’élevage, dont l’application n’est pas sans conséquences sur le prix de revient des produits.

En Suisse, il en coûte ainsi 8,50 francs suisses (7 euros) pour nourrir quotidiennement un soldat. Chaque année, 63 millions sont dépensés pour les repas servis aux troupes. Et, comme l’on peut s’en douter, une partie des produits consommés sont importés pour des raisons de coûts.

Lire la suite

Covoiturage : Pour voyager moins cher

Cet été, vous avez peut-être eu recours au covoiturage. Vous avez donc certainement entendu parler de Blablacar, l’un des sites des covoiturage. Ce qui n’était au départ qu’une petite start-up parisienne est devenue le leader incontesté sur ce marché en France.

L’entreprise vient de lever 100 millions de dollars et regarde désormais vers l’Amérique.

Landes : Des poulets participent à la lutte contre le frelon asiatique

Vespa Velutina, alias le frelon asiatique, est largement implanté en France depuis 2004. Il est arrivé dans le Lot-et-Garonne accidentellement, caché dans des poteries importées de Chine.

Les insecticides et les pièges n’arrivent pas débarrasser les départements touchés, et l’insecte poursuit son expansion en France, où il est désormais installé dans les trois quarts des départements du territoire métropolitain. Un nouveau prédateur de ses insectes existe pourtant: le poulet.

Placés près des ruches, les poulets permettent en effet de limiter les attaques des frelons asiatiques. Un ancien gendarme a constaté que les volailles étaient friandes de cet insecte qui attaque les abeilles. La méthode est insolite, mais elle marche, les frelons asiatiques restant une proie facile pour les gallinacés.

Le prix du Nutella va t-il augmenter ?

En cette rentrée, les prix du Nutella et autres barres chocolatées pourraient augmenter fortement. Pourquoi? La mauvaise météo en Turquie a ralenti la production de noisettes et engendré une augmentation importante du prix de la tonne.

Warkawater : La tour qui transforme l’air en eau

Pour faciliter l’accès à l’eau potable dans les régions arides, le designer italien Arturo Vittori a conçu des tours qui captent l’humidité présente dans l’atmosphère pour fournir jusqu’à 100 litres d’eau par jour.

Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau

Parmi les métiers du futur, on trouve le « collecteur d’eau atmosphérique ». Arturo Vittori pourrait bien être le premier d’entre eux. Pour faciliter l’accès à l’eau dans les régions sèches d’Éthiopie, ce designer italien a développé des tours hautes de neuf mètres, chargées de capter l’eau présente dans l’air pour la transformer en eau potable.

Warkawater (Warka est le nom d’un figuier africain symbole de fertilité) est constituée d’un filet à mailles fines de nylon ou polypropylène qui condense la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère. En bas de la tour, un réservoir permet de collecter jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour, selon son créateur.

L’ensemble est adossé à une structure tressée à partir de matériaux naturels locaux et ne pèse que 60 kg.
Lire la suite

Afrique : Un inventeur se dresse en “apôtre du Made in Ghana”

Avec ses voitures “made in Ghana” qui démarrent à l’aide d’une montre en or, ses gardiens-robots ou encore un prototype d’hélicoptère de combat, un inventeur ghanéen autoproclamé “la star de l’Afrique” espère révolutionner le secteur industriel dans son pays.



Dossier: Inventeurs africains, sésame pour l’émergence

En Afrique, les chercheurs qui cherchent, on en trouve; mais les chercheurs qui trouvent, on en cherche.” Longtemps, cette boutade a servi à narguer les limites de la recherche scientifique en Afrique. Elle est désormais révolue devant le génie-créateur de nombreux inventeurs africains, créateurs de solutions innovantes. Ces fils d’Afrique n’attendent que reconnaissance et valorisation.

(Merci à Erwinn)

Faire du sport réduit la sensibilité à la douleur

Et si trois séances de 30 minutes de vélo d’appartement par semaine permettaient de se passer de paracétamol ou d’anti-inflammatoires? Un rêve pour tous les «douloureux chroniques», selon le terme médical consacré pour qualifier les millions de patients dans le monde qui prennent chaque jour leur traitement.

C’est l’espoir que soulèvent les travaux publiés ce mois-ci dans une revue internationale spécialisée en médecine du sport (Medicine & Science in Sports & Exercise). Des chercheurs australiens, répartis entre l’Université de New South Wales et un vaste centre de recherche privé, le Neuroscience Research Australia à Sydney, ont comparé la sensibilité à la douleur de 12 adultes en bonne santé, mais inactifs, qui acceptaient de s’engager dans un programme d’entraînement physique (groupe actif), à celle de 12 adultes d’âge similaire, également en bonne santé mais restant inactifs pendant les six semaines de l’étude (groupe inactif). Les 24 cobayes étaient, bien sûr, inactifs au départ.

« L’effet analgésique (qui réduit la douleur, NDLR) pendant l’exercice physique est bien connu, expliquent les auteurs, cependant les effets de l’exercice régulier sur la sensibilité à la douleur sont largement inconnus. » C’est cet effet analgésique persistant en dehors même des trois séances de vélo d’appartement par semaine que les chercheurs australiens ont mis en évidence.

Le principe de base de l’être humain, c’est de s’adapter
Lire la suite

Les canibals envahissent la France ! (Màj vidéo)

Canibal, c’est le nom des machines à recycler qui s’installent petit à petit sur le territoire français. Automatiques et ludiques, elles permettent de sensibiliser le public au tri sélectif et au recyclage.

Elles ont exactement le même aspect que les distributeurs automatiques mais elles sont de couleur vert pomme. Au lieu de distribuer des cafés ou des sandwichs, les machines “Canibal” récupèrent les déchets et donnent, en échange, des bons de réductions.

L’objectif, sensibiliser, de manière ludique, le public au tric sélectif et au recyclage. Car, pour une tonne de déchets ingurgités, plus de deux tonnes de CO2 sont économisées.

Dans les gares, les écoles, sur les aires d’autoroute, ou dans les entreprises, les machines “Canibal” attirent le regard des passants. On les trouve dans plusieurs grandes villes de France. A Paris, les machines ont investi les gares de Montparnasse et St Lazare mais également le parvis de la défense.

Au choix : gagner un bon de réduction ou faire un geste écologique

Lire la suite

Alsace : Nids d’aigles

Le cadre est magnifique: un château médiéval en haut d’une colline alsacienne. On peut y admirer trois cents rapaces, certains en plein vol, d’autres dans leurs nids et s’occupant de leurs petits. Aigle royal, condor des Andes, vautour…

En Alsace, la volerie des aigles, née dans les années 60, est le premier centre de conservation et de reproduction de rapaces en France.

Soltech : Des tuiles pour capter l’énergie solaire

Il existe deux grands moyens d’exploiter l’énergie du soleil: le premier est le photovoltaïque qui consiste à convertir directement les rayons en courant électrique. Le deuxième est le thermique: utiliser le soleil pour chauffer l’air ambiant, ou pour produire de la vapeur et donc de l’électricité.

L’entreprise SolTech Energy a mis au point une solution originale pour capter et exploiter la chaleur du soleil. Avec ou sans nuages. Les tuiles mises au point parc ette société sont transparentes. Tout en isolant le bâtiment, elles sont traversées par les rayons du soleil, dont la chaleur est captée par un revêtement disposé sous les tuiles. Un système breveté permet de distribuer cette énergie thermique dans tout le bâtiment.

Et les résultats sont là: avec 150 m2 de tuiles Soltech, une crèche de la banlieue de Stockholm génère environ 48.000 kWh par an – soit plus de deux fois la consommation énergétique d’une maison individuelle récente.

Lire la suite

Inde : Bras de fer autour des OGM

Malgré les avis des scientifiques, le gouvernement indien avait décidé, en juillet, d’élargir les OGM en plein champ à de nouvelles cultures, parmi lesquelles l’aubergine, premier légume consommé dans le pays. Une décision qui divise, y compris au sein du mouvement national-hindouiste.

Le gouvernement indien vient de céder à la pression de la société civile. Et de reculer sur les essais en plein champ de plusieurs variétés d’OGM. En effet, le 15 juillet, le gouvernement indien avait donné son feu vert pour la mise en culture en plein champ, à des fins expérimentales, de 21 plantes, dont le coton, le riz, la moutarde et l’aubergine.

Une décision prise contre l’avis de plusieurs commissions scientifiques, et en dépit de toutes les promesses faites pendant la campagne par le Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien, formation national-hindouiste, au pouvoir depuis mai 2014), comme le rappelait quelques jours plus tard un éditorial de Jansatta, un grand quotidien en hindi.

Dans son programme électoral, le BJP s’était engagé à ce qu’aucune décision ne soit prise pour étendre les expérimentations sans évaluation scientifique préalable. Encore une fois, le ministère de l’Environnement s’est assis sur ces promesses et sur les recommandations des scientifiques. [...] 

Lire la suite