Trading à haute fréquence, la prédation en toute quiétude

Faute d’une vraie régulation européenne, la captation de valeur injustifiée du THF met en jeu la confiance des investisseurs, et donc la survie des marchés actions.

Revenons à la base : à quoi sert un marché d’actions ? À confronter l’offre et la demande de façon transparente et non trompeuse, afin que les prix puissent se former, que les échanges puissent se réaliser de façon équitable, que les épargnants puissent investir en connaissance de cause, et que les entreprises cotées en Bourse puissent se financer.

Le trading à haute fréquence, qui représente aujourd’hui entre 40 % et 60 % des volumes sur les places boursières d’Europe et des États-Unis, se nourrit de sa capacité à exécuter des transactions boursières plus vite que les investisseurs institutionnels et les intermédiaires qui les servent. Les traders à haute fréquence, qui sont soit des boutiques spécialisées, soit des banques de marché, s’intercalent entre les intervenants traditionnels (investisseurs et intermédiaires) et captent une rente en réalisant des transactions si rapidement que les intervenants traditionnels n’ont pas la capacité de les en empêcher.

Lire la suite

Les dessous de l’industrie pharmaceutique

Les scandales rythment l’information sur l’industrie pharmaceutique et focalisent l’attention sur ses excès. Suivre le parcours d’un médicament sans histoire, de sa conception à sa prescription, montre pourtant que la frontière est mince entre les dysfonctionnements et les pratiques routinières.

« J’ai compris que j’étais fliquée, qu’on savait exactement ce que je prescrivais, s’indigne une médecin installée à Paris. J’étais naïve, moi, je ne savais pas. [Un jour], une visiteuse médicale m’a dit : “Vous ne prescrivez pas beaucoup !” Je me suis demandé : “Comment peut-elle savoir cela ?” »

Cette pratique de surveillance, qui choque de nombreux praticiens, est orchestrée par les services commerciaux des laboratoires. Pour augmenter ou maintenir leurs parts de marché, les grands groupes pharmaceutiques déploient des trésors d’ingéniosité. Ils n’hésitent pas, par exemple, à modifier les indications de leurs médicaments pour gagner de nouveaux clients.

Considérée par certains médecins comme « la Rolls Royce de l’antibio dans le cutané », la Pyostacine, fabriquée par Sanofi — l’un des tout premiers groupes pharmaceutiques mondiaux en chiffre d’affaires (33 milliards d’euros en 2013) —. a connu un tel destin. Longtemps dévolu à un usage dermatologique, l’antibiotique a opéré un « tournant respiratoire » : il est désormais massivement utilisé dans les cas d’infections broncho-pulmonaires et oto-rhino-laryngologiques.
Lire la suite

Australie : 2 apiculteurs inventent la ruche à robinet (Màj vidéo)

(Merci à Johny Walker)

Deux australiens vont probablement révolutionner le domaine de l’apiculture. Leur procédé permet d’extraire le miel d’une ruche sans interférence avec leurs occupantes, avec un simple robinet. Pour les professionnels du domaine, c’est une véritable révolution. De quoi faire de la production de miel une « happy-culture » ?

L’annonce est enthousiaste et fait en ce moment le buzz dans le monde entier. Cedar Anderson et son fils Stuart viennent de mettre au point, après 10 ans de travaux, une solution d’extraction du miel pratiquement invisible pour les abeilles. Les apiculteurs savent de quoi on parle, le procédé traditionnel d’extraction est périlleux, long et fatiguant pour les abeilles.

Adieu les méthodes archaïques

Habituellement, il faut étourdir les abeilles, retirer les couches d’alvéoles, ouvrir ces dernières avec un couteaux chaud et charger le tout dans une centrifugeuse pour obtenir le miel. Certaines abeilles sont écrasées par la manipulation. Dans le meilleur des cas, celles-ci sont stressées par l’intrusion de l’homme dans leur habitat.

Embêtés par cette problématique, les deux amoureux de la nature vont mettre leur intelligence en commun pour concevoir une étrange ruche.
Lire la suite

Lumières du nord

L’hiver, c’est la période la plus propice pour admirer les aurores boréales. Comme Alain et Françoise, deux retraités français, de plus en plus de touristes embarquent en plein hiver à bord de ferry pour le grand nord arctique.

A la découverte des fjords norvégiens et surtout dans l’espoir d’apercevoir la lumière verte si caractéristique des aurores boréales danser dans le ciel. Un phénomène électromagnétique, visible uniquement à proximité des pôles.

Reportage de “Sept à huit” diffusé sur TF1 le 22 février 2015

Cisjordanie : Le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s’étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté internationale et rendent chaque jour un peu plus difficile une solution au conflit israélo-palestinien.

Le paradoxe c’est que bien souvent, la main d’œuvre pour construire ces colonies est palestinienne. Les ouvriers palestiniens construisent ainsi des maisons qui seront occupées par les colons israéliens. Mais les Palestiniens y trouvent aussi leur compte, vu la situation économique difficile dans les Territoires.

Orthographe : Le prix des fautes

Participes passés massacrés, accords boudés, phrases alambiquées…Trop de Français sont fâchés avec l’orthographe. Si on utilise de moins en moins la feuille et le stylo, on écrit toujours autant. Voire plus. Des écrits plus courts, mais plus nombreux. Ainsi, les courriers électroniques sont devenus le principal outil d’échange avec autrui. Alors, gare aux fautes !

Les Français feraient-ils trop confiance au correcteur automatique de leur logiciel de traitement de texte ? À trop se reposer sur ces outils, 78% des Français admettent faire des fautes d’orthographe. Comble de l’ironie, ils se disent pourtant choqués quand ils reçoivent un courrier administratif comportant une erreur ou qu’ils détectent des fautes sur un site.

Parmi les e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients, 90% contiennent au moins une faute d’orthographe, selon une étude réalisée par TextMaster. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l’e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Au-delà de l’impact négatif sur l’image de l’entreprise, ces erreurs peuvent-elles occasionner un manque à gagner ?

Pour les sociétés du Web, les fautes pourraient engendrer le “bad buzz”, et avoir pour conséquence la perte de contrats commerciaux. Pour remédier à ce problème, de plus en plus d’universités proposent une remise à niveau. Des cours de rattrapage pour faire la paix avec les mots.

Envoyé spécial s’est penché sur le coût de ces fautes. Quels sont les enjeux pour les employeurs et leurs salariés ? Peut-on réapprendre l’orthographe une fois adulte, et à quel prix ?

La Réunion : Abdoul Cadjee, un destin z’arabe

Histoire d’une success story à ” l’américaine “, celle d’un homme d’affaires parmi les plus grosses fortunes de l’île de La Réunion. Fils de commerçant indo-musulman, appelé localement ” z’arabe “, Abdoul Cadjee cultive avec soin l’âme des pionniers gujaratis arrivés libres du Nord de l’Inde…

Restos du coeur : Comment en bénéficier ?

(Témoignage reçu de l’un de nos lecteurs et légèrement enrichi par nos soins. Si vous aussi disposez de renseignements qui peuvent être utiles à la communauté FDS, n’hésitez pas nous les signaler dans la rubrique “Blabla”. – L’Équipe)

« Je souhaite informer les Français de Souche, lecteurs du blog, qu’ils ont parfaitement le droit de bénéficier des Restos du cœur. Le système des Restos ne permet pas de faire la promotion des conditions permettant d’y accéder et je considère ce  quasi “secret d’État” comme absolument inacceptable ! »

En préambule je souhaite préciser qu’en ce qui me concerne, la “pauvreté” est toute relative. Elle ne correspond pas une fatalité économique. C’est un choix personnel qui s’inscrit dans un objectif de décroissance. Je n’ai, ne mérite et ne réclame, aucune compassion…

En revanche, ce statut de “pauvre” me donne les moyens de tester tous les abus du système d’assistanat existant au pays de Molière.

 Ne pas avoir d’argent pour se nourrir, cela peut arriver à tout le monde. Mais même en cas de difficultés financières passagères, il existe des solutions en France pour manger à sa faim. Parmi elles, l’épicerie sociale, la banque alimentaire ou s’inscrire au Restos du Cœur.

- L’association lancée par Coluche aide ceux qui n’ont plus rien depuis de nombreuses années déjà. Mais qui a le droit à l’aide alimentaire des Restos du Cœur ?

Je ne peux que fournir les infos concernant les gens correspondant à mon profil. Je suis célibataire sans enfant à charge.
Lire la suite

Nucléaire : État d’urgence chez Areva

Areva a devancé la publication de ses résultats 2014 en annonçant une perte nette record provisoire de 4,9 milliards d’euros, un montant supérieur à sa valeur en Bourse, conséquence de nouvelles provisions et de la dépréciation de certains actifs.

L’État va-t-il intervenir pour sauver une filière nucléaire en difficulté ? Pour le moment rien n’est tranché. Areva doit présenter son plan de restructuration le 4 mars.

Les agents de la CIA qui ont pratiqué la torture ne sont pas punis

En décembre dernier, le Sénat américain a publié un rapport sur les méthodes de détention et d’interrogatoire de la CIA. Un rapport accablant sur la façon dont l’agence de renseignement a traité les détenus accusés de terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001, en les torturant. John Mac Arthur, président du Harper’s magazine, a préfacé ce rapport.

Les agents de la CIA qui ont pratiqué la torture et les hauts responsables ne sont pas punis“, déplore John Mac Arthur. “Tous ces gens-là défendent leurs méthodes en disant qu’elles ont été efficaces et ont permis de sauver des vies!“.

Debout, au coeur de la crise

La France n’en finit plus de constater les ravages provoqués par la crise. Premiers touchés, ceux qui étaient déjà les plus faibles : les familles mono-parentales, les chômeurs et les personnes âgées…

Mais la crise a aussi fabriqué des travailleurs pauvres : des salariés à tous petits revenus, des intérimaires qui multiplient les petits contrats. Même les cadres ne sont plus épargnés.

Personne, aujourd’hui, n’est à l’abri. La perte d’un emploi, un divorce et tout peut basculer. C’est tout de suite la perte du logement, de la voiture, des amis… On s’isole sans savoir jusqu’où ira la chute.

Près de 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, soit moins de 800 euros par mois et par personne. Avec courage et sans tabous, des victimes de cette crise ont accepté de nous parler de leur vie.

Allô j’ai faim : Repas à domicile

Menus concoctés par des chefs, petits plats «maison» à domicile pour parents surmenés, pizzas industrielles produites et livrées à la chaîne, recettes spéciales: se faire livrer un repas ou un en-cas est devenu banal. Le temps consacré au déjeuner et au dîner diminue: 33 minutes pour le déjeuner, le plus souvent au bureau et 38 minutes pour le dîner.

Avec pour corollaire l’essor du «prêt à manger». Les offres se multiplient. Mais quelles sont les recettes des professionnels de la livraison de repas pour tenir leurs engagements de qualité et de rapidité ?

Qui sont les leaders et les plus innovants ? Petits artisans aux abois, livreurs exploités, qui paie les pots cassés du «toujours plus vite, toujours moins cher» ? Comment ce nouveau business est-il encadré par la loi ? Enquête.

Une démocratie pour notre siècle

Affaiblissement du politique, sécession des élites, émergence d’une culture participative… Le consensus qui existait jusqu’alors autour du régime représentatif est en train de voler en éclats sous nos yeux. Une démocratie est à réinventer pour le siècle qui s’ouvre.

Scène de tirage au sort en Grèce vers 480 av J-C (Kuntshistorisches Museum)

Inutile de tourner autour du pot : notre démocratie représentative – ce système où une minorité élue gouverne – est à bout de souffle.

Dès le départ, le concept était plutôt fragile : si un Athénien du Ve siècle av. J.-C. se retrouvait à notre époque, il s’étonnerait qu’on puisse appeler notre régime démocratie. A Athènes, le pouvoir était aux mains des citoyens eux-mêmes, qui prenaient une part active aux décisions : la démocratie est alors directe et participative.

Lire la suite

Joseph Stiglitz : « La crise, une occasion manquée »

L’Europe est confrontée aux problèmes particuliers posés par l’euro. Mais il existe certains problèmes communs à long terme auxquels sont confrontés tous les pays avancés. En lieu et place de ces politiques d’austérité erronées, la récession aurait pu devenir le bon moment pour consacrer plus de ressources pour prendre ces problèmes à bras-le-corps.

Nous verrions alors des économies plus fortes, à la fois aujourd’hui et pour l’avenir. Au lieu de cela, des deux côtés de l’Atlantique, nous avons laissé ces problèmes s’envenimer.

Il existe quatre problèmes sur lesquels je souhaiterais attirer l’attention. Tout d’abord, dans tous les pays avancés, des transformations structurelles sont nécessaires, à mesure que nous passons d’une économie manufacturière à une économie de services, et que nous nous adaptons aux nouvelles réalités géopolitiques et aux changements associés en matière d’avantage comparatif.

Globalement, le nombre d’emplois dans le secteur manufacturier continuera à baisser, la croissance de la productivité dépassant celle de la demande ; et la part des emplois globaux situés dans les pays avancés sera également en baisse. Il restera certains marchés de niches importants, et il faut les cultiver.

Lire la suite

Suisse : Frontaliers, entre deux eaux

Alors que la Suisse durcit sa position sur l’immigration, portraits intimes de Français qui, quotidiennement, traversent le lac Léman pour travailler chez leurs voisins.

À quoi ressemble le quotidien de ces nouveaux “nomades” ? Comment sont-ils perçus en Suisse ? Et en France, où ils attisent souvent la jalousie ?

 

École 42 : Born to code

Les emplois les plus passionnants et dont la France a besoin sont désormais numériques. Découvrez la seule école d’informatique entièrement gratuite et peer-to-peer : 42 l’école informatique créée par Xavier Niel.

« Si la France, 5e puissance économique mondiale, tenait sa place dans le numérique, au lieu d’être 20e, elle aurait réglé le problème de l’emploi ». Le manque de développeurs ralentit dangereusement les projets de transformation de nos entreprises et freine la création de milliers d’emplois induits.

Asie du Sud-Est : Les cyclos, un fléau de santé publique

En Asie du Sud-Est, le coût social et économique des accidents de deux-roues motorisés est considérable. Pourtant, les autorités ne s’en préoccupent guère. C’est une journée comme une autre, chaude et humide, à Phnom Penh. Chhay Hour, un ingénieur de 26 ans qui travaille chez Cambrew, la première brasserie du Cambodge, est en train de négocier ferme une Honda d’occasion dans le district de Prampir Makara, réputé pour ses centaines de boutiques de deux-roues d’occasion.

Ce sera son premier cyclo. Avant, le jeune homme vivait à Sihanoukville [dans le sud du pays] et se rendait à pied de son logement de fonction à l’usine. Mais il vient d’être muté la capitale et devra désormais parcourir 6 kilomètres et demi par jour. D’où la nécessité d’un deux-roues.

Je demande à Hour s’il a le permis. “Qui a besoin d’un permis ? répond-il en riant. Je n’ai pas l’intention de le passer. Ce n’est qu’un bout de papier. Si la police t’arrête, même si tu as le permis, ils trouveront un moyen de te piquer de l’argent. Si la police t’arrête, tu paies, c’est tout.” Cette attitude et cette forme de corruption légère sont généralisées dans toute l’Asie du Sud-Est. Si la police ne prend pas le code de la route au sérieux, pourquoi les citoyens le feraient-ils ?

Seul un quart environ des conducteurs du Cambodge prennent la peine de passer le permis, et 70 % des motocyclistes ignorent le sens du panneau “stop”, selon une étude récente. Cela explique peut-être que le pays soit l’un des plus touchés par le fléau de santé publique le plus ignoré au monde : la montée en flèche du nombre d’accidents mortels qui a accompagné le boom des deux-roues dans les pays en développement.
Lire la suite

États-Unis : Les vagabonds en col blanc

Steven Bo Keeley, fantasque Américain, propose à des cols blancs en mal de sensations de vivre la vie des hobos. Il les emmène traverser les États-Unis en sautant de train en train, sur les traces des clochards célestes de Jack Kerouac. Un journaliste a tenté l’expérience.

C’est par hasard que j’entends parler de Steven Bo Keeley pour la première fois. L’idée de me faufiler dans des wagons de marchandises pour voir du pays me fascine depuis longtemps, et une amie d’Oakland, une gauchiste radicale, me parle d’un livre qui, dit-elle, pourrait m’aider à me préparer. Ce sont les “Mémoires d’un hobo” [vagabond qui voyage principalement en train] qu’elle a rencontré dans un dîner, un certain Steven Bo Keeley, qui emmène des groupes de cadres d’entreprise dans ses aventure de routard du rail. [...]

Keeley est un solitaire étrangement sociable et il est entouré d’un drôle de groupe de sympathisants qui financent  ses aventures. Sur son site Internet, entre ses articles et ses photos, il propose ses services de tour-opérateur, invitant des cadres à rompre la monotonie de leur vie de bureau pour  risquer leur vie avec lui sur le rail. Parmi les options qu’il  propose, vous pouvez choisir de séjourner dans des abris  de SDF ou de bivouaquer dans une “jungle”, les camps de  fortune des hobos.

Les moins téméraires optent pour des  excursions dans des mines désaffectées ou des randonnées  dans le désert. En échange de ces virées, les “vagabonds en col blanc” de Keeley – ils sont avocats, programmeurs, chercheurs, chefs d’entreprise ou investisseurs – l’accueillent  dans leur univers. Il a été invité par des magnats de la  finance et convié dans les luxueux chalets du cénacle des  anarcho-capitalistes à Aspen, dans le Colorado.
Lire la suite

Géolocalisation : Tous traqués ?

Les Français utilisent leur portable près de 170 fois par jour. Mais ils font bien plus que téléphoner. Ils prennent des photos, vont sur les réseaux sociaux, se déplacent… tout en se géolocalisant.

Une équipe de journalistes a rencontré plusieurs adeptes de ce procédé. Grâce à la puce GPS de leur smartphone, ils peuvent trouver la boulangerie ou le cinéma le plus proche, calculer leur trajet en voiture ou en bus, repérer les embouteillages…

Reportage de l’émission Envoyé spécial diffusée sur France 2 le 12 février 2015

Plus surprenant : ils peuvent aussi suivre leurs amis à la trace, draguer des passant(e)s, payer leur prime d’assurance de voiture moins cher et même… gagner de l’argent en faisant leurs courses ! Tout ça grâce à des applications de géolocalisation qui se téléchargent en un clic sur leur téléphone.

Mais à force de dire en permanence où nous sommes, notre portable est devenu un véritable mouchard, capable de nous traquer à notre insu… Une aubaine pour les publicitaires, les géants du net, et même les enseignes – qui peuvent cibler le contenu qu’ils vous envoient. La géolocalisation est désormais une arme commerciale redoutable qui menace notre vie privée.

Viande de luxe

Wagyu : c’est l’une des viandes les plus chères du monde. Le bœuf Tajima de Kobé est le plus prestigieux des labels alimentaires nippons. Un bœuf haute couture qui, jusqu’à peu, était totalement introuvable en dehors du Japon. Pauvre en cholestérol (il détient des acides gras essentiels), une carcasse se négocie au prix de gros 14.000 €. Au détail, jusqu’à 1.000 € le kilo !

Des journalistes ont remonté la filière jusqu’aux étables nippones où les bêtes sont dorlotées comme des stars. Pour les vendeurs, son prix est justifié car la qualité de sa viande est due à différents facteurs : alimentation rigoureusement surveillée, massages au saké, bière comme boisson et musique classique pour ne pas être stressé. Sa viande est tendre et persillée grâce à son marbré intramusculaire. Le gras est distribué dans la viande et non autour.

Ces bœufs Wagyu (Wag : boeuf et Gyu : Japon) se réfère à différentes races de bovins prédisposés génétiquement à un intense marbrage. Ils font, en taille moyenne près de 600 kilos ! Leur silhouette est massive et leur encolure, forte. Hors des frontières japonaises, il peut être élevé en Espagne, au Chilli, en Australie…

Le bœuf Tajima a été introduit au Japon au second siècle. Il fut élevé d’abord pour sa puissance physique. Ce bœuf « massif » en taille fût employé comme animal de trait dans les rizières japonaises. Le bœuf Wagyu fut ensuite isolé des autres races à l’époque féodale sans doute pour une raison de relief montagneux mais aussi pour le protéger des guerres.

Reportage diffusé dans l’émission Sept à huit sur TF1 le 15 février 2015

Julia Cagé : “Les médias deviennent des danseuses pour milliardaires en mal d’influence”

Les médias ne sont pas une marchandise comme les autres. Leur modèle économique est en pleine mutation. Quelles pistes peut-on envisager ? Dans son livre “Sauver les médias”, l’économiste Julia Cagé (Harvard, École d’économie de Paris) s’inquiète des rachats de journaux par des actionnaires fortunés.

Elle suggère une autre méthode de financement, basée sur le crowd-funding et les fondations.

Cowspiracy : Le secret du développement durable

Ce documentaire enquête sur le silence qui pèse sur l’élevage industriel. Celui-ci est pourtant l’une des principales causes de la destruction de l’environnement.Pourquoi les grandes ONG écologiques le ménagent-elles autant ? Quelle est l’activité humaine qui a le plus d’impact sur l’environnement ? Ce ne sont pas les transports, pas l’industrie… Mais l’élevage industriel. C’est l’idée choc avancée par le documentaire qu’on pourrait traduire par : « La conspiration des vaches ».

Le réalisateur Kip Andersen, filmé par Keegan Kuhn, se met en scène, en tant qu’apprenti écolo d’abord bouleversé par le film “An Inconvenient truth” d’Al Gore. Il cherche quel peut être le geste le plus écologique à faire au quotidien. Il se renseigne donc sur les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre… et découvre à sa grande surprise que ce ne sont pas les transports ou l’industrie… mais l’élevage !

La permaculture peut-elle nourrir les Français?

De plus en plus de paysans, y compris en ville, s’inspirent de la nature pour aménager des exploitations agricoles différentes et à taille humaine. Ils produisent en quantité plantes, fruits et légumes sans engrais, sans tracteur, sans énergie fossile. Et propagent, ainsi, l’idée de l’autosuffisance alimentaire.

La micro-ferme est adossée au château de La Bourdaisière, en Indre-et-Loire. Elle se situe à deux pas d’un potager conservatoire de la tomate, regroupant 650 variétés du fruit sur un peu moins d’un hectare. L’exploitation pilotée par Maxime de Rostolan, 33 ans, s’étend, quant à elle, sur 1,4 hectare.

Mais elle n’a rien de comparable, puisque le président de la plateforme de crowdfunding Blue Bees, s’adressant aux projets de développement durable et d’agro-écologie, y cultive, depuis un an, une cinquantaine de produits.

On trouve de tout chez cet ex-Parisien: des légumes, des plantes vivaces et comestibles, des arbres fruitiers. Des poules, des serres, du compost, aussi, ainsi que du feuillage posé sur le sol, entre des plants. D’où cette curieuse impression que la nature domine en ces lieux. Mais rien ne pousse par hasard, ici.
Lire la suite

Ukraine : La « Légion croate » se bat dans les rangs du bataillon Azov

Plusieurs dizaines de Croates se battent en Ukraine, dans les rangs du bataillon Azov, qui attire des volontaires d’extrême droite venus de toute l’Europe. Pour certains, la guerre en Ukraine serait l’occasion de se battre « contre la Russie, l’UE et les États-Unis ». Et tous les volontaires croates rêvent d’être envoyés au front contre les volontaires serbes, qui se battent avec les pro-russes…

Le sniper suédois Mikael Skilt est en Ukraine depuis un an. Il est désormais chargé de la formation de nouvelles recrues du bataillon Azov, une unité volontaire proche de Pravy Sektor, l’extrême-droite ukrainienne, qui attire des volontaires étrangers de nombreux pays.

Les responsables du bataillon, très engagé dans le combat contre les séparatistes du Donbass, notamment aux abords de la ville de Marioupol, grand port de la mer d’Azov, démentent pourtant tout lien avec l’extrême-droite internationale.

« Nous recrutons sans cesse de nouveaux volontaires et nous les formons pendant quatre semaines – c’est une condition pour rejoindre le bataillon. Ces dernier temps, les Croates sont de plus en plus nombreux à venir combattre en Ukraine », détaille Mikael Skilt.
Lire la suite

Pérou : A la Pampa, les chercheurs d’or ont remplacé la forêt

Forêts rasées, terres contaminées… Dans ce numéro d’Élément terre, nous partons au Pérou, à la Pampa. Cette zone, qui abritait autrefois des milliers d’hectares de forêts, est désormais occupée par les chercheurs d’or illégaux.

Au Pérou depuis deux ans, la police et l’armée multiplient les raids dans la jungle amazonienne. Dans leur collimateur : les mineurs. Depuis 2012, l’extraction d’or sans permis est un crime. Pour extraire le métal précieux du fond du fleuve, les chercheurs utilisent du mercure, une technique ancienne et interdite, car dangereuse pour l’environnement.

A Madre de Dios, la plupart des habitants vivent de l’extraction illégale d’or. Les mines représentent encore aujourd’hui 70% du PIB de la région. Pour inverser la tendance, la communauté de Tres Islas tente de diversifier ses activités. Parmi elles, le commerce des noix d’Amazonie et l’éco-tourisme. Les touristes sont prêts à payer cher pour découvrir la forêt amazonienne.

Aux États-Unis, les scientifiques planchent aussi sur la question. A l’université de Standford, leurs cobayes se transforment en coupeurs d’arbres au travers d’un jeu vidéo. Objectif : créer de l’empathie et analyser l’évolution des comportements.

Le rêve de l’harmonie par le calcul

Déficit budgétaire, ratio d’endettement, retour sur investissement, taux de croissance : la sarabande des nombres hante nos vies et structure notre vision du monde. Il n’en fut pas toujours ainsi. Longtemps le chiffre fut soumis au droit. Comment s’est opéré le renversement du règne de la loi au profit de la gouvernance par les nombres? C’est le thème de “La Gouvernance par les nombres“, le nouvel ouvrage d’Alain Supiot, professeur au Collège de France. Extrait.

L’essor de la gouvernance par les nombres n’est pas un accident de l’histoire. La recherche des principes ultimes qui président à l’ordre du monde combine depuis longtemps la loi et le nombre au travers de la physique et des mathématiques, s’agissant de l’ordre de la nature ; du droit et de l’économie, s’agissant de l’ordre social. La situation est comparable dans l’ordre religieux, où la soumission à la loi divine et la contemplation mystique de vérités absolues ont été reconnues comme deux voies différentes d’accès au divin (1).

La gouvernance par les nombres n’emporte pas du reste la disparition des lois, mais la soumission de leur contenu à un calcul d’utilité, en sorte qu’elles servent les « harmonies économiques » qui présideraient au fonctionnement des sociétés humaines (2). Mais la loi peut- elle être ramenée au nombre ? Fait-elle autre chose qu’exprimer des accords parfaits que les mathématiques seraient susceptibles de dévoiler ? Ou bien possède-t-elle son domaine propre, qui serait de surmonter les discordes constitutives de la vie en société ?

Ces questions se posent tous les jours à nos gouvernants, tiraillés entre la représentation quantifiée de l’économie et de la société et ce qui reste de représentation démocratique des gouvernés.
Lire la suite

Sel : Notre poison quotidien

Déconseillé en cas d’hypertension et de problème cardio-vasculaires, le sel est pour autant omniprésent lors des trois repas de la journée. 80% du sel consommé ne provient pas de la salière, mais de celui qui est incorporé dans les aliments issus de l’industrie agro-alimentaire.

Pain, plats préparés, boîtes de conserves, surgelés ou encore desserts, quasiment tous les produits sont concernés. Utilisé comme exhausteur de goût ou conservateur efficace, les journalistes ont enquêté, dans les supermarchés et dans les chaînes de fabrications industrielles, sur ses différentes utilisations.

Émission Spécial investigation diffusée sur Canal+ le 09/02/2015

(Merci à Math)

Inégaux face au rythme du temps

Travail à la chaîne, le dimanche, la nuit, en horaires décalés… Les inégalités dans l’usage et le contrôle du temps façonnent nos modes de vie. Les plus favorisés réclament toujours plus de flexibilité pour les autres, au nom de la modernité. Par Louis Maurin, directeur de l’observatoire des inégalités.

Que faites-vous en février ou à Pâques ? Si vous avez la chance de pouvoir vous affranchir du travail pendant une semaine, vous êtes sans doute du bon côté. Celui de la minorité qui dispose d’un peu plus que les cinq semaines légales de congés payés, et des moyens pour prendre le large. Les inégalités dans l’usage et le contrôle du temps façonnent nos modes de vie, sujet bien plus rarement évoqué que celui des revenus.

Lire la suite

Allemagne : L’ARN, une molécule d’avenir

Tout le monde ou presque connaît l’ADN. Mais, saviez-vous que sa petite sœur, l’ARN, peut aider notre organisme à produire ses propres médicaments ? Comment et pourquoi ?

Dans ce laboratoire de recherche basé à Tübingen, en Allemagne, des scientifiques tentent de percer le mystère d’une molécule insaisissable: l’ARN, pour acide ribonucléique: son nom scientifique est l’ARN messager, ou ARNm.

Pour faire simple, cette molécule a la faculté d’aider l’organisme à se soigner lui-même.

Jean-Claude Michéa : « Si l’on pense sans peur, on ne peut être politiquement orthodoxe »

Entretien avec Jean-Claude Michéa qui occupe une place à part dans la pensée critique contemporaine: le philosophe montpelliérain s’est fait connaître en réhabilitant le socialisme populaire, anticapitaliste et anti-autoritaire d’Orwell, se tient loin des médias, loue les vertus du football, affectionne le populisme, tance l’Université et éreinte à l’envi les intellectuels de la gauche plus ou moins radicale.

Rixes et noms d’oiseaux : Lordon, Corcuff, Halimi, Boltanski, Fassin, Garo et Amselle (rien moins) ont ferraillé contre celui, désormais proche des mouvements décroissants, qu’ils accusent de ravitailler la droite réactionnaire. Michéa semble s’en moquer éperdument, amusé, peut-être, à l’idée de scandaliser ceux qu’il assimile à la gauche « bohème » et « petite-bourgeoise » autant qu’à l’extrême gauche « culturelle ».

Le penseur prise les phrases aux allures de piques: il arrive que l’on se perde en chemin mais son œuvre a le mérite de saler les plaies d’une gauche qui, trop souvent, a rompu les ponts avec les classes populaires.

Vous venez du PCF et possédez, à la base, une formation marxiste. Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à ces « frères ennemis », pour reprendre la formule de Guérin, que sont Bakounine, Proudhon, Rocker, Camus, Durruti, Voline, Goodman, Louise Michel, Albert Thierry, Chomsky, Landauer, James C. Scott ou Graeber, que vous ne cessez de citer au fil de vos textes ?

Bien des problèmes rencontrés par le mouvement anticapitaliste moderne tiennent au fait que le terme de « socialisme » recouvre, depuis l’origine, deux choses qu’il serait temps de réapprendre à distinguer.

Il s’applique aussi bien, en effet, à la critique radicale du nouvel ordre capitaliste issu des effets croisés de la révolution industrielle et du libéralisme des Lumières qu’aux innombrables descriptions positives de la société sans classe qui était censée succéder à cet ordre, qu’il s’agisse du Voyage en Icarie de Cabet, du nouveau monde sociétaire de Charles Fourier ou de la Critique du programme de Gotha de Karl Marx.

Or il s’agit là de deux moments philosophiquement distincts. On peut très bien, par exemple, accepter l’essentiel de la critique marxiste de la dynamique du capital (la loi de la valeur, le fétichisme de la marchandise, la baisse tendancielle du taux de profit, le développement du capital fictif etc.) sans pour autant souscrire – à l’instar d’un Lénine ou d’un Kautsky – à l’idéal d’une société reposant sur le seul principe de la grande industrie « socialisée » et, par conséquent, sur l’appel au développement illimité des « forces productives » et à la gestion centralisée de la vie collective (pour ne rien dire des différentes mythologies de l’« homme nouveau » – ou artificiellement reconstruit – qu’appelle logiquement cette vision « progressiste »).

C’est donc l’échec, rétrospectivement inévitable, du modèle « soviétique » (modèle qui supposait de surcroît – comme l’école de la Wertkritik l’a bien montré – l’occultation systématique de certains des aspects les plus radicaux de la critique de Marx) qui m’a graduellement conduit à redécouvrir les textes de l’autre tradition du mouvement socialiste originel, disons celle du socialisme coopératif et antiautoritaire, tradition que l’hégémonie intellectuelle du léninisme avait longtemps contribué à discréditer comme « petite-bourgeoise » et « réactionnaire ».

« C’est avant tout la lecture de Guy Debord et de l’Internationale situationniste (suivie de celle d’Orwell, de Lasch et d’Illich) qui m’a rendue possible cette sortie philosophique du modèle léniniste. »

J’ajoute que dans mon cas personnel, c’est avant tout la lecture – au début des années 1970 – des écrits de Guy Debord et de l’Internationale situationniste (suivie, un peu plus tard, de celle de George Orwell, de Christopher Lasch et d’Ivan Illich) qui m’a progressivement rendue possible cette sortie philosophique du modèle léniniste.
Lire la suite

États-Unis : Cuisine italienne au cannabis avec une chef de 91 ans

“Bong Appétit” est une nouvelle série sur les boissons et aliments infusés au cannabis. Vous découvrirez de nombreuses façons de consommer le cannabis.

Dans ce premier épisode, le chef cuisine Matt Zimbric se rend dans un jardin de cannabis médical secret en Californie, tenu par Nonna Marijuana, une grand-mère de 91 ans qui cuisine à l’italienne.

Utilisant des têtes de cannabis cultivé par sa propre fille, Nonna enseigne à Matt une technique infaillible pour infuser le cannabis dans du beurre, puis lui montre comment préparer un poulet « pot-cciatore » et des gnocchis au beurre de cannabis.

Au passage, elle explique comment et pourquoi elle recommande le cannabis médical à ceux qui en ont besoin, sans consommer elle-même ce qu’elle produit.

Le coût du capital, frein à l’activité

Auteurs d’une étude remarquée sur le coût du capital, les économistes Laurent Cordonnier, Thomas Dallery, Vincent Duwicquet, Jordan Melmiès et Franck Van de Velde reviennent pour Mediapart sur la nécessité d’envisager un retournement du rapport de force aujourd’hui favorables aux actionnaires. Car l’utilisation qui est faite des profits des entreprises menace à moyen terme leur formation même.

Le capital a un sens équivoque pour les économistes : il peut s’agir du capital productif (ensemble des machines, bâtiments, brevets, logiciels…) qui se situe à l’actif du bilan des sociétés non financières, ou il peut s’agir du capital financier (dettes et fonds propres) que l’on trouve au passif de ce même bilan. Le coût du capital est donc lui aussi l’objet d’interprétations ambivalentes. Sans même évoquer ici sa signification dans la théorie financière standard, on peut repérer deux sens à l’expression “ coût du capital ”: il y a d’une part le coût du capital au sens économique, représenté par la dépense annuelle des sociétés non financières pour se doter de capital productif ; et d’autre part le coût du capital financier, formé des dépenses annuelles en intérêts et en dividendes.

Lire la suite

Radio Courtoisie : « Le danger des vaccins » (Audio)

Le vendredi 13 février 2015, dans l’émission (pré-enregistrée) du “Libre journal des sciences et des techniques” sur Radio Courtoisie, Paul Deheuvels recevait le Professeur Henri Joyeux, le professeur de biologie émérite Michel Georget et l’auteur Claire Séverac, afin de débattre sur la dangerosité des vaccins et notamment sur le cas du Gardasil.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

États-Unis : Les Appalaches décapitées par les marchands de charbon

Aux États-Unis, Malgré le boom du pétrole et du gaz de schiste, le charbon demeure la principale source d’énergie aux États-Unis. Pour en accroître la production, les compagnies minières privilégient désormais l’exploitation à ciel ouvert en arasant les sommets à l’explosif. Ce procédé, très utilisé dans les Appalaches, a des conséquences environnementales désastreuses. L’extraction de cette source d’énergie ravage la nature… mais fournit des emplois.

L’après-midi du 5 avril 2010, une puissante boule de feu se propage dans les galeries de l’Upper Big Branch, une mine de charbon de la Coal River Valley, en Virginie-Occidentale. Des dizaines d’hom- mes sont pris au piège. Tandis que les camions-satellites de Cable News Network (CNN) sont dépêchés, le président Barack Obama intervient à la télévision.

Cette vallée encaissée, jalonnée de villages quasi fantômes, où l’eau du robinet a l’odeur du diesel, devient le cœur du cyclone média- tique américain. Le macabre suspense prend fin au bout de quelques jours : le bilan définitif s’établit à vingt-neuf morts.

Deux stèles ont été construites à la mémoire des disparus. L’une, taillée dans le granit, représente vingt-neuf silhouettes se donnant l’accolade. Financée par l’industrie, elle est dédiée à « tous les mineurs blessés, malades, ou morts au travail». L’autre mémorial, moins ostentatoire, est visible sur le lieu même du drame : vingt-neuf casques et autant de couronnes de fleurs. Sur le sol, un message tracé à la craie par un habitant, comme un cri : « Dieu bénisse le charbon. »
Lire la suite

La cité perverse : libéralisme et pornographie

Entretien avec Dany-Robert Dufour : Autour de la Cité perverse

A : Généalogie d’un libéralisme « ultra »

Actu-Philosophia : Tout d’abord, je vous remercie de me recevoir, pour cet entretien autour de votre ouvrage La Cité Perverse. Libéralisme et pornographie [1], ce qui nous donnera l’occasion d’aborder le reste de votre œuvre, qui se compose à ce jour de plus d’une dizaine d’ouvrages, de très nombreuses collaborations à des revues et journaux (Le Débat, Le Monde Diplomatique, Le Monde, l’Humanité, etc.), et de vos enseignements en tant que professeur en philosophie de l’éducation à l’université Paris-VIII, ainsi qu’au sein d’universités sud-américaines (Colombie, Mexique, Brésil).

Dans La Cité Perverse, livre publié aux éditions Gallimard en 2011, vous expliquez que, sans vouloir faire œuvre de moraliste, vous souhaitez mesurer les effets de la perversion, de l’obscénité que nos sociétés postmodernes poussent à leur paroxysme.

Lire la suite

Marcel Violet et la bio-dynamisation

Marcel Violet (1886-1973) était un ingénieur des Arts et Métiers et un inventeur français. Il est considéré comme le père du moteur à deux temps pour automobiles et a notamment conçu le moteur de la célèbre marque de moto française Simca Sevitam. En 1938, il effectue une étude concernant les réactions de cultures microbiennes exposées aux différentes couleurs du spectre.

Le hasard lui fait interrompre une expérience. En la reprenant, il constate que des modifications profondes, et apparemment inexplicables, se sont produites pendant la période supposée d’arrêt. Ses expériences de contrôle lui confirment l’existence d’un rayonnement pénétrant non lumineux qui, associé au rayonnement lumineux visible, en modifie profondément l’action et pouvait même, dans certains cas, en changer le sens ; il constata que l’eau soumise à l’action de ce rayonnement paraissait l’emmagasiner. En clair, une partie non visible d’un rayonnement lumineux traverse la matière des corps opaques.

Marcel Violet constate que l’eau soumise à ce rayonnement à des effets bénéfiques sur la santé et la croissance des plantes. Il consacre sa vie à l’explication de ses phénomènes constables et cherche à mettre au point un instrument de mesure. Il invente notamment un procédé de traitement électro-vibratoire de l’eau (brevet FR1142722).

Lire la suite

La croissance, un modèle qui arrive à ses limites

La croissance économique vigoureuse est chose du passé dans les pays industrialisés. Les sociétés devront apprendre à vivre avec des taux de croissance anémiques qui les forceront à faire des choix. La croissance du PIB à tout prix a-t-elle fait son temps? Et si la décroissance était une voie d’avenir ?

C’est fou tout ce qu’on peut faire pour soutenir la croissance économique! On l’encourage à coups de subventions et de baisses d’impôt. On la stimule par le marketing et la publicité. Et on la dope avec le crédit facile et l’endettement. Avec bien peu de résultats, est-on forcés de constater depuis 30 ans.

Lire la suite

Domenico Losurdo : « Contre-histoire du libéralisme »

Domenico Losurdo signe un ouvrage accablant sur les liens entre le libéralisme et les théories de la suprématie occidentale (esclavagisme, racisme, massacres de masse) portées par des penseurs ou acteurs politiques et économiques de premier plan, entre le XVIIe et le XIXe siècles.

Théodore Chassériau – “Portrait d’Alexis de Tocqueville” (1850)

«La race européenne a reçu du ciel ou a acquis par ses efforts une si incontestable supériorité sur toutes les autres races qui composent la grande famille humaine, que l’homme placé chez nous, par ses vices et son ignorance, au dernier échelon de l’échelle sociale est encore le premier chez les sauvages».

L’auteur des lignes mises en exergue ci-dessus n’est pas un marginal et sanguinaire partisan de la colonisation occidentale; c’est le doux et libéral A. de Tocqueville, auteur classique, inscrit aux programmes scolaires de certaines filières au lycée ou à l’université –pour des idées toutes autres que celles étudiées par Domenico Losurdo dans le présent ouvrage.
Lire la suite

Georges Forestier : « Révéler la vérité cachée »

Réflexions sur le fonctionnement et les enjeux de la pensée hypercritique de la Renaissance à l’époque contemporaine.

La vérité fut le thème choisi pour les journées scientifiques de 2013 de l’Institut Universitaire de France. Cette conférence envisage le bon usage de la vérité et de sa recherche, posant davantage des questions éthiques et juridiques, autour de l’histoire, du droit international ou de l’environnement. On entrevoit du coup l’importance de l’autorité qui administre la vérité, et parfois malheureusement la falsifie.

La vérité vient volontiers frayer ici avec l’erreur, selon une articulation qui est un moteur majeur des mutations scientifiques.