Très cher sommeil

Aujourd’hui, un actif sur trois a du mal à trouver le sommeil, tandis qu’un sur cinq est considéré comme insomniaque. Pharmacies et grandes surfaces se sont emparées de ce nouveau marché.

Smartphones, tablettes, ordinateurs portables, ces objets interconnectés nous gardent éveillés en permanence, au détriment de notre santé. Constamment rivés sur nos écrans, appareils allumés nuit et jour, alertes et notifications aliénant nos journées, ces petits condensés de technologie sont aussi responsables de notre manque de sommeil.

Crises d’insomnie et manque de repos font les bonnes affaires des pharmacies et des nouvelles thérapies à la mode pour nous aider à mieux dormir.

La santé du secteur bancaire en question

Évaluation de la qualité des actifs, tests de résistance : nous parlons de la santé des banques à longueur d’année mais sont-elles vraiment parées à soutenir l‘économie réelle et à affronter les crises futures ?

Rencontre avec Piers Haben, le superviseur de ces tests et directeur de l’Autorité bancaire européenne de surveillance. Il sera question de l’union bancaire et de la capacité des banques à affronter une crise future.

Ensuite direction l’Italie, qui affiche les plus mauvais tests, nous verrons l’impact sur l‘économie réelle. Enfin, retour vers le futur, nous verrons ce qui pourrait arriver en cas de problèmes prévisibles ou inattendus.

Pauvreté, inégalités et privilèges

Inégalités et pauvreté font plus que jamais recette. À l’abri de la pensée unique, les articles et les ouvrages fleurissent sur ces thèmes et il n’est pas un media qui ne veuille clamer sa compassion à grand renfort de titres racoleurs et parfois au prix des pires amalgames et raccourcis.

Amplement imité, OXFAM n’hésite pas à dénoncer la richesse individuelle des 85 individus les plus nantis de la planète, comparée à celle (individuelle ou collective) des 3 milliards et demis des plus pauvres, omettant que les avoirs de ceux-là sont constitués pour l’essentiel d’investissements qui font vivre ou survivre ceux-ci.

Ce sont précisément ces richesses qui financent les outils de l’économie mondiale, laquelle emploie et rémunère ceux qui participent à l’accroissement de la richesse globale de la société ; et que réduire ce mécanisme à une comparaison de revenus n’a aucun sens, sinon celui d’une stupide provocation préjudiciable à tous, à commencer par les plus démunis.

Thomas Piketty nous fait partager ses interrogations, aux chiffres controversées, quant au meilleur niveau du partage capital-travail et Bill Gates en débat avec lui sur Internet. Dans le même temps l’INED, dans son bulletin “Population & Sociétés” traite des politiques familiales en France et en Europe et de leur évolution récente face à la crise, en ne précisant pas de quelle crise il s’agit ; économique ou démographique ?
Lire la suite

Zbigniew Brzezinski, “Le vrai choix”

Classique géopolitique. Vincent Satgé présente l’ouvrage de Zbigniew Brzezinski, « Le vrai choix », Ed° Odile Jacob, 2004. Dans ce livre, l’auteur constate tout d’abord que le choix de la domination n’est pas, à moyen ou long terme, possible ni même profitable aux États-Unis. Il s’interroge ensuite sur la manière pratique d’exercer un leadership sur les affaires mondiales. Il pointe, enfin, les faiblesses institutionnelles qui risquent de mettre à mal la mise en œuvre de la diplomatie américaine. Dix ans après sa parution, cet ouvrage est un Classique pour penser – et discuter – la puissance des États-Unis.

Le vrai choix, L’Amérique et le reste du monde fut publié alors que les États-Unis étaient engagés dans l’opération Iraqi freedom. Au vu des tensions internationales qui ont accompagné cette campagne militaire, on pouvait raisonnablement attendre de Zbigniew Brzezinski qu’il choisisse avec précaution les formules et les tournures à employer. Peine perdue car, dès l’introduction, ce dernier expose sa thèse crûment : « Notre choix ? Dominer le monde ou le conduire » [1].

Appelant de ses vœux une « communauté internationale d’intérêts partagés » sous supervision américaine, il se plaçait ainsi dans une position intermédiaire assez inconfortable, fustigeant les influents néoconservateurs comme les colombes libérales.

Lire la suite

Le pivot géographique de l’histoire

Pour saisir les enjeux actuels, un petit détour sur une des cartes de Halford J. Mackinder ne manque pas d’intérêt.

Quelques éléments d’explication : Mackinder nous dit : « La prise de contrôle de la région terrestre centrale par une nouvelle puissance se substituant à la Russie, ne tendrait nullement à réduire l’importance géographique de la position pivot ». (1)
Reprenant les mots de Mackinder et en poursuivant la logique de son propos à l’aune de la géopolitique récente et en cours, nous pourrions avancer ceci :
Si une puissance particulière parvenait à renverser la Russie, ou à la contrôler, celle-ci  pourrait constituer un péril menaçant la liberté du monde pour la seule raison qu’elle ajouterait une façade océanique aux ressources du Grand continent – un accès aux mers chaudes – avantage qui demeure jusqu’à présent interdit à l’occupant russe de la zone-pivot.

Lire la suite

Somaliland : Le pays qui n’existe pas

Aux yeux de la communauté internationale, le Somaliland est seulement une région semi-autonome de la Corne de l’Afrique. Mais pour ses 3,5 millions d’habitants, ce territoire, doté d’un président, d’un drapeau et même d’une monnaie, est bien distinct de la Somalie.

Autoproclamé État indépendant en 1991, le Somaliland est vu par plusieurs pays comme un îlot de stabilité dans une région complexe, ainsi qu’un partenaire solide dans la lutte contre la piraterie et les islamistes Shebab.

Simon Thorpe : « Vers un monde (pratiquement) sans taxes »

Simon Thorpe a étudié la Psychologie et la Physiologie à l’Université d’Oxford où il a également fait sa thèse de Doctorat. Après une année au Canada, il est arrivé à Paris en 1982 puis a été recruté par le CNRS l’année suivante.

En 1993, il a été l’un des membres fondateurs du Centre de Recherche Cerveau et Cognition, un laboratoire CNRS à l’Université Toulouse 3. Cette année, il en est devenu le directeur. Si ses recherches sur les bases cérébrales de la Vision sont bien connues, son intérêt pour l’économie est bien plus récent. En effet, depuis 2010, il est devenu passionné (certains diraient obsédé!) par la nature de notre système monétaire.

Et en 2013, il a co-fondé l’association “Monnaie Honnête”. Aujourd’hui, il va nous parler de sa proposition de remplacer la quasi-totalité des taxes existantes par une seule et universelle taxe sur les transactions financières. Oui, c’est possible!

Inde : Les pôles de développement économique

L’économie de l’Inde pourrait bien se remettre en branle sous peu. Le nouveau gouvernement est en train de rétablir la rigueur budgétaire et de dynamiser l’appareil d’État, faisant tant renaître l’optimisme que le regain de confiance des entreprises dans l’économie a ranimé l’investissement, particulièrement dans les infrastructures.

Mais les perspectives générales de croissance de l’Inde masquent un ensemble disparate de potentiels économiques qui existent au sein des États, des districts, de villes et même des quartiers – des occasions que les entreprises ne peuvent repérer qu’après des analyses détaillées.

Les données économiques de l’Inde sont prometteuses. La croissance annuelle moyenne du PIB devrait osciller entre 6,4 % et 7,7 % jusqu’en 2025. Ceci se compare favorablement avec le taux de 4,7 % de l’an dernier et se rapproche de la moyenne de 7,7 % enregistrée dans la décennie avant 2012. Elle se démarque notamment des prévisions de stagnation à long terme du monde développé.

Cette accélération placerait l’Inde parmi les grandes économies du monde qui croissent le plus et où le nombre de consommateurs indiens qui peuvent se payer des biens de consommation discrétionnaires passerait de 27 millions en 2012 à 89 millions en 2025. Mais le potentiel est loin d’être uniforme.
Lire la suite

Pourquoi le journalisme échapperait-il à la révolution robotique ?

Après l’informatisation et la numérisation, la robotisation. La mise en scène éditoriale est déjà sous le contrôle des robots. Article le plus lu, partagé, tweeté, commenté, les algorithmes ont déjà pris possession des pages d’accueil des sites Web des grands médias. Ces logiciels vont jusqu’à décider quel titre ou illustration suscitera le plus de clics.

Outre-Atlantique, les éditeurs vont plus loin. Pour être encore plus rapides, ils ont créé des robot-rédacteurs assurant le fastidieux travail des petites mains des rédactions. Comptes rendus de dépêches d’agence, brèves, agenda etc. Autant de tâches sans grande valeur ajoutée, quoique formatrices.

Les éditeurs se félicitent : quand un journaliste produit 300 brèves par trimestre, un robot en fabrique 4.400. Les journalistes se rassurent. Un reportage sur le terrain, une enquête d’investigation ou un portrait à la Libé, ce n’est pas demain qu’un robot pourra rivaliser. Certes. Mais l’automatisation n’est pas sans enjeu : celui de la métamorphose digitale des entreprises de presse.

Dans les rédactions, les journalistes ont déjà des robots pour collègues.” Alice Antheaume, directrice adjointe de l’école de journalisme de Sciences-Po, est formelle, elle les a vus. Mais elle n’est pas inquiète et continue à former une vingtaine d’élèves par an. Après avoir été capable de suppléer au labeur physique des humains, la machine remplace le travail intellectuel des journalistes. Jusqu’ici, seule la rédaction de base, à faible valeur ajoutée – se défendent les éditeurs – est assumée par les robots.
Lire la suite

Radio Courtoisie : « La catastrophe de l’euro » (Audio)

Le vendredi 21 novembre 2014, dans son “Libre journal des sciences et des techniques” sur Radio Courtoisie, Paul Deheuvels recevait , professeur d’économie et de finances à l’IEP de Paris, auteur du livre: « L’Euro, comment s’en débarrasser ? »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

À quoi ressembleront les villes du futur ?

Cet épisode de l’émission “Le dessous des cartes” s’intéresse au futur des villes modernes en traitant de l’apport économique, social et environnemental de ces dernières.

Actuellement, 53% de la population mondiale habite une métropole, ce taux augmentera à 65% d’ici 2050. Or, bien évidemment, le phénomène de croissance de la population urbaine à un impact écologique important, mais il semblerait que la ville soit l’échelle parfaite pour piloter un projet de métropole verte. Le sort environnemental de notre planète serait-il entre les mains d’une plus petite échelle que les États?

C’est ce que croit, entre autre, certains ingénieurs se penchant sur le futur de la ville de Grenoble. D’abord, les villes sont bien plus concrètes que les États pour combattre la crise écologique actuelle. Les villes sont des pionnières pour favoriser une consommation énergétique plus verte.

Pour y arriver dans la ville de Grenoble, on souhaite passer au transport par Modul’air, combinant le tram ainsi que le téléphérique. Puis, on souhaite faire revenir la nature pour assurer un meilleur milieu de vie aux habitants du milieu urbain.

Culture documentée

 

Jean-Michel Naulot : « Le système financier est comme une centrale nucléaire mal contrôlée »

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour qu’éclate une nouvelle crise financière. Tel est le constat que dresse Jean-Michel Naulot, banquier d’affaires pendant 37 ans et ancien responsable de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme de la Bourse. La situation se dégrade, les banques ne financent plus comme elles le devraient l’économie.

Les leçons de la crise de 2008 n’ont pas été tirées. Et les responsables politiques, réunis pour le sommet du G20 ce week-end, préfèrent semblent-ils regarder ailleurs. « Les gouvernements ont très peur, ils sont tétanisés par l’influence des marchés », analyse l’ex-banquier. Réguler la finance est pourtant à notre portée. Voici quelques pistes d’action concrètes. Entretien.

Basta ! : Une nouvelle crise financière est-elle possible, à brève échéance ?

Jean-Michel Naulot [1] : Il est très difficile de savoir quand une crise va éclater.
Lire la suite

L’impôt sur la terre : La France assassinée !

Comment vont réagir les Français lorsque des dizaines de milliers d’entre eux vont recevoir à leur domicile une lettre des impôts leur réclamant 10.000, 20.000 ou 30.000 euros au titre de la nouvelle taxe sur les terrains à bâtir? Afin de « forcer » la mise en vente des terrains constructibles, la Loi de Finances 2013/2014 a prévu une majoration automatique de la taxe foncière.

C’est la nouvelle trouvaille du gouvernement pour … trouver de l’argent… et imposer aux propriétaires terriens de vendre leurs parcelles pour faire construire des logements.

Dans les territoires où la taxe sur les logements vacants est applicable, le Code des impôts prévoit donc ceci : « la valeur locative cadastrale des terrains constructibles est majorée d’une valeur forfaitaire fixée à 5 euros par mètres carrés pour les impositions dues au titre des années 2015 /2016, puis à 10 euros » l’année suivante.

L’UNPI, l’Union Nationale de la Propriété Immobilière considère cette réforme particulièrement « attentatoire » au droit des propriétaires qui souhaitent conserver leur terrain. En Haute-Savoie, les élus, maires et députés se mobilisent pour contrer cette mesure confiscatoire.

(Merci à DolFuSa)

Comparateurs : Le meilleur prix à portée de clic ?

Pour un grand nombre de consommateurs, le comparateur de prix est devenu le moyen de faire des bonnes affaires sur internet. Grâce à ces sites qui pullulent sur la toile nous pouvons faire le tri entre des milliers de e-commerces pour trouver « le juste prix ».

Gain de temps et d’argent, voilà la promesse faite par ces comparateurs 2.0. Mais la méthode de référencement de ces derniers est-elle objective ? Les comparateurs de prix sont-ils des sites indépendants? Et surtout, recensent-ils tous les produits disponibles sur le marché?

Plusieurs sites qui se présentent comme une aide à l’achat sont en fait rémunérés pour afficher en tête de liste certains produits plutôt que d’autres. Et ces derniers ne sont pas systématiquement les moins chers. Si on ajoute à cela les frais de livraison et des garanties parfois plus courtes qu’en magasin, faisons-nous vraiment de bonnes affaires?

Amérique : Urgence sécheresse

La Californie, en proie à une sécheresse historique. Là-bas, il y a urgence, l’eau devient une denrée rare. Agriculteurs, éleveurs et politiques cherchent ensemble des solutions pour enrayer la crise.

Un peu plus au sud, le Mexique est aussi concerné et ses cultures menacées. Certains parient sur un maïs OGM pour lutter contre la sécheresse, mais ce dernier fait polémique. D’autres pensent avoir trouvé la solution miracle et utilisent de l’eau solide.

Le déclin des abeilles expliqué en 3 minutes

Observé depuis les années 1990, le déclin des abeilles inquiète de plus en plus. Chaque hiver ce sont parfois jusqu’à 35 % des colonies qui disparaissent. Cette hécatombe trouve certes de multiples origines, mais les plus importantes sont bien humaines. Explications.

Consommer certains médicaments augmente les risques d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche de plus en plus de personnes chaque année. Mais d’où vient cette augmentation? Une étude franco-canadienne vient d’apporter des précisions sur un possible élément déclencheur de ce syndrome: la prise plus ou moins régulière d’anxiolytiques et de somnifères augmenterait les risques d’Alzheimer. Une conclusion alarmante sachant que nous sommes les plus gros consommateurs de médicaments au monde.

Depuis six ans, des chercheurs français (Inserm) et canadiens (université de Montréal) travaillent d’arrache-pied pour comprendre et analyser les facteurs déclencheurs de la maladie d’Alzheimer. Publiés mercredi 12 novembre 2014 sur le site du British Medical Journal, les résultats de leur travail de longue haleine pointent du doigt un fait alarmant : les médicaments contre l’anxiété et les somnifères accroissent considérablement les risques d’Alzheimer.

Pour aboutir à cette conclusion, les équipes de scientifiques franco-canadiennes ont étudié environ 1800 cas d’Alzheimer en les comparant à des personnes du même âge et du même sexe, mais en bonne santé. Les chercheurs se sont donc aperçus d’une chose : la prise plus ou moins régulière de benzodiazépines pendant un laps de temps augmenterait les chances de contracter la maladie d’Alzheimer de 51 %.

Un chiffre alarmant qui augmente en fonction de la durée d’exposition à ce type de médicaments. Bien que cela n’ait pas encore été confirmé scientifiquement, les chercheurs ont fait part, dans la publication de leurs résultats, d’un possible lien de causalité entre la consommation de benzodiazépines et l’augmentation des risques d’Alzheimer.
Lire la suite

Peter Gotzsche : « Médicaments meurtriers et crime organisé »

Le Professeur Peter Gøtzsche, Directeur du Nordic Cochrane Centre est spécialiste de médecine interne. Il a travaillé pour l’industrie pharmaceutique entre 1975 et 1983 dans les domaines des études cliniques et de la réglementation publique. De 1984 à 1995 il a travaillé dans des hôpitaux de Copenhague. Il a été cofondateur de la Cochrane Collaboration en 1983. En 2010 il a été nommé Professeur de projets de recherche et d’analyse à l’Université de Copenhague.

Professeur Gøtzsche, depuis plus de trente ans, notre réseau se préoccupe tout spécialement de Bayer. Quelle est l’importance de l’industrie pharmaceutique allemande, par exemple comme lobbyiste ?

Toutes les grosses firmes pharmaceutiques pratiquent un lobbying intensif, également à l’échelon européen.

La firme Bayer doit répondre de nombreux scandales liés à l’industrie pharmaceutique, depuis l’héroïne jusqu’au Lipobay. Quelles expériences avez-vous faites avec cette entreprise ?

Comme toutes les autres grandes entreprises pharmaceutiques, Bayer a participé à la criminalité organisée : par exemple corruption de médecins, ou escroquerie vis-à-vis du programme d’assurance-maladie US Medicaid.

Durant la Deuxième guerre mondiale, Bayer a utilisé comme cobayes des détenus de camps de concentration. Une lettre datant de l’époque prouve que Bayer a acheté 150 femmes à Auschwitz pour 170 marks chacune. Bayer avait écrit au commandant du camp : « Les expériences ont été effectuées. Toutes les femmes sont mortes. Nous vous recontacterons rapidement par un prochain message. »

Les entreprises allemandes ont par exemple injecté des bactéries typhiques à des détenus des camps puis expérimenté sur eux divers médicaments.

Pourquoi comparez-vous l’industrie pharmaceutique au crime organisé ?

Parce que j’ai découvert que le système commercial des dix premières firmes pharmaceutiques inclut la criminalité organisée.

Dans les années 80 les médicaments de Bayer ont infecté des milliers d’hémophiles. Des documents internes prouvent que la direction de la firme était au courant des risques, mais a néanmoins continué à vendre ses produits. Est-ce un exemple de pratique criminelle ?
Lire la suite

Quatre vidéos pour comprendre le Revenu de Base

Les 4 mini-films de cette playlist sont le résultat d’un travail réalisé par Jean-Eric Hyafil, Jonathan de Mulder, Amaru Mbape, Léon Régent, Marc de Basquiat et Sébastien Calvez. La production de cette série de vidéos a été financée par 81 généreux donateurs. http://www.kisskissbankbank.com/fr/pr… et soutenu par le Mouvement Français pour un Revenu de Base : http://revenudebase.info/

Le revenu de base face aux défauts du RSA

Financer le revenu de base par l’impôt

Lire la suite