Des Français modestes convertissent leurs économies en or

Inquiétés par la bulle sur les actifs, les investisseurs et particuliers achètent en masse de l’or… créant ainsi une nouvelle bulle, déconnectée de toute réalité économique ! Un constat dressé par Nouriel Roubini, l’économiste qui, lui, avait vu venir la crise de 2008…

( Extrait du Parisien du lundi 21 décembre 2009, page 8 )

Entre ses deux doigts, la commerçante de Colmar serre une brique rutilante frappée de lettres solennelles : «Feingold 999,9.» Cette fondée de pouvoir dans le négoce d’or a de quoi sourire.

En un an, le cours de l’or a bondi de 30%. Aucune demande industrielle derrière ce boom, ni épuisement d’une mine : sur les marchés, l’or est le refuge des capitaux inquiets. Mais pourtant, la reprise est là, puisque tout le gouvernement le dit ! A moins que…

Quand les bulles financières font gonfler la bulle sur l’or

Connu pour avoir mis en garde contre l’effondrement du système financier avant la chute de Lehman Brothers, l’économiste Nouriel Roubini racontait dans le numéro du lundi 21 décembre des Échos, les hoquets d’un marché de l’or agité par la crise. Quand le monde a commencé à trembler début 2008, son cours a connu une première fièvre, qui est retombée… avant de repartir après les faillites des banques à l’automne. Les garanties des États ont calmé le jeu, mais pas pour longtemps : fin février, l’or a repassé la barre des 1000 dollars de l’once, quand les marchés ont craint l’insolvabilité des États. Autant de pics de cotation aussi prévisibles que circonscrits.

Seulement voilà : la quatrième bulle de l’or échappe aux critères habituels… Ou plutôt, elle en cumule tellement qu’elle semble bien partie pour projeter le métal précieux au delà de 2000 dollars l’once ! Roubini isole cinq raisons principales : spéculation sur les dettes, flot de liquidités, jeu sur les marchés asiatiques… En un mot, en jouant avec les milliards injectés par les plans de relance et les dettes qui en découlent, les apprentis sorciers de la finance encouragent les plus inquiets à planquer leurs fonds ailleurs quand dans ces bulles…

Ironie du sort : alors que les États misaient tous sur le rétablissement de la confiance, les sommes qu’ils ont injectées dans l’économie la déstabilisent tant qu’elles empêchent le retour de cette confiance tant espérée !
Et il n’y a pas que les marchés financiers qui prennent peur. Revenons à notre vendeur d’or de Colmar. Ses clients, comme le rapporte Le Parisien du lundi 21 décembre, se diversifient, ayant perdu confiance dans les banques.

«Alors qu’en 2008 nos clients étaient surtout des gens aisés, c’est aujourd’hui Monsieur Tout-le-Monde qui vient sécuriser ses économies, avec parfois des budgets de l’ordre de 500 à 1000€», raconte une fondée de pouvoir.

Preuve que les grands mots et les salamalecs des chefs d’État réunis à Londres ou à Pittsburgh n’ont pas convaincu, les Français moyens protègent désormais leurs économies des banques. «Si vous craignez vraiment une débâcle de l’économie mondiale, vous seriez plus inspiré de stocker des armes et des boîtes de conserve dans votre cabane au fond des bois», conclut Nouriel Roubini dans sa chronique. Espérons que le prix du fusil et le cours de l’action William Saurin ne grimpent pas trop dans les mois à venir…

Marianne2

Commentaires (31)

  1. Vous noterez quand même le biais incroyable de tous les tarés conformistes qui se revendiquent journalistes : dès que l’or monte un peu (à peine 30%) c’est une bulle, en revanche quand l’immobilier prend 200%, c’est normal.

  2. ce n’est pas de la spéculation :

    c’est la remonétisation de l ‘or,
    malgrè tous les efforts des USA.

    on paie avec des assignats ,
    et garde la vraie monnaie , l’ or, pour soi.

    d’où l’ adage:” la mauvaise monnaie chasse la bonne”

  3. @ Alex

    Notons aussi la flambée sur les terres agricoles et les bois. Un paysan peut avoir un revenu faible 40 ans mais à la retraite il aura un capital minimum de 700 000€…
    Aucun journaliste n’a su ou veut le dire concernant les crises agricoles diverses… Des aides oui mais il faut les ciblées 1 Ha de champagne = min 300 000 €

  4. Ça fait un moment que des gens sérieux conseillent d’acheter de l’or, dans une forme négociable facilement (fuyez le lingot, prenez des napoléons) : si le système s’effondre comme c’est arrivé en Argentine, avec les banques fermées, votre napoléon acheté 150 € en vaudra 400 le jour même :-)
    Un adage boursier dit qu’on a déjà vu des actions à la poubelle, mais jamais de l’or…

  5. L’or est la valeur refuge par excellence, mais le Napoléon est déjà passé de 80e à 140e en 2 ans et la taxe de sortie est de 10-15%.

    De plus si on en arrive vraiement à un chao généralisé, ce n’est pas enjettant des lingot à la tête des pillards qu’on va s’en sortir…

    Un peu d’or certe, mais surtout un coin à la campagne pouvant s’autarciser avec un puit et une concession de bois et une bonne carabine, c’est le meilleur placement à l’heure actuelle.

  6. Ça me fait marrer tous les blaireaux vendus qui parlent de bulle pour qualifier le marché de l’or. C’est n’importe quoi. On peut parler de bulle pour les actions, parce qu’elles sont indexées (en principe) sur la valeur réelle de l’entreprise. Mais l’or n’est jamais une bulle. C’est le reflet de la valeur des monnaies-papier, ainsi que du rapport offre-demande.

    Or, il y a beaucoup moins d’or en circulation que de demande et l’augmentation sans discernement de la dette rend de plus en plus faible la valeur des monnaies.

    La vérité, c’est qu’investir dans de l’or physique est un véritable acte de résistance au système monétaire. Il s’agit, concrètement, d’extraire son capital des flux de la finance mondiale. C’est un placement éthique, qui contribue en plus à la chute de l’économie moderne, en accélérant l’inflation.

    Acheter de l’or est un acte politique bien plus fort et utile que de voter.

  7. “«Si vous craignez vraiment une débâcle de l’économie mondiale, vous seriez plus inspiré de stocker des armes et des boîtes de conserve dans votre cabane au fond des bois», conclut Nouriel Roubini ”

    Que c’est con d’écrire cela. L’or c’est le bon sens en cas de crise grave. Ma famille a survécu pendant la guerre car elle avait des piécettes d’or.

  8. Si les banques ferment comme en Argentine, alors le plomb sera une valeur au moins aussi intéressante que l’or.

    Les événements, conséquence d’un tel clash, produiraient les effets d’une véritable pierre pilosophale ^^.

    On ne peut toutefois miser sur un effondrement total du système. Même au plus fort de la guerre de Bosnie, certains secteurs d’activité économique continuaient de tourner, notamment ceux ayant vocation à satisfaire les besoin premiers de l’homme, à savoir la bouffe.

    Les industries agro-alimentaires ont tourné à plein régime et ont financé de véritables seigneurs de guerres dont les buts politiques ou idéologiques affichés répondaient en fait à des mobiles et des impératifs économiques (mais c’est souvent le cas, quel que soit le conflit considéré…).

    La possession d’une petite entreprise de transformation agro-alimentaire et le contrôle de son interland d’approvisionnement vaut donc bien quelques lingots stériles qui ne peuvent que rapidement changer de propriétaire.

    En situation de pénurie, elle génère du cash, permet la distribution de prébendes soit salariale ou alimentaire et donc le développement d’un véritable petit système féodal local. En fait, rien de plus que la transposition du clientélisme républicain du temps de paix au temps de guerre.

    Et J’exagère à peine ^^.

  9. Léonidas

    Bien sûr qu’il faut arrêter avec ces rêveries apocalyptiques dignes de Mad Max.

    1. L’Etat peut faire faille, l’hyperinflation peut arriver, les banques peuvent fermer, l’épargne peut être saisie. OUI, tout cela est possible et est déjà arrivé (et j’y crois).

    2. Mais en aucun cas il y aurait brusquement, du jour au lendemain, une famine ! Même pendant les guerres civiles les plus abominables, même pendant les bombardements anglo-américains, les villes en cendre, il n’y avait pas de famine !

    Pourquoi voulez-vous que les paysans s’arrêtent subitement de travailler, notamment si leur lait, leurs céréales voient leur pris exploser sur le marché noir ? C’est l’inverse qui se passe… et dans ce cas, ceux qui ont de l’or mangent de la viande, les autres survivent en mangeant ce qu’ils peuvent.

    Pendant la guerre, en pleine restriction alimentaire et sous les bombardements, vous alliez voir le paysan du coin, vous lui filiez un peu d’or discrètement et il vous vendait d’énormes meules de fromage ou des jambons entiers.

    Arrêtez d’imaginer des scénarios hollywoodiens. Aussi longtemps qu’il y aura une demande, une offre naitra pour la satisfaire. C’est inévitable.

  10. @ Gorr

    Ma famille a survécu pendant la guerre car elle avait des piécettes d’or.

    Déçus, nous sommes.

    Nous étions jusqu’alors nombreux à penser que c’était en multipliant les pains et les poissons…

  11. si certains on investis dans l’or il est utile de préciser deux ou trois choses notamment pour
    “Alex” qui dit “Vous noterez quand même le biais incroyable de tous les tarés conformistes qui se revendiquent journalistes : dès que l’or monte un peu (à peine 30%) c’est une bulle, en revanche quand l’immobilier prend 200%, c’est normal”
    s’il est vrais que l’immobilier a prit 200% depuis une dizaine d’années il est en revanche malhonnête de le comparer aux 30% de l’or sur quelques mois .la réalité est que l’or a augmenté de plus de 200% depuis dix ans comme l’immobilier http://www.finance-banque.com/cours-or.html
    également pour “Christopher Johnson” qui dit “Ça me fait marrer tous les blaireaux vendus qui parlent de bulle pour qualifier le marché de l’or. C’est n’importe quoi.Mais l’or n’est jamais une bulle.C’est le reflet de la valeur des monnaies-papier, ainsi que du rapport offre-demande” c’est tout le contraire l’or peut être une bulle comme tout produit sur cette planète lorsqu’un produit est demandé en de façon irrationnelle dans l’espoir de faire un gain il n’est pas non plus le reflet de la valeur des portes monnaies puisque l’euro n’a pas perdu de sa valeur bien au contraire avec ses 1.5 dollars pour un euro .je signale également qu’entre 1980 et 2000 le cours de l’or a été divisé par 3 et même divisé par 5 ou 6 si l’on tient compte de l’inflation,
    . http://www.sacra-moneta.com/or/cours-or.html
    “Or, il y a beaucoup moins d’or en circulation que de demande” mais dans toute l’histoire de l’humanité il y a toujours eu moins d’or que d’envie de se l’approprier.
    “La vérité, c’est qu’investir dans de l’or physique est un véritable acte de résistance au système monétaire C’est un placement éthique, qui contribue en plus à la chute de l’économie moderne” voila le fin fond de votre pensé vous souhaitez idéologiquement la chute de notre société au profit d’une société plus éthique ou l’or serait une valeur de référence (belle morale). on a déjà essayé ce système il y a quelques siècles cela s’appelait la barbarie, plus récemment ce système a été essayé a nouveau cela s’appelait la guerre.
    alors on peut traité les gens de “taré” ou autre “blaireaux” mais comme le dit un proverbe africain quand on veut monté au cocotier mieux vaut avoir une culotte propre

  12. @tatinos

    Pourquoi parle-t-on de bulle ? Parce qu’il y a un décallage entre la valeur pratiquée sur le marché et la valeur réelle. On peut calculer rapidement la valeur réelle d’une action, ou d’une obligation, puisqu’il s’agit de part de propriété ou de dette. Pour l’or, comment calculer la valeur réel ? Il n’y en a pas. C’est uniquement le jeu de l’offre et de la demande. Aussi, parler de bulle pour le marché de l’or revient à dire que l’or est une bulle perpétuelle. Ça n’a pas de sens.

    Ensuite, oui, je souhaite la fin de cette non-société, la chute du matérialisme totalitaire marchand. Comme beaucoup. Comme toute âme sensée le devrait. Je ne souhaite pas particulièrement l’avènement d’une économie basée sur l’or (qui ne s’appelle ni guerre ni barbarie, vous êtes complètement ignorant de l’histoire). Je refuse le monde moderne. J’en ai marre de cette économie et de la philosophie consumériste, j’en ai marre que la vie soit de plus en plus dévaluée au profit de l’idole-argent.

    Je crois que mon pays est autre chose, d’infiniment plus grand et précieux, que ce supermarché à ciel ouvert, je crois que mon peuple vaut plus que ça.

    En attendant, rien ne me ferai plus plaisir que d’apprendre que toutes les institutions qui font ce monde s’écroule et que le train train du progrès technologique a déraillé. Rien ne m’enthousiasmerait davantage qu’un monde sans banques et sans propagande, où les gens seraient à nouveau obligé de se parler, de partager, de s’entraider.

  13. @ Tatinos :

    voila le fin fond de votre pensé vous souhaitez idéologiquement la chute de notre société au profit d’une société plus éthique ou l’or serait une valeur de référence (belle morale).

    Je ne suis pas dans la tête de Christopher Johnson, mais il ne me semble pas qu’il ait écrit que l’or et son commerce devaient devenir une quelconque valeur de référence. Il le présente, me semble t’il, comme un moyen et non une fin en soi.

    En revanche, j’avoue ne pas bien saisir votre sortie sur la “barbarie”, la “guerre” et l’or comme valeur de référence. Pouvez vous developper SVP ?

  14. Spoiler, je ne te connaissais pas ce goût pour la presse féminine et les graines germées.

    Pour les seconde, j’imagine sans mal d’où t’en viens cette passion :roll:

    J’ai une idée assez précise du jardinier :)

    Il est vrai que la culture hors-sol est en plein boom. On peut désormais faire pousser un peu de tout chez soi, avec ou sans balcon. J’évoque ici bien évidemment des produits alimentaires et licites, cela va sans dire !

  15. @ Leonidas
    #18 – 27 décembre 2009 à 16:10

    Héhé! Pour ce type de culture, j’ai été l’initiateur. Très pratique en situation de survie :)

  16. Christopher jhonson

    je constate qu’après avoir traité de “blaireaux” les gens qui pensent qu’investir dans l’or doit se faire en prenant conscience des risques , vous continuer sur votre lancée en me traitant d’”ignorant” vous n’avez pas sans doutes pas tiré profit de la lecture de mon proverbe africain.
    je me ferais plus nuancé dans mon jugement a votre egard en disant que vous avez de grandes idées mais de piètres notions en économie le problème de la crise financière n’est pas un problème de monnaie réelle contrôlé par l’Europe mais un problème de crédit qui conduit a créer de la monnaie artificielle et de l’endettement il suffit d’être plus sévère pour contrôler cette monnaie artificielle avec des lois plus restrictives,il ne faut également pas confondre la baisse des salaires avec la dévaluation de la monnaie dont vous accusez a tort le système actuel puisque notre monnaie européenne na jamais été plus forte qu’en ce moment.
    A la lecture de vos grandes idées je m’attendais plutôt a ce que vous désiriez donner de la “valeur” au travail plutôt que de remplacer notre monnaie par de l’or un système profondément injuste ou l’état n’est plus maitre de sa monnaie subissant la spéculation mondiale du cour de l’or et etant obliger de s’endetter pour acheter cet or .
    je doute également que vos notions d’histoire ne dépassent pas celle d’économie
    je vous rappelle que la valeur “étalon or” n’a eu cours dans notre histoire qu’une quarantaine d’année juste l’espace séparant la guerre de 1870 et celle de 1914.
    et que les périodes ou l’or fut la valeur “roi” par excellence c’est a dire complètement indépendante de la place que le pouvoir local souhaitait lui réserver (en créant de la monnaie de singe pour cela)correspondent aux périodes barbaresque et à celles de la guerre.

  17. leonidas

    christofer jhonson écrit en parlant de l’or “C’est un placement éthique” si l’éthique n’est pas une valeur de référence pour quelqu’un qui veut changer le monde je ne comprends plus rien a rien.

    “En revanche, j’avoue ne pas bien saisir votre sortie sur la « barbarie », la « guerre » et l’or comme valeur de référence. Pouvez vous developper SVP ?”

    je pense avoir répondus a votre question lors de mon post précèdent .

    cependant je dois vous avouez que la provocation que je fais en parlant de valeur de référence, de guerre et de barbarie, n’est pas innocente et n’est pas faite pour me déplaire surtout lorsque je m’adresse a un révolutionnaire apocalyptique

  18. @ tatinos.

    Ok. Merci de votre réponse.

    Il est vrai qu’indexer sa monnaie sur l’or, c’est se placer sous le joug des spéculateurs.

    Pour ce qui est de l’histoire, et bien oui, pour la période que vous évoquez, il est clair que le France ne s’appartenait plus.

    En fait, elle ne s’appartenait plus sur le plan diplomatique et politique depuis le traité de Vienne (j’ai failli écrire Versailles… :roll: quel labsus!). La France, royale, impériale ou républicaine et bien au-delà de 1914, était indexée, sinon inféodée à Londres.

    Le problème de la monnaie en est effectivement une des illustrations.

  19. n’ achetez pas d’ or!
    c’ est pas moral, c’ est inutile, etc,
    et prenez des actions et des obligations,
    nous sommes en pleine croissance!
    il ne faut pas s’ inquièter, tout est sous controle.

  20. L’or ou les billets ne servent que dans l’individualisme.Dans le coopératif, c’est le travail, le don , le troc et enfin la force contre ceux qui ont de l’or,des billets ou des biens!!Alors en définitif ,c’est dans le coopératif qu’il faut investir.Sauf si bien sur vous rèvez ,encore d’épater avec votre big4X4 ou votre rolex avant qu’on vous la pique à coup de pompes.

  21. @Gorr

    As-tu entendu parlé des famines organisées par les soviétiques dans les années 20 et 30 ? Des réquisition de bouffe par les mêmes types en Allemagne lors de l’hiver 46-47 dans la zone occupée ? Ou de “l’année sans été” ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9e_sans_%C3%A9t%C3%A9

    Au sortir de la dernière guerre, la France comptait encore 65% de population rurale. Autant dire qu’il suffisait au citadin affamé de faire quelques kilomètres à pinces pour trouver un agriculteur disposé potentiellement à le ravitailler. La population étant majoritairement quasi auto-suffisante, trouver/fabriquer son pain quotidien n’était pas un défi insurmontable.

    Aujourd’hui la part de la population rurale active impliquée dans la production de nourriture n’excède même pas 5%. L’agriculture est devenue une grosse mécanique bien huilée, qui requiert un tas de matières fossiles et chimiques pour produire en masse (pétrole, engrais, pesticides). Qu’un entrant vienne à manquer, que la météo se dérègle, et la mécanique se grippe : la machine à bouffe s’arrête ! Que le réseau de distribution vienne à être coupé façon siège de Sarajevo, et c’est la famine.

    Tiens, un article pour la route sur un événement anodin qui s’est produit dans l’Argentine en crise en 2002 :
    http://ferfal.blogspot.com/2008/11/despair-in-once-proud-argentina.html

  22. CONSEIL:

    Chacun constate que l’or a augmenté. Techniquement on n’a pas besoin d’or. Ceux qui vont acheter de l’or maintenant seront plumer comme ceux ayant achetés une maison tres cher alors qu’il n’y a pas de pénurie:
    j’explique: le prix est determiné par la loi d’offre et de demande mais pour le prix de l’or et de l’immobilier l’etat ou certains acteurs (banques) peuvent fausser le marché ( exemple voter un plu restreignant le nombre de terrain à batir entrainera une hausse du prix au m2)
    c’est artificiel PAS DE PENURIE = PRUDENCE

  23. @ corso

    Dans tous les cas n’achetez pas en pensant je revendrai plus chere, pensez j’achete peu chere.

    C’est à l’achat que se fait une bonne affaire !
    Pb,or,cu, ceux qui gagnent sont les gros acteuts le petit ou moyen paiera bcp d’impot et risquera gros. Maintenant ce n’est pas l’heure d’acheter mais de vendre surtout ceux qui ont des biens immo +500 000 € car la bulle n’est pas crevée et n’oublions pas ce meme bien pourrait etre construit pour 100 000 par des chinois… Ca finira par arriver !

  24. Sur l’histoire, le progrès libéral, la supériorité du matérialisme économique, revoir l’épisode prophétique des canuts lyonnais, qui n’a de cesse de se répéter depuis :

    Eugène Dufaitelle dans le journal des canuts L’Indicateur en 1834 – année de la « sanglante semaine » ;

    Quand on songe à tous les tiraillemens, à toutes les secousses qui viennent ébranler la société, par le seul fait de la volonté et des caprices de quelques agioteurs qui, à leur gré, disposent de la prospérité ou de la détresse des affaires, qui font d’une mauvaise saison ou des accidens graves, des sujets de spéculations, par lesquelles ils deviennent plusieurs fois millionnaires, et plongent dans un complet dénuement la généralité des familles, on se demande comment de semblables faits, qui sont des crimes de lèse-humanité, peuvent se commettre sans que les lois ne puissent ni les atteindre, ni les punir. Les personnes sensées et de bonne foi comprennent facilement que, bien que les grands spéculateurs n’aient des rapports qu’avec d’autres riches spéculateurs, les résultats sont toujours le maintien ou l’accroissement de la misère des masses ; car le plus souvent c’est sur les objets de première nécessité que se fixe leur ambition… Aujourd’hui, toute la France, et particulièrement la ville de Lyon, attaque le système de libre concurrence et fait retour aux idées françaises d’organisation er de direction.

    http://plunkett.hautetfort.com/archive/2009/12/28/un-drame-prophetique-au-debut-du-xixe-la-repression-liberale.html#more

  25. La montée du cours continue, fera de nombreux cocus, les taxes y sont très fortes sur ce marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>