Comment le marché libre conduit au retour des famines

Le dernier article de The Economist sur les évolutions mondiales de l’agriculture donne involontairement des arguments aux critiques de la libéralisation des échanges : ruée sur les terres des pays pauvres, volatilité des prix, et surtout succès des politiques nationales pour l’autosuffisance alimentaire. Laurent Pinsolle vous en dit plus.

Dans son édition du 21 novembre, The Economist se penche sur le thème passionnant de l’agriculture et se demande comment nous allons faire pour nourrir le monde. S’il soutient la déréglementation, l’hebdomadaire ultralibéral donne pourtant des arguments à ses opposants.

Bien évidemment, ce dossier est l’occasion pour la revue britannique de se lamenter sur les limites mises aux mécanismes du marché.

En effet, devant l’envolée du prix des produits agricoles en 2007, de nombreux pays ont pris des mesures radicales, comme l’interdiction des exportations, ce qui, par ricochet, a provoqué de graves crises dans les pays importateurs. L’envol des prix a provoqué une hausse historique d’environ cent millions du nombre de personnes mal nourries dans le monde.

The Economist se fait l’avocat de la libéralisation des marchés agricoles et appelle à la suppression des barrières douanières récemment mises en place.

Pourtant, ce dossier montre bien que les mécanismes du marché aboutissent aux drames que nous avons connus depuis quelques mois. En effet, la “main invisible” a abouti à une concentration de la production qui rend plus volatiles les cours des produits agricoles, menaçant les populations les plus pauvres de la planète.

Pire, The Economist revient longuement sur le phénomène de l’achat de terres arables dans les pays du Tiers Monde par les importateurs de produits agricoles, comme la Chine, la Corée du Sud ou les pays exportateurs de pétrole. Pas moins de vingt millions d’hectares des meilleures terres des pays pauvres d’Afrique ou d’Asie ont ainsi été achetés par des pays plus riches, handicapant sérieusement la capacité de ces pays à développer leur agriculture…

Paradoxalement, The Economist développe des exemples qui montrent l’intérêt de l’intervention publique. Il cite le cas du Malawi. Ce petit pays africain importait 40% de sa nourriture en 2005. Mais le développement de subventions au secteur agricole (à hauteur de 4% du PIB) a transformé ce pays puisqu’il exporte désormais 50% de sa production, après avoir triplé sa production de maïs en seulement 4 ans. De même, après les pénuries de riz, les Philippines visent aujourd’hui l’autosuffisance.

L’ensemble du dossier montre une chose très claire : la libéralisation des marchés conduit à une spécialisation et une concentration de la production, qui rendent plus volatiles les prix agricoles. En effet, avec un marché plus concentré, le moindre incident dans un des grands pays producteurs provoque une tension majeure, qui peut faire s’envoler ou effondrer les prix. Même s’il ne s’agit pas d’étatiser la production agricole, une moindre concentration peut donner de la stabilité au système.

C’est pourquoi l’autosuffisance a encore un bel avenir devant elle et il y a fort à parier que malgré l’OMC, beaucoup de pays, y compris en voie de développement, préféreront réguler leur marché intérieur pour permettre à leur agriculture de se développer, phase essentielle du développement économique. Et de toutes les façons, la remontée prévisible du prix du carbone finira par rendre plus cher le commerce des produits agricoles, ce qui devrait favoriser une relocalisation de l’activité.

Le bilan de la libéralisation est là : le nombre de personnes souffrant de malnutrition dans le monde augmente depuis 1995. Il est donc grand temps de revenir à une vision plus locale et plus stable de l’agriculture, pour le bénéfice de tous.

Dans un autre papier, The Economist se penche sur Monsanto, la multinationale qui domine le marché des semences OGM. L’hebdomadaire vante sans nuance les mérites de l’entreprise étasunienne dans la quête du monde pour se nourrir.

Paradoxalement, sur l’environnement et le réchauffement climatique, The Economist prend une position d’ouverture très respectable. Le journal dit croire au réchauffement causé par l’homme. Mais, en même temps, dans ce même numéro, il souligne qu’il y a également des études scientifiques qui affirment le contraire, et souligne que les vérités scientifiques d’un jour ne sont pas forcément celles du lendemain. Sa position s’explique par le fait qu’une majorité de scientifiques défendent cette thèse.

En revanche, dans le cas des OGM, The Economist ne fait strictement aucune nuance. Les Organismes Génétiquement Modifiés seraient un bienfait pour l’humanité, qui permettra de nourrir le monde. Le journal se transforme en véritable représentant de Monsanto, affirmant que, grâce à la multinationale, les rendements de maïs sont près de trois fois plus importants aux Etats-Unis qu’au Brésil. Il souligne tous les bienfaits des OGM sans jamais questionner les inconvénients potentiels.

Car dans cette affaire également, il y a débat entre les scientifiques. Certains soutiennent que les OGM déciment les abeilles. D’autres affirment qu’ils ne réduisent pas les quantités de pesticides utilisées. Enfin, d’autres questionnent même la dangerosité des OGM, soulignant justement que nous n’avons pas le recul nécessaire pour trancher. Bref, le débat entre scientifiques n’est pas clair et il est impossible de savoir qui a vraiment raison, ce qui impose sans doute la prudence.

En revanche, The Economist révèle de simples chiffres très intéressants. Le chiffre d’affaires de Monsanto est ainsi passé de 5 à près de 12 milliards de dollars de 2003 à 2009 et ses profits ont été multipliés par 20, de 0,1 à 2 milliards. L’hebdomadaire britannique souligne que la multinationale étasunienne a acquis des positions dominantes sur de nombreuses semences, n’hésitant pas à racheter des concurrents pour encore améliorer sa position, frôlant, voir dépassant le comportement anticoncurrentiel.

En fait, cet article montre à quel point Monsanto a réussi à se créer un modèle économique qui lui est extrêmement favorable. L’entreprise utilise la non-reproductibilité des semences, ce qui impose de nouveaux achats tous les ans, au lieu de planter une partie de la récolte mise en réserve. Elle compte également sur les semences qui résistent au Roundup, ce qui impose l’achat du désherbant maison. Bref, tout ceci montre que les OGM sont surtout une formidable « cash machine » pour Monsanto.

Même si les partisans des OGM font miroiter des rendements mirifiques, il y a encore trop d’interrogations pour adopter un « laisser faire » dont on ne maîtrise pas les conséquences sur le long terme, d’autant plus que les immenses profits réalisés peuvent faire relativiser les risques…

(Source : The Economist, article 1 et article 2)

Marianne2 : article 1 et article 2

Commentaires (30)

  1. “Le bilan de la libéralisation est là : le nombre de personnes souffrant de malnutrition dans le monde augmente depuis 1995.”

    Lien de cause à effet extrêmement douteux.

    Peut-être que l’augmentation de cette malnutrition va de pair avec l’augmentation de la population africaine, non ?

    Fortune se trompe de combat en blâmant le marché libre… il y aurait des analyses de la crise plus pertinentes à faire.

  2. Alex

    Nieriez-vous que l’agriculture africaine, par exemple, est peu ou pas du tout subventionnée, contrairement à ce qui se passe en Occident ?

    Sans parler des multinationales de l’agro-alimentaire, exploitant des plantations géantes pour l’exportation, qui ne s’intéressent pas à l’agriculture vivrière…

  3. “Nieriez-vous que l’agriculture africaine, par exemple, est peu ou pas du tout subventionnée, contrairement à ce qui se passe en Occident ?”

    C’est surtout qu’il n’y a pas d’agriculture en Afrique : le quotient intellectuel moyen en Ethiopie est de 63. Pour parvenir à réaliser un système agricole solide, moderne et capable d’assurer l’autarcie, il faudrait au moins 90 de QI.

    Les pompes à eau ou l’équipement agricole qu’on envoie en Afrique sont en ruines au bout de quelques mois.

    Il faut peut être enfin intégrer le fait que les Africains ne sont pas faits pour le modèle de développement occidental. La meilleure vie pour eux serait une vie en petites tribus en harmonie avec la Nature, comme avant.

    Oui, je le dis : l’Homme Blanc a tué l’Afrique. Pas seulement à cause de l’esclavage ou de la colonisation, mais parce qu’il a cherché à faire d’elle un pays d’Europe.

    “Sans parler des multinationales de l’agro-alimentaire, exploitant des plantations géantes pour l’exportation, qui ne s’intéressent pas à l’agriculture vivrière…”

    Les Blancs n’ont rien à faire en Afrique, point.

  4. Et ne me dites pas que le problème africain est du à la colonisation : les Africains vivaient bien mieux quand ils étaient colonisés.

    Ne me dites pas non plus que leur problème est du à la pauvreté, à l’absence d’aide ou l’absence d’écoles : ça fait 200 ans qu’on fait de l’humanitaire en Afrique, 60 ans qu’on leur envoie des trillions de dollars.

    Pour quel résultat ? L’Afrique est en pire état qu’il y a 60 ans.

  5. Ben l’agriculture vivrière,c’est ce qu’ils font au Zimbabwe,non?
    On remplace les eennoorrmmeess plantations des méchants blancs par un gentil petit carré de tomate,et le tour est joué :D

    Boreas,toujours pour le retour à l’âge de pierre?

    Les grandes surfaces découlent d’une capacité à s’organiser,je penche plus comme Alex,à une explication génétique.

  6. Depuis la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud, l’IDH (Indice de Développement Humain) n’a pas cessé de chuter.

    L’espérance de vie moyenne a chuté de 25 ans.

    Tous les Blancs se barrent du pays : ils fuient l’insécurité, la chienlit et le racisme anti-Blanc.

    Des milliers de femmes Boers ont été violées, tuées. Des enfants, voire des bébés ont été violés ou roués de coups.

    Les universités autrefois florissantes sont en ruines.

    Les infrastructures sont à l’abandon.

    Et cela, malgré tout le soutien des pays occidentaux depuis 1994.

    Le problème n’est pas l’argent : le problème, c’est les hommes.

    Il n’y a de richesses que d’hommes.

    Je ne dis pas que l’Apartheid c’était bien : je dis qu’objectivement, l’Afrique du Sud était bien plus développée sous l’Apartheid.

    Aujourd’hui, c’est un enfer.

  7. “surtout succès des politiques nationales pour l’autosuffisance alimentaire”

    La conclusion est sans appel, moins les nations n’ont à souffrir de la présence des multinationales de l’agro-alimentaire mieux elles se portent.

    @ alex

    “Fortune se trompe de combat en blâmant le marché libre…”

    Le paysant français qui va vendre ses fromages sur un marché et qui avec l’argent va prendre des tomates chez le jardinier d’en face ça c’est le libre échange. Et c’est une très bonne chose…

    Quand : “Pas moins de vingt millions d’hectares des meilleures terres des pays pauvres d’Afrique ou d’Asie ont ainsi été achetés par des pays plus riches, handicapant sérieusement la capacité de ces pays à développer leur agriculture…” On rentre dans le mondialisme…et on ruine l’indépendance des nations.

    Ou : “Monsanto a réussi à se créer un modèle économique qui lui est extrêmement favorable. L’entreprise utilise la non-reproductibilité des semences, ce qui impose de nouveaux achats tous les ans, au lieu de planter une partie de la récolte mise en réserve.” La on fait rentrer le capitalisme spéculatif sur le marché de la faim ! En gros plus de gens meurent de fin plus les semences sont chères plus ils se font de marge, plus les actionaires sont rémunérés…

    Ca n’a rien à voir avec le libéralisme originel, même si certains appelle cela le système ultra-libéral.

  8. “Ca n’a rien à voir avec le libéralisme originel, même si certains appelle cela le système ultra-libéral.”

    Le libéralisme n’existe pas et n’a jamais existé.

    Ce que vous nommez un système ultra-libéral (je suppose que vous parlez du système actuel), c’est un système keynésien qui n’a pu fonctionner qu’avec la distorsion monétaire entrainée par la fin de l’étalon-or.

    Aujourd’hui, c’est ce système qui est train de faire faillite. 40 ans de fausse richesse sont en train d’être effacés.

    Mais bon, chacun voit midi à sa porte. Chacun son analyse de la crise… on en tirera les conclusions dans 10 ans.

  9. “Oui, je le dis : l’Homme Blanc a tué l’Afrique. Pas seulement à cause de l’esclavage ou de la colonisation, mais parce qu’il a cherché à faire d’elle un pays d’Europe. Sans parler des multinationales de l’agro-alimentaire, exploitant des plantations géantes pour l’exportation, qui ne s’intéressent pas à l’agriculture vivrière”

    “Il n’y a de richesses que d’hommes”

    Tout à fait d’accord, avec quelques petits bémol :

    - On laisse venir les elites africaines en Europe pour leurs etudes où ils sont invités à rester après. Du coup c’est une fuite des cerveau perpétuelle. Et le niveau intellectuel privé de ses meilleurs éléments ne peut guerre évolué.

    - On continu de piller leurs ressources naturelles. Pourquoi les américains ont été faire la guerre en Irak à un régime qu’ils ont crée??? Pétrole. En Afrique du sud on pourrait parler des diamants dont le revenu ne revient que rarement dans la poche de celui qui tient la pioche. Au Sierra Leone la de Beers entretient une guerre civile depuis des années pour garder le monopole diamantifère.

    - On place des hommes de paille à la tête des pays qui restent des vassaux. Dont la mission est de conserver la situation en l’état, et si un homme fort apparait on le traite de dictateur de façon moralisatrice…Je pense que les pharaons d’Egypte n’étaient pas si arriérés en leur temps

    Nb : Quand je dis nous ce n’est bien entendu pas le peuple de France, mais les elites mondialistes (anti-France).

  10. “Ce que vous nommez un système ultra-libéral (je suppose que vous parlez du système actuel), c’est un système keynésien qui n’a pu fonctionner qu’avec la distorsion monétaire entrainée par la fin de l’étalon-or.

    Aujourd’hui, c’est ce système qui est train de faire faillite. 40 ans de fausse richesse sont en train d’être effacés.”

    Tu parles trés justement de fausse richesse. Je suis ok.

    Et moi je dit maitenant que dans le même principe il y a de fausses dettes. C’est exactement pareil.

    En fait nous sommes daccord a quelques détails près.

  11. Pour ce qui est de l’intélignece des africains, j’en croisé assez pour savoir qu’il existe des africains très inteligents. Je rapelle au passage que le bac C sénégalais ou burkinabé est d’un niveau bien supérieur (équivalent à 1 an à 1,5 ans d’étude en plus) à notre bac S.

    Lesous développement africain a des bases culturelles, de mal-nutrition (une population mal nourie ne peut développer son cerveau, d’où des QI bas), et notre aide économique, qui coûte aux citoyens est inférieure aux détournelents d’argent des dictateurs que nous soutenont, et aux bénéfices des multinationales.
    La présence de pouvoirs corrompus, de frontières étatiques qui ne correspondent en rien aux ethnies sont avec le manque de scolarisation, les principales obstacles au développement.

    Le manque de scolarisation est du à la corruption, et à la démographie, ce qui en fait un cercle vicieux, puisque la seule méthode éfficace pour lutter contre la démographie est l’instruction, en particulier celle des femmes.

    Si l’expansion de l’islam n’était pas un danger aussi en Afrique, je dirait bien “laisons les ” occupons nous de nous et eux d’eux même.

    En fait la seule aide que j’approuve est celle de payer directement, sans passer par l’État local, les salires des instits pendant une vingtaine d’année. (Un instituteur africain gagne dans les 250 euros/mois.)

    Le problème en fait, là-bas comme chez nous, est souvent l’activité des World-company.
    On remarque par exemple que le burkina-fasso, enclavé et sans ressources minières, s’en tire bien mieux que le congo belge, riche en toutes ressources minières.

    Il faudrait appliquer une vraie politique anti-world company.
    Il faudrait les deconcentrer, les scissionner en de nombreuses entreprises à taille humaine, dont les actions soient de préférence détenues par leurs employés sous forme coopérative.

  12. Un autre exemple, dans le prolongement de l’article .

    Communiqué de la Quadrature du Net.

    Lien permanent :
    http://www.laquadrature.net/fr/acta-menace-globale-pour-les-libertes-lettre-ouverte

    ACTA: Menace globale pour les Libertés (Lettre ouverte)

    *** Paris, le 10 décembre 2009 – Une coalition mondiale d’organisations
    non-gouvernementales, d’associations de consommateurs et de fournisseurs
    de services en ligne publie une lettre ouverte adressée aux institutions
    européennes concernant l’accord commercial relatif à la contrefaçon
    (ACTA), actuellement en négociation. Ces organisations appellent le
    Parlement européen et les négociateurs de l’UE à s’opposer à toute
    mesure dans l’accord multilatéral qui porteraient atteinte aux droits et
    libertés fondamentaux des citoyens en Europe et à travers le monde. ***

    D’ici au 17 décembre prochain, les négociateurs européens devront
    soumettre leur réponse à la proposition du représentant américain au
    commerce concernant chapitre Internet de l’ACTA. Il est désormais temps
    pour l’Union européenne de s’opposer fermement aux mesures secrètement
    négociées. En plus de mesures de “riposte graduée” de style HADOPI,
    elles concernent également la responsabilité des intermédiaires
    techniques qui entrainerait le filtrage du Net, ainsi que des atteintes
    à l’interopérabilité des oeuvres numériques légalement acquises.

    Parmi les premiers signataires de la lettre ouverte se trouvent:
    Consumers International (fédération mondiale regroupant 220 associations
    de consommateurs dans 115 pays), EDRi (27 ONG européennes oeuvrant à la
    défenses des droits civiques et du droit à la vie privée), la Free
    Software Foundation (FSF), l’Electronic Frontier Foundation (EFF),
    l’ASIC (association des services Internet communautaires) ansi que des
    associations de défense des libertés de toute l’Europe (déja 9 États
    Membres représentés). Votre organisation peut elle aussi signer la
    lettre ouverte!

    ————————————————————

    ACTA: Menace globale pour les Libertés
    lettre ouverte

    L’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) est un large accord
    intergouvernemental en cours de négociation allant des questions
    sociales essentielles d’accès aux médicaments[1] à la régulation pénale
    d’Internet. Nous craignons que cet accord ne nuise sérieusement à
    l’innovation européenne dans le marché unique numérique, tout en portant
    atteinte aux libertés fondamentales et à la démocratie dans son ensemble.

    Le processus de négociation pose en lui-même d’importantes questions de
    transparence et de respect des processus démocratiques, étant donné que
    le contenu du projet d’accord a été tenu secret depuis plus de 18 mois,
    et ce bien que certains détails des propositions aient récemment fait
    l’objet d’une fuite. Plus inquiétant encore, alors que le Parlement
    européen s’est vu refuser l’accès aux documents, l’industrie américaine
    y a eu accès, après avoir signé des accords de non-divulgation.

    Une récente analyse de la Commisson européenne[2] concernant le chapitre
    Internet de l’ACTA démontre que les questions en cours de discussion
    vont bien au-delà de l’acquis communautaire. Plus important, l’analyse
    de la Commission confirme que le document de travail actuel de l’ACTA
    restreindrait profondément les droits et libertés des citoyens
    européens, principalement la liberté d’expression et la protection des
    communications privées. Celles-ci sont en effet très fortement menacées,
    puisque le projet en cours appelle à l’adoption de dispositifs de
    “riposte graduée” et de filtrage de contenus en tentant d’imposer la
    responsabilité civile et pénale des intermédiaires techniques, tels que
    les fournisseurs d’accès Internet. Le texte pourrait également
    radicalement mettre en cause l’exercice de l’interopérabilité, qui est
    essentiel à la fois aux droits des consommateurs et à la compétititivé.

    En conséquence, nous appelons le Parlement à enjoindre les négociateurs
    européens à établir la transparence du processus de négociation en
    publiant le projet d’accord, et à ne pas accepter une proposition qui
    nuirait aux droits et libertés des citoyens. De plus, nous exhortons le
    Parlement d’indiquer fermement à la Commission et au Conseil que tout
    accord ne respectant pas ces principes fondamentaux forcerait le
    Parlement à rejeter le texte dans son entier.

    ————————————————————

    Les premiers signataires de la lettre ouverte sont (par ordre
    alphabétique) :

    AK DATEN E.V. Germany
    April France
    ASIC France
    Asociación de Internautas Spain
    Bits of Freedom The Netherlands
    Chaos Computer Club (CCC) Germany
    Constant vzw Belgium
    Consumers International International
    dyne.org Intenational
    EDRi Europe
    Electronic Frontier Finland Finland
    Electronic Frontier Foundation International
    Exgae Spain
    Free Knowledge Institute Europe
    Free Software Foundation International
    Gleducar Argentina
    Hacktivistas Spain
    Knowledge Ecology International International
    La Quadrature du Net France
    netzpolitik.org Germany
    Open Rights Group United Kingdom
    Opendata Network Germany
    Scambio Etico Italy
    The Julia Group (Juliagruppen) Sweden
    The WeReBuild clusters Europe
    U.S. PIRG USA

    * Références *

    1. Voir:
    http://www.oxfam.org/en/pressroom/pressrelease/2009-07-15/criminalize-generic-medicines-hurt-poor-countries

    2. Voir:
    http://sharemydoc.org/files/philip/ec_analysis_of_acta_internet_chapter.pdf

    ** Contact presse et espace presse **

    Jérémie Zimmermann – jz@laquadrature.net – 06 15 94 06 75

    http://www.laquadrature.net/fr/espace-presse

  13. “Pour ce qui est de l’intélignece des africains, j’en croisé assez pour savoir qu’il existe des africains très inteligents.”

    Personne ne le nie. Moyennes, Bell Curve, etc.

    ” Je rapelle au passage que le bac C sénégalais ou burkinabé est d’un niveau bien supérieur (équivalent à 1 an à 1,5 ans d’étude en plus) à notre bac S.”

    Fake

    “Lesous développement africain a des bases culturelles, de mal-nutrition (une population mal nourie ne peut développer son cerveau, d’où des QI bas), et notre aide économique, qui coûte aux citoyens est inférieure aux détournelents d’argent des dictateurs que nous soutenont, et aux bénéfices des multinationales.”

    Faux

    Le même constat se fait chez des enfants bien nourris, chez des enfants élevés dans des familles blanches ou asiatiques, etc etc.

  14. Bien sûr, rien bien sûr au sujet de la conversion au maïs à éthanol des champs de maïs alimentaire (surtout aux usa), encouragée à vaste échelle par les gouvernements sous la pression du lobby vert ? C’est l’une des causes les plus importantes de la hausse du prix des céréales alimentaires ces dernières années.
    il n’y a qu’à googler “corn ethanol” pour en voir toute l’absurdité en termes alimentaires, humains, économiques, et bien sûr écologiques.

  15. “le Malawi ne vit que de l’assistance internationale; les statistiques dans ce pays, ont la même valeur scientifique que troposphère comme objet de conquête de mars…”

    Je me suis pissé dessus de rire :D

    C’est tellement vrai…

    Mais les journalistes bobo adoooorent l’Afrique, même si évidemment ils n’iraient pas y vivre pour un million d’euros.

  16. Alex

    Ce qui est remarquable avec les libéraux, et Jean-Claude Michéa a bien raison de faire remarquer que ce sont en fait les gens les plus à gauche du monde, car les plus progressistes, c’est que, quelle que soit la réalité, quelles que soient les objections qu’on peut leur faire, leur foi en l’avènement de leurs théories irréalisables est à l’épreuve de tout.

    Leur “Grand Matin”, si on peut dire, est vraiment le pendant parfait du “Grand Soir” des marxistes : l’eschatologie matérialiste, avec sa foi dans l’avènement d’un paradis technicien et consumériste sur terre ; sauf que les libéraux, eux, croient encore à ces fadaises, alors que même les bolchos les plus obtus ont de sérieux doutes.

    Ce serait drôle (je vous cite : “Le libéralisme n’existe pas et n’a jamais existé. Le système actuel est un système keynésien”), si ce n’était pitoyable.

    Mais Alex, Goldman Sachs et sa conquête du gouvernement américain, ce n’est pas le libéralisme ?

    Monsanto et son droit de balancer des OGM quasiment sur la planète entière, ce n’est pas le libéralisme ?

    Les grandes transnationales de l’agro-alimentaire, comme Dole ou Kraft, sur des milliers et des milliers d’hectares de cultures non vivrières (bananes, café, canne à sucre, tabac, palmiers à huile, ananas, etc.), ce n’est pas le libéralisme ? Petit exemple : http://www.fao.org/docrep/007/y5102f/y5102f09.htm

    Le marché de l’eau bolivien, concédé à Bechtel Corp. par le gouvernement Banzer, à la solde des Etats-Unis, en 2000 (avant d’être reconquis à l’issue de révoltes populaires) ; la “guerre du gaz”, en 2003, dans le même pays, contre le consortium de multinationales Pacific LNG ; ce n’est pas le libéralisme ?

    C’est pourtant le résultat du libre échange, de la libre concurrence, gnagnagna, etc.

    C’est pourtant le résultat du jeu du marché, dont émergent des monstres écrasant tout et faussant les principes même du libéralisme : comment “échanger” avec quelqu’un dont les “avantages comparatifs” sont infiniment supérieurs ? Comment le concurrencer ? Et, pour les Etats, surtout si leurs gouvernements sont déjà taillés dans du bois pourri, comment résister ?

    Si ce n’est pas le produit ultime du libéralisme, toute cette horreur, qu’est-ce que c’est, alors ?

    Voudrez-vous me faire avaler que c’est le “système keynésien” qui impose à ces mastodontes de corrompre, plus encore qu’ils ne le sont déjà, les gouvernements du Tiers Monde, de faire travailler, pour des salaires de misère, dans des conditions sanitaires souvent insupportables, même des enfants, le tout pour une production qui souvent ravage la nature et ne profite pas à la population locale ?

    http://www.encyclo-conso.org/archives_I_agriculture.html

    Il existe une petite chose qui, outre le sens des nuances et des réalités, paraît parfois vous échapper : le sens de l’honneur.

    Cette notion certes très désuète (les bourgeois et donc, les libéraux, estimant en général qu’il s’agit d’une non-valeur, dès lors qu’elle ne se confond pas avec leur seule réputation), interdit, en principe, de profiter des faibles et a fortiori, d’aggraver leur sort.

    Si, au lieu de caricaturer les idées que vous me prêtez sans vérifier préalablement si elles sont miennes (je vous cite : “ne me dites pas que le problème africain est du à la colonisation… à la pauvreté, à l’absence d’aide ou l’absence d’écoles”), et de faire appel à des pseudo-sciences quantitatives, darwinisme et darwinisme social, socio-ethno-psycho-blabla fondées sur le Q.I. et la génétique, qui contiennent forcément quelques parcelles de vérité mais sont loin, contrairement à ce que croient les cerveaux étriqués, avides d’une réponse sous forme de système, de tout expliquer ; si, au lieu de tout ça, vous aviez l’honnêteté intellectuelle de reconnaître certains faits, la discussion serait peut-être plus facile.

    Je préfère encore les blagues à deux balles de ce bon vieux Erwinn qui, lui, au moins, vit en Afrique et a donc quelques arguments personnels à faire valoir (au fait, Erwinn, oui, je suis toujours dans le néolithique, mais uniquement pour l’exportation vers la Côte d’Ivoire : je cherche un importateur, ça pourrait peut-être t’intéresser, surtout les casse-tête ? Pas chers, mes casse-tête… :D ).

    Je ne dis pas que les multinationales agro-alimentaires et autres sont SEULES responsables de la situation dans certains pays d’Afrique par exemple : ce serait une caricature.

    A contrario, trop facile aussi de généraliser :

    http://lachute.over-blog.com/article-35147976.html

    http://lachute.over-blog.com/article-35834361.html

    Mais si vous restez incapable de faire la nuance, si vous demeurez toujours dans votre libéralisme idéal, purement théorique, irréaliste, je ne serai probablement pas le seul à être dans l’impossibilité de vous prendre au sérieux.

    Heureusement que vous n’écrivez pas que des (autocensure) et que, malgré des raisonnements parfois (re-autocensure), vous parvenez à ce genre de conclusions :

    “Il faut peut être enfin intégrer le fait que les Africains ne sont pas faits pour le modèle de développement occidental. La meilleure vie pour eux serait une vie en petites tribus en harmonie avec la Nature, comme avant.

    Oui, je le dis : l’Homme Blanc a tué l’Afrique. Pas seulement à cause de l’esclavage ou de la colonisation, mais parce qu’il a cherché à faire d’elle un pays d’Europe.

    Les Blancs n’ont rien à faire en Afrique, point.”

    Là-dessus, nous sommes d’accord.

    Si, en plus, nous parvenions à virer d’Europe les banquiers et les affairistes (en plus, évidemment, de virer les gauchistes et les allogènes en surnombre), il deviendrait raisonnablement possible de s’occuper de votre rééducation.

    Bah oui, vous vous doutez qu’en bon observateur des méfaits du libéralisme (pardon, bolcho, j’oubliais), je suis partisan du goulag pour mes opposants…

  17. “Mais Alex, Goldman Sachs et sa conquête du gouvernement américain, ce n’est pas le libéralisme ? ”

    GS est tout sauf le libéralisme.

    “Si, au lieu de caricaturer les idées que vous me prêtez sans vérifier préalablement si elles sont miennes (je vous cite : « ne me dites pas que le problème africain est du à la colonisation… à la pauvreté, à l’absence d’aide ou l’absence d’écoles »), et de faire appel à des pseudo-sciences quantitatives, darwinisme et darwinisme social, socio-ethno-psycho-blabla fondées sur le Q.I. et la génétique, qui contiennent forcément quelques parcelles de vérité mais sont loin, contrairement à ce que croient les cerveaux étriqués, avides d’une réponse sous forme de système, de tout expliquer ; si, au lieu de tout ça, vous aviez l’honnêteté intellectuelle de reconnaître certains faits, la discussion serait peut-être plus facile.”

    Vos pseudo-sciences, comme vous dites, sont certainement plus proche de la réalité que vos thèses marxistes et égalitaristes.

    Vous avez 60 ans de retard. Vos thèses étaient à la mode en 1945, aujourd’hui on ne peut que constater leur faillite béante.

    Vous croyez vivre dans un monde “ultra-libéral”, “néo-libéral” ou que sais-je encore, mais vous ne faites au fond que répéter les sornettes convenues qu’on entend de Libé au Figaro.

    Le monde dans lequel nous vivons est un monde socialiste.

  18. PS : si vous considérez que le darwinisme est une “pseudo-science”, je comprends maintenant mieux votre raisonnement…

    Encore un chrétien intégriste du genre Christopher Johnson, me trompe-je ?

  19. Les pseudo-sciences actuelles sont plutôt la sociologie, la philosophie, l’ethnologie, l’anthropologie et la politologie de comptoir enseignés dans les facultés françaises.

    Vous savez, cette fameuse sociologie qui postule que le sexe ou la race sont des constructions purement sociales et culturelles, tout comme l’intelligence ou le désir sexuel.

    De bonnes grosses thèses Lyssenkiennes qui ont participé à leur manière à la mort de l’Occident.

    Vous posez les bonnes questions, Boreas ; vous y apportez les mauvaises réponses.

  20. degueldre

    Pfff… Parfois, quand je vous lis, je comprendrais presque les gauchos.

    En ce qui concerne la fiabilité des statistiques au Malawi (comme pour tout ce qui concerne l’Afrique Noire, où rien de ce qui intéresse les Occidentaux n’est fiable), vous avez probablement raison, au moins en partie :

    http://recherche-solidarite-sud.midiblogs.com/archive/2009/01/21/statistiques-de-la-fao-sur-le-malawi-miracle-ou-arrangement.html

    Mais il me semble que vous êtes dans la même logique que les colonisateurs : tout ce qui n’est pas Blanc est nécessairement inférieur.

    Ce raisonnement, s’il contient un peu de vérité, n’est pas juste pour autant.

    Il est seulement partial et subjectif (ce qui n’est pas un mal en soi : il est naturel et sain que les peuples se sentent supérieurs aux autres ; le hic étant qu’il vaudrait mieux que cela reste un sentiment et ne devienne pas une carte d’état-major…).

    Vous ne voyez pas, apparemment, que les causes du problème sont la colonisation ET la décolonisation : soit, il aurait fallu ne jamais partir, soit, il aurait fallu, avant de partir, tout remettre dans l’état pré-colonial.

    Dès lors que rien de tout cela n’a été fait, ni ne sera fait si la crise ne vient pas cruellement y mettre bon ordre, pourquoi critiquer la volonté d’un pays africain d’aboutir à l’autosuffisance alimentaire (même si le gouvernement se fait mousser en affichant des résultats surévalués), au lieu de se prostituer à l’agro-alimentaire mondial pour enrichir quelques chefs tribaux déguisés en ministres ou en businessmen exotiques ?

  21. Boreas, j’ai relu votre message avec plus d’attention (j’y ai répondu un peu à chaud, en fait).

    Vous me parlez sans cesse de corruption, de gouvernements corrompus, d’esclavage, etc.

    Mais ne croyez-vous pas que le problème en question se situe au niveau des Etats, et non pas du libéralisme ?

  22. “Mais il me semble que vous êtes dans la même logique que les colonisateurs : tout ce qui n’est pas Blanc est nécessairement inférieur.”

    Personne n’a dit ça.

    En revanche, oui, les pays d’Afrique sont globalement inférieurs sur le plan du développement occidental.

  23. Alex

    “vos thèses marxistes et égalitaristes”

    Ahahaha ! Mon pauvre, si vous saviez. Je suis viscéralement anticommuniste depuis l’âge de sept ans !

    Et, au besoin, je vous emmmerde, parce que lire de pareilles conneries, vraiment, ça commence à être franchement déplaisant.

    “Le monde dans lequel nous vivons est un monde socialiste.”

    Ce que vous ne parvenez pas à comprendre, c’est qu’il est soviéto-libéral, ou libéralo-soviétique.

    Je ne peux même pas espérer que vous parviendrez peut-être à penser un jour de façon non-binaire en relisant ça :

    http://fortune.fdesouche.com/7705-la-genealogie-de-la-superclasse-mondiale

    vu le niveau des coms que vous y aviez laissés.

    Mais au moins, ça vous donnerait l’occasion de lire la réponse que je vous avais faite, notamment sur le darwinisme (et non, je ne suis pas chrétien, plutôt pagano – c’est fou comme vous éprouvez le besoin de mettre les gens dans des cases, hein…).

  24. Alex

    Je découvre vos deux derniers messages (24 et 25)

    24 – Franchement, si vous lisiez mon post 19 avec un peu plus d’attention, vous vous apercevriez que la réponse à votre question y est déjà contenue.

    25 – Je m’adressais à degueldre (post 23). Inutile de répondre à sa place.

  25. “Et, au besoin, je vous emmmerde, parce que lire de pareilles conneries, vraiment, ça commence à être franchement déplaisant.”

    Ce sont les règles du débat, mon cher Boreas, que vous m’emmerdiez j’en suis fort aise, mais je m’en doutais et ça n’apporte rien.

    “Ce que vous ne parvenez pas à comprendre, c’est qu’il est soviéto-libéral, ou libéralo-soviétique.”

    LOL ? C’est justement ce que MOI je pense. Oui, le monde est soviéto-libéral. Mais là vous m’étonnez, Boreas. Vous venez d’écrire une phrase que j’aurais pu écrire.

    “Mais au moins, ça vous donnerait l’occasion de lire la réponse que je vous avais faite, notamment sur le darwinisme ”

    Déjà, cessez de parler de darwinisme. Darwin est un théoricien parmi d’autres de l’Evolution. Ensuite, j’ai lu vos réponses.

    “comme l’est la vision universaliste du déterminisme par le Q.I”

    Lol. Cessez d’employer des mots que vous ne comprenez pas. Le déterminisme par le QI est une théorie partagée par 0,1% de la population, et sûrement pas par l’hyperclasse. C’est donc tout sauf une idéologie “mainstream”, et ça n’a rien d’universaliste. Quand j’en parle en public je me fais taxer de facho, donc je préfère éviter.

    Ensuite, votre anti-darwinisme me parait plus être un anti-conformisme qu’autre chose. Le consensus scientifique est darwiniste, donc vous le niez pour rester marginal.

    “et non, je ne suis pas chrétien, plutôt pagano”

    Si vous éprouvez le besoin de croire à Odin ou aux Valkyries, tant mieux pour vous, chaque adulte est au fond un enfant qui a besoin de se bercer de rêves. Mais n’en faites par un argumentaire politique, et encore moins économique.

    L’économie obéit à des lois naturelles qu’aucune idéologie ne peut changer.

    Pour finir, Boreas, si vous avez un programme politique concret, je serais ravi de l’écouter.

    Si vous vous contentez de critiquer, ça ne sert à rien.

  26. “Je préfère encore les blagues à deux balles de ce bon vieux Erwinn qui, lui, au moins, vit en Afrique et a donc quelques arguments personnels à faire valoir (au fait, Erwinn, oui, je suis toujours dans le néolithique, mais uniquement pour l’exportation vers la Côte d’Ivoire : je cherche un importateur, ça pourrait peut-être t’intéresser, surtout les casse-tête ? Pas chers, mes casse-tête… :D ).”

    Salopard,ici,on dit blague à 2 cauris!!Va pour les casse-têtes,je te paie en jeunes vierges,c’est bon? :D

    Sinon,cette manie d’accuser les multi-nationale,qui jouent leur partition évidemment,de tous les maux de l’Afrique me fout mal à l’aise.C’est typiquement le genre de discours que l’on retrouve sur place,cette fameuse victimisation.Survie.org est le site idéal pour ce genre de baratin.
    La vraie question est:pourquoi des pays comme la Corée du Sud n’ont pas les mêmes problèmes?

  27. Alex (28)

    Non non non, ce ne sont pas les règles du débat, d’accuser son contradicteur d’être un coco.

    Pour moi, c’est carrément une insulte (encore que j’aie toujours préféré la mentalité des vendeurs de l’Huma, à six heures du mat’ en plein hiver à la sortie du métro, aux bourges bégueules sortant de celui-ci, confortablement emmitouflés dans leur Burberry…).

    « comme l’est la vision universaliste du déterminisme par le Q.I »

    “Lol. Cessez d’employer des mots que vous ne comprenez pas.”

    Bah, je n’y peux rien si vous ne savez pas lire.

    Si j’avais voulu dire que le déterminisme par le Q.I. est l’opinion d’un large public, j’aurais écrit, par exemple : “comme l’est la vision, universellement partagée, du déterminisme par le Q.I.”).

    Au lieu de cela, “la vision universaliste du déterminisme par le Q.I.” signifie que c’est cette théorie (le déterminisme par le Q.I.) qui a une prétention à l’universalisme ; c’est-à-dire, une prétention à tout expliquer.

    De manière générale, il y a de très nombreux arguments contre le darwinisme et, en général, l’évolutionnisme. Et je ne parle pas du créationisme de certaines sectes chrétiennes.

    Ce sont ces arguments qui sont véritablement impopulaires, et non le déterminisme par le Q.I.

    Je redonne le lien que je vous avais généreusement offert :

    http://www.ldi5.com/paleo/bi.php

    Cela dit, j’avoue que je suis volontiers anti-consensus.

    Plus les cons sont nombreux, plus ils sont cons.

    « et non, je ne suis pas chrétien, plutôt pagano »

    Si vous éprouvez le besoin de croire à Odin ou aux Valkyries, tant mieux pour vous, chaque adulte est au fond un enfant qui a besoin de se bercer de rêves. Mais n’en faites par un argumentaire politique, et encore moins économique.

    L’économie obéit à des lois naturelles qu’aucune idéologie ne peut changer.

    Alors là, c’est le comble du culot et de la mauvaise foi !

    Vous m’accuseriez presque d’évoquer la spiritualité pour en faire un argument économique et/ou politique, alors que c’est vous qui (post 21) m’aviez déjà attribué la case “chrétien intégriste” et que je ne faisais que vous démentir !!!

    Non, mais vous lisez ce que vous écrivez, de temps en temps, où vous êtes encore une de ces sortes d’intellos fumeux et agités qui doivent absolument sortir n’importe quelle ânerie à chaque instant, à un rythme soutenu, pour se sentir exister (car pour ce qui est de penser…) ?

    Pour finir, si j’ai un programme politique concret ?

    En effet, j’en ai un. Mais je préfère ne pas vous en parler, il faudrait ensuite que je corrige vos interprétations à côté de la plaque…

  28. Erwinn

    Des jeunes vierges ?

    Oui, mais des Blanches alors, j’suis wacist’ !

    Sinon, qui “accuse les multinationales de tous les maux de l’Afrique” ?

    Pas moi, en tout cas ; je me cite, com 19 :

    “Je ne dis pas que les multinationales agro-alimentaires et autres sont SEULES responsables de la situation dans certains pays d’Afrique par exemple : ce serait une caricature.”

    T’inquiète. TA multinationale, on la laissera continuer de bosser quand le PRL (ou le PSR, héhé !) aura pris le pouvoir ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>