Haut-Jura : Être sans avoir

Comment peut-on vivre heureux aujourd’hui? Comment peut-on vivre pauvre et heureux aujourd’hui? A 57 ans, Jean-Paul Grospélier n’a qu’un seul regret, c’est d’avoir travaillé 2 ans dans sa vie, « 2 ans de trop, depuis je n’y suis jamais retourné ! »

Ce qui sonne comme une provocation n’est pas une ode à la paresse mais plutôt la profession de foi d’un homme qui pratique « sa décroissance » depuis 35 ans.

Le mode de vie autarcique choisi par Jean-Paul a néanmoins un coût que la plupart d’entre nous ne pourrait supporter: celui de cultiver 600 mètres carrés de potager, celui d’être un cueilleur, un glaneur, un menuisier, un boulanger, un mécanicien, un maçon, quand six mois d’hiver vous déposent parfois deux mètres de neige devant la porte.


Car l’eldorado de Jean-Paul se situe dans le Haut-Jura à 1.200 mètres d’altitude. La ferme sans eau, sans électricité et sans loyer qui abrite ses utopies depuis le début va être vendue. Pauvre mais jamais démuni « l’homme qui sait tout faire » a décidé de construire sa propre maison, en pierres de taille récupérées sur les ruines alentours avec un budget total de… 7.500 euros.

Il y a 35 ans, Jean Paul Grospélier abandonne son travail de dessinateur dans un cabinet d’architecte et, à 21 ans, se lance, comme beaucoup à cette époque, dans le rêve d’un retour à la terre. C’est dans le Haut-Jura qu’il déniche un nid pour ses utopies : la ferme idéale doit être isolée, sans eau ni électricité et surtout sans loyer!

35 ans après, Jean Paul habite toujours sans confort, cette presque ruine, alors que beaucoup des candidats à la vie nouvelle des années 70 ont remballé leurs rêves. Lui a tenu bon, toujours décidé à être pauvre et heureux à la fois.

Aujourd’hui, Jean-Paul doit quitter son “squat des neiges”. Le contrat tacite qui tenait lieu de bail depuis 35 ans s’est achevé avec le décès de la propriétaire. Plutôt que de rechercher une nouvelle ruine, il a décidé de construire sa propre maison, sans argent, sans budget, mais en récupérant les pierres sur les ruines des fermes alentours.

C’est sur un plateau venté à 1200 mètres d’altitude et une vue somptueuse sur le sud Jura qu’il a trouvé un petit bout de terrain classé… non constructible… Et comme il ne fait rien comme les autres, il a choisi de construire en pierre de taille, tout seul, à son rythme. Le travail est colossal, le chantier, lent, agace ou fait sourire les habitants du plateau, mais tous reconnaissent la qualité de sa construction.

Depuis huit ans Jean-Paul partage sa vie avec Anne et ses deux filles âgées aujourd’hui de 12 et 13 ans. Une famille.Déscolarisées pendant cinq ans les filles ont souhaité retourner à l’école, au collège,où elles ont retrouvé des camarades et…de très bonnes notes.Avec un regret cependant, celui d’être de nouveau prisonnières du calendrier scolaire, interdisant dorénavant de partir en famille au soleil dans la vieille caravane pendant les mois d’hiver…

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>