Israël : L’État hébreu va embaucher 20.000 travailleurs chinois

Le gouvernement israélien a donné son feu vert dimanche à la venue et au recrutement de 20.000 ouvriers chinois spécialisés dans le secteur du bâtiment afin de doper la construction de logements neufs dans le pays. «Il s’agit à mes yeux d’une mesure nécessaire et importante pour faire baisser les prix du logement», a justifié Benyamin Nétanyahou.

Le conseiller juridique du gouvernement, Yehuda Weinstein, a pour part exprimé ses réserves en l’absence d’un accord bilatéral encadrant cette immigration et garantissant les droits des nouveaux arrivants.

L’embauche d’ouvriers chinois par des entreprises israéliennes était devenue presque impossible depuis que l’État hébreu avait décidé, en 2011, de réglementer l’immigration de travailleurs étrangers. Son objectif principal était alors de lutter contre les pratiques illégales de certains intermédiaires, qui imposaient aux migrants de leur verser jusqu’à 30.000 dollars en échange d’un permis de travail.

La situation était devenue si problématique que les États-Unis menacèrent d’inscrire Israël sur la liste des États qui pratiquent la traite des êtres humains. La relance de cette immigration économique fut dès lors suspendue à la signature d’un accord bilatéral entre Israël et la Chine. Mais les deux pays n’ont jusqu’à présent pas réussi à se mettre d’accord sur son contenu.
Nommé ministre des Finances au printemps dernier, Moshe Kahlon a d’emblée décidé de faciliter la venue de travailleurs chinois. Il compte sur un afflux de cette main d’œuvre bon marché pour relancer la construction de logements.

Seul un effort massif en ce domaine permettra, selon lui, de remédier à la pénurie qui pénalise lourdement la classe moyenne et a déclenché, au cœur de l’été 2011, le mouvement de protestation «Occupy Rothschild». Or, le manque de main d’oeuvre empêcherait actuellement de construire plus de 40.000 logements par an.

Israël et la Chine ont entrepris des négociations pour la signature d’un accord de ce genre mais les contacts n’ont pas encore débouché sur des résultats concrets, notamment pour ce qui est de l’emploi des travailleurs en Cisjordanie. Les constructions dans les colonies représentent 3 % de l’ensemble des mises en chantier en Israël.

Les travailleurs immigrés remplacent petit à petit la main-d’œuvre palestinienne dans de nombreux secteurs de l’industrie en Israël. Le secteur du bâtiment emploie 216.000 travailleurs dont 37.000 Palestiniens et 6.000 travailleurs étrangers, parmi lesquels 3.700 Chinois.

Si son projet se traduit dans les faits, quelque 20.000 travailleurs chinois devraient s’ajouter aux 216.000 ouvriers actuellement employés dans le secteur du bâtiment. Seul bémol, les autorités chinoises ont récemment fait savoir qu’elles s’opposeraient, officiellement pour des raisons de sécurité, à l’emploi de leurs ressortissants dans les territoires occupés.

«Comme pour toute décision, il y a des problèmes annexes, a balayé dimanche le premier ministre, mais la construction de nombreux logements va augmenter l’offre et nous permettre de modifier la tendance des prix».

Le Figaro

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>