Mode et développement durable sont-ils compatibles ?

Les grandes chaînes à bas prix ne cessent d’inciter les consommateurs à multiplier les achats, ce qui entraîne de nombreux problèmes : exploitation des travailleurs du secteur textile dans des pays pauvres, consommation pharaonique en ressources et en énergie, pollution… Quelles solutions ?

Nos voisins allemands achètent quelque six milliards de vêtements par an. Ce qui s’explique surtout par la stratégie des grandes chaînes à bas prix qui ne cessent d’inciter les consommateurs à multiplier les achats. De nombreuses enseignes proposent jusqu’à douze collections annuelles différentes. Les problèmes que pose la mode ” kleenex ” sont évidents.

D’une part, il y a l’exploitation des travailleurs du secteur textile dans des pays comme le Bangladesh et la consommation pharaonique en ressources et en énergie liée à la production. D’autre part les produits chimiques utilisés polluent considérablement l’environnement, rendent malades les travailleurs des pays pauvres et laissent des traces sur la peau des consommateurs. Ce sont surtout les vêtements destinés aux loisirs de plein air qui sont les plus discutables.

Xenius Arte (Septembre 2015)

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>