Corse : L’Île de Beauté croule sous les déchets (Màj vidéo)

25/09/2015

En Corse, les centres d’enfouissement des déchets ont été bloqués un à un ces dernières semaines, pour protester contre l’absence de solution dans la gestion des déchets depuis la fermeture d’un des plus gros sites de l’île. À Ajaccio, les habitants et commerçants sont appelés à conserver leurs ordures ménagères. Les collectes sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.


_____________________________________________________

14/09/2015

Décharges saturées, poubelles pleines à craquer, détritus sur les plages, au bord des routes et en pleine nature: la Corse ne parvient plus à éliminer ses ordures.

La crise est provoquée par un essor démographique non maîtrisé avec l’installation d’environ 4.000 nouveaux venus par an dans cette île française qui compte 310.000 habitants… pour plus de 300.000 tonnes de déchets à traiter chaque année.

A cet essor démographique s’ajoutent un manque d’infrastructures, la multiplication des constructions et des déchets accompagnant les chantiers, ainsi qu’une consommation à outrance encouragée par la présence dans l’île du plus grand nombre de supermarchés de France par tête d’habitant.
Les efforts de la plupart des communes pour développer le tri mécanique et mettre en place le tri sélectif des ordures ménagères sont en outre suivis d’effets insuffisants, souvent par manque de sens civique. Et la multiplication par dix de la population insulaire durant la déferlante touristique estivale, dont environ 20% d’étrangers –Allemands, Belges, Suisses et Italiens en tête–, n’arrange rien.

Randonneurs verbalisés

Certains de ces visiteurs étrangers, comme nombre d’insulaires et de Français du continent, sont saisis par l’existence en Corse de nombreuses décharges sauvages dans des sites naturels d’une exceptionnelle beauté: gravats de chantiers de construction, carcasses de voitures, d’appareils électro-ménagers…

«On ne peut pas parler d’un comportement plus vertueux ou moins vertueux de la part des touristes étrangers que celui des touristes français et des insulaires. Mais certains, peut-être enivrés par un certain parfum de liberté dans ce pays où l’on n’a pas l’habitude de s’occuper des affaires du voisin, semblent se lâcher ici et se tenir moins bien que chez eux», estime un responsable du Parc naturel régional de Corse, Michel Acquaviva.

Plusieurs randonneurs européens ont ainsi été verbalisés cet été pour avoir abandonné en pleine montagne leurs détritus, sur le parcours du prestigieux chemin de grande randonnée 20 (GR20), fréquenté par des milliers de touristes étrangers et qui traverse l’île, selon M. Acquaviva. Il est aussi fréquent de trouver des sacs de déchets sur des parkings sauvages du littoral et en montagne après le passage de mobile-homes immatriculés dans des pays européens…

Centres saturés

A la suite de conflits locaux cet été, certains centres d’enfouissement des ordures étant saturés et refusant de recevoir les déchets d’autres régions, la ministre française de l’Écologie Ségolène Royal a lancé fin août un appel à la mobilisation pour tenter de régler ce problème «particulièrement critique en Corse».

«On peut réduire, ici comme ailleurs, de moitié, la quantité des déchets à la source car c’est l’affaire de tous», a déclaré Mme Royal, mentionnant notamment, dans le cadre de la nouvelle loi française sur la transition énergétique par la croissance verte, les entreprises et les grandes surfaces, mais aussi les particuliers et l’école dans sa mission d’éducation.

Elle a déploré les faibles résultats en matière de traitement mécanique et de tri sélectif et envisagé de déroger dans certains cas à la loi littoral de préservation des côtes, afin d’installer des unités de traitement de déchets et renoncer à l’enfouissement.

Une annonce qui n’a pas plu aux associations de défense de l’environnement, même si la ministre a précisé que ces dérogations devraient être «strictement encadrées». «Comment Mme Royal peut-elle dénoncer le tri mécano-biologique à Paris et le défendre ici?», a demandé la porte-parole du Collectif contre l’incinération, Marie-Dominique Loye. Des expériences locales permettent toutefois d’espérer une amélioration de la situation.

Un exemple à suivre

Ainsi, le petit village de Girolata, sur la côte occidentale corse recycle désormais 80% environ de ses déchets grâce au tri à la source, pour n’en enfouir que 20%, soit l’inverse de ce qui se passe habituellement en Corse. Haut-lieu touristique au-dessus de la réserve naturelle marine de Scandola, Girolata et sa poignée d’habitants permanents voient défiler des centaines de milliers de touristes l’été.

«Non relié par la route et ravitaillé par bateau ou hélicoptère, le village a fait de son enclavement un avantage en traitant sur place l’essentiel des déchets», explique le maire François Alfonsi. Depuis quelques années, la commune trie verre, métaux et plastiques évacués par la mer ou les airs et composte les déchets organiques. Souvent citée en exemple, elle attire des délégations d’officiels locaux désirant s’inspirer de son modèle.

Le village a investi 350’000 euros dans le traitement des déchets, selon M. Alfonsi, pour qui «cette somme pourrait être divisée par deux dans des communes plus accessibles et faire changer les habitudes». Le marché juteux du traitement des ordures en Corse est évalué à plus de 30 millions d’euros. Mais comme le transport et le traitement coûtent de plus en plus cher, les collectivités se voient contraintes de le confier à des entreprises privées.

Le traitement des ordures… un marché juteux estimé à 30 millions d’euros par an. De quoi aiguiser les appétits et faire parler la poudre

Banditisme et traitement des déchets (François Tatti, émission Inchiesta du 20 mai 2015; Jacques Dallest, émission Cuntrastu du 15 mai 2015. Reportage d’Antoine Albertin)

“On a eu une difficulté une fois très clairement, quand on a fait le centre de stockage de Vico où effectivement on a eu des difficultés très sérieuses. Il y a eu par la suite un assassinat qui semble-t-il a pu être lié à cette opération là…”

C’était le 20 mai 2015 sur le plateau du magazine Inchiesta. François Tatti évoque certaines difficultés sur le secteur des déchets. L’assassinat dont parle le président du Syvadec, est celui de Jean-Marc Nicolaï en janvier 2009, longtemps considéré par les enquêteurs comme lié à cette question. Un homicide toujours sans coupable…

Jean-Marc Nicolaï, ancien maire de Casalabriva, a été tué le 16 janvier d’une balle dans la tête, dans le hall de sa résidence à Ajaccio, où l’attendait le tueur. Brillant homme d’affaires, il travaillait notamment pour des entreprises impliquées dans le BTP, le transport et le traitement des déchets ménagers.

Le traitement des déchets draine des dizaines millions d’euros. Il fournit la toile de fond de conflits parfois sanglants. Autre exemple dans la Plaine orientale, comme l’illustre un procès-verbal de 2011 tiré d’une procédure ouverte pour tentative d’assassinat. Les enquêteurs y citent le cas d’un gérant d’une société du secteur, victime de sept attentats en quinze ans.

François Tatti lui-même a été entendu dans plusieurs dossiers criminels. Sans être impliqué, plutôt à titre d’expert, pour expliquer le fonctionnement d’un domaine d’activité sous étroite surveillance en matière financière.

Depuis quelques années, on utilise l’association de malfaiteurs en vue de commettre des délits financiers, de favoritisme et autres“, expliquait Jacques Dallest, ancien patron de la Jirs de Marseille sur notre antenne le 15 mai, qualifiant le traitement des déchets d’”intéressant” dans l’île.

Mais les enquêtes sont longues et complexes. L’une d’elles a été ouverte récemment au pôle économique et financier du Palais de Justice de Bastia. Pas d’assassinat cette fois mais de forts soupçons de malversations.

En 2009, le magazine Inchiesta abordait déjà le sujet. Selon l’enquête alors réalisée, l’île produit chaque année 305.000 tonnes de déchets dont 46% d’origine ménagère. Un marché juteux estimé à 30 millions d’euros par an qui suscite beaucoup de convoitises.

24 Heures et France3

(Merci à Horatius)

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>