Joseph Stiglitz : “Les politiques qui ont mené à la crise dominent toujours”

Prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz publie “La Grande fracture”, aux éditions Les Liens qui Libèrent. Dans cet ouvrage, il expose les causes et les conséquences des inégalités économiques dans les pays développés. Des inégalités qu’il juge néfastes pour l’avenir de la démocratie.

Lors d’un entretien, l’éminent prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz revient sur sa vision de l’équilibre économique mondial. Pour l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale, les crises financières, comme celle de 2008, menacent toujours notre stabilité financière.
L’une des raisons pour lesquelles les choses n’ont pas changé autant que je l’espérais est que les mêmes forces politiques qui ont mené à la crise sont toujours dominantes. C’est le résultat de l’influence de l’argent sur la politique, très présente particulièrement aux États-Unis. Dans ce type de monde, il est très difficile de produire les changements nécessaires pour atteindre la prospérité.” Et de dénoncer la reprise économique qui ne profite qu’au “1 % du sommet“.

Joseph Stiglitz revient en outre sur sa vision de la crise grecque et la menace d’un Grexit, regrettant “un manque de solidarité“. Et de prévenir : “La crise grecque n’est pas terminée, elle est retardée.

Quant à la Chine, qui fait trembler les Bourses mondiales, il estime que “tout le monde s’attendait à ce que la croissance chinoise ralentisse, mais ce ralentissement s’est produit beaucoup plus vite que les gens ne le pensaient, et beaucoup plus rapidement que le gouvernement chinois ne l’attendait. Nous allons devoir apprendre à vivre avec une croissance plus molle en Chine“, soutient le prix Nobel d’économie.

Commentaires (1)

  1. En 2017, au Royaume-Uni, un référendum sera organisé à propos de la sortie ou du maintien dans l’Union Européenne.

    Aujourd’hui, coup de tonnerre ! Un sondage explosif à propos du Brexit ( = Britain Exit) :

    43 % des personnes interrogées veulent sortir de l’Union Européenne.

    40 % des personnes interrogées veulent rester dans l’Union Européenne.

    17 % sont indécis.

    Dimanche 6 septembre 2015 :

    La Grande-Bretagne voterait pour sortir de l’UE.

    Pour la première fois, un sondage a indiqué dimanche que les Britanniques voteraient pour une sortie de l’Union européenne. Le référendum aura lieu d’ici fin 2017 au plus tard.

    Au total, alors que les députés doivent se pencher à nouveau sur le projet de loi sur le référendum lundi, 43 % des personnes interrogées par l’institut Survation pour le compte du Mail on Sunday estiment que la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE.

    Elles sont 40 % à préférer rester dans l’UE et les 17 % restants sont indécis.

    Ce sondage, réalisé via l’internet sur un échantillon de 1004 personnes, marque une rupture avec les précédentes enquêtes d’opinion qui ont toujours conclu à un avantage du « oui » à l’Union européenne.

    http://www.romandie.com/news/La-GrandeBretagne-voterait-pour-sortir-de-lUE/627450.rom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>