« Préparez-vous à des émeutes lors de l’effondrement de l’euro », avertit le Foreign Office

Les ambassades britanniques dans la zone euro ont été chargées d’élaborer des plans pour aider les expatriés britanniques lors de l’effondrement de la monnaie unique, à cause de nouvelles craintes concernant l’Italie et l’Espagne.

Comme le gouvernement italien souffre pour emprunter et comme l’Espagne envisage de demander un renflouement international, des ministres britanniques ont déclaré que l’éclatement de l’euro, autrefois presque impensable, est désormais de plus en plus plausible.

Les diplomates se préparent à aider les Britanniques expatriés en Europe à affronter un effondrement bancaire et même des émeutes liées à la crise de la dette.

Le Trésor britannique a confirmé ce mois-ci que la planification d’urgence pour affronter un tel effondrement est actuellement en cours. Un ministre de premier plan a maintenant révélé l’ampleur de la préoccupation du gouvernement, en affirmant que la Grande-Bretagne était en train de se préparer à un effondrement de l’euro, effondrement qui est maintenant juste une question de temps.
« C’est dans notre intérêt qu’ils continuent à gagner du temps parce que cela nous donne plus de temps pour nous préparer », a déclaré un ministre au Daily Telegraph. Les dernières instructions du Foreign Office et du Commonwealth aux ambassades et aux consulats situés en Europe concernent la planification d’urgence pour des scénarios extrêmes, y compris les émeutes et les troubles sociaux.

La Grèce a connu plusieurs foyers de désordre civil car son gouvernement se débat avec des dettes énormes. Les responsables britanniques pensent que des scènes similaires ne peuvent pas être exclues dans les autres nations européennes, si l’effondrement de la zone euro se produit.

Les diplomates britanniques ont également été chargés de se préparer à aider des dizaines de milliers de citoyens britanniques dans les pays en zone euro, pour affronter les conséquences d’un effondrement financier, qui ne les laisserait pas accéder à leurs comptes bancaires ou même retirer de l’argent. Alimentant les craintes des marchés financiers envers l’euro, à Madrid le nouveau gouvernement du Parti Populaire pourrait demander un renflouement à l’Union Européenne et au Fonds Monétaire International.

Il y a aussi des craintes croissantes pour l’Italie, dont le nouveau gouvernement a été contraint de payer des taux d’intérêt exorbitants pour de nouvelles obligations émises hier. Le rendement sur les nouvelles obligations italiennes à six mois était de 6,5 pour cent, taux ayant doublé par rapport au mois dernier. Le rendement sur les obligations italiennes à deux ans était de 7,8 pour cent, bien au-dessus du niveau considéré comme insoutenable.

Le nouveau gouvernement italien sera obligé de vendre plus de 30 milliards d’euros d’obligations nouvelles d’ici la fin janvier 2012 pour refinancer ses dettes. Les analystes disent qu’il n’y a aucune garantie que les investisseurs achètent l’ensemble de ces obligations, ce qui pourrait forcer l’Italie à faire défaut.

Le gouvernement italien a déclaré que lors des discussions avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy, le Premier ministre Mario Monti avait convenu que l’effondrement italien « serait inévitablement la fin de l’euro. »

Les traités de l’UE qui ont créé l’euro et défini ses règles d’adhésion ne contiennent aucune disposition pour les membres qui quittent la zone euro, ce qui signifie qu’une rupture serait désordonnée et potentiellement chaotique. Si les gouvernements zone euro défaut sur leurs dettes, les banques européennes qui détiennent beaucoup de leurs obligations risquerait effondrement.

Certains analystes disent que les ondes de choc d’un tel évènement seraient le risque de l’effondrement du système financier dans son ensemble, laissant les banques incapables de rendre l’argent aux petits épargnants, et ruinant les entreprises dépendantes du crédit bancaire.

La Financial Services Authority a publié cette semaine un avertissement public aux banques britanniques pour qu’elles renforcent leurs plans d’urgence en cas d’éclatement de la monnaie unique. Certains économistes estiment que le pire des cas, l’effondrement pur et simple de l’euro, pourrait réduire le PIB de ses États-membres jusqu’à la moitié, et pourrait provoquer un chômage de masse.

Les analystes d’UBS, une banque d’investissement, ont prévenu que les conséquences les plus extrêmes d’une rupture sont les risques pour les droits de propriété de base et la menace de troubles civils. « Lorsque les conséquences du chômage sont prises en compte, il est pratiquement impossible d’envisager un scénario de rupture sans de graves conséquences sociales », a déclaré UBS.

The Telegraph

(Merci à BA & à DANY)

Ce contenu a été publié dans Non classé par €ric. Mettez-le en favori avec son permalien.

Commentaires (59)

  1. Le gros problème, si l’euro s’effondre, c’est que les taulier de Fortune vont devoir changer les “E” de leurs pseudos.

  2. Ils charrient pas un peu là? Les Anglais ont toujours regardé avec méfiance le “continent”…

  3. Tout çà sent surtout l’enfumage pour installer un climat de terreur morale dans l’esprit des européens pour leur faire accepter la défaite sociale (par la perte de leurs avantages), la défaite économique (la sujetion au capital mondialisé) et la défaite morale (la démocratie s’incline face aux forces financières).

    La fin de l’euro comme nouveau mainstream? Il ya encore trois mois, oser dire celà vous faisait passer pour un suppôt de satan, un débile arriéré, voire pire, un frontiste aviné…

    Ils nous font l’élection de Sarko/Merkel et l’abandon de nos slips sur fond d’apocalypse pour que çà passe. tension maximale, concessions optimisées.

    En technique commercial, on appelle cela la CRAINTE DE PERDRE et l’URGENCE. ce sont deux impulsions de vente se basant sur le moi humain et cela marche très très bien.

  4. “Le Roi des Gitans
    28 novembre 2011 à 20:18
    Le 21 décembre 2012, la FED devra rendre les clés de la boîte au peuple américain .. Préparez vous à un séisme”

    Pourriez-vous me donner vos sources, j’ai aussi entendu vaguement parler de ça mais personne n’a donné la source, j’ai cherché sur le site de la FED dans les statuts et autres mais je n’ai pas trouvé.
    Sinon votre date du 21 décembre ça fait quand même NewAge et “calendrier Maya”… (d’ailleurs cette histoire de fin du monde en 2012, sortie d’on ne sait où, depuis 4 ou 5 ans, maintenant que ça s’approche, fait sens aussi comme conditionnement des esprits… encore et toujours)

  5. “Comme d’habitude il y aurait quelques grincements de dents,mais finalement cela doit bien représenter quelques
    centaines de milliards d’euros à réaliser.
    Une fois privatisé cela serait il plus mal géré??”

    Quand on voit ce que fait Veolia Eau par exemple alors oui on peut en douter…..

  6. A Eurovision
    Salut,
    L’histoire de la fin du monde le 21 décembre 2012 n’est pas “sortie d’on ne sait où depuis quatre ou cinq ans”. J’ai lu un bouquin excellent, “L’archéologie interdite”, paru en 1994, qui évoquait cette croyance, et la développait sur deux ou trois pages. Je ne veux pas dire que j’adhère à cette croyance, mais elle existe depuis longtemps.
    Sinon, je rejoins l’opinion d’Abrutix: dans la guerre actuelle entre l’euro et le dollar, les Anglais jouent leur rôle de caniche des Etats-Uniens, soutiennent le dollar et font de l’intox à propos de l’euro. Cela leur permet d’éviter de dire que leur situation est pire encore que celle de l’U.E, et que celle des USA n’est pas brillante non plus. D’ailleurs, selon moi, la vraie question est: de l’euro ou du dollar, qui va couler le premier?

  7. Je reste méfiant avec cette histoire d’euro… la manipulation de la peur est une longue pratique qui fonctionne généralement très bien! une façon de nous faire avaler des couleuvres grosses comme des boas. Attali avait annoncé la couleur il y a une vingtaine d’année : aligner les salaires des ouvriers français sur ceux de la Chine… et une attaque contre l’épargne en prime.

  8. Cela préparerait-il la naissance de l’Améro. Cette nouvelle monnaie en gestation. Si l’euro et le dollar disparaissent, l’Occident sera contraint d’accepter l’offre de cette monnaie. Ceci car c’est toujours la même technique de la mafia ploutocratique de la finance. Provoquer l’événement afin que tout le monde soit en position de chercher une solution dans l’urgence. Avec l’urgence, les gens et les sociétés acceptent n’importe quoi pourvu que l’espoir soit satisfait. Alors, la mafia de la finance proposera SA solution. Solution qu’elle aura préalablement bien prit le temps d’organiser à son seul profit bien évidemment. Alors, tout le monde acceptera les conditions de la mafia sans discuter. Comme d’habitude, en économie ou en finance c’est celui qui provoque la vague qui surfera le plus sur les profits car il connait le futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>